14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

  • 15/12/17 | Le point sur la tuberculose bovine en Dordogne

    Lire

    La campagne de prophylaxie 2017-2018 de la tuberculose bovine a débuté en avance avec un nouveau mode de dépistage qui donne des résultats encourageants. Il s’agit d’un procédé à la fois plus efficace mais aussi plus contraignant, car nécessitant une bonne contention des bovins. Depuis le début novembre, 106 dossiers de prophylaxie ont été traités et 5 élevages ont présenté des résultats positifs. Le nombre de foyers de tuberculose pour 2017 est toujours de 28 élevages, dont 8 ont fait l’objet d’un abattage total et 20 d’un abattage sélectif.

  • 13/12/17 | Près de 500 000 visiteurs pour Lascaux en un an

    Lire

    Inauguré le 10 décembre 2016 par François Hollande, Lascaux a accueilli en un an près de 500 000 visiteurs. Un chiffre supérieur aux objectifs fixés par les acteurs du projet (400 000). Pour son 1er anniversaire, le site propose une nouvelle exposition temporaire intitulée "Pariétal". Ce vendredi, une plaque en hommage aux 4 inventeurs sera dévoilée en présence du dernier vivant, Simon Coencas et des familles des trois autres inventeurs. En 2018, le Sentier de la Découverte ouvrira au public.

  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Evento 2009 : une première avec ombres et lumières

30/12/2009 |

Evento 2009 : une première avec ombres et lumières

Evento aura été un temps fort de l'année culturelle à Bordeaux, en tout cas voulu comme tel. Aqui.fr revient sur cet événement en esquissant une manière de bilan. Indéniablement ce fût un moment fort de l'année culturelle, avec un bon niveau artistique, une fréquentation satisfaisante et quelques moments magiques, il n'a cependant pas donné la sensation de « foisonnement » annoncé ni permis la « rencontre intime » de l'art contemporain avec le passant ordinaire bordelais.

Sortir les oeuvres des musées pour les exposer dans l'espace public : l'intention est louable mais l'aventure parfois risquée. « Les objets d'art ne sont pas autonomes du contexte où ils sont montrés. Lorsqu'ils sont isolés dans la rue, il est difficile d'établir un lien avec le public », rappelle Anne-Laure Boyer, plasticienne bordelaise qui travaille depuis plusieurs années sur la relation entre l'espace urbain et ses habitants. On a pu juger sur pièces : si la concentration des oeuvres sur les quais avait un réel impact sur les visiteurs, celles-ci se sont souvent trouvés bien seulettes lors de leur perégrination dans les quartiers. Ainsi le « Haut parleur » à bulles de Kristina Solomoukha est resté inaperçu devant le Simply Market des Aubiers tandis que la boutique politico-sportive de Democratia a fait chou blanc au marché des Capucins : constatant que ce n'étaient pas de « vraies » écharpes des Girondins qui étaient en vente, les curieux tournaient simplement les talons, sans rien demander de plus.

Une « itinérance » insuffisamment préparée
La présence des médiateurs, méritants mais bien mal gratifiés n'a pas suffi à créer le lien et susciter la curiosité. « Pour qu'une oeuvre rencontre un quartier et ses habitants, il faut un travail dans la durée, une immersion de l'artiste dans l'environnement et surtout quelque chose qui fasse écho avec le lieu. A défaut, cela risque de sembler trop « plaqué » », estime Anne-Laure Boyer à la lumière de sa propre expérience. Le principe de la « dissémination » des oeuvres dans la ville semblant être gardé pour laprochaine édition d'Evento, il faudra mieux faire. Les propositions ne manquent pas. Mieux informer les habitants des quartiers sur la prochaine venue des oeuvres, créer du désir, de l'attente, les laisser plus longtemps sur place, ou encore, comme le propose Juliette, médiatrice, « les faire voyager groupées, cela aurait eu peut-être plus de sens ». Victor, lui aussi médiateur, aurait voulu que les oeuvres reviennent à la fin de leur périple sur leur lieu de départ, ce qui aurait peut être drainé quelques habitants des quartiers vers les quais. On peut également s'interroger sur le choix des emplacements. Pourquoi avoir placé les automobiles transformées d'Olivier Peyricot le long de la chaussée empêchant les enfants d'en faire un espace public de jeux ? La « Barricade » de Fernando Sanchez Castillo n'était-elle pas un peu perdue au milieu de l'allée Serr ? Pourquoi la « Plateia » de Pedro Barateiro était-elle si près de la porte d'entrée de la gare Saint-Jean, au détriment d'un véritable déploiement du regard ? Les exemples abondent d'une itinérance un peu bâclée, qui fait sens sur le papier mais beaucoup moins sur le terrain.

Le succès des oeuvres qui jouent l'interaction
Si certaines oeuvres sont restées quasiment muettes et difficiles d'accès pour le grand public, les propositions qui offraient une véritable interaction avec le public ont rencontré un vrai succès. On pense à la passerelle Kawamata, l'installation d'Amos Gitaï à la base sous-marine, les « Auditory Objects » de Florian Hecker, les performances du collectif Berlin ou la Travelling Music réalisée par les élèves du Conservatoire. Le joyeux bric à brac d'Insiders au CAPC, qui laisse également une large place à l'interactivité, au jeu, à l'appropriation physique et sensorielle est aussi un beau moment de la manifestation. Le bus transformé de Seulgi Lee avait également un impact fort, comme une irruption incongrue et dérangeante d'une masse poilue dans l'espace public, le travestissement d'un objet quotidien comme un bus de ville. Performances et interactions sont particulièrement bien adaptées à l'aspect événementiel et ludique d'Evento, certainement une piste à travailler à l'avenir.

Une délicate démocratisation culturelle durable
De l'avis général, la manifestation, après un premier week-end réussi, s'est rapidement essouflée. Ce qui pose, une nouvelle fois, la difficile question de la démocratisation culturelle et de l'accès d'un large public à l'art contemporain, véritable quadrature du cercle des politiques publiques, toujours tiraillée entre exigence artistique et vulgarisation. Malgré les ambitions affichées, « l'irrigation culturelle des territoires, des coeurs et des esprits », Evento semblait beaucoup plus dirigé vers l'extérieur et la promotion de l'image de la ville que vers les Bordelais ordinaires. 

On peut également s'interroger sur la durabilité de « l'intime collectif », quand les aménagements urbains de Raphaël Zarka sont détruits à Bacalan contre l'avis des habitants de la place Buscaillet. A part la passerrelle Kamawata, en sursis pour quelques mois, rien ne vient symboliquement marquer l'espace bordelais et rappeler ce temps fort partagé. Joli coup de projecteur sur la ville et l'art contemporain, Evento n'a pas été une entreprise dedéveloppement artistique durable. Il faudrait pour cela préparer plus longuement l'interaction entre les artistes, l'espace urbain et les habitants. Impliquer plus largement les créateurs bordelais permettrait également, à partir de ce terreau artistique permanent, de mener une véritable politique culturelle au long cours..

Vincent Goulet

Partager sur Facebook
Vu par vous
420
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !