19/09/17 : Journée européenne des langues. Pour l'occasion, la Maison de l’Europe de Lot-et-Garonne organise un World café le mardi 26 sept de 14h à 17h, dans ses locaux pour échanger en anglais, espagnol, italien, allemand et s'informer sur "SO MOBILITÉ".

18/09/17 : C'est un gros coup pour la future Arena de Floirac. Ce lundi, elle a annoncé la venue le 4 avril prochain du groupe de rock américain Imagine Dragons. Les premiers billets seront disponibles à la vente vendredi 22 septembre, et les préventes dès mercredi.

15/09/17 : L'île d'Oléron a été choisie pour accueillir les prochaines Rencontres inter-îles, du 24 au 26 novembre. Ce rendez-vous autour des problématiques liées au maintien de l'agriculture dans les îles aura pour thématique l'accès au foncier.

15/09/17 : L'ancien maire socialiste de Cenon, Alain David, ayant été élu à l'Assemblée nationale c'est son successeur Jean-François Egron qui prend le relais en tant que vice-président de la métropole aux Ressources humaines et à l'administration générale

14/09/17 : Le comité olympique et sportif de la Dordogne a fêté hier, l'annonce officielle de l'attribution des Jeux Olympiques à Paris en 2024, en présence Manon Hostens, championne du monde en Kayak et Yoann Kowal, champion d'Europe 2014 du 3000 m steeple.

14/09/17 : Brive accueillera le samedi 23 septembre accueillera place du Civoire son premier salon de la bière locale et artisanale. Cinq brasseries artisanales viendront de Dordogne.

14/09/17 : Le tennis bordelais est en deuil. Jean-Louis Gachet, Commissaire Général du Tournoi BNP Paribas Primrose, est décédé vendredi dernier après une longue maladie, annonce dans un communiqué hommage Bernard Dupouy, Président de la Villa Primrose.

12/09/17 : En Dordogne, ce mardi matin, plus de 1500 personnes ont manifesté à Périgueux contre la loi travail. La CGT et la FSU ont pris la tête du cortège auquels participaient également Solidaires, le mouvement Attac et quelques militants Force ouvrière.

11/09/17 : En Charente-Maritime, la CGT a appelé à manifester contre la loi travail à Saintes à 10h30 devant le Palais de Justice, à Rochefort à 10h30 Place Colbert et à La Rochelle à 14h devant la gare.

11/09/17 : Lors de la journée d'action nationale du mardi 12 septembre, la Ville de Périgueux met en place un service minimum d’accueil dans les écoles qui seront en grève, pour les élèves des écoles maternelles et élémentaires pendant le temps scolaire.

11/09/17 : Mobilisation du 12 septembre : en Dordogne, deux manifestations sont prévues mardi à 10 h 30 devant le palais de justice de Périgueux et à 15 h devant celui de Bergerac, à l'appel de la CGT, de la FSU pour dénoncer les ordonnances de la loi Travail.

- Multivote -
Le Grand Poitiers - Rentrée Universitaire 2017
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/09/17 | Création d'une Commission départementale des espaces, sites et itinéraires au CD47

    Lire

    Engagé depuis des années dans la valorisation des itinéraires et promenades de randonnés, notamment à travers un plan départemental, le CD de Lot-et-Garonne vient de créer une Commission départementale des espaces, sites et itinéraires réunissant les acteurs évoluant dans le domaine des sports nature. « Cette instance de réflexion et de concertation aura à cœur de promouvoir et de favoriser le développement maîtrisé des sports de nature, au bénéfice des acteurs et des usagers de la nature ».

  • 18/09/17 | Michèle Larroque présidente du festival du film de Saint-Jean-de-Luz

    Lire

    La comédienne Michèle Larroque sera la présidente du jury du Festival international du film de Saint-de-Luz qui aura lieu dans la Cité des Corsaires du 3 au 7 octobre. Elle sera assistée de Hugo Becker, Lola Doillon, Marc Fitoussi, Gringe, Anne Marvin et Sarah Stern. Un joli casting qui sera enrichi par la présence du réalisateur Claude Lelouch. Michèle Laroque présentera en clôture du festival son premier film "Brillantissime" d'après la pièce "Mon brillantissime divorce" en avant-première mondiale. Programme: https://www.fifsaintjeandeluz.com/

  • 16/09/17 | Paris: La Maison de la Nouvelle Aquitaine est née

    Lire

    La Maison de la Nouvelle-Aquitaine remplace l’association de la Maison de l’Aquitaine et la SEM Maison du Limousin, dissoutes toutes deux en assemblées Générales extraordinaires le 13 septembre à Paris. Philippe DORTHE, Conseiller Régional de la Nouvelle-Aquitaine en est le président. Elle est dédiée notamment à l’attractivité, au développement économique, à la valorisation et la promotion touristique des destinations et territoires de la région Nouvelle-Aquitaine et offre des services en particulier un centre d'affaires et d'animation économique pour les entreprises.

  • 15/09/17 | Charente- Maritime : de nouvelles arrivées de migrants attendues en septembre

    Lire

    La rumeur courrait depuis plusieurs jours, elle a été confirmée par le nouveau préfet Fabrice Rigoulet-Roze et son secrétaire général Pierre-Emmanuel Portheret. La Charente-Maritime va accueillir de nouveaux migrants. Un nouveau centre d'accueil et d'orientation (CAO) sera donc créé à La Tremblade, en vue d'accueillir une vingtaine de migrants, portant le nombre de CAO à 5 sur le département, soit 178 places, réparties entre les bassins de La Rochelle, Rochefort et le Pays royannais.

  • 15/09/17 | Sécheresse : la Charente-Maritime reste en état d'alerte malgré les pluies

    Lire

    Alors que l'interdiction de remplissage des marres de tonnes vient d'être levée, la Charente-Maritime reste "en état de sécheresse" (depuis juin) pour la préfecture. Le préfet Fabrice Rigoulet-Roze compte lancer une réflexion pour changer les pratiques dans l'usage de l'eau, dans tous les secteurs d'activités, de l'agriculture au tourisme. Il s'est dit prêt notamment à envisager des aménagements de retenues d'eau, "en concertation avec les usagers", collectivités, associations, syndicats.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Culture | Entre les Lignes: un, deux, trois c'est parti pour L'Ire des Marges!

04/03/2013 | Trois oeuvres singulières pour une maison atypique.

Les trois premiers livres édités par L'Ire des Marges

Il y a quelques jours, Aqui se faisait l’écho de la naissance de la maison d’édition L’Ire des Marges. Obligation – morale – était faîte alors d’aller voir entre les lignes des trois premiers nés de la maison : le roman « Hydroponica » de Brigitte Comard, la pièce de théâtre « Flappers » de Renaud Borderie, la poésie des « Plains Regards » de Francis Julienpont. Obligation mais pas déplaisir, loin de là. Le choix éditorial annonce d’ores et déjà une volonté de non compromis avec toute forme de complaisance. Ici la jolie normalité n’est pas la norme. La création, la réaction, le ressenti bien plus, c’est certain, avéré et prometteur, à la lecture découverte de ces trois opus.

"Hydroponica" de Brigitte Comard."Hydroponica" est le premier roman de Brigitte Comard. Le titre initial "Le Mobil-Home" annonçait le destin chaotique d'Isa dont, un jour mauvais, la vie dérape et dont la dégringolade l'amène au camping avec son fils Enzo, huit ans. Un camping qui assemble là une curieuse caravane en marge du monde: Jamila, Aziz, Zora, Jean-Jacques et bientôt Magali. Un quotidien qui n'a que peu à voir avec les vacances, où la vie s'enlise, ni mobile ni volubile. Un paradoxe: survivre pour quoi? Ne plus vivre, végéter en faisant comme si tout allait bien pour le reste du monde, surtout calmer sa rage pour éviter de sombrer. Végéter oui, mais sans racine, sans rien ou presque de ce qui fait habituellement le substrat de la vie. C'est le sens de ce mot barbare inscrit sur une barquette de fraises pas chères venues d'Espagne: "hydroponico" qui devient "hydroponica" avec le a de Isa qui tente de faire surnager sa vie devenue plus que bon marché. Une vie discount. On est tous des Isa en puissance, en équilibre au dessus du vide, susceptibles de tomber sans avoir pour autant conscience de la possibilité de la chute. Vivants invincibles, mais si certainement déracinables... et en même temps, malgré tout, "en puissance". Isa qui a tout perdu, vacille mais tient debout, chute et se redresse. Le souffle de la vie jumeau de celui de la mort. Le prix à payer est à crédit, la carte passe mal, mais ... coûte que coûte, il arrive que la force s'inverse. Brigitte Comard décrit sans faux semblants la trajectoire hâchée d'Isa. Elle révèle un monde que beaucoup ne veulent pas voir, par indifférence, inconscience ou superstition. Elle révèle aussi ce qui, contre toute attente, permet aussi de survivre, voire de vivre à nouveau. La folle énergie du désespoir et l'immortelle étincelle qui parfois suffit pour revoir la lumière.

"Flappers" de Renaud Borderie.Ah, une pièce de théâtre ! Il est si rare de lire du théâtre … peut−être parce que l’effort n’est pas le même, il faut entendre une voix, imaginer des attitudes, tout en étant guidé par les injonctions de l’auteur, ces didascalies au mot magnifique qui sonne comme une cascade de mots. Lire du théâtre c’est se laisser aller à un autre rythme, mais c’est partir aussi, plus loin parfois qu’à la lecture d’un roman comme si les personnages étaient là soudain, criants de vérité. Et les personnages de Renaud Borderie sont criants, justement, hurlant même parfois, flirtant avec la folie, à tour de rôle. Renaud Borderie s’attaque à un mythe, Scott Fitzgerald, par la face nord, sa face sombre, sa femme Zelda. Zelda apparaît au début de la pièce dans une longue tunique blanche, internée, elle écrit. Elle écrit comme on respire et hurle pour qu’on lui apporte du papier, ce que fait le médecin comme un remède à sa furie. Dyo – Scott dit que l’écriture la rend folle. Tout comme la danse la rendait folle ou, au contraire, était le premier effet de sa folie. Il dit que tout acte de création la démange à se gratter au sang, car elle se couvre d’eczema quand elle écrit, quand elle danse à en mourir… « Moi je te vois mal » dit Dyo à Zelda, gêné par le soleil. N’est ce pas là la clé de ce mystère qui unit ou désunit ces deux là dont on ne sait qui est le plus fou des deux ? « Flappers » c’est la dissonnance des amants, c’est une sarabande folle et désespérée. C’est l’éclat d’une pureté sulfureuse, servile et rebelle à la fois. Démente. Un amour perdu dans les larmes, quand la sérénité ne vient que lorsqu’on rend les armes d’avoir trop souffert, qu’on est lourd de chagrin et de tourments. Une danse maudite et pourtant magnifique, de cassures en renoncements, de serments en déséquilibres.

"Plains regards, moment des renouées" de Francis Julienpont.La poésie est un souffle qui court sur la peau. Combien de fois entend−on : « Je ne lis pas de poésie, je n’y comprends rien ! ». Les mêmes diront plus tard que « la poésie c’est mièvre » quand ils comprennent trop. Il ne sert à rien de chercher à comprendre, mais juste de se laisser porter. Cherche−t−on à comprendre l’émotion ressentie quand soudain le vent souffle ?

« Demi fêlure et demi miel
Je sais siffler pour la broussaille absente »…

tel est l’autoportrait du poète. Il dit des choses qu’on n’entend pas. Il suffit alors d’écouter. Le frisson encouru peut être d’amour, de sensualité comme il peut être d’effroi. La poésie est une force qui s’arme sans prévenir, qui ne souffre aucune frontière pas même celle du temps. Les plains regards de Francis Julienpont sont un retour sur lui−même et les couleurs des émotions renouées. C’est un retour vers l’ocre brut des premières résonances, méandres secrets des émotions révélées.

« L’homme a trouvé son cœur
son regard intérieur…
et va par le vrai monde. »

liremarges.jimdo.com

Anne Duprez
Par Anne Duprez

Crédit Photo : l'Ire des Marges éditions

Partager sur Facebook
Vu par vous
692
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !