Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/12/18 : En mairie de Biarritz, en début d'après-midi, on aurait pris acte de la non venue du président Macron à la préparation du sommet du G7. Information non officiellement confirmée de la préfecture mais qui serait parvenue à certains élus de cette source

17/12/18 : Les retraités lot-et-garonnais battront le pavé le 18 décembre à 15 h 00 devant la Préfecture à Agen. "Déçus par les annonces du Président E. Macron" , ces derniers préciseront leurs revendications auprès de la Préfète.

15/12/18 : L'Association Petit Coeur de Beurre a décidé en accord avec la Jeune Académie Vocale d'Aquitaine JAVA et l'Ensemble Vocal Aquistriae d'annuler le concert "De choeurs à coeurs" prévu ce samedi 15 décembre en l'église St Louis des Chartrons à 20h30.

14/12/18 : Du 15/12/18 au 5/01/19 : le centre-ville montois sera piéton les week-ends du 15 et 22/12 et le 24/12 et le stationnement gratuit dans le centre-ville les samedis après-midi. 1h de stationnement gratuit par demi-journée, du lundi au samedi matin.

14/12/18 : Center Parcs Lot-et-Garonne. Les premiers coups de pioche de ce chantier sont donnés ce jour, 14 décembre, à l’étang du Papetier, à Pindères.

14/12/18 : En raison des mouvements sociaux actuels, le Grand-Théâtre sera fermé au public ce samedi 15 décembre entraînant le report du récital de Sondra Radvanovsky au 31 mars 2019. Les visites guidées sont également annulées.

13/12/18 : Le jeune rugbyman du Stade Français Nicolas Chauvin, 19 ans, victime d'un traumatisme cervical suite à un plaquage dimanche lors d'un match à Bègles est décédé au CHU de Pellegrin. Nouveau drame après la mort récente d'un jeune joueur d'Aurillac.

13/12/18 : Présente au salon Nautic de Paris, La Rochelle a lancé de Paris le Défi Atlantique, une nouvelle course en équipage réservée aux Class 40. Départ fin mars 2019 de la Guadeloupe, pour rejoindre La Rochelle mi-avril avec une escale à Horta aux Açores.

12/12/18 : En raison des liens historiques et fraternels qui unissent les villes de Strasbourg et de Périgueux, le drapeau français sur la mairie de Périgueux sera en berne ce mercredi suite au drame survenu hier sur le marché de Noël de la capitale alsacienne.

12/12/18 : Vigipirate : Urgence Attentat. Renforcement de la sécurité en Gironde. Renforcement des contrôles notamment à l’aéroport de Bdx-Mérignac, surveillance des marchés de Noël, centres commerciaux et interdiction de manifestations sur la voie publique.

12/12/18 : Les 22-26 et 28 déc, Bordeaux Visite organise une visite-famille "Bordeaux à Noël", afin de découvrir la place Pey Berland, le cours de l'Intendance, les allées de Tourny, la place de la Comédie. Accessible aux familles avec enfants dès 7 ans.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/12/18 | En Dordogne, le laboratoire départemental d'analyse détruit par un incendie.

    Lire

    Le laboratoire départemental d’analyse et de recherche de la Dordogne, basé à Coulounieix-Chamiers, a été entièrement détruit cette nuit par un incendie dont les causes ne sont pas encore déterminées. Le président du Conseil départemental Germinal Peiro, qui se rendra sur les lieux ce lundi à 8h30, a fait savoir que le Département s’attachait déjà à "trouver des solutions pour assurer la continuité de l’activité des 140 agents qui travaillent sur le site (laboratoire et Satese) .

  • 15/12/18 | Biarritz: un feu d'artifice séuritaire pour le président

    Lire

    Nous nous en sommes fait écho, le président de la République Emmanuel Macron se déplace mardi 18 décembre à Biarritz pour la préparation du G7 en présence de vingt ambassadeurs. La ceinture de sécurité appliquée est celle que la Ville met en place depuis des années pour...le feu d'artifice du 15 août. Il sera donc difficile d'accéder en voiture au centre ville. Nous vous recommandons d'aller sur le site de la ville, www.biarritz.fr ou www.chronoplus.eu pour prendre connaissance du dispositif et déplacements.

  • 14/12/18 | Jacqueline Gourault en déplacement en Dordogne lundi 17 décembre

    Lire

    Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales sera en déplacement en déplacement en Dordogne ce lundi 17 décembre. En fin de matinée, elle sera à Coulounieix Chamiers pour le projet de rénovation urbaine. L'après midi, elle se rendra au Nord du département pour la pose de la première pierre de la maison médicale de Lanouaille. C'est la troisième fois que la ministre se rend en Dordogne depuis dix huit mois.

  • 14/12/18 | De nouveaux équipements pour la section foot d'un collège du 87

    Lire

    Créée en 2011, la section de football du collège André Maurois est labellisée et reconnue par la FFF et l’Education Nationale. Cette section rend possible la pratique du football dans un cadre scolaire privilégié. Afin de les soutenir, le Conseil Départemental de la Haute-Vienne vient de les doter de 14 équipements joueurs complets et 2 équipements gardiens. Dernièrement, la section sportive a formalisé de nouveaux partenariats avec la FFF, le Limoges Football Club et la Ville de Limoges.

  • 14/12/18 | L'industrie du pin maritime cherche de nouvelles ressources

    Lire

    Début décembre dans les Landes, l’Etat, les acteurs de la filière forêt-bois et les collectivités locales se sont réunis sur les difficultés d’approvisionnement des industries du bois qui nécessitent 6 M m³ annuels alors que la récolte actuelle est de 5,6 M m³. Avec 32 M m³ de bois ayant atteint ou dépassé l’âge d’exploitation préconisé, l’enjeu pour la filière est donc de récolter ces bois mûrs dans les années à venir. Outre l'engagement de l'Etat à intensifier sa communication en ce sens auprès des propriétaires, l'amont et l'aval de la filière pourraient en passer par la contractualisation pour garantir l'adéquation entre offre et demande.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Entretien : l'Utopia veut remplir votre clé USB avec des films

30/08/2010 |

Vidéo en poche, une initiative de l'Utopia

Depuis le mois de juin, il est possible d'aller chercher un film avec sa clé USB au cinéma Utopia pour la modique somme de cinq euros. Si l'opération est pour le moment limitée au seul site de Bordeaux, elle s'élargira à tout le réseau dès la rentrée. Une initiative qu'on pourrait aisément comparer à l'activité d'un petit commerçant de quartier qui va directement chercher ses légumes chez le maraîcher. Ou un laitier, comme le suggère le logo, puisqu'on vient avec son propre contenant. Malgré un catalogue qui ne demande qu'à s'étoffer et un succès plutôt anecdotique puisqu'il n'y a aucun élément de comparaison, Isabelle Warin, responsable du projet avec Rodolphe Village (du cinéma Utopia de Tournefeuille) est très enthousiaste à l'issue de ce test estival.

Il est quand même bien pratique d'avoir une brasserie au sein du cinéma. Cela permet notamment de discuter avec Isabelle Warin autour d'un café du projet Vidéo en Poche, testé cet été sur Bordeaux, qui va se lancer dans le réseau Utopia.

@qui! - Comment est né le projet Vidéo en Poche ?
Isabelle Warin - C'était une idée de Rodolphe [ndlr : Rodolphe Village, actuellement au cinéma de Tournefeuille]. En décembre 2009, on avait demandé aux gens de venir avec leur clé USB à la projection du film de Frédéric Chignac, Non au McDrive. Et donc pendant la séance, on a mis tout ça dans un panier et ce sont deux mecs de l'ABUL qui ont copié le film sur la trentaine de clés. Quand on a démarré l'opération, on tenait absolument à ce qu'il y ait le réalisateur. On connaissait bien Frédéric, on s'est dit que c'était l'occasion. Il a été d'une complicité totale.

@! - Mais pourquoi demander que l'on apporte une clé USB ?
I. W. - Au départ, on pensait vendre le film directement sur une clé, mais cela ajoute du charme. Les spectateurs viennent à l'occasion d'une séance, ils nous laissent la clé et repartent avec à la fin de la séance. Ça reste du cinéma, le coté marchand est vraiment secondaire. Cela rétablit une relation qui ne se tisse plus via internet. On perd de vue la salle, le cinéma, les auteurs. On ne sait plus ce qu'est un réalisateur, comment on fait un film, dans quelle condition... Par contre, on a eu quelques personnes qui ont cru qu'à l'issue de n'importe quelle projection, ils pouvaient repartir avec le film qu'il venait de voir (rires). Ce n'est pas encore naturelle, ça marche avec le bouche à oreille et l'idée que ça peut aider la production. Mais on souhaite aussi démontrer l'absurdité de la loi Hadopi. Ça ne pouvait marcher qu'avec l'aide d'un réalisateur, une salle et un public.

@! - Vous êtes plutôt satisfaits du test ?
I. W. - Le test est hyper concluant. Pour le moment, ce sont Paul dans sa vie et Les LIP, l'imagination au pouvoir qui partent le mieux. Ma mondialisation marche pas mal aussi. On a fait une bonne trentaine de ventes pendant l'été sans trop communiquer.

@! - Et alors techniquement, comment ça marche ?
I. W. - Objectif Libre a créé un logiciel libre de diffusion pour les salles en feront la demande. Il n'est pas encore complet, il manque la partie administrative mais il sera prêt courant septembre. Les ayant-droits gagnent trois euros sur les cinq demandés, la TVA prend 0,98 et la salle garde 1,02, ce qui devient beaucoup plus rentable qu'un DVD et qui demande beaucoup moins de travail autour. Le film est copié avec la licence, sans DRM, au format Matroska (ou mkv, lisible sur n'importe quel logiciel multiformat comme VLC) et éventuellement une pochette et une présentation du réalisateur. Ça peut rebuter des distributeurs et là, effectivement, j'imagine que les gens pourront télécharger leurs films (rires). Tous les distributeurs ne sont pas aussi ouverts que Les Films du Paradoxe, le premier à avoir accepter. Et les réalisateurs non plus. A part Tamani et Non au McDrive qui sont sous licence libre, tous les films ont été fournis par Paradoxe. On nous posait la question : « Est-ce que vous ne craignez pas que les gens copient les films ? » Évidemment qu'ils vont les copier. Mais il y aura toujours cette idée de partage. Le spectateur est partie prenante du soutien au cinéma.

@! - Pour le moment le catalogue est peu étoffé, vous avez eu quelques coups de coeur dans la sélection ?
I. W. - On a tous vu les films. Paul dans sa vie reste un documentaire mais avec un coté cinématographique prépondérant, comme chez Raymond Depardon. Tamani est très beau (et en HD). Nicolas Guibert, le réalisateur, fait partie de l'équipe Utopia, il est projectionniste. C'est du documentaire, mais de qualité. Là, on a ouvert avec des films un peu militants mais petit à petit le catalogue va s'élargir. Au mois de septembre, on va avoir plus de films. On aura des films pour enfants, donc on attend les petiots avec leurs clés. On espère avoir bientôt des fictions. On s'est aussi rendu compte que ça ouvrait une fenêtre bien après la diffusion, pour les vieux films qui ne ressortent plus en DVD par exemple.

@! - Du coup, est-ce qu'on peut vous considérer un peu comme un distributeur ?
I. W. - On a posé la question au CNC sur notre statut. Mais on est pas distributeur. Cela se rapproche de notre statut d'exploitant. La salle s'impose dans le choix des films, garde la même relation avec les distributeurs et reste dans son rôle de prescripteur. C'est un savoir faire, comme de la programmation classique, mais en vidéo. C'est un mode de diffusion alternatif au DVD, dont on respecte les mêmes fenêtres de diffusion. Avec ce système là, on fait gagner un accès au public à des films qui ne sortent ni en salle, ni en DVD, ni même en téléchargement illégal. Même pour ceux qui ont eu la chance d'être projetés... En DVD dans la grande distribution, personne n'y ferait gaffe. C'est un prolongement de la vie des films. Et surtout, c'est pas cher.

@! - Et pour plus tard, le téléchargement ou la mise en place de guichet automatique ne serait-il pas plus simple ?
I. W. - On n'envisage pas de mettre en place de borne automatique, c'est trop impersonnel. Le téléchargement non plus. D'abord parce que c'est beaucoup plus consommateur d'énergie. Et il y aussi l'idée de se détacher un peu de l'ordinateur. Même les médiathèques sont intéressées. Mais l'idée c'est de repasser par la salle.

@! - Est-ce que chaque salle gardera sa spécificité ?
I. W. - Il y aura un catalogue commun à tout le réseau. Et ensuite localement chacune des salles aura elle-même la possibilité de faire remonter les productions locales. Comme le réseau Utopia fait partie du réseau ISF (Indépendants, Solidaires et Fédérés) les salles devront surement faire partie de ce réseau pour participer. La totalité des salles Utopia seront équipées vers Décembre.

Thomas Guillot

Pour plus d'informations et la liste des films, rendez-vous sur leur site.

Partager sur Facebook
Vu par vous
1060
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !