18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Culture | Entre les lignes: tu ne convoiteras pas... la cupidité, à la source de la crise

11/10/2013 | Comment un homme rompu aux arcanes de la finance et familier des "écritures" nous livre une analyse vigoureuse sur la crise actuelle et une de ses alternatives.

Jean-Philippe Larramendy

« Tu ne convoiteras pas »(1): le titre claque comme un commandement de l'Ancien Testament. Jean-Philippe Larramendy est trop imprégné de culture théologique et en même temps, de par sa profession, assez fin connaisseur des milieux d'affaires pour ne pas s'être privé d'afficher d'emblée son ambition éditoriale. Comprenez donc que les 150 pages de l'ouvrage que publie Bayard nous promettent une analyse sans concession, nourrie des écritures, des origines de la crise financière, née aux Etats-Unis qui a mis bas l'économie occidentale et dont les répercussions sont immenses et souvent accablantes pour les peuples.

A l'origine du mal, la cupidité. « La cupidité est à distinguer de la recherche du gain qui est une réalité anthropologique, un ressort essentiel de l'action de l'homme vers le développement de ses intérêts propres ». Et l'auteur d'entreprendre sa démonstration sous le double parrainage du pape Benoît XVI qui, en 2009, consacre une Audience générale à Ambroise Autpert, un moine bénédictin du VII° siècle qui « dénonce la cupidité comme la racine de tous les maux » et du prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz qui publie la même année « Le triomphe de la cupidité. »

Dix années follesJean-Philippe Larramendy ne manque pas de rappeler que la crise n'a pas surgi de nulle part mais qu'elle est née de ces dix années folles (1979-1989) où le système libéral semblait en quelque sorte avoir atteint son apogée, alors que s'effondrait le communisme du coté de Berlin et que Francis Fukuyama osait annoncer « The End of History », la fin de l'Histoire. Les vannes s'ouvraient pour l'avénement de cette trop fameuse « démocratie libérale » dont le bras financier armé s'appelait Alan Greenspan, le patron de la réserve Fédérale américaine, la FED. Liquidités à tout va, dérégulation systématique du cadre réglementaire mis en place pour sortir de la grande crise de 1929: voici que déferle la grande fraude à 50 milliards de dollars de Bernard Madoff, tandis que les agences de notation sont inopérantes... L'argent facile, l'endettement comme modèle de « l'Américan way of life », l'accélération déraisonnable du marché de l'immobilier... le marché se retourne alors et précipite les ménages et les banques dans la faillite. La chute de Lehman Brothers sonnera le tocsin, contraignant les dirigeants occidentaux à réagir, en toute hâte, pour éviter l'effondrement total du système. Ce rappel historique, très cursif, que l'auteur a nourri de quelques chiffres clés, outre qu'il est passionnant à « relire » est la porte d'entrée dans la partie la plus profonde et personnelle de l'ouvrage, celle qui entreprend d'explorer les racines de la cupidité.

L'exemple de la plus grande coopérative du mondeJean-Philippe Larramendy les trouve dans la pensée biblique et, singulièrement, soixante cinq fois dans la Bibe hébraïque. C'est  le "chamadh" . Et cette parole du prophète Ezéchiel: " les chefs cupides sont comme des loups qui déchirent une proie, prêts à faire périr des gens pour en tirer profit." Et puis vint Jésus, Jésus de Nazareth et cette phrase extraite des Béatitudes:" Heureux les pauvres de coeur: le Royaume des Cieux est à eux". L'auteur puise alors, pour les besoins d'une confirmation, ses références dans les évangiles où les exemples abondent avant de faire appel, treize siècles plus tard, à Saint Thomas d'Aquin qui classe la cupidité parmi les sept péchés (ou vices ) capitaux. Enfin, il ne pouvait pas ignorer les derniers enseignements de l'Eglise d'aujourd'hui, tels qu'ils ressortissent de l'encyclique "Caritas in veritate", publiée en juillet 2009 "porteuse d'une critique radicale de la cupidité sous ses différentes facettes." Mais, comme il ne saurait y avoir de constat d'impuissance, Jean-Philippe Larramendy met en avant, une nouvelle fois, le modèle coopératif, tant on sait qu'il est attaché à son Pays Basque (être basque aujourd'hui) et à une entreprise, un groupe, qui semble défier la crise, même s'il a aujourd'hui plus de mal à l'affronter: la grande coopérative de Mondragon...
Mondragon, du nom de ce petit village de la province du Guipuzcoa où, en 1956, un jeune prêtre, José Maria Arizmendiarrieta, l'a portée sur les fonts baptismaux. Mondragon, c'est la plus grande coopérative du monde, celle qui emploie 83.000 personnes dont 15.000 à l'international, un géant de l'électroménager entre autres qui porte des marques comme Fagor ou Brandt, une division 'connaissance' avec quatorze centres de recherches, de formation, d'apprentissage, une université... C'est, d'abord, un modèle de gouvernance unique à pareille échelle, celui des travailleurs-associés, les "socios" directement associés à la prospérité de leur coopérative. Un paravent contre les débordements du capitalisme financier mais pas une garantie absolue contre la rudesse du marché. Mondragon a du licencier des travailleurs non associés mais s'en sort beaucoup mieux que les autres entreprises d'Espagne.
Est-elle pour autant à l'abri des mutations de l'économie mondiale, et surtout des comportements humains? Les valeurs qu'elle défend, depuis l'origine, ne rencontrent plus forcément les mentalités d'une société qui change.  Jean-Philippe Larramendy n'élude pas ce redoutable nouveau défi, conscient qu'il est vital pour Mondragon de régénérer la philosophie qui anima son fondateur.

1.Tu ne convoiteras pas, De la cupidité dans la crise actuelle (15euros) www.editions-bayard.com

 

Joël Aubert
Par Joël Aubert

Crédit Photo : Jean-Philippe Larramendy

Partager sur Facebook
Vu par vous
2073
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
tchoo | 15/10/2013

Mais la cupidité est aussi vieile que l'homme et ce n'est pas la religion quelle qu'elle soit qui règlera le problème, mais l'action et le courage politique de mettre en place des règles et des lois qui limite l'accumulation et qui met l'humain devant l'économie ou le profit.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !