Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/09/20 | Plus de 5 millions d’euros pour les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Lors de la Commission Permanente du 25 septembre, le Département des Pyrénées-Atlantiques a attribué plus de 5 millions d’euros de subventions à 63 projets. Parmi les projets soutenus, 1 147 000 euros sont en faveur de la promotion de la langue basque, 447 436 euros en soutien aux acteurs de la culture dans le cadre de la crise sanitaire. Le Département s’engage aussi au travers d’une délibération à la préservation et la restructuration de la forêt de Chiberta fortement touché lors de l’incendie.

  • 26/09/20 | La Charente s’engage contre la fermeture de Verallia

    Lire

    Lors de sa commission permanente du 25 septembre, les élus du Département de la Charente ont voté une motion contre la fermeture de Verallia. A l’heure où cette fermeture entraîne la suppression de 80 emplois Ils souhaitent que "tout puisse être mis en œuvre pour préserver le bassin d’emploi de Cognac, et notamment que le plan de restructuration porté au niveau national préserve l’unité des acteurs du tissu économique local". De plus, le Département s’engage à être présent aux côtés des salariés et des élus pour faire face à cette annonce.

  • 26/09/20 | Le festival du film court d'Angoulême ce week-end

    Lire

    Le festival international du film court d'Angoulême revient du 25 au 27 septembre inclus, dans sa forme habituelle, à la Cité internationale de la bande-dessinée. 17 films en compétition sont à découvrir samedi après-midi. Ceux qui auront été primés seront de nouveau diffusés le dimanche à 18h30. Certains réalisateurs seront là pour échanger. A découvrir également : des courts-métrages à destination des plus jeunes, dont un Wallace et Gromit. Infos: www.filmcourtangouleme.com

  • 25/09/20 | L’hôpital de La Rochelle active son plan blanc

    Lire

    Le Groupe hospitalier Littoral Atlantique, qui regroupe les établissements de La Rochelle/Ré/Aunis, Rochefort et Marennes/Oléron, a activé mardi le niveau 1 de son plan blanc. Le nombre de patient Covid-19 est passé de 4 à 8 cette semaine, dont un en réanimation. Si le nombre de cas à l'échelle du Département reste faible (taux d'incidence <50 pour 100 000 habitants), le service réanimation est déjà sous tension, avec 2 places disponibles. Une unité spéciale Covid sera mise en place début octobre.

  • 25/09/20 | Bordeaux célèbre Mauriac

    Lire

    À l’occasion du 50ème anniversaire de la disparition de François Mauriac, les bibliothèques de Bordeaux proposent tout au long de l’automne une saison dédiée à l'écrivain, journaliste et Prix Nobel de la littérature. Conférences, expositions, projections et match d'improvisation exploreront les résonances contemporaines des engagements de François Mauriac, au travers de documents rarement montrés voire pour certains inédits. Point d’orgue de la saison, l’exposition "Écrire, c’est agir", à la bibliothèque Mériadeck du 5 novembre 2020 au 17 janvier 2021. http://mauriac2020.bordeaux.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Filmer le travail : un festival atypique

13/02/2017 | La 8e édition de Filmer le travail a débuté ce week-end à Poitiers. Une centaine d'invités est attendue pour débattre sur de nombreux thèmes.

L'an dernier le festival Filmer le travail avait enregistré 8780 entrées. Un succès.

Filmer le travail. C'est parti pour la 8e édition de ce festival international organisé à Poitiers du 10 au 19 février. Cette année la thématique centrale est « le travail protecteur ? ». Débats, conférences, journée d'études, expositions et surtout de nombreuses projections vont avoir lieu. Un festival créé en 2009 par un sociologue, Jean-Paul Géhin, avec l'appuie de l'Université de Poitiers, l'Espace Mendès-France et l'Association Régionale de l'Amélioration des Conditions de Travail (ARACT), qui soulève de nombreuses interrogations dans l'air du temps. Coup de projecteur sur ce festival.

Le rideau s'est levé, pour la première séance de la 8e édition du festival international « Filmer le travail ». La thématique centrale de cette année : « le travail protecteur ? ». « « Il va s'agir de s'interroger sur les questions des risques auxquels sont soumis les travailleurs, l'intégrité physique, la question de la protection, les alternatives positives », explique Maïté Peltier, responsable de la programmation et de l'animation du festival international « filmer le travail ».

Une sélection : comme à Cannes !

Filmer le travail se découpe en plusieurs séquences : la compétition internationale avec 22 films, des projections autour du « travail protecteur ? », des tables rondes, des conférences, des débats mais aussi la mise en lumière du cinéma d'un pays étrangers ayant comme principal sujet, bien sûr, le travail. Chaque édition se prépare tout au long de l'année. Maïté Peltier a rejoint l'équipe organisatrice du festival voilà cinq ans. Elle se charge notamment de sélectionner et donc de visionner plus de 300 films reçus. « Heureusement, je ne suis pas toute seule, nous sommes un comité de sélection composé de cinq personnes », précise-t-elle. Ces films doivent remplir certains critères. « Ils sont impérativement produits dans les deux années qui précèdent le festival. Il ne faut pas qu'ils soient déjà sortis en salle », poursuit Maïté Peltier. De nombreuses nationalités sont représentées (Liban, Estonie, Allemagne, Inde, Royaume-Uni, Italie, Niger, Suisse, Israël, Grèce, Brésil, Iran, Russie), et seule la moitié sont des productions est française. A l'issue de chaque séance, il y aura un temps d'échanges programmé. « Tous les événements, sont suivis d'un débat avec le public. Proposer des espaces de réflexions de découvertes ». C'est cela l'esprit de Filmer le travail : créer le dialogue. Pour les animer certains réalisateurs et spécialistes des questions soulevées seront là, même les étrangers. Et c'est Robin Sabourin, coordinateur général de l'association Filmer le travail, qui s'occupe d'aiguiller tout le monde. « Nous avons quand même une centaine d'invités. Cela représente beaucoup de travail mais on ne compte pas vraiment nos heures », sourit-il.

Une ouverture vers l'international

Depuis maintenant quelques années, les films étrangers sont à l'honneur : un choix délibéré. Après l'Allemagne, Les Etats-Unis ou encore l'Italie, c'est au tour de l'Espagne d'être mis en avant. Un pays frontalier et pourtant dont le cinéma reste inconnu pour la plupart des Français. Le travail est une thématique très présente dans les scénarios hispaniques. Maïté Peltier et Federico Rossin, v historien spécialisé dans le cinéma , ont sélectionné douze œuvres. « Nous avons voulu nous intéresser à la manière dont les cinéastes espagnols ont rendu compte des conditions de travail, des luttes ouvrières, de la questions migratoire. Il y a également un film sur le travail de bourreau sous le régime de Franco. »

L'un des temps forts de ce festival, sera le mardi 14 février, à partir de 15 heures avec la diffusion en avant- première du documentaire Les Sentinelles de Pierre Pezerat. Il retrace la bataille pour l'interdiction de l'utilisation de l'amiante et des pesticides. Il a notamment rencontré des ouvriers intoxiqués dont Paul François, le désormais célèbre agriculteur charentais originaire de Bernac qui a gagné son procès contre Monsanto. Il sera d'ailleurs présent à une table ronde organisée après cette projection dont le thème est : « Lobbies et exposition des travailleurs au risque chimique ».

L'an passé, la 7e édition du festival Filmer le travail avait enregistré 8780 entrées. Un record de fréquentation qui prouve bien l'engouement que suscite cette thématique si particulière et si présente dans notre société : un intérêt renforcé par le contexte actuel avec la loi travail ou des débats sur le temps de travail. L'association Filmer le travail (car hormis le festival c'est également le nom du association) permet d'apporter quelques éléments de réponse via l'engagement des scénaristes, réalisateurs, auteurs. Outre ces dix jours de festival, des projections-débats sont organisées. Depuis cette année, des films sont programmés également pour les détenus du centre pénitentiaire de Vivonne-Poitiers.   

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
75524
Aimé par vous
5 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !