12/08/22 : Dans les Landes et en Gironde, la vigilance incendie est renforcée jusqu’à lundi. Les véhicules sont interdits sur les pistes et chemins. Les activités ludiques et sportives sont interdites sauf en bases de loisirs et sur les plans plages.

12/08/22 : Jeudi 25 août de 16h à 23h30, les cinq clubs de haut niveau de l'agglomération font leur rentrée place Clemenceau. A 16h, animations sportives avec les joueurs et joueuses. A 19h, présentation des équipes des cinq clubs, puis soirée dansante à 20h.

12/08/22 : À Bordeaux, Parc Rivière, jeudi 25 août, Esprit Dog, spécialisé dans l'éducation canine, organise un rassemblement de passionnés de chiens. L’événement gratuit et solidaire consiste en une distribution de croquettes et des cours d'éducation canine.+ d'info

11/08/22 : "Jamais autant de moyens aériens n'ont été mobilisés sur un incendie. On va continuer de s'adapter grâce à la solidarité européenne. Mais il n'y a pas que les moyens aériens," indique Elisabeth Borne depuis Hostens, en Gironde.

11/08/22 : Pendant qu'Elisabeth Borne, Première ministre est en visite sur les incendies à Hostens en Gironde, le Président, Emmanuel Macron, annonce que l'Allemagne, la Grèce, la Pologne, la Roumanie et l'Autriche vont venir en aide à la France.

11/08/22 : Elisabeth Borne et Gérald Darmanin sont attendus ce jeudi à Hostens en Sud Gironde: 6 800 ha de forêt ont été détruits par le feu depuis mardi après midi. 1100 pompiers sont mobilisés et 10 000 personnes ont du quitter leur domicile.

10/08/22 : Le député RN de Gironde, Grégoire de Fournas, dépose ce mercredi une proposition de loi instaurant une peine plancher de 10 ans pour les incendiaires. "La plupart des incendies sont d'origine criminelle. Or les pyromanes ne sont condamnés qu'à du sursis."

10/08/22 : Face aux incendies en Gironde et dans les Landes, le Ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin indique sur Tweeter qu'il a "décidé de renforcer les moyens mobilisés : plus de 1000 pompiers, 9 avions et 2 hélicoptères bombardiers d’eau sont engagés."

10/08/22 : Pour cause de reprise des incendies dans le Sud Gironde et le Nord des Landes, la circulation est interdite depuis mercredi 11 h, dans les deux sens sur l'autoroute A63 reliant Bordeaux à Bayonne. Les poids lourds sont déviés par Pau.

10/08/22 : Bordeaux est une des villes qui compte le plus de pâtisseries. Son score est de 4 pour 100 000 habitants, autant que Lyon, plus que Paris et Toulouse, mais moins que Strasbourg. Podium établi par Hellofresh, leader des boxs à cuisiner.

09/08/22 : Une soixantaine de commerçants de la ville de Périgueux a prévu de participer à la grande braderie en plein coeur de l'été, pour les trois journées des jeudi 11, vendredi 12 et samedi 13 août.

09/08/22 : Dans les Deux-Sèvres, le bassin de la Charente et le sous-bassin Aume-Couture sont en alerte 1 pour l'eau. L'arrosage des espaces verts, l'alimentation des fontaines, le remplissage des piscines sont interdits ainsi que le lavage des véhicules.

09/08/22 : Le département de la Gironde est placé en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi. Les maximales attendues pourront atteindre 21° la nuit et 36 à 38° en journée.

09/08/22 : Le département du Lot-et-Garonne passe en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi, avec des températures maximales prévues de 36 à 38 °C, puis mercredi et jeudi, jusqu'à 40 °C. Fin de l'épisode attendue pour vendredi.

09/08/22 : Un décret au journal officiel du 4 août acte la création effective de la Chambre d'agriculture interdépartementale de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres au 1er octobre prochain. Un travail de rapprochement mené depuis plus de sept ans.

08/08/22 : En raison de la sécheresse et des prévisions météos pour la semaine, les forêts du Pignada et du Lazaret à Anglet (64) sont fermées à compter du lundi 8 août, 18 H. Une décision prise en prévention du risque maximal de départ de feu.

08/08/22 : Météo France place le département des Landes en vigilance jaune canicule à compter de ce lundi 14h00. La vague de chaleur prévoit des températures minimales comprises entre 18 °C et 20 °C la nuit et 36 °C à 38 °C en journée.

08/08/22 : La première édition de Biarritz Hall Music Festival avec les meilleurs artistes de la scène électro française a lieu le 12 et 13 août. L’équipe est à la recherche de bénévoles pour l'accueil, le bar, les animations, la logistique... pour s’inscrire:+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 12/08/22 | marchesdegironde.com : le nouveau répertoire des marchés girondins

    Lire

    La CCI Bordeaux-Gironde met en ligne le site internet marchesdegironde.com. Objectif : permettre aux internautes de trouver le marché girondin (permanent ou saisonnier) à proximité de leur domicile ou lieu de vacances. Près de 79 marchés, permanents ou saisonniers, de plein-air ou couverts, y sont déjà référencés. Pour les commerçants non sédentaires, actuels et à venir, les informations réglementaires et les contacts des gestionnaires des marchés sont également indiqués.

  • 12/08/22 | Reverredire sensibilise au réemploi du verre

    Lire

    A Bergerac, l'association Reverredire Nouvelle-Aquitaine regroupe trois acteurs associatifs du réemploi du verre du territoire régional : L'Attache Rapide à Bergerac (24), La Consigne Bordelaise à Bordeaux (33) et Les Retournées à Anglet (40 et 64). Elles proposent un modèle régional de réemploi du verre, en lien avec les filières productives et les acteurs de la chaîne qui s'appuiera sur des activités d'économie sociale et solidaire porteuses d'emplois de proximité. Des actions de sensibilisation sont déjà engagées pour 2022.

  • 11/08/22 | Les Mondiaux de boomerang à Gradignan dès le 16 août

    Lire

    Gradignan (Gironde)accueille les mondiaux de boomerang du 16 au 26 août. Une centaine de lanceurs issus de 14 nations s'affronteront au Domaine de Moulerens sur différentes épreuves spectaculaires en individuel et en équipe. 25 athlètes français participeront et les têtes d'affiche remettront leur titre en jeu à l'image de Marie Appriou, 23 ans, championne du Monde en titre et Matéo Guerrero, 15 ans, vice-champion du Monde Junior. Renseignements sur l'appli https://wbc2022.glideapp.io/dl/d0a5f4

  • 11/08/22 | La préfecture de la Haute-Vienne labellisée

    Lire

    Suite à un audit externe réalisé par SOCOTEC, la préfecture de la Haute-Vienne vient de se voir attribuer le label « Qual-e-pref ». Ce label témoigne de la volonté de répondre au quotidien aux attentes des usagers ainsi que la communication d'urgence en cas d'évènement majeur. La préfecture a obtenu cette labellisation pour trois ans.

  • 11/08/22 | Des maraîchers à Limoges Métropole

    Lire

    La Ceinture verte terroir de Limoges veut relocaliser l'agriculture au travers l'aide à l'installation de maraîchers en agriculture biologique ou Haute Valeur Environnementale. Elle propose pour cela un service d'installation clé en main sur des terres équipées, avec un accompagnement technico-économique et une aide à la recherche de logement sur site ou à proximité. L’ensemble des équipements seront mis à disposition de 5 maraîchers sur le territoire de Limoges Métropole.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | « Filmer le travail » : une 12e édition en mode digital

18/02/2021 | La 12e édition du festival "Filmer le travail" se tiendra du 19 au 28 février 2021. L'éducation sera la thématique principale de cette nouvelle édition.

1

Cette année le festival « Filmer le travail » - qui se déroule habituellement à Poitiers - se réinvente pour permettre sa tenue. Effectivement la 12e édition va se tenir à partir de ce vendredi 19 février et jusqu’au 28 février, en ligne, sur une plateforme gratuite et ouverte à toutes et tous… La thématique centrale du festival est l’éducation. Films, documentaires, podcasts autour de la thématique seront proposés. Au niveau de la compétition, 17 films internationaux ont été sélectionnés parmi 400 reçus. Malgré le contexte sanitaire, l’organisation proposera également des conférences et des rencontres en direct et virtuel. L’équipe du festival espère tout de même pouvoir retrouver son public en chair et en os d’ici le mois de juin, en proposant une journée d’étude et la projection des films primés par le jury.

Ce ne sera pas en salle mais en virtuel que la 12e édition du festival « Filmer le travail » se tiendra cette année à partir de ce vendredi 19 février jusqu’au 28 février. « Filmer le travail » est un festival qui, comme son nom l’indique, évoque la thématique du travail autour de films documentaires ou de cinéma. « Il est unique en son genre en Nouvelle-Aquitaine et en France, affirme Maïté Peltier, directrice artistique et responsable de la programmation du festival. Il permet de croiser les regards dans le champ du cinéma et celui des sciences humaines et sociales sur le travail ». 

Une plateforme gratuite

L’année dernière, la 11e édition avait pu se dérouler et échapper à la crise sanitaire qui commençait à menacer. « Tout avait pu bien se dérouler juste avant le début de la pandémie ». Il a fallu imaginer un concept différent pour que le festival puisse se tenir dans de bonnes conditions. Impossible d’organiser les projections dans les salles obscures, les débats, conférences, tables rondes autour de la thématique principale. L’organisation du festival a dû se rabattre sur le virtuel avec la mise en place d’une plateforme dédiée : enligne.filmerletravail.org. « Le public pourra y trouver tous les films, rencontres, événements, podcasts. Ce site est ouvert à toutes et tous. Il suffira juste de créer un compte puis ensuite de visionner des films et même faire des réservations. Nous avons essayé de proposer quelque chose de souple pour ne pas ajouter plus de contraintes par rapport à ce que subissent les gens aujourd’hui », explique Maïté Peltier. Cette plateforme sera gratuite et en accès libre. Pour y accéder, une adresse mail et un mot de passe suffiront.  

L'éducation comme fil rouge

Depuis l’an dernier  « Filmer le travail » propose une thématique centrale. Après les femmes au travail, l’égalité femmes/hommes, le fil rouge cette année sera l’éducation. « C’est une thématique réfléchie depuis des mois, voire l’an dernier. L’éducation se retrouve aujourd’hui au coeur de l’actualité. Notre programmation ne permet pas d’évoquer tous ses aspects, mais nous offre le recul nécessaire, une mise en perspective grâce au travail de ces cinéastes. »

Essayer de conserver l’identité du festival : c’est l’objectif des organisateurs. À l’issue des projections, rencontres et temps d’échanges étaient programmés jusqu’alors. « Nous ne pouvions pas organiser des directs après chaque film, mais nous avons souhaité proposer une présentation et un accompagnement à chacun des films présentés. Il y aura un bonus pour rencontrer les cinéastes qui ont réalisé des films ».  

17 films en compétition

Qui dit festival, dit compétition. 17 films ont été sélectionnés parmi les 400 reçus. Des réalisations récentes autour du travail, des métiers… Ces films viennent de différents pays : France, Nigeria, Espagne, Tunisie, Brésil....Tous seront disponibles au visionnage durant la durée du festival. Quelques films sont visibles dans la limite des places disponibles, une jauge définie en lien avec les ayants-droits de chaque œuvre. La majorité des films de la compétition peuvent être vus tout au long du festival, mais certains ne pourront être vus que quelques jours, voire à une heure précise. Il ne sera pas possible de voir les films en-dehors de ces créneaux. 

Quant aux jurys, il y aura quelques changements là aussi. Habituellement, les jurés visionnent en salle et délibèrent lors des repas et autour de temps d’échanges. « Nous avons organisé des rencontres en visio et tous les dimanches », indique Maïté Peltier. C’était la seule manière pour eux de voir les 17 films en compétition, plus de 18 heures à visionner tout de même. « Nous leur avons ouvert les accès en amont du festival. Il y a eu une réunion à mi-parcours. Le palmarès sera annoncé le dimanche 28 février ». Au total, il y a 4 grands prix de la compétition internationale : le grand prix « Filmer le travail », le prix « Restitution du travail contemporain », le prix « Valorisation de la recherche », le prix spécial du public. Les trois premiers seront décernés par le jury de la compétition internationale et le quatrième par le jury de la ville de Poitiers (prenant en compte les votes du public). Les courts métrages de la compétition participent également au prix des lycéens et des apprentis et au prix des détenus du centre pénitentiaire de Poitiers-Vivonne. « Nous sommes le seul festival en Nouvelle-Aquitaine à avoir un prix des détenus », précise Maïté Peltier.  

L'an passé, la 11e édition avait pu se dérouler dans les salles obscures et en public. Cette année, ce sera une autre ambiance. L'accès se fera via une plateforme en ligne

Une soirée d'ouverture à suivre sur YouTube

La soirée d’ouverture est organisée en live sur YouTube depuis l’Espace Mendès-France de Poitiers ce vendredi 19 février. Au programme dès 18 heures, une projection du film « L’enseignement au temps du coronavirus de Sébastien Jousse. Il a été tourné dans le cadre du séminaire de Barbara Steigler de l’université Bordeaux-Montaigne. Ce sera suivi d’un dialogue inaugural entre Nathalie Quintane et Étienne Douat autour de la thématique « Vie et travail en syndémie : l’éducation ». Enfin, pour clôturer la soirée, la projection du film de Marco Ferreri « Pipicacadodo » sur la plateforme enligne.filmerletravail.org à 20h30. 

Une 12e édition du festival Filmer le travail particulière. Sans échanges réels entre le public et les réalisateurs. Mais les organisateurs ont tout fait pour maintenir au mieux l’identité de ce rendez-vous. « Nous avons essayé de nous diversifier au niveau de la forme et des propositions de contenus, pour que le festival continue d’être un lieu d’exploration et de découverte accessible à tous ». Rencontres et conférences seront donc proposées en direct (le programme est à retrouver ici). Le festival, ce ne sont pas que des films, ce sont aussi des podcasts et documentaires sonores en lien avec la thématique. 

L’an passé, 6 000 personnes s’étaient rendues au festival Filmer le travail, l’organisation ne sait pas vraiment comment va être adopté par son public ce format inédit… pas d’objectif de clics, mais un objectif plus symbolique. « Nous organisons ce festival pour la qualité des rencontres, des moments de découvertes en collectif, se retrouver en collectif, échanger en commun… » donc éviter sans doute de regarder seul face à son ordinateur ces films… c’est pour cette raison que l’équipe de « Filmer le travail » espère pouvoir retrouver son public en chair et en os… au mois de juin (si le contexte sanitaire le permet) à l’occasion d’une prolongation du festival lors d’une journée d’étude consacrée à l’éducation en temps de crise(s) et la projection des films primés.

Plus d'infos sur la festival : filmerletravail.org

La bande annonce du festival «Filmer le travail » 2021

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Filmer le travail

Partager sur Facebook
Vu par vous
19610
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !