10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

06/12/17 : C'est ce lundi 11 décembre que Didier Lallement, prendra officiellement ses fonctions de préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la zone de défense et de sécurité Sud-Ouest et préfet de la Gironde à la suite de Pierre Dartout.

30/11/17 : Le 20 décembre, la salle de spectacles “Les Cigales“ à Luxey (40) accueille Françis Huster pour un seul-en-scène moderne et engagé, à l’image de celui qu’il incarne: Albert Camus. Rendez-vous à 21h. Pensez à réserver sur www.musicalarue.com !

30/11/17 : Du 5 au 16 décembre, la médiathèque du Marsan (à Mont-de-Marsan) accueille une exposition d'affiches créée à l'occasion du cinquantième anniversaire d'Amnesty International. Objectif: sensibiliser et éduquer aux droits humains.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset

  • 08/12/17 | Les événements nautiques de La Rochelle annoncés au salon Nautic de Paris

    Lire

    Le salon Nautic a été l'occasion pour La Rochelle d'annoncer les événements de 2018. En avril, la ville accueillera L'Hermione avant son départ en méditerranée. En mai, ce sera la première édition des Assises de la plaisance et du nautisme. A partir de juillet, 4 championnats européens de sport de glisse vont se succéder (catamaran, dériveur et forty-niners). Sans oublier les traditionnels rendez-vous de la Semaine du Nautisme ou du Grand Pavois, qui se tiendra du 26 septembre au 1 octobre.

  • 08/12/17 | L'ambassadeur de Chine annoncé à la prochaine fête de la truffe

    Lire

    La prochaine fête de la truffe a lieu à Sarlat, les 20 et 21 janvier 2018. Cet événement culinaire accueillera l'assemblée générale de l’association des Bocuse d’Or Winners. Pour l’occasion, 17 lauréats du célèbre concours de cuisine du monde seront présents. Zhai Jun, l'ambassadeur de la République populaire de Chine, accompagné d'une vingtaine de personnes à la prochaine Académie culinaire du foie gras et de la truffe, a répondu favorablement à l'invitation de la municipalité.

  • 07/12/17 | L'avenir du vélo en débat à La Rochelle

    Lire

    Depuis douze ans, la Charente-Maritime organise ses Tribunes de l'Innovation autour de grands thèmes d'actualité comme la solidarité, la mondialisation, etc. Pour cette édition, la "petite reine" est à l'honneur, avec des conférences-débats autour de son histoire, sa place socio-économique, ses innovations technologiques et son avenir en tant que transport doux et durable. RDV (gratuit) le 14 décembre à 18h à la Maison du Département. Ouvert au grand public sur inscription au 05 46 31 72 00.

  • 06/12/17 | Nouveau record pour Bordeaux-Mérignac

    Lire

    En novembre 2017, le trafic international continue de soutenir les bons résultats de l'Aéroport de Bordeaux-Mérignac et affiche un record mensuel de croissance pour 2017 de +26,3%. Ce premier mois de la saison Automne-Hiver a vu 404.000 passagers mensuels transportés (+3,2%). Depuis début 2017, le trafic de la plate-forme bordelaise progresse de +8,2% et 5.772.000 passagers ont été transportés. Une fin d'année qui s'annonce très positive à Bordeaux avec cependant un bémol, la baisse de 10,3% du trafic national liée au recul de Paris.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Entretien : l'Utopia veut remplir votre clé USB avec des films

30/08/2010 |

Vidéo en poche, une initiative de l'Utopia

Depuis le mois de juin, il est possible d'aller chercher un film avec sa clé USB au cinéma Utopia pour la modique somme de cinq euros. Si l'opération est pour le moment limitée au seul site de Bordeaux, elle s'élargira à tout le réseau dès la rentrée. Une initiative qu'on pourrait aisément comparer à l'activité d'un petit commerçant de quartier qui va directement chercher ses légumes chez le maraîcher. Ou un laitier, comme le suggère le logo, puisqu'on vient avec son propre contenant. Malgré un catalogue qui ne demande qu'à s'étoffer et un succès plutôt anecdotique puisqu'il n'y a aucun élément de comparaison, Isabelle Warin, responsable du projet avec Rodolphe Village (du cinéma Utopia de Tournefeuille) est très enthousiaste à l'issue de ce test estival.

Il est quand même bien pratique d'avoir une brasserie au sein du cinéma. Cela permet notamment de discuter avec Isabelle Warin autour d'un café du projet Vidéo en Poche, testé cet été sur Bordeaux, qui va se lancer dans le réseau Utopia.

@qui! - Comment est né le projet Vidéo en Poche ?
Isabelle Warin - C'était une idée de Rodolphe [ndlr : Rodolphe Village, actuellement au cinéma de Tournefeuille]. En décembre 2009, on avait demandé aux gens de venir avec leur clé USB à la projection du film de Frédéric Chignac, Non au McDrive. Et donc pendant la séance, on a mis tout ça dans un panier et ce sont deux mecs de l'ABUL qui ont copié le film sur la trentaine de clés. Quand on a démarré l'opération, on tenait absolument à ce qu'il y ait le réalisateur. On connaissait bien Frédéric, on s'est dit que c'était l'occasion. Il a été d'une complicité totale.

@! - Mais pourquoi demander que l'on apporte une clé USB ?
I. W. - Au départ, on pensait vendre le film directement sur une clé, mais cela ajoute du charme. Les spectateurs viennent à l'occasion d'une séance, ils nous laissent la clé et repartent avec à la fin de la séance. Ça reste du cinéma, le coté marchand est vraiment secondaire. Cela rétablit une relation qui ne se tisse plus via internet. On perd de vue la salle, le cinéma, les auteurs. On ne sait plus ce qu'est un réalisateur, comment on fait un film, dans quelle condition... Par contre, on a eu quelques personnes qui ont cru qu'à l'issue de n'importe quelle projection, ils pouvaient repartir avec le film qu'il venait de voir (rires). Ce n'est pas encore naturelle, ça marche avec le bouche à oreille et l'idée que ça peut aider la production. Mais on souhaite aussi démontrer l'absurdité de la loi Hadopi. Ça ne pouvait marcher qu'avec l'aide d'un réalisateur, une salle et un public.

@! - Vous êtes plutôt satisfaits du test ?
I. W. - Le test est hyper concluant. Pour le moment, ce sont Paul dans sa vie et Les LIP, l'imagination au pouvoir qui partent le mieux. Ma mondialisation marche pas mal aussi. On a fait une bonne trentaine de ventes pendant l'été sans trop communiquer.

@! - Et alors techniquement, comment ça marche ?
I. W. - Objectif Libre a créé un logiciel libre de diffusion pour les salles en feront la demande. Il n'est pas encore complet, il manque la partie administrative mais il sera prêt courant septembre. Les ayant-droits gagnent trois euros sur les cinq demandés, la TVA prend 0,98 et la salle garde 1,02, ce qui devient beaucoup plus rentable qu'un DVD et qui demande beaucoup moins de travail autour. Le film est copié avec la licence, sans DRM, au format Matroska (ou mkv, lisible sur n'importe quel logiciel multiformat comme VLC) et éventuellement une pochette et une présentation du réalisateur. Ça peut rebuter des distributeurs et là, effectivement, j'imagine que les gens pourront télécharger leurs films (rires). Tous les distributeurs ne sont pas aussi ouverts que Les Films du Paradoxe, le premier à avoir accepter. Et les réalisateurs non plus. A part Tamani et Non au McDrive qui sont sous licence libre, tous les films ont été fournis par Paradoxe. On nous posait la question : « Est-ce que vous ne craignez pas que les gens copient les films ? » Évidemment qu'ils vont les copier. Mais il y aura toujours cette idée de partage. Le spectateur est partie prenante du soutien au cinéma.

@! - Pour le moment le catalogue est peu étoffé, vous avez eu quelques coups de coeur dans la sélection ?
I. W. - On a tous vu les films. Paul dans sa vie reste un documentaire mais avec un coté cinématographique prépondérant, comme chez Raymond Depardon. Tamani est très beau (et en HD). Nicolas Guibert, le réalisateur, fait partie de l'équipe Utopia, il est projectionniste. C'est du documentaire, mais de qualité. Là, on a ouvert avec des films un peu militants mais petit à petit le catalogue va s'élargir. Au mois de septembre, on va avoir plus de films. On aura des films pour enfants, donc on attend les petiots avec leurs clés. On espère avoir bientôt des fictions. On s'est aussi rendu compte que ça ouvrait une fenêtre bien après la diffusion, pour les vieux films qui ne ressortent plus en DVD par exemple.

@! - Du coup, est-ce qu'on peut vous considérer un peu comme un distributeur ?
I. W. - On a posé la question au CNC sur notre statut. Mais on est pas distributeur. Cela se rapproche de notre statut d'exploitant. La salle s'impose dans le choix des films, garde la même relation avec les distributeurs et reste dans son rôle de prescripteur. C'est un savoir faire, comme de la programmation classique, mais en vidéo. C'est un mode de diffusion alternatif au DVD, dont on respecte les mêmes fenêtres de diffusion. Avec ce système là, on fait gagner un accès au public à des films qui ne sortent ni en salle, ni en DVD, ni même en téléchargement illégal. Même pour ceux qui ont eu la chance d'être projetés... En DVD dans la grande distribution, personne n'y ferait gaffe. C'est un prolongement de la vie des films. Et surtout, c'est pas cher.

@! - Et pour plus tard, le téléchargement ou la mise en place de guichet automatique ne serait-il pas plus simple ?
I. W. - On n'envisage pas de mettre en place de borne automatique, c'est trop impersonnel. Le téléchargement non plus. D'abord parce que c'est beaucoup plus consommateur d'énergie. Et il y aussi l'idée de se détacher un peu de l'ordinateur. Même les médiathèques sont intéressées. Mais l'idée c'est de repasser par la salle.

@! - Est-ce que chaque salle gardera sa spécificité ?
I. W. - Il y aura un catalogue commun à tout le réseau. Et ensuite localement chacune des salles aura elle-même la possibilité de faire remonter les productions locales. Comme le réseau Utopia fait partie du réseau ISF (Indépendants, Solidaires et Fédérés) les salles devront surement faire partie de ce réseau pour participer. La totalité des salles Utopia seront équipées vers Décembre.

Thomas Guillot

Pour plus d'informations et la liste des films, rendez-vous sur leur site.

Partager sur Facebook
Vu par vous
808
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !