18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Culture | Entre les Lignes: "Un nègre en Hiver", Eric Joly.

13/10/2013 | Une épopée de sang, de courage et de fièvre, entre Afrique, France et Lande Girondine...

Malades sénégalais à l'hôpital du camp. Camp du Courneau. Collection Jean-Pierre Caule.

On connaissait les vertus de l’air balsamique du bassin d’Arcachon dans le traitement des maladies pulmonaires, lorsque sur la commune de La Teste de Buch fut fondée l’une des premières stations balnéaires accueillant une clientèle fortunée et parfois célèbre, ainsi que des malades de la tuberculose venus goûter le soleil dans les « villas hygiénistes » de sa ville d’hiver. On sait moins que quelques dizaines d’années plus tard, une autre ville d’hiver sortit de terre à La Teste, au Courneau. On était alors en temps de guerre, au temps de celle qu’on appelle encore « la Grande », et qui appela sur le sol de France les enfants d’une patrie lointaine : Bambaras, Toucouleurs, Foulahs, Malinqués, Soussous, Wolofs, Baoulés, Batékés, Sarakolés, Kissiens … frères, parfois ennemis, réunis sous le terme générique et militaire de « Tirailleurs sénégalais ». Vaillants guerriers prêts à soutenir leur nouvelle mère patrie avec courage, ces précieux renforts de troupes devaient être préservés de fléaux parfois plus grands que la rafale allemande : le froid mordant des plaines du Nord. On organisa donc des camps, à Fréjus, mais aussi à La Teste, dits « Camps d’hivernage ». Mais l’ingénieur Adrian, concepteur des baraques, n’est pas le docteur Lalesque ; le camp d’hivernage n’est pas la ville d’hiver ; là où la tuberculose recule, ici elle décime…

Le camp du Courneau c’était entre 15000 et 18000 hommes, soit l’équivalent d’une petite ville du Sénégal.  La gare livrait chaque jour sa fournée de  combattants, fourbus, meurtris par le feu et les tranchées, venus là entre deux campagnes sanglantes. Des hommes qu’on faisait défiler le Dimanche, pour les moins amochés, mais qu’on refusait de voir depuis les boulevards à la mode d’Arcachon, fréquentés alors par la jet set de l’époque, dont la grande Sarah Bernhardt.  Tout juste quelques entrefilets dans la presse, même quand un mal sournois, pire que la guerre car ne laissant quasiment aucun rêve de victoire, fit un carton dans les chambrées. 940 morts. Braves entre les braves ils auraient voulu mourir au combat ; un hiver dans la lande les faucha plus cruellement qu’un obus.

Eric Joly sort de l’ombre l’histoire de ces guerriers de courage et de fierté, à qui l’on promit souvent monts et merveilles sans toujours honorer ces premiers serments. On suit le parcours de l’un d’entre eux, Abdou N’diaye, de son Afrique natale jusqu’aux « herbes froides » de la campagne de Champagne sur lesquelles il tombe le  2 Mars 1915. Puis on pénètre avec d’autres dans les baraquements du camp du Courneau, ou sur les bords du canal de Cazaux : baignades, corvées de linge… on entend les rires, le mélange des dialectes et de ce « petit nègre » langue inventée par l’administration militaire afin de se faire facilement comprendre de ces nouvelles recrues. On y est, avec eux.

Eric Joly rétablit aussi la vérité : non ce n’est pas la terre humide de La Teste qui a tué ces soldats du lointain. Cette terre dite à tort « marécageuse, malsaine, à très haut risque infectieux, véritable piège mortel »… cette terre qu’Eric Joly aime passionnément, il la défend et il a raison. Grâce à une enquête minutieuse et documentée il prouve que le site n’avait rien à voir avec le mal qui fit tomber, un à un, les Sénégalais. Ils ont péri du même mal dont venait se prémunir, ou se guérir, les riches locataires des villas arcachonnaises : au mieux la pneumonie, au pire la tuberculose. Mais ces pauvres bougres, héros de la nation, sont morts de la promiscuité des dortoirs trop bien chauffés où le mal a pu se transmettre à la vitesse de la lumière. Non la terre de La Teste n’a pas tué les Sénégalais. Elle garde au contraire encore aujourd’hui le chœur des vaillants, accourus de par la mer sauver la mère patrie qu’un mariage de raison leur avait imposés. Elle garde à jamais le cœur de ces 940 morts pour la France.

« Un nègre en hiver » retrace avec pudeur, respect et émotion le parcours de ces braves vaincus par une charge contre laquelle hélas leur courage, salué par tous, ne pouvait rien.

Anne Duprez
Par Anne Duprez

Crédit Photo : Collection Jean-Pierre Caule

Partager sur Facebook
Vu par vous
890
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !