aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 24/09/16 | Prolongement de l'exposition « Gérard Fromanger annoncez la couleur ! » à Agen

    Lire

    Prolongement jusqu'au dimanche 16 octobre à l'église des Jacobins à Agen. L’artiste sera également présent à Agen les vendredi 14 octobre et samedi matin 15 octobre. Au programme notamment le vendredi 14, à 18h30, la projection du film "En suivant la piste Fromanger", au Studio Ferry. Et le samedi matin 15 octobre, ouverture exceptionnelle des Jacobins de 10h à 12h, car Gérard Fromanger sera présent aux Jacobins pour vous rencontrer et dédicacer les catalogues.

  • 23/09/16 | Solex de compétition à Saint-Léon

    Lire

    Dimanche 25 septembre, un rendez-vous atypique est organisé à Saint-Léon,dans l'Entre-deux-Mers: une course de Solex. Mais attention, ici on ne fait pas vraiment dans le «vintage», la performance doit être au rendez-vous. Le départ est donné à 11 h pour une épreuve d'endurance de 6 h (!!) sur le circuit de 3km concocté par le Saint-Léon Solex Club sur les petites routes de campagne. Les 25 Solex en lice s'affronteront par catégorie : Solex Origine, Origine Améliorée, Prototype et Super Prototype. S'il est parfois difficile de reconnaître «la bicyclette qui roule toute seule», le moteur à l'avant reste un impératif. A découvrir!

  • 22/09/16 | Ligne ferroviaire Pau-Canfranc : l'aide de l'Europe sollicitée

    Lire

    La région Nouvelle Aquitaine et le gouvernement d'Aragon vont déposer le 18 octobre à Bruxelles un dossier de candidature pour un appel à projet européen MIE (mécanisme pour l'interconnexion en Europe). Cela, afin d'amener l'Union européenne à financer en partie la réouverture de la ligne ferroviaire Pau-Canfranc. Le coût de ce chantier est estimé entre 350 et 450 millions d'euros. Selon Alain Rousset, l'Europe pourrait apporter jusqu'à 40% de cette somme. Un courrier a aussi été adressé aux ministres des transports français et espagnols pour souligner l'importance de ce dossier.

  • 16/09/16 | L'Aragon et la Nouvelle Aquitaine réunis sur la liaison Pau-Canfranc-Saragosse

    Lire

    Alain Rousset, le président du Conseil régional, et Javier Lambán Montañés, le président du gouvernement d'Aragon, se rencontreront le 21 septembre à Pau pour travailler à la réouverture de la liaison ferroviaire Pau-Canfranc-Saragosse. Dossier dont ils iront souligner l'urgence le 18 octobre à Bruxelles. Un groupe de travail réunissant l'Aragon et la Nouvelle Aquitaine sera constitué et dédié au dossier transeuropéen de transport RTE-T tandis qu'une structure permanente de coopération sera mise en place sur le sujet.

  • 15/09/16 | Eric Morvan nouveau préfet des Pyrénées Atlantiques

    Lire

    L'histoire se répète au Pays Basque: Eric Morvan, directeur de cabinet adjoint auprès du ministre de l'Intérieur va succèder à Pierre-André Durand à la préfecture des Pyrénées Atlantiques. En effet, les deux hommes ont tous deux été sous préfet de Bayonne, le second entre 2008 et 2010. Ce dernier va hériter du dossier d'intercommunalité unique Pays basque (EPCI) mis en place par son prédécesseur. Avec sur son bureau un recours -a priori suspensif- déposé par des maires opposants de l'intercommunalité Côte-Basque Adour.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Culture | Entre les Lignes: "Un nègre en Hiver", Eric Joly.

13/10/2013 | Une épopée de sang, de courage et de fièvre, entre Afrique, France et Lande Girondine...

Malades sénégalais à l'hôpital du camp. Camp du Courneau. Collection Jean-Pierre Caule.

On connaissait les vertus de l’air balsamique du bassin d’Arcachon dans le traitement des maladies pulmonaires, lorsque sur la commune de La Teste de Buch fut fondée l’une des premières stations balnéaires accueillant une clientèle fortunée et parfois célèbre, ainsi que des malades de la tuberculose venus goûter le soleil dans les « villas hygiénistes » de sa ville d’hiver. On sait moins que quelques dizaines d’années plus tard, une autre ville d’hiver sortit de terre à La Teste, au Courneau. On était alors en temps de guerre, au temps de celle qu’on appelle encore « la Grande », et qui appela sur le sol de France les enfants d’une patrie lointaine : Bambaras, Toucouleurs, Foulahs, Malinqués, Soussous, Wolofs, Baoulés, Batékés, Sarakolés, Kissiens … frères, parfois ennemis, réunis sous le terme générique et militaire de « Tirailleurs sénégalais ». Vaillants guerriers prêts à soutenir leur nouvelle mère patrie avec courage, ces précieux renforts de troupes devaient être préservés de fléaux parfois plus grands que la rafale allemande : le froid mordant des plaines du Nord. On organisa donc des camps, à Fréjus, mais aussi à La Teste, dits « Camps d’hivernage ». Mais l’ingénieur Adrian, concepteur des baraques, n’est pas le docteur Lalesque ; le camp d’hivernage n’est pas la ville d’hiver ; là où la tuberculose recule, ici elle décime…

Le camp du Courneau c’était entre 15000 et 18000 hommes, soit l’équivalent d’une petite ville du Sénégal.  La gare livrait chaque jour sa fournée de  combattants, fourbus, meurtris par le feu et les tranchées, venus là entre deux campagnes sanglantes. Des hommes qu’on faisait défiler le Dimanche, pour les moins amochés, mais qu’on refusait de voir depuis les boulevards à la mode d’Arcachon, fréquentés alors par la jet set de l’époque, dont la grande Sarah Bernhardt.  Tout juste quelques entrefilets dans la presse, même quand un mal sournois, pire que la guerre car ne laissant quasiment aucun rêve de victoire, fit un carton dans les chambrées. 940 morts. Braves entre les braves ils auraient voulu mourir au combat ; un hiver dans la lande les faucha plus cruellement qu’un obus.

Eric Joly sort de l’ombre l’histoire de ces guerriers de courage et de fierté, à qui l’on promit souvent monts et merveilles sans toujours honorer ces premiers serments. On suit le parcours de l’un d’entre eux, Abdou N’diaye, de son Afrique natale jusqu’aux « herbes froides » de la campagne de Champagne sur lesquelles il tombe le  2 Mars 1915. Puis on pénètre avec d’autres dans les baraquements du camp du Courneau, ou sur les bords du canal de Cazaux : baignades, corvées de linge… on entend les rires, le mélange des dialectes et de ce « petit nègre » langue inventée par l’administration militaire afin de se faire facilement comprendre de ces nouvelles recrues. On y est, avec eux.

Eric Joly rétablit aussi la vérité : non ce n’est pas la terre humide de La Teste qui a tué ces soldats du lointain. Cette terre dite à tort « marécageuse, malsaine, à très haut risque infectieux, véritable piège mortel »… cette terre qu’Eric Joly aime passionnément, il la défend et il a raison. Grâce à une enquête minutieuse et documentée il prouve que le site n’avait rien à voir avec le mal qui fit tomber, un à un, les Sénégalais. Ils ont péri du même mal dont venait se prémunir, ou se guérir, les riches locataires des villas arcachonnaises : au mieux la pneumonie, au pire la tuberculose. Mais ces pauvres bougres, héros de la nation, sont morts de la promiscuité des dortoirs trop bien chauffés où le mal a pu se transmettre à la vitesse de la lumière. Non la terre de La Teste n’a pas tué les Sénégalais. Elle garde au contraire encore aujourd’hui le chœur des vaillants, accourus de par la mer sauver la mère patrie qu’un mariage de raison leur avait imposés. Elle garde à jamais le cœur de ces 940 morts pour la France.

« Un nègre en hiver » retrace avec pudeur, respect et émotion le parcours de ces braves vaincus par une charge contre laquelle hélas leur courage, salué par tous, ne pouvait rien.

Anne Duprez
Par Anne Duprez

Crédit Photo : Collection Jean-Pierre Caule

Partager sur Facebook
Vu par vous
541
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !