Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

11/12/18 : 70 ans après l’adoption de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme la Ligue des Droits de l'Homme organise une conférence-débat avec Henri Leclerc pdt d’honneur de la LDH France, le mardi 18 déc à 19h30 à l’Athénée municipal à Bordeaux.

11/12/18 : Vendredi 14 décembre à 20h30, concert de fin d'année de l'Orchestre universitaire de Bordeaux, dans l'amphi 700 de l'Université Bordeaux Montaigne, avec au programme : Wolfgang Amadeus Mozart, Vincenzo Bellini et Antonín Dvořák.

11/12/18 : Ouverture des Halles de Talence ! Après 9 mois de travaux et 18 mois d’élaboration cet équipement a fait peau neuve. Prochainement, il accueillera 16 commerces de bouche dans l’hypercentre.

11/12/18 : 3ème « Partage - Groove for Food », dimanche 16 déc, où 12 des meilleurs DJs bordelais se mobiliseront en faveur des plus démunis de 12 h à 19 h, en se relayant aux platines du restaurant L’Épicerie Bordelaise, 14 rue Ravez.

11/12/18 : Charente-Maritime : à compter du 1er janvier 2019, deux nouvelles communes vont voir le jour : Marennes-Hiers-Brouage et Saint-Hilaire-de-Villefranche (près de St Jean d'Angély). Les nouveaux maires et adjoints seront élus lors des prochaines séances de c

11/12/18 : Les oeuvres de trois artistes amatrices des Beaux-Arts de Grand Poitiers proposent du 12 décembre 2018 au 6 février 2019 l'exposition "A Trois c'est mieux" aux Beaux-Arts de Buxerolles

11/12/18 : Le Président de la République a fait plusieurs annonces importantes. D'abord, l'augmentation du SMIC de 100 euros par mois par le biais de la prime d'activité, dès 2019, avec des heures supplémentaires versées "sans impôts ni charges, dès 2019".

10/12/18 : Enfin, le Président a souligné l'importance d'élargir le débat national qui s'annonce et a exprimé son intention de rencontrer les maires "région par région, pour bâtir le socle de notre nouveau contrat pour la nation".

10/12/18 : Emmanuel Macron a également précisé qu'il ne reviendrait pas sur l'ISF. "Pendant près de quarante ans, il a existé, vivions-nous mieux pendant cette période ? Les plus riches partaient".

10/12/18 : "Je demanderai à tous les employeurs qui le peuvent de verser une prime de fin d'année, qui n'aura ni impôts ni charges" a poursuivi Emmanuel Macron. Enfin, annulation de la hausse de la CSG pour les retraités gagnant moins de 2000 euros par mois.

10/12/18 : Emmanuel Macron s'est adressé aux français ce lundi 10 décembre, en évoquant les gilets jaunes et une "colère profonde, je la ressens comme juste à bien des égards. Il a condamné les violences en marge du mouvement des gilets jaunes.

10/12/18 : Mobilisation mardi matin dès 9h00 aux trois péages autoroutiers du Lot-et-Garonne orchestrée par la Coordination rurale 47 pour protester contre les taxes "Trop de taxes tue l'agriculture et les agriculteurs!" dixit la CR47.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 11/12/18 | L’État à la rencontre des commerçants impactés par les manifestations

    Lire

    Depuis hier, la DIRECCTE se rend chez les commerçants du centre-ville de Bordeaux qui ont subi des dégradations en marge de la manifestation du 8 déc. La délégation a notamment dialogué avec les dirigeants de l’Apple Store et les commerçants de la place Pey-Berland, des cours Victor Hugo et Alsace-et-Lorraine et de la rue Cheverus. Le but étant de connaître leurs besoins immédiats, les informer sur les aides de l’État et étudier les éventuelles demandes d’autorisation d’ouverture exceptionnelle.

  • 11/12/18 | Allocution du Président Macron : Jean-Luc Gleyze mécontent

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, le président du CD 33, estime que les annonces de Président Macron « ne sont pas à la hauteur des attentes exprimées par la population. Après 4 semaines de silence absolu sur un conflit qui a partiellement bloqué notre pays, ce dernier a enfin daigné s’adresser à nos concitoyens. Au-delà du mea culpa attendu, ses annonces, si elles vont dans le bon sens, ne répondent que très partiellement aux revendications légitimes exprimées par les gilets jaunes. »

  • 11/12/18 | Réseau de chaleur: Limoges labellisée pour la 4ème fois

    Lire

    La Ville de Limoges obtient pour la 4ème année consécutive le label « Ecoréseau de chaleur ». Ce prix, décerné par l’association AMORCE, a été remis le 4 décembre à Paris lors de la semaine de la chaleur renouvelable pour ses 2 réseaux de chaleur du Val de l’Aurence, source d’énergie renouvelable (biomasse constituée de plaquettes forestières provenant de la filière bois locale) et de Beaubreuil, source d’énergie de récupération (combustion de déchets).

  • 11/12/18 | Easyjet teste la desserte paloise

    Lire

    Entre le 4 février et le 3 mars 2019, EasyJet reliera Pau à Paris Charles-de-Gaulle à raison de 7 à 10 vols par semaine ( A320 de 186 sièges). Avec 1 à 2 vols par jour, les horaires se veulent adapter aux besoins des clientèles de loisirs et d’affaires, l’aller-retour dans la même journée étant possible les lundis, jeudis et vendredis. « Cette desserte permettra à EasyJet de tester le marché palois. Elle revêt ainsi une grande importance stratégique pour l’attractivité et l’accessibilité de Pau et du Béarn », selon les représentants de l'aéroport. Billets sur le site internet de la compagnie aérienne et en agences de voyages.

  • 10/12/18 | Banques Alimentaires en Gironde, une collecte à la hausse

    Lire

    Pour la 2ème année consécutive, la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde (BABG) enregistre "une belle augmentation" du résultat de la collecte nationale: les 30 novembre, 1er et 2 décembre, la collecte de produits secs progresse de 10,84% avec 409t contre 369 en 2017. Et cela, dans "un contexte difficile de baisse des dons et de mouvements faisant craindre pour l’accès aux magasins" rappelle la BABG. Selon les 300 collecteurs présents dans près de 300 magasins girondins, "les donateurs étaient peut-être moins nombreux mais plus généreux". L'étape du tri (en cours) par près de 1000 bénévoles devrait être achevée à Noël.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Gaston Fébus, un Prince du XIVème siècle, cruel et subtil: exposition au château de Pau

14/03/2012 |

Livre de Chasse de Gaston Febus

Gaston Fébus est un nom, mais c'est le grand inconnu. Il reste dans l'ombre d'Henri IV aux yeux du grand public. Qu'à cela ne tienne, le château de Pau organise une exposition sur « le Prince Soleil » du 17 mars au 17 juin. Ce personnage de la guerre de cent ans qui brille par sa clairvoyance politique et son ambition à bâtir une principauté le long des Pyrénées. La personnalité de ce prince du XIVème siècle suscite aussi beaucoup d'intérêt. C'est un homme accompli dans une époque extrême. Il est cruel et subtil, tue son fils de ses propres mains et écrit des poèmes en vers. Paul Mironneau, directeur du musée national du château de Pau, nous livre quelques clés de compréhension.

« L'époque romantique aimait se donner des frissons,mais le XIVème siècle est une époque difficile, traversée par des mouvements très variés », explique Paul Mironneau. La personnalité de Febus avait intégré ces mêmes débordements de cruauté et de subtilité. Il était méthodique et ordonné, ses écrits le prouvent, mais la manière dont il répudie sa femme et tue son fils montre qu'il était intransigeant.
« En son courroux il n'a nul pardon », écrivait Froissart dans ses chroniques. Mais en dépit de son avarice et de sa cruauté, il était très charitable. Pour quelqu'un qui comptait ses sous il donnait aussi beaucoup d'argent aux pauvres. « On perçoit aussi des notes d'humour qu'il faut comprendre en se rappelant l'orgueil dilaté des Princes de son temps », sourit Paul Mironneau lorsqu'il lit l'amusement de Febus par rapport au désespoir de ses proches avant qu'il ne soit touché par la grâce divine ! 

L'argent comme outil politique
Pendant la guerre de cent ans, Febus, seigneur et comte de Foix, veut conserver une indépendance par rapport aux grandes puissances que sont la France, l'Angleterre, mais aussi l'Espagne. Dans une période de forte pression politique et militaire, il veut constituer une principauté avec une épine dorsale de châteaux et de place fortes qui assurerait la continuité des domaines de Foix, du Béarn, du Gabardan et du Marsan. Il lui faut s'emparer du Comminges pour réunir la dernière pièce au puzzle, mais le roi de France et ses voisins s'appliquèrent à l'en empêcher.

La politique de Gaston Febus est une politique très construite. « Elle s'organise dans un programme robuste par comparaison aux Albret ou Armagnac qui sont versatiles, et agissent au gré des intérêts du moment, des sommes d'argent, des facilités et de l'accroissement territorial », explique Paul Mironneau qui défend l'idée que Febus était moins un homme de guerre, qu'un homme de paix. « Il ne prenait les armes que s'il était convaincu de gagner et de prendre des richesses. Ses armes n'étaient pas les épées et les bombardes, mais la stratégie et surtout l'argent. »

« Il avait compris qu'avec l'argent on pouvait tout faire, et qu'avec l'esprit chevaleresque, tout perdre, raconte Paul Mironneau. On pourrait dire que Febus était un prince financier. » Épargner, redistribuer, lever des rançons et les faire fructifier. Froissart disait qu' « il n'y avait que petit feu dans sa cheminée ». Il était avare, mais savait entretenir des écuyers qui prêchaient la bonne parole, recevoir les hommes de lettre et les artistes qui faisaient l'opinion.

Un Prince lettré
Il existait une république des lettres à laquelle Febus avait accès. C'était un prince constamment en guerre, notamment contre son voisin le Comte d'Armagnac, mais il était lettré et raffiné. Il fut lui-même auteur de poésie, de dévotion et surtout d'un fameux livre de la chasse. « La chasse était l'activité aristocratique typiquement guerrière, mais le livre de la chasse de Phoebus est l'expression d'une pulsion pacifique qui le pousse à connaître et à décrire la nature », explique Paul Mironneau.

Dans un des manuscrits exposés au château de Pau, on peut voir des illustrations représentant un ours à l'effort et au repos. Il anticipe un peu les naturalistes du XVIIIème siècle. « Ce livre eut un grand succès et fut copié, puis imprimé et traduit en anglais et en espagnol. Il existe même des abrégés. L'essentiel de l'exposition est consacré aux plus belles éditions manuscrites dont celle qu'il avait sur son étagère. Sobre, illustré à Avignon en 1390, avec des grisailles précises et des textes de grande qualité. »

Il existe un nombre de productions qui le mettent en scène. Et l'exposition au château de Pau, guidée par le livre manuscrit, plonge le visiteur dans la civilisation des cours méridionales. On y voit des chroniques, des vers, des chansons de Troubadour et de beaux manuscrits dont une traduction occitane d'une encyclopédie scientifique avec une réflexion sur le savoir.

Une mort énigmatique
Gaston Febus avait tout prévu sauf la mort. Il avait amassé des richesses dont il gardait la clé, construit une principauté défendue par des places fortes, mais un soir, alors qu'il était en pleine forme malgré son grand âge, en rentrant d'une chasse à l'ours et avant de dîner, il s'écroule après qu'on lui a versé de l'eau glaciale sur les mains.

« Nous avons reconstitué cette dernière table avec des hanaps, des gobelets, des cuillères, des couverts qui proviennent du trésor d'Ariège et un calice du musée du Louvre. On est dans le contexte. Il y a aussi des gisants représentant des chiens pour lesquels il avait un amour immodéré. Et qui l'ont accompagné dans l'au delà. »

« Cette mort subite fut interprétée par ses ennemis comme un châtiment divin. Il était avare et maintenait une pression fiscale forte, il avait reconnu un pape plutôt qu'un autre et il avait tué son fils. Les raisons ne manquaient pas. Pour les autres, il avait rejoint un monde meilleur lors d'une évasion mystérieuse, lui que l'on pensait être un voyant pour sa clairvoyance politique. »

crédit : maison de l'histoire de France

Olivier Darrioumerle

Partager sur Facebook
Vu par vous
584
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 14 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !