23/09/17 : Le salon nautique le Grand Pavois se tiendra du 27 septembre au 2 octobre au port des Minimes de La Rochelle. 750 bateaux sont à découvrir dont une centaine de nouveautés en avant première mondiale.

22/09/17 : Le réalisateur Antoine de Maximy (J'irais dormir chez vous) sera présent pour le lancement du feestival Les Nouvelles Explorations à Royan le 4 octobre, au palais des congrès. Il sera en compagnie du photojournaliste Réza.

22/09/17 : Loi travail : ils étaient entre 600 et 700 à manifester contre le projet de réforme hier à La Rochelle contre les 1500 à 3000 du 12 septembre.

21/09/17 : Ce jeudi, entre 3000 et 10000 personnes ont défilé dans les rues de Bordeaux à l'appel de plusieurs syndicats, dont la CGT et FO dans les rues de Bordeaux pour protester contre la loi travail, une mobilisation moins importante que celle du 12 septembre.

20/09/17 : La CGT et la FSU appellent les salariés à une nouvelle journée d’action ce jeudi contre la réforme du Code du travail. En Dordogne, trois manifestations sont organisées : à 10 h 30 à Périgueux, à 15 h 30 place du 14-Juillet à Sarlat et à 17 h à Bergerac.

20/09/17 : Les mesures acoustiques le long de la LGV Tours-Bordeaux ont démarré hier. Au total 231 points seront contrôlés par le CEREMA de Blois et Bordeaux pour vérifier la conformité acoustique des habitations exposées et l’efficacité des protections installées

20/09/17 : Elections sénatoriales. Les députés lot-et-garonnais LREM apportent leur soutien aux candidates investies par le parti, C. Griffond et M-F Salles qui « sont les deux seules candidates désignées par la Commission nationale d’investiture ».

20/09/17 : La préfecture de la Dordogne modifie ses horaires d'ouverture : l'accueil du public se fera les lundi et vendredi 8h30 – 12h et le mercredi de 8 h 30 à 12 h. Les guichets permis de conduire et cartes grises seront fermées les mardi et jeudi.

20/09/17 : Brive accueillera le samedi 23 septembre place du Civoire son premier salon de la bière locale et artisanale. Cinq brasseries artisanales viendront de Dordogne.

19/09/17 : Journée européenne des langues. Pour l'occasion, la Maison de l’Europe de Lot-et-Garonne organise un World café le mardi 26 sept de 14h à 17h, dans ses locaux pour échanger en anglais, espagnol, italien, allemand et s'informer sur "SO MOBILITÉ".

18/09/17 : C'est un gros coup pour la future Arena de Floirac. Ce lundi, elle a annoncé la venue le 4 avril prochain du groupe de rock américain Imagine Dragons. Les premiers billets seront disponibles à la vente vendredi 22 septembre, et les préventes dès mercredi.

- Multivote -
Le Grand Poitiers - Rentrée Universitaire 2017
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/09/17 | Alain Rousset récompensé pour la Pau-Canfranc

    Lire

    Mardi 26 septembre, à Saragosse, Alain Rousset, se verra remettre une distinction par le journal Heraldo de Aragón qui récompense une personnalité extérieure oeuvrant au développement de l'Aragon. Une manière de saluer l’engagement du Président du Conseil régional en faveur de la liaison ferroviaire Pau - Saragosse, aux côtés de l'Aragon. Un engagement, "une obstination" pour d'autres, passant par la fameuse réouverture de la section Bedous–Canfranc, pourtant loin de faire l’unanimité de ce côté ci de la frontière…

  • 22/09/17 | A la découverte du télégraphe de Chappe à Villeneuve-sur-Lot

    Lire

    Le service des Archives municipales et l’association des Amis des moulins de Lot-et-Garonne (ADAM 47) organisent un atelier autour du télégraphe de Chappe. Là, les participants découvriront le fonctionnement de cette invention, les éléments qui restent encore visibles dans le département, et apprendront à s’en servir : envoyer des messages, et décoder les messages. Cette animation gratuite se déroule le 26 sept (14h-17h) aux Archives municipales à Villeneuve/Lot.

  • 20/09/17 | La Silver Economie à l'honneur à La Réole

    Lire

    Ce jeudi 21 et vendredi 22 septembre à la Réole (Gironde) se tient la 2ème édition du Salon de la Silver Economie. Au programme, à destination des seniors: tables rondes, rencontres, débats, offres d’emploi etc. Avec l’aide des élus, le Pays Sud Gironde se mobilise pour faire du vieillissement de sa population une source de création de richesse et d’emploi autour de trois piliers majeurs : habitat, technologie et métiers. Un élan vers plus de solidarité intergénérationnelle.

  • 20/09/17 | Crise aviaire: une pétition de la FDSEA-JA des Landes pour soutenir les éleveurs

    Lire

    Après plusieurs blocages de routes et barrages filtrants ces 15 derniers jours, la FDSEA et les Jeunes agriculteurs des Landes viennent de lancer une pétition en ligne pour demander au gouvernement l'indemnisation des producteurs de canards sur la réalité des pertes, y compris au-delà du 29 mai, date de la reprise d'activité post-grippe aviaire. Manque de canetons et perte de débouchés font qu'un retour à la normale ne sera possible qu'en fin d'année. La pétition sur mesopinions.com objet canards

  • 20/09/17 | Toques et porcelaine à Limoges, les 22, 23 et 24 septembre

    Lire

    La 7e biennale « Toques et porcelaine » se tient à Limoges le week end prochain. A cette occasion, les produits régionaux de Nouvelle-Aquitaine s’uniront aux arts de la table pour célébrer cet événement gastronomique. Cette manifestation propose un dialogue entre contenant et contenu, produits gastronomiques et arts de la table, inventivité des chefs et créativité des porcelainiers. Au menu, des démonstrations de chefs, dix masterclass, des ateliers d’œnologie animés par des chefs et des sommeliers professionnels.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Culture | Filmer le travail : un festival atypique

13/02/2017 | La 8e édition de Filmer le travail a débuté ce week-end à Poitiers. Une centaine d'invités est attendue pour débattre sur de nombreux thèmes.

L'an dernier le festival Filmer le travail avait enregistré 8780 entrées. Un succès.

Filmer le travail. C'est parti pour la 8e édition de ce festival international organisé à Poitiers du 10 au 19 février. Cette année la thématique centrale est « le travail protecteur ? ». Débats, conférences, journée d'études, expositions et surtout de nombreuses projections vont avoir lieu. Un festival créé en 2009 par un sociologue, Jean-Paul Géhin, avec l'appuie de l'Université de Poitiers, l'Espace Mendès-France et l'Association Régionale de l'Amélioration des Conditions de Travail (ARACT), qui soulève de nombreuses interrogations dans l'air du temps. Coup de projecteur sur ce festival.

Le rideau s'est levé, pour la première séance de la 8e édition du festival international « Filmer le travail ». La thématique centrale de cette année : « le travail protecteur ? ». « « Il va s'agir de s'interroger sur les questions des risques auxquels sont soumis les travailleurs, l'intégrité physique, la question de la protection, les alternatives positives », explique Maïté Peltier, responsable de la programmation et de l'animation du festival international « filmer le travail ».

Une sélection : comme à Cannes !

Filmer le travail se découpe en plusieurs séquences : la compétition internationale avec 22 films, des projections autour du « travail protecteur ? », des tables rondes, des conférences, des débats mais aussi la mise en lumière du cinéma d'un pays étrangers ayant comme principal sujet, bien sûr, le travail. Chaque édition se prépare tout au long de l'année. Maïté Peltier a rejoint l'équipe organisatrice du festival voilà cinq ans. Elle se charge notamment de sélectionner et donc de visionner plus de 300 films reçus. « Heureusement, je ne suis pas toute seule, nous sommes un comité de sélection composé de cinq personnes », précise-t-elle. Ces films doivent remplir certains critères. « Ils sont impérativement produits dans les deux années qui précèdent le festival. Il ne faut pas qu'ils soient déjà sortis en salle », poursuit Maïté Peltier. De nombreuses nationalités sont représentées (Liban, Estonie, Allemagne, Inde, Royaume-Uni, Italie, Niger, Suisse, Israël, Grèce, Brésil, Iran, Russie), et seule la moitié sont des productions est française. A l'issue de chaque séance, il y aura un temps d'échanges programmé. « Tous les événements, sont suivis d'un débat avec le public. Proposer des espaces de réflexions de découvertes ». C'est cela l'esprit de Filmer le travail : créer le dialogue. Pour les animer certains réalisateurs et spécialistes des questions soulevées seront là, même les étrangers. Et c'est Robin Sabourin, coordinateur général de l'association Filmer le travail, qui s'occupe d'aiguiller tout le monde. « Nous avons quand même une centaine d'invités. Cela représente beaucoup de travail mais on ne compte pas vraiment nos heures », sourit-il.

Une ouverture vers l'international

Depuis maintenant quelques années, les films étrangers sont à l'honneur : un choix délibéré. Après l'Allemagne, Les Etats-Unis ou encore l'Italie, c'est au tour de l'Espagne d'être mis en avant. Un pays frontalier et pourtant dont le cinéma reste inconnu pour la plupart des Français. Le travail est une thématique très présente dans les scénarios hispaniques. Maïté Peltier et Federico Rossin, v historien spécialisé dans le cinéma , ont sélectionné douze œuvres. « Nous avons voulu nous intéresser à la manière dont les cinéastes espagnols ont rendu compte des conditions de travail, des luttes ouvrières, de la questions migratoire. Il y a également un film sur le travail de bourreau sous le régime de Franco. »

L'un des temps forts de ce festival, sera le mardi 14 février, à partir de 15 heures avec la diffusion en avant- première du documentaire Les Sentinelles de Pierre Pezerat. Il retrace la bataille pour l'interdiction de l'utilisation de l'amiante et des pesticides. Il a notamment rencontré des ouvriers intoxiqués dont Paul François, le désormais célèbre agriculteur charentais originaire de Bernac qui a gagné son procès contre Monsanto. Il sera d'ailleurs présent à une table ronde organisée après cette projection dont le thème est : « Lobbies et exposition des travailleurs au risque chimique ».

L'an passé, la 7e édition du festival Filmer le travail avait enregistré 8780 entrées. Un record de fréquentation qui prouve bien l'engouement que suscite cette thématique si particulière et si présente dans notre société : un intérêt renforcé par le contexte actuel avec la loi travail ou des débats sur le temps de travail. L'association Filmer le travail (car hormis le festival c'est également le nom du association) permet d'apporter quelques éléments de réponse via l'engagement des scénaristes, réalisateurs, auteurs. Outre ces dix jours de festival, des projections-débats sont organisées. Depuis cette année, des films sont programmés également pour les détenus du centre pénitentiaire de Vivonne-Poitiers.   

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
33275
Aimé par vous
5 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !