Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/06/18 : Après dix mois de travaux nécessités par le futur TramBus Tarnos-Biarritz, le pont historique qui enjambe l'Adour à Bayonne sera rouvert ce 2 juillet et festivement inauguré. Passage réalisé une habile quote-part entre voitures-bus, vélos- piétons.

23/06/18 : L'interdiction de pêche et consommation des moules du bassin d’Arcachon a été levée ce 21 juin par le préfet. Dans le banc d’Arguin et les passes, le taux de présence de toxines a baissé mais ne permet pas de lever l'interdiction dans cette zone

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/06/18 | Basque et gascon au côté du français au Pays basque

    Lire

    Vendredi soir, après d'âpres discussions, la Communauté Pays basque, a voté -par vote électronique- "dans le respect du cadre juridique, la reconnaissance officielle du basque et du gascon comme langues de son territoire au côté du français." Le débat a porté sur la territorialité, la place du gascon par rapport au basque. Avec 59,65% des voix,l'amendement pour supprimer le périmètre géographique initialement prévu entre Basque et Gascon a été adopté.le gascon a évité une frontière linguistique au sein du territoire.

  • 25/06/18 | Le festival Sunny Side à La Rochelle du 25 au 28 juin

    Lire

    Le festival international du film documentaire Sunny Side of the dock prend de nouveau ses quartiers à l'espace Encan de La Rochelle pour quatre jours d'échanges entre professionnels de l'audiovisuel. Avec une nouveauté cette année : la journée du mercredi sera dédiée à l'usage du digital dans les collectivités locales, en particulier en terme de communication touristique. Le grand public pourra quant à lui découvrir les vidéos en réalité augmentée de Pixii. Renseignements : www.docmarkets.com

  • 22/06/18 | La grogne des CCI de Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Réunis ce jeudi en AG à Bordeaux, les quinze présidents des Chambres de Commerce et d'Industrie régionales ont dénoncé la décision du gouvernement de raboter la Taxe pour Frais de Chambre de 100 millions d'euros par an sur les 4 prochaines années. "Fin 2017, plusieurs ministres s’étaient engagés à garantir la stabilité des ressources de 2019 à 2022 après une baisse de 150 millions en 2018. Que valent donc ces engagements, notamment quand le gouvernement refuse de reconnaître la performance des CCI sur les territoires ?" dénoncent-ils, parlant même d'une "casse sociale annoncée". Une réunion de crise est prévue le 5 juillet prochain.

  • 22/06/18 | Gourette: les travaux de la RD918 démarrent lundi

    Lire

    Après une semaine d'études du site de l'effondrement de la RD 918, suite aux intempéries du 12 juin, « les travaux commencent dès lundi », annonce le Département des Pyrénées-Atlantiques. La réalisation d’un remblai en terre armée sur une hauteur de 4 m permettra de rétablir une chaussée de 7 m de large, telle la voirie d’origine et garantissant les conditions de sécurité, pour un coût de 700 000 €. Le chantier devrait durer 4 à 5 semaines (sauf mauvaise météo), permettant d'assurer la 19ème étape du Tour de France. Des travaux de confortement et de drainage du talus amont seront aussi engagés sur le 2nd semestre 2018.

  • 22/06/18 | Viticulture: de nouvelles mesures de soutien

    Lire

    L'INAO, a décidé d'augmenter le niveau du volume complémentaire individuel à 20% maximum du rendement du cahier des charges et de faire évoluer de 30 à 50% le plafond cumulé de réserve sur 3 ans. Une manière de renforcer la résilience des exploitations face aux aléas climatiques et à leur récurrence, en jouant un rôle équivalent à celui d’une assurance récolte. Ainsi, les volumes complémentaires cumulés pourront être revendiqués en appellation d’origine en cas de récolte déficitaire. La structure a aussi donné un avis favorable à la demande d’expérimentation pour les vins liquoreux (Monbazillac, Sauternes et Barsac).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Entretien : l'Utopia veut remplir votre clé USB avec des films

30/08/2010 |

Vidéo en poche, une initiative de l'Utopia

Depuis le mois de juin, il est possible d'aller chercher un film avec sa clé USB au cinéma Utopia pour la modique somme de cinq euros. Si l'opération est pour le moment limitée au seul site de Bordeaux, elle s'élargira à tout le réseau dès la rentrée. Une initiative qu'on pourrait aisément comparer à l'activité d'un petit commerçant de quartier qui va directement chercher ses légumes chez le maraîcher. Ou un laitier, comme le suggère le logo, puisqu'on vient avec son propre contenant. Malgré un catalogue qui ne demande qu'à s'étoffer et un succès plutôt anecdotique puisqu'il n'y a aucun élément de comparaison, Isabelle Warin, responsable du projet avec Rodolphe Village (du cinéma Utopia de Tournefeuille) est très enthousiaste à l'issue de ce test estival.

Il est quand même bien pratique d'avoir une brasserie au sein du cinéma. Cela permet notamment de discuter avec Isabelle Warin autour d'un café du projet Vidéo en Poche, testé cet été sur Bordeaux, qui va se lancer dans le réseau Utopia.

@qui! - Comment est né le projet Vidéo en Poche ?
Isabelle Warin - C'était une idée de Rodolphe [ndlr : Rodolphe Village, actuellement au cinéma de Tournefeuille]. En décembre 2009, on avait demandé aux gens de venir avec leur clé USB à la projection du film de Frédéric Chignac, Non au McDrive. Et donc pendant la séance, on a mis tout ça dans un panier et ce sont deux mecs de l'ABUL qui ont copié le film sur la trentaine de clés. Quand on a démarré l'opération, on tenait absolument à ce qu'il y ait le réalisateur. On connaissait bien Frédéric, on s'est dit que c'était l'occasion. Il a été d'une complicité totale.

@! - Mais pourquoi demander que l'on apporte une clé USB ?
I. W. - Au départ, on pensait vendre le film directement sur une clé, mais cela ajoute du charme. Les spectateurs viennent à l'occasion d'une séance, ils nous laissent la clé et repartent avec à la fin de la séance. Ça reste du cinéma, le coté marchand est vraiment secondaire. Cela rétablit une relation qui ne se tisse plus via internet. On perd de vue la salle, le cinéma, les auteurs. On ne sait plus ce qu'est un réalisateur, comment on fait un film, dans quelle condition... Par contre, on a eu quelques personnes qui ont cru qu'à l'issue de n'importe quelle projection, ils pouvaient repartir avec le film qu'il venait de voir (rires). Ce n'est pas encore naturelle, ça marche avec le bouche à oreille et l'idée que ça peut aider la production. Mais on souhaite aussi démontrer l'absurdité de la loi Hadopi. Ça ne pouvait marcher qu'avec l'aide d'un réalisateur, une salle et un public.

@! - Vous êtes plutôt satisfaits du test ?
I. W. - Le test est hyper concluant. Pour le moment, ce sont Paul dans sa vie et Les LIP, l'imagination au pouvoir qui partent le mieux. Ma mondialisation marche pas mal aussi. On a fait une bonne trentaine de ventes pendant l'été sans trop communiquer.

@! - Et alors techniquement, comment ça marche ?
I. W. - Objectif Libre a créé un logiciel libre de diffusion pour les salles en feront la demande. Il n'est pas encore complet, il manque la partie administrative mais il sera prêt courant septembre. Les ayant-droits gagnent trois euros sur les cinq demandés, la TVA prend 0,98 et la salle garde 1,02, ce qui devient beaucoup plus rentable qu'un DVD et qui demande beaucoup moins de travail autour. Le film est copié avec la licence, sans DRM, au format Matroska (ou mkv, lisible sur n'importe quel logiciel multiformat comme VLC) et éventuellement une pochette et une présentation du réalisateur. Ça peut rebuter des distributeurs et là, effectivement, j'imagine que les gens pourront télécharger leurs films (rires). Tous les distributeurs ne sont pas aussi ouverts que Les Films du Paradoxe, le premier à avoir accepter. Et les réalisateurs non plus. A part Tamani et Non au McDrive qui sont sous licence libre, tous les films ont été fournis par Paradoxe. On nous posait la question : « Est-ce que vous ne craignez pas que les gens copient les films ? » Évidemment qu'ils vont les copier. Mais il y aura toujours cette idée de partage. Le spectateur est partie prenante du soutien au cinéma.

@! - Pour le moment le catalogue est peu étoffé, vous avez eu quelques coups de coeur dans la sélection ?
I. W. - On a tous vu les films. Paul dans sa vie reste un documentaire mais avec un coté cinématographique prépondérant, comme chez Raymond Depardon. Tamani est très beau (et en HD). Nicolas Guibert, le réalisateur, fait partie de l'équipe Utopia, il est projectionniste. C'est du documentaire, mais de qualité. Là, on a ouvert avec des films un peu militants mais petit à petit le catalogue va s'élargir. Au mois de septembre, on va avoir plus de films. On aura des films pour enfants, donc on attend les petiots avec leurs clés. On espère avoir bientôt des fictions. On s'est aussi rendu compte que ça ouvrait une fenêtre bien après la diffusion, pour les vieux films qui ne ressortent plus en DVD par exemple.

@! - Du coup, est-ce qu'on peut vous considérer un peu comme un distributeur ?
I. W. - On a posé la question au CNC sur notre statut. Mais on est pas distributeur. Cela se rapproche de notre statut d'exploitant. La salle s'impose dans le choix des films, garde la même relation avec les distributeurs et reste dans son rôle de prescripteur. C'est un savoir faire, comme de la programmation classique, mais en vidéo. C'est un mode de diffusion alternatif au DVD, dont on respecte les mêmes fenêtres de diffusion. Avec ce système là, on fait gagner un accès au public à des films qui ne sortent ni en salle, ni en DVD, ni même en téléchargement illégal. Même pour ceux qui ont eu la chance d'être projetés... En DVD dans la grande distribution, personne n'y ferait gaffe. C'est un prolongement de la vie des films. Et surtout, c'est pas cher.

@! - Et pour plus tard, le téléchargement ou la mise en place de guichet automatique ne serait-il pas plus simple ?
I. W. - On n'envisage pas de mettre en place de borne automatique, c'est trop impersonnel. Le téléchargement non plus. D'abord parce que c'est beaucoup plus consommateur d'énergie. Et il y aussi l'idée de se détacher un peu de l'ordinateur. Même les médiathèques sont intéressées. Mais l'idée c'est de repasser par la salle.

@! - Est-ce que chaque salle gardera sa spécificité ?
I. W. - Il y aura un catalogue commun à tout le réseau. Et ensuite localement chacune des salles aura elle-même la possibilité de faire remonter les productions locales. Comme le réseau Utopia fait partie du réseau ISF (Indépendants, Solidaires et Fédérés) les salles devront surement faire partie de ce réseau pour participer. La totalité des salles Utopia seront équipées vers Décembre.

Thomas Guillot

Pour plus d'informations et la liste des films, rendez-vous sur leur site.

Partager sur Facebook
Vu par vous
971
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !