Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

  • 14/08/18 | EasyJet relie Paris et les pistes de ski

    Lire

    EasyJet vient de lancer une ligne Paris-Pau pour l’hiver 2019. L’aéroport de Pau proposera des navettes directes vers les pistes de ski, disponibles à la vente dès le 1er septembre, et la compagnie facilite le transport des équipements de ski. Deux vols quotidiens sont proposés et jusqu’à deux vols par jour les lundis, jeudis et vendredis.

  • 14/08/18 | Madiran et Pacherenc à la fête!

    Lire

    Ces 14 et 15 août, le village béarnais de Madiran met à l'honneur les appellations Madiran et Pachrenc du Vic Bilh à l'occasion de sa Fête du vins. Pour célébrer les 70 ans des 2 appellations, à travers de nombreuses animations: un espace vins (entrée 5 €) avec dégustations, ventes de vins et rencontres avec les vignerons, mais aussi jeux pour enfants, marché gourmand, défilé des confréries, soirées tapas, bals, concerts le tout accompagnée d'une fête foraine et d'un feu d'artifice pour finir en beauté, le 15 août à 23h30.

  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Entre les Lignes: "Un nègre en Hiver", Eric Joly.

13/10/2013 | Une épopée de sang, de courage et de fièvre, entre Afrique, France et Lande Girondine...

Malades sénégalais à l'hôpital du camp. Camp du Courneau. Collection Jean-Pierre Caule.

On connaissait les vertus de l’air balsamique du bassin d’Arcachon dans le traitement des maladies pulmonaires, lorsque sur la commune de La Teste de Buch fut fondée l’une des premières stations balnéaires accueillant une clientèle fortunée et parfois célèbre, ainsi que des malades de la tuberculose venus goûter le soleil dans les « villas hygiénistes » de sa ville d’hiver. On sait moins que quelques dizaines d’années plus tard, une autre ville d’hiver sortit de terre à La Teste, au Courneau. On était alors en temps de guerre, au temps de celle qu’on appelle encore « la Grande », et qui appela sur le sol de France les enfants d’une patrie lointaine : Bambaras, Toucouleurs, Foulahs, Malinqués, Soussous, Wolofs, Baoulés, Batékés, Sarakolés, Kissiens … frères, parfois ennemis, réunis sous le terme générique et militaire de « Tirailleurs sénégalais ». Vaillants guerriers prêts à soutenir leur nouvelle mère patrie avec courage, ces précieux renforts de troupes devaient être préservés de fléaux parfois plus grands que la rafale allemande : le froid mordant des plaines du Nord. On organisa donc des camps, à Fréjus, mais aussi à La Teste, dits « Camps d’hivernage ». Mais l’ingénieur Adrian, concepteur des baraques, n’est pas le docteur Lalesque ; le camp d’hivernage n’est pas la ville d’hiver ; là où la tuberculose recule, ici elle décime…

Le camp du Courneau c’était entre 15000 et 18000 hommes, soit l’équivalent d’une petite ville du Sénégal.  La gare livrait chaque jour sa fournée de  combattants, fourbus, meurtris par le feu et les tranchées, venus là entre deux campagnes sanglantes. Des hommes qu’on faisait défiler le Dimanche, pour les moins amochés, mais qu’on refusait de voir depuis les boulevards à la mode d’Arcachon, fréquentés alors par la jet set de l’époque, dont la grande Sarah Bernhardt.  Tout juste quelques entrefilets dans la presse, même quand un mal sournois, pire que la guerre car ne laissant quasiment aucun rêve de victoire, fit un carton dans les chambrées. 940 morts. Braves entre les braves ils auraient voulu mourir au combat ; un hiver dans la lande les faucha plus cruellement qu’un obus.

Eric Joly sort de l’ombre l’histoire de ces guerriers de courage et de fierté, à qui l’on promit souvent monts et merveilles sans toujours honorer ces premiers serments. On suit le parcours de l’un d’entre eux, Abdou N’diaye, de son Afrique natale jusqu’aux « herbes froides » de la campagne de Champagne sur lesquelles il tombe le  2 Mars 1915. Puis on pénètre avec d’autres dans les baraquements du camp du Courneau, ou sur les bords du canal de Cazaux : baignades, corvées de linge… on entend les rires, le mélange des dialectes et de ce « petit nègre » langue inventée par l’administration militaire afin de se faire facilement comprendre de ces nouvelles recrues. On y est, avec eux.

Eric Joly rétablit aussi la vérité : non ce n’est pas la terre humide de La Teste qui a tué ces soldats du lointain. Cette terre dite à tort « marécageuse, malsaine, à très haut risque infectieux, véritable piège mortel »… cette terre qu’Eric Joly aime passionnément, il la défend et il a raison. Grâce à une enquête minutieuse et documentée il prouve que le site n’avait rien à voir avec le mal qui fit tomber, un à un, les Sénégalais. Ils ont péri du même mal dont venait se prémunir, ou se guérir, les riches locataires des villas arcachonnaises : au mieux la pneumonie, au pire la tuberculose. Mais ces pauvres bougres, héros de la nation, sont morts de la promiscuité des dortoirs trop bien chauffés où le mal a pu se transmettre à la vitesse de la lumière. Non la terre de La Teste n’a pas tué les Sénégalais. Elle garde au contraire encore aujourd’hui le chœur des vaillants, accourus de par la mer sauver la mère patrie qu’un mariage de raison leur avait imposés. Elle garde à jamais le cœur de ces 940 morts pour la France.

« Un nègre en hiver » retrace avec pudeur, respect et émotion le parcours de ces braves vaincus par une charge contre laquelle hélas leur courage, salué par tous, ne pouvait rien.

Anne Duprez
Par Anne Duprez

Crédit Photo : Collection Jean-Pierre Caule

Partager sur Facebook
Vu par vous
1969
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !