Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/01/19 : Compte-tenu des conditions climatiques le Conseil Régional a suspendu les transports scolaires ce mardi soir dans le secteur de Thiviers (Dordogne). Les parents doivent venir chercher leurs enfants dans les établissements scolaires.

22/01/19 : La Dordogne est en alerte jaune neige et verglas ce mardi jusqu'à 18 h. Des chutes de neige sont possibles dès le début de matinée à l'est de l'axe Nontron et Sarlat. Suivez les évolutions météorologiques sur les sites de Météo France, Info route.

22/01/19 : La Rochelle : une réunion publique de présentation du projet de protection contre les submersions marines du quartier de Port-Neuf se tient mardi 22 janvier à 18h30 à la Maison de quartier de Port Neuf, Place de l’île-de-France.

21/01/19 : Dans un propos à France 3 Vincent Feltesse, ancien président de la Communauté urbaine de Bordeaux et membre de la minorité municipale, indique qu'il a signifié à Olivier Faure son départ du PS :J'ai besoin de continuer à produire, le PS empêche ça." 

21/01/19 : Construction de la retenue d'eau de Caussade. La préfète du 47 a fait apposer des scellés sur les engins de chantier. Par arrêté du 14 décembre 2018, les travaux de construction de cette retenue d’eau est suspendue et se poursuivent illégalement.

21/01/19 : Pour éviter les débordements des manifestations des gilets jaunes à Bordeaux, l'association des commerçants à décidé de décaler la braderie, organisée traditionnellement du jeudi au samedi. Elle se tiendra donc du mercredi 6 au vendredi 8 février.

21/01/19 : Ce mercredi 23 janvier, le service V3 (vélos en libre-service) de Bordeaux Métropole change de système d’exploitation pour un plus moderne. Une coupure totale du service aura donc lieu de 8h00 à 9h00 avec une réouverture progressive des stations.

20/01/19 : Pour la première fois depuis le début du mouvement, les gilets jaunes de Dordogne ont organisé samedi à l’occasion de l’acte X, un rassemblement départemental à Bergerac. Environ 1400 personnes ont défilé dans les rues de la sous préfecture.

19/01/19 : Nouvelles violences et affrontements avec incendies de véhicules en fin d'après-midi à Bordeaux: la manifestation GJ a dégénéré, les casseurs sont entrés en action et les forces de l'ordre ont dû recourir aux véhicules blindés

18/01/19 : Bordeaux: l'opération de parking gratuit place des Quinconces reconduite ce dimanche et étendue à demain samedi et jusqu’à la fin des soldes : environ 400 places de stationnement libre de 9h30 à 20h chaque samedi et dimanche jusqu'aux 16 et 17 février

18/01/19 : Le nouveau service de location de vélos de l'agglomération du Grand Périgueux s'appellera "Périvélo". 400 deux-roues (à assistance électrique, pliants, vélos classiques) seront progressivement mis à disposition pour les usagers à partir du printemps.

17/01/19 : Rochefort (17) : la tête d'affiche de la programmation du festival Stéréoparc vient de tomber. Il s'agit du groupe Offenbach, qui jouera le 20 juillet.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/01/19 | Une délégation Régionale pour l'UNICEM

    Lire

    La plus grande région de la filière a enfin son syndicat! L'Union Nationale des Industries de Carrières et Matériaux de Construction (UNICEM) Nouvelle-Aquitaine vient de naître de la fusion des trois syndicats des anciennes régions. Patrice Gazzarin, ex-président de l'UNICEM Aquitaine, a été élu à la tête du syndicat. En 2017, l'UNICEM représentait sur le territoire néo-aquitain, plus de 4 300 emplois directs, pour 345 entreprises et plus d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires.

  • 22/01/19 | Le Crédit Agricole engagé pour l'artisanat

    Lire

    Faciliter la préparation et la réalisation des travaux des clients Girondins. Tel est le but du partenariat qui vient de naître entre le Crédit Agricole d'Aquitaine et One Artisan. Créé en 2014, One Artisan est un service d'apporteur d'affaires pour les professionnels du bâtiment mais aussi de recommandation d'artisan pour les particuliers. Grâce à ce partenariat, les clients du Crédit Agricole pourront bénéficier, s'ils le souhaitent, d'une solution de financement pour leurs travaux.

  • 22/01/19 | Limoges a du cœur !

    Lire

    La préfecture limousine vient d'être récompensée pour sa lutte contre l'arrêt cardiaque. En effet, la Fondation AJILA a remis le Label 2019 "Ma Commune a du Cœur" à la Ville de Limoges pour saluer sa politique de lutte et de formation face à l'arrêt cardiaque. Depuis 2011, la Ville s'est engagée dans une campagne de déploiement de défibrillateurs automatisés sur son territoire. Les limougeauds ont ainsi 37 défibrillateurs mis à leur disposition dans plusieurs lieux public.

  • 22/01/19 | Région : quatre appels à projets (re)lancés

    Lire

    2019 sous le signe de la coopération européenne et internationale ! Le Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine lance, ou relance, des appels à projets sur ce thème. Ainsi, le lien avec la Communauté autonome d'Aragon (Espagne) sur l'éducation et la formation est renouvelé. La Région soutient également le développement solidaire et Éducation à la Citoyenneté et à la solidarité internationale (ECSI) à travers deux projets. Le dernier projet concerne le renforcement des échanges avec le Québec.

  • 22/01/19 | Poursuite de sa croissance à l'export pour le Cognac

    Lire

    Le cognac confirme son développement sur ses marchés en 2018, avec des expéditions en croissance de plus de 3% en volume et près de 2% en valeur. Au total, 204,2 millions de bouteilles ont été expédiées, pour un chiffre d’affaires de 3,2 milliards d’euros. Les Etats-Unis restent les plus gros consommateurs (87,4 millions de bouteilles), tandis que le développement d'un nouveau marché vers le Moyen-Orient se confirme, avec 5,6% de croissance et 60 millions de bouteilles exportées.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Entre les lignes: tu ne convoiteras pas... la cupidité, à la source de la crise

11/10/2013 | Comment un homme rompu aux arcanes de la finance et familier des "écritures" nous livre une analyse vigoureuse sur la crise actuelle et une de ses alternatives.

Jean-Philippe Larramendy

« Tu ne convoiteras pas »(1): le titre claque comme un commandement de l'Ancien Testament. Jean-Philippe Larramendy est trop imprégné de culture théologique et en même temps, de par sa profession, assez fin connaisseur des milieux d'affaires pour ne pas s'être privé d'afficher d'emblée son ambition éditoriale. Comprenez donc que les 150 pages de l'ouvrage que publie Bayard nous promettent une analyse sans concession, nourrie des écritures, des origines de la crise financière, née aux Etats-Unis qui a mis bas l'économie occidentale et dont les répercussions sont immenses et souvent accablantes pour les peuples.

A l'origine du mal, la cupidité. « La cupidité est à distinguer de la recherche du gain qui est une réalité anthropologique, un ressort essentiel de l'action de l'homme vers le développement de ses intérêts propres ». Et l'auteur d'entreprendre sa démonstration sous le double parrainage du pape Benoît XVI qui, en 2009, consacre une Audience générale à Ambroise Autpert, un moine bénédictin du VII° siècle qui « dénonce la cupidité comme la racine de tous les maux » et du prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz qui publie la même année « Le triomphe de la cupidité. »

Dix années follesJean-Philippe Larramendy ne manque pas de rappeler que la crise n'a pas surgi de nulle part mais qu'elle est née de ces dix années folles (1979-1989) où le système libéral semblait en quelque sorte avoir atteint son apogée, alors que s'effondrait le communisme du coté de Berlin et que Francis Fukuyama osait annoncer « The End of History », la fin de l'Histoire. Les vannes s'ouvraient pour l'avénement de cette trop fameuse « démocratie libérale » dont le bras financier armé s'appelait Alan Greenspan, le patron de la réserve Fédérale américaine, la FED. Liquidités à tout va, dérégulation systématique du cadre réglementaire mis en place pour sortir de la grande crise de 1929: voici que déferle la grande fraude à 50 milliards de dollars de Bernard Madoff, tandis que les agences de notation sont inopérantes... L'argent facile, l'endettement comme modèle de « l'Américan way of life », l'accélération déraisonnable du marché de l'immobilier... le marché se retourne alors et précipite les ménages et les banques dans la faillite. La chute de Lehman Brothers sonnera le tocsin, contraignant les dirigeants occidentaux à réagir, en toute hâte, pour éviter l'effondrement total du système. Ce rappel historique, très cursif, que l'auteur a nourri de quelques chiffres clés, outre qu'il est passionnant à « relire » est la porte d'entrée dans la partie la plus profonde et personnelle de l'ouvrage, celle qui entreprend d'explorer les racines de la cupidité.

L'exemple de la plus grande coopérative du mondeJean-Philippe Larramendy les trouve dans la pensée biblique et, singulièrement, soixante cinq fois dans la Bibe hébraïque. C'est  le "chamadh" . Et cette parole du prophète Ezéchiel: " les chefs cupides sont comme des loups qui déchirent une proie, prêts à faire périr des gens pour en tirer profit." Et puis vint Jésus, Jésus de Nazareth et cette phrase extraite des Béatitudes:" Heureux les pauvres de coeur: le Royaume des Cieux est à eux". L'auteur puise alors, pour les besoins d'une confirmation, ses références dans les évangiles où les exemples abondent avant de faire appel, treize siècles plus tard, à Saint Thomas d'Aquin qui classe la cupidité parmi les sept péchés (ou vices ) capitaux. Enfin, il ne pouvait pas ignorer les derniers enseignements de l'Eglise d'aujourd'hui, tels qu'ils ressortissent de l'encyclique "Caritas in veritate", publiée en juillet 2009 "porteuse d'une critique radicale de la cupidité sous ses différentes facettes." Mais, comme il ne saurait y avoir de constat d'impuissance, Jean-Philippe Larramendy met en avant, une nouvelle fois, le modèle coopératif, tant on sait qu'il est attaché à son Pays Basque (être basque aujourd'hui) et à une entreprise, un groupe, qui semble défier la crise, même s'il a aujourd'hui plus de mal à l'affronter: la grande coopérative de Mondragon...
Mondragon, du nom de ce petit village de la province du Guipuzcoa où, en 1956, un jeune prêtre, José Maria Arizmendiarrieta, l'a portée sur les fonts baptismaux. Mondragon, c'est la plus grande coopérative du monde, celle qui emploie 83.000 personnes dont 15.000 à l'international, un géant de l'électroménager entre autres qui porte des marques comme Fagor ou Brandt, une division 'connaissance' avec quatorze centres de recherches, de formation, d'apprentissage, une université... C'est, d'abord, un modèle de gouvernance unique à pareille échelle, celui des travailleurs-associés, les "socios" directement associés à la prospérité de leur coopérative. Un paravent contre les débordements du capitalisme financier mais pas une garantie absolue contre la rudesse du marché. Mondragon a du licencier des travailleurs non associés mais s'en sort beaucoup mieux que les autres entreprises d'Espagne.
Est-elle pour autant à l'abri des mutations de l'économie mondiale, et surtout des comportements humains? Les valeurs qu'elle défend, depuis l'origine, ne rencontrent plus forcément les mentalités d'une société qui change.  Jean-Philippe Larramendy n'élude pas ce redoutable nouveau défi, conscient qu'il est vital pour Mondragon de régénérer la philosophie qui anima son fondateur.

1.Tu ne convoiteras pas, De la cupidité dans la crise actuelle (15euros) www.editions-bayard.com

 

Joël Aubert
Par Joël Aubert

Crédit Photo : Jean-Philippe Larramendy

Partager sur Facebook
Vu par vous
3101
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
tchoo | 15/10/2013

Mais la cupidité est aussi vieile que l'homme et ce n'est pas la religion quelle qu'elle soit qui règlera le problème, mais l'action et le courage politique de mettre en place des règles et des lois qui limite l'accumulation et qui met l'humain devant l'économie ou le profit.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !