Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/09/19 : Bordeaux. Il aura fallu quatre mois pour que le trafic reprenne sur la ligne C du tram entre la Porte de Bourgogne et la gare Saint-Jean après l'incendie du parking Salinières: il est annoncé pour le 28 septembre.

18/09/19 : Mont de Marsan Agglomération recherche des volontaires en Service Civique pour assurer des missions en lien avec la culture, la solidarité, l'environnement et l'éducation. Réunion d'information le 26 septembre à 14h au Bureau Information Jeunesse.

18/09/19 : Le Pont d'Aquitaine sera fermé entre les échangeurs 1 et 5 du 19 septembre 21h au 20 septembre 6h pour des travaux de maintenance et d'entretien.

18/09/19 : Deux-Sèvres : à l'occasion des Journées du patrimoine, le Département ouvre ses portes au public de la Maison du Département, des Archives Départementales et des Tumulus de Bougon. Animations et visites guidées sont au programme.

18/09/19 : Charente-Maritime : le chantier du pont transbordeur de Rochefort ouvre ses portes au public à l’occasion des journées européennes du patrimoine. RDV notamment samedi 21 à 10h pour assister au remontage sur le tablier du premier élément de chariot.

17/09/19 : Dordogne : Frédéric Gojard, 58 ans, conduira la liste du Rassemblement National à Périgueux pour les élections municipales. Cet ancien militaire, aujourd'hui âgé de 58 ans, s'était déjà présenté aux dernières élections européennes.

17/09/19 : Marcel Amont se rend à Bordeaux à la libraire La Machine à Lire jeudi 19 septembre à partir de 18h30 pour évoquer son livre "Les Coulisses de ma vie" aux éditions Flammarion. Il sera le lendemain à l’Espace Culturel de Pau à partir de 18h30.

17/09/19 : Philippe Lambert atteint de la sclérose en plaques, est attendu à Agen mercredi 18 septembre à 16h30 pour une étape dans le cadre de son « Tour de France - défi 3000 km de Philippe Lambert ».

17/09/19 : Dordogne : Cheffe d’entreprise, conjointe collaboratrice ou apprentie, les candidatures à l’édition 2020 des trophées « Elles M l’artisanat » sont ouvertes. Les lauréates seront mises à l'honneur le 23 mars en préfecture. Plus d'info: www.artisanat24.com

16/09/19 : Deux-Sèvres : les agents des finances publiques sont en grève, suite à l'appel de l'intersyndicale CGT/CFDT/FO/Solidaires/CFTC. Ils protestent contre la fermeture d'ici 2022, de 4 des 10 centres -Prahecq, Airvault, Frontenay-Rohan-Rohan et Coulonges.

13/09/19 : Region : le projet Viti de la Région a été retenu par l'Etat dans le cadre de l'appel projet territoire d'innovation de grande ambition (TIGA). Ce programme concerne tous les vignobles et plus de 130 partenaires. Objectif : la sortie des pesticides.

13/09/19 : Charente : Le festival de photographie Barrobjectif, à Barro, fête sa 20e édition du 14 au 22 septembre. L'invité d'honneur est le photographe italien Paolo Pellegrin, multiprimé pour son travail, notamment sur les conflits dans le monde. Gratuit.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/09/19 | Deux réacteurs de la centrale du Blayais concernés par des malfaçons

    Lire

    EDF a confirmé ce mercredi que six des 58 réacteurs nucléaires français présentaient des "problèmes de conformité" et de fabrication de certains composants. Parmi ces réacteurs, on retrouve les numéro trois et quatre de la centrale du Blayais, qui comporte des malfaçons au niveau de ses générateurs de vapeur, pourtant remplacés entre 2014 et 2015. Au travers d'un communiqué, EDF a estimé que "les écarts constatés ne remettent pas en cause l’aptitude au service des matériels et ne nécessitent pas de traitement immédiat".

  • 18/09/19 | EDUCNUM : un salon pour répondre aux énigmes du numérique à Poitiers

    Lire

    Les journées EDUCNUM sont organisées à Poitiers du 20 au 22 septembre par la CNIL, le groupe VYV et l’An@é. L’objectif est de sensibiliser enfants, parents et enseignants aux défis du numérique. Un espace ludique de 130m2 a été imaginé pour les enfants, les adolescents et leurs familles. Un escape game inédit et gratuit va être proposé pour sensibiliser aux enjeux du numérique. Le ministre de l’Éducation Nationale, Jean-Michel Blanquer sera présent à Poitiers ce 20 septembre pour inaugurer ce salon.

  • 18/09/19 | Tourisme : "bilan très positif" pour Charentes Tourisme cet été

    Lire

    Le tourisme dans les Charentes se porte bien, selon le bilan estival de Charentes Tourisme. Si l'avant saison et juillet sont mitigés, avec 58% des professionnels satisfaits, le mois d'août fut en revanche exceptionnel, avec des records de fréquentation. Si elle a d'abord profité à l’intérieur des terres en début de saison, la tendance s'est inversée au profit du littoral en août. L'office note une diminution de la clientèle britannique et une progression de la clientèle belge et allemande.

  • 18/09/19 | 1ere Journée du Patrimoine coordonnée par l'Office de Tourisme du Val de l'Eyre !

    Lire

    C'est la première fois que les cinq communes du Val de l'Eyre (BelinBeliet, Le Barp, Lugos, Saint-Magne et Salles) s'unissent sous une même bannière pour participer ensemble aux Journées Européennes du Patrimoine. Ainsi, une palette d’animations sera proposée - visites patrimoniales et culturelles, expositions dynamiques et reconstitutions -, le 21 septembre prochain sur tout le territoire.

  • 18/09/19 | Une plongée dans les Espaces Naturels Sensibles de la Vallée de l'Eau Blanche

    Lire

    Dans le cadre de son Agenda 21, Villenave d'Ornon propose des animations gratuites autour du développement durable et notamment une nouvelle visite des Espaces Naturels Sensibles de la Vallée de l'Eau Blanche le samedi 21 septembre, de 9h à 12h. Son but : découvrir le milieu des gravières et des anciennes cressonnières. Les participants pourront parcourir une partie du futur cheminement qui sera ouvert à la fin de l'année. Inscriptions au pôle développement durable : 05.56.75.69.85

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Goya graveur aux Beaux-Arts

23/05/2019 | L'exposition "Goya physionomiste" démarre aujourd'hui au musée des Beaux-Arts de Bordeaux, dans le cadre de la Fête nationale de l'estampe. Jusqu'au 23 septembre.

Juan Bordes, commissaire de l'exposition

Dans le cadre de la 7e édition de la Fête nationale de l’estampe, qui se tiendra le 26 mai à Bordeaux, le musée des Beaux-Arts consacre une exposition aux gravures de Francisco de Goya y Lucientes, dit Goya. En partenariat avec l’Instituto Cervantes de Bordeaux, cette sélection d’estampes a été réalisée par la Chalcographie Nationale de l’Académie des Beaux-Arts de San Fernando à Madrid. Déjà présentée dans la capitale espagnole, « Goya physionomiste » sera visible jusqu’au 23 septembre à Bordeaux, et voyagera ensuite dans toute l’Europe.

Mondialement connu pour ses peintures, à l’image du « Tres de mayo » (« Trois mai »), cette célébrissime huile qui célèbre la résistance espagnole en 1808, Goya l’est un peu moins pour ses gravures. Dans le cadre de la Fête nationale de l’estampe, qui se tiendra le 26 mai à Bordeaux, le musée des Beaux-Arts a voulu présenter une autre facette du peintre officiel de la Cour du Roi d’Espagne Ferdinand VII : Goya, graveur.

Trente-neuf gravures, issues des séries « Caprices » (1797-1799), « Désastres de la guerre » (1810-1820) et « Disparates » (1816-1823), ont été sélectionnées par la Chalcographie Nationale de l’Académie des Beaux-Arts de San Fernando à Madrid, parmi la collection de l’Instituto Cervantes de Madrid, pour cette exposition. La chalcographie est l'art de la gravure sur cuivre. Le musée des Beaux-Arts de Bordeaux, qui possède pourtant une quinzaine de gravures de Goya, n’expose qu’un seul élément de sa collection personnelle dans cette rétrospective : un portrait du peintre réalisé par Pierre-André Brouillet, d’après celui de Vicente Lopez Portaña, en 1894.

Portrait de Goya par Pierre-André Brouillet

Zoom sur les visages

Les visages constituent le nœud de « Goya physionomiste ». Chaque gravure exposée s’accompagne d’ailleurs de plusieurs agrandissements photographiques de têtes. Et pour cause, Goya s’appuyait sur des textes de physiognomonie pour leur réalisation. Cette science, inspirée des Grecs comme Aristote, détermine le caractère d’une personne en se basant sur les traits de son visage. Au XIXe siècle, cette théorie revient à la mode et figure dans plusieurs recueils notoires, comme l’encyclopédie de Moreau de la Sarthe (1806-1809). 

Des oreilles poilues, comme celles de loups, des gueules déformées, aux faux airs de méduse. Les personnages ont plus des têtes de gargouille que de personnes normalement constituées. « Le visage goyesque est empreint d’une certaine brutalité, dans le sens où il n’occulte pas les sentiments », explique Juan Bordes, directeur de la Chalcographie Nationale de Madrid et commissaire de l’exposition.

Maladie mentale et humour

En suivant les textes de la physiognomonie, Goya se concentre à établir des parallèles entre l’humain et l’animal, comme dans « La farandole de charlatans », où les hommes ont des têtes de loup. Goya déforme aussi les faces affectées par les maladies mentales et a recours à la caricature. Dans la série « Disparates », un homme effaré a la tête qui bouge si vite que trois têtes sont dessinées au départ de son cou.

 

Gravures de la série  

L’humour fait partie intégrante de ces gravures, comme dans cette estampe de la série « Caprices », où un personnage squelettique allume une torche grâce à la flatulence qu’un enfant laisse échapper dans ses bras. Difficile de ne pas penser au graveur Philippe Mohlitz ici, qui faisait l’objet de la rétrospective du musée des Beaux-Arts pour la Fête de l’estampe de l’année dernière, et qui avait aussi recours à ces procédés d’humour, teinté d’une pointe morbide.

Des œuvres plus démocratiques

« La gravure était la plus démocratique des œuvres d’art, elle pouvait être reproduite en centaines d’exemplaires », explique Juan Bordas. Même si sa diffusion rencontre quelques difficultés avec l’Inquisition qui règne à l’époque, les gravures de Goya ont certainement plus voyagé que ses peintures. « Pour un premier tirage de la série « Caprices », il y avait déjà 200 exemplaires, pour vous donner un ordre d’idée », ajoute le commissaire de l’exposition. 

L’instituto Cervantes de Madrid possède l’intégralité des cuivres des gravures de Goya, mais ne les utilise plus pour faire de nouvelles copies aujourd’hui. « Demandez-moi de vous citer quatre grands noms de la gravure, je vous dis, sans hésiter : Dürer, Rembrandt, Picasso et Goya. Pour la peinture, Goya ne fera pas forcément partie des quatre meilleurs », s’amuse Juan Bordas. « Goya physionomiste » fait donc sa première étape à Bordeaux, ville qui a vu mourir l’artiste, jusqu’au 26 septembre, avant de partir voyager ensuite ailleurs.

Alix Fourcade
Par Alix Fourcade

Crédit Photo : Alix Fourcade

Partager sur Facebook
Vu par vous
2518
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !