Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/06/18 : Après dix mois de travaux nécessités par le futur TramBus Tarnos-Biarritz, le pont historique qui enjambe l'Adour à Bayonne sera rouvert ce 2 juillet et festivement inauguré. Passage réalisé une habile quote-part entre voitures-bus, vélos- piétons.

23/06/18 : L'interdiction de pêche et consommation des moules du bassin d’Arcachon a été levée ce 21 juin par le préfet. Dans le banc d’Arguin et les passes, le taux de présence de toxines a baissé mais ne permet pas de lever l'interdiction dans cette zone

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/06/18 | La grogne des CCI de Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Réunis ce jeudi en AG à Bordeaux, les quinze présidents des Chambres de Commerce et d'Industrie régionales ont dénoncé la décision du gouvernement de raboter la Taxe pour Frais de Chambre de 100 millions d'euros par an sur les 4 prochaines années. "Fin 2017, plusieurs ministres s’étaient engagés à garantir la stabilité des ressources de 2019 à 2022 après une baisse de 150 millions en 2018. Que valent donc ces engagements, notamment quand le gouvernement refuse de reconnaître la performance des CCI sur les territoires ?" dénoncent-ils, parlant même d'une "casse sociale annoncée". Une réunion de crise est prévue le 5 juillet prochain.

  • 22/06/18 | Gourette: les travaux de la RD918 démarrent lundi

    Lire

    Après une semaine d'études du site de l'effondrement de la RD 918, suite aux intempéries du 12 juin, « les travaux commencent dès lundi », annonce le Département des Pyrénées-Atlantiques. La réalisation d’un remblai en terre armée sur une hauteur de 4 m permettra de rétablir une chaussée de 7 m de large, telle la voirie d’origine et garantissant les conditions de sécurité, pour un coût de 700 000 €. Le chantier devrait durer 4 à 5 semaines (sauf mauvaise météo), permettant d'assurer la 19ème étape du Tour de France. Des travaux de confortement et de drainage du talus amont seront aussi engagés sur le 2nd semestre 2018.

  • 22/06/18 | Viticulture: de nouvelles mesures de soutien

    Lire

    L'INAO, a décidé d'augmenter le niveau du volume complémentaire individuel à 20% maximum du rendement du cahier des charges et de faire évoluer de 30 à 50% le plafond cumulé de réserve sur 3 ans. Une manière de renforcer la résilience des exploitations face aux aléas climatiques et à leur récurrence, en jouant un rôle équivalent à celui d’une assurance récolte. Ainsi, les volumes complémentaires cumulés pourront être revendiqués en appellation d’origine en cas de récolte déficitaire. La structure a aussi donné un avis favorable à la demande d’expérimentation pour les vins liquoreux (Monbazillac, Sauternes et Barsac).

  • 22/06/18 | Le pont Simone Veil ne sera pas au rendez-vous de 2020

    Lire

    D'un commun accord, la Métropole et la société Fayat chargée du chantier annoncent une «divergence d’ordre technique et juridique», sur les conditions d’exécution des batardeaux (enceintes de travail permettant de construire les piles du pont) dans la Garonne. Fayat considère que davantage de protections sont nécessaires face à la force du courant et à un sol de mauvaise qualité, ce que réfute le cabinet d'études conseil de la Métropole. Un médiateur va donc être missionné pour donner son avis au plus tard fin 2018. Résultat: le pont sera livré avec 1 à 3 ans de retard et un possible surcoût de 18M€.

  • 22/06/18 | Un transport en commun en site propre sur le Nord Bassin

    Lire

    Dans le cadre de la concertation ouverte sur le Projet de Déplacements Durables du Nord Bassin, un atelier de travail dédié aux solutions de transport en commun en site propre est organisé lundi 25 juin au centre d'animation de Lanton. Objectif : échanger sur l’opportunité de la mise en œuvre d'un tel mode de transport entre Arès et Biganos, en présence des experts associatifs et bureaux d’études spécialisés. Ouvert à tous sur inscription en envoyant un mail à : contact-pddnb@gironde.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Hubert Reeves entre dans le bal du changement climatique

07/04/2010 |

Hubert Reeves - Astrophysicien

Jeudi 1er avril, le dernier film d'Hubert Reeves et de son fils Benoit a été diffusé à l'Athénée Municipale dans le cadre d'une soirée mêlant écologie et musique lyrique (tout arrive) organisée par l'association Polifonia d'Éliane Lavail. « De l'astronomie à l'écologie » qui ressemble plus à une conférence sous forme de photos commentées qu'à un documentaire filmé. Avec un budget sûrement moindre que ses collègues, l'astrophysicien va tenter de réconcilier « deux sciences qui n'ont apparemment rien à voir ». L'astronomie s'intéressant au passé et l'écologie au futur. Surfant sur l'actualité brûlante du LHC ou des polémiques sur le changement climatique, Hubert Reeves nous propose une fois de plus un ouvrage de vulgarisation dont il a le secret destiné à un public non-initié.

Le film débute par la fameuse citation de Woody Allen dans Annie Hall dictée par une voix off, celle d'Hubert Reeves rassurante, précise, chantante... qui va nous guider tout au long de cette heure. On commence par le début : le bing bang, la naissance des étoiles, la création des planètes... Tout ce que M. Reeves connait bien. Et il sait en parler avec passion. Pour en arriver au cas particulier de la Terre avec la présence d'eau liquide. Après un rapide détour par la biologie pour expliquer l'apparition de la vie sans trop s'éterniser sur les détails, l'astrophysicien s'intéresse au cas du changement climatique et revient sur le cas le plus connu. L'ère glaciaire qui a entrainé la disparition des dinosaures. Après avoir expliqué que l'effet de l'astéroïde a été dévastateur sur le court terme, il en vient à la conclusion que sur le long terme, l'opération a été salvatrice pour nous, puisque nos ancêtres mammifères ont réussi à proliférer dans les niches écologiques laissées vacantes. Un point de vue scientifique neutre qui dénote énormément avec la suite de la projection.

L'avenir de l'humanité
A partir de là, Hubert Reeves revient à notre époque, à notre propre changement climatique. Pour lui, nous avons à faire à un cas tout autre puisque nous sommes en partie responsables et qu'il faut tout faire pour l'en empêcher. Il se range donc du côté du GIEC, de Nicolas Hulot, de Yann Arthus Bertrand et de Copenhague. Utilisant d'ailleurs le même procédé que les documentaristes français à grand renfort d'images choc sur la déforestation, les feux de forêt, la pollution, la sur-pêche, l'industrialisation à outrance et toute la misère du monde. Quittant le rôle du simple scientifique pour celui de citoyen engagé avec une candeur presque poétique, il revient néanmoins dans la neutralité un court instant. Il reconnaît que la vie va continuer, que « la vie est robuste » mais que l'humanité l'est moins. C'est donc bien l'avenir de l'humanité qui est en jeu et non celle de la planète.

Combattre les cyniques
Il tente alors le tout pour le tout avec un montage larmoyant sur de la musique classique et des images encore plus percutantes qu'auparavant, le scientifique s'engageant définitivement sur la voie du militant : « on ne peut pas passer son temps la tête dans les étoiles, il faut aussi vivre sur la terre ». De manière presque touchante, il reconnaît sortir de son rayon d'action pour participer à un mouvement indispensable. Il cite Al Gore, de nouveau Hulot, le Grenelle et même la conférence de Copenhague. Les solutions proposées sont très classiques : il faut faire attention à notre consommation, il faut changer les habitudes, il faut des lois, des traités... Faire des compromis sera difficile admet-il. « Les critiques sont essentielles » finit-il par ajouter, pour le bien-être de la science et toute théorie doit pouvoir être critiquée sans problème. Sauf dans ce cas précis selon lui, en faisant référence à Claude Allègre qui devrait de lui-même se rétracter pour laisser travailler le GIEC, « l'instance la plus crédible ». Deux poids, deux mesures.

Candeur et philosophie
Et enfin Hubert Reeves se fait philosophe et devant une possible extinction humaine impossible à prévoir il en vient à se demander si cette disparition en plus d'être un drame évident pour nous humain serait un drame « pour le cosmos ». Et il ose le oui, sans concession, avec la fraicheur d'un enfant innocent et cite les grandes choses de l'humanité : l'art, la science et « la compassion ». Cette compassion qui nous permet de s'occuper de la faune sauvage, des autres espèces et de son prochain. Il oppose à cette compassion, l'industrie, la technologie, la guerre, les « menaces » que l'espèce humaine s'inflige à elle-même. Après une heure de raccourcis, de vulgarisation nécessaire et d'interrogations candides, l'astronome arrive à sa conclusion et pose cette question : « Est-ce que l'intelligence est viable ? » A une époque où l'écologie devient un débat politique, où les cyniques sont opposés aux candides, où les catastrophistes combattent les fatalistes, où les scientifiques préfèrent se tirer dans les pattes plutôt que de débattre, la réponse à cette question n'est plus vraiment évidente. Surtout avec un documentaire qui ressemble à tous les autres.

Thomas Guillot

Partager sur Facebook
Vu par vous
606
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Nelly | 17/04/2010

Pour approfondir sous forme d'exploration:
ci-dessous trois sites liés à Hubert Reeves

Bien cordialement,

Nelly
Chargee des relations avec Hubert REEVES

http://www.hubertreeves.info
http://www.roc.asso.fr
http://www.objectif-biodiversite.org

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !