17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

  • 15/12/17 | Le point sur la tuberculose bovine en Dordogne

    Lire

    La campagne de prophylaxie 2017-2018 de la tuberculose bovine a débuté en avance avec un nouveau mode de dépistage qui donne des résultats encourageants. Il s’agit d’un procédé à la fois plus efficace mais aussi plus contraignant, car nécessitant une bonne contention des bovins. Depuis le début novembre, 106 dossiers de prophylaxie ont été traités et 5 élevages ont présenté des résultats positifs. Le nombre de foyers de tuberculose pour 2017 est toujours de 28 élevages, dont 8 ont fait l’objet d’un abattage total et 20 d’un abattage sélectif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Interview : Blitz The Ambassador qui jouera Dimanche 14 août au festival Musicalarue à Luxey (40)

16/08/2011 |

Blitz The Ambassador, dimanche 14 août au festival Musicalarue de Luxey (40)

Ce dimanche soir, le rappeur américain d'origine Ghanéenne jouera au festival Musicalarue à Luxey (40). Les rares survivants qui avaient pu l'apprécier à son horaire tardive au Garorock se rappellent surement ce mélange audacieux de jazz et de rap. Du hip hop avec des musiciens. Nous l'avions interviewé à cette occasion où il avait abordé de nombreux sujets avec cette sympathie professionnelle typiquement américaine. Blitz The Ambassador nous parle de son label, de la manière de promouvoir la musique, des ses racines africaines, de sa vision du monde et de musique bien entendu.

@qui - Vous avez créé votre label MVMT . Je me demandais comment vous pouviez gérer tous les aspects de votre musique, les graphismes, la pub ?

Blitz The Ambassador - En musique aujourd'hui, on ne peut plus dépendre des gros labels pour promouvoir la nouvelle musique, les nouveaux sons, les nouvelles idées. Tout le système est réglé pour promouvoir la pop music. Si ça ne rentre pas dans cette boite, c'est plus difficile. Donc nous avons créé notre label parce qu'on savait que si l'on emmenait Stereotype aux labels normaux, ils n'auraient pas su le markété correctement. Parce que ce n'est pas un album normal. Il n'a pas de single. Ce n'est pas facile à vendre. Donc on a commencé très petit, on avait pas prévu d'ajouter d'autres artistes. On a eu assez de succès avec Stereotype pour qu'ils viennent eux même nous demander « Comment vous faites ça ? ». On répond que l'on a pas d'argent, on a pas les moyens de le faire mais qu'on a l'envie. C'est plus comme une famille, on le considère pas comme un label. Ce sont des amis, des gens dont on aime la musique, qui aime notre musique et qui sont regroupés dans une structure qui peut les aider à signer des contrats. Vous avez besoin de marketing, de publicité...

@! - Vous êtes du Ghana, vous habitez à Brooklyn (New York), vous jouez du hip hop avec des musiciens de jazz. C'est un mélange très original comment vous mixez l'Afrique avec l'Amérique ?

BTA - Je considère ma musique comme la suite de l'histoire africaine. Je ne pense pas que les afro-américains, les afro-caribéen, ou les africains du Brésil soient différents des africains d'Afrique. Ce peuple a été enlevé de son continent mais on partage toujours le même sang. Donc dans le processus créatif devient très facile parce que les éléments rythmiques que tu entends dans le jazz, dans la soul, dans le reggae sont les mêmes que dans la musique africaine traditionnelle, l'afro-beat ou le zouk. Il suffit de connecter les points. Et quand tu balances un morceau à la radio, ça vient toujours de ta tête. Il suffit regrouper tout ça en un seul morceau et l'ajouter à toutes les expériences que tu as vécu entre temps. Les expériences en Europe, en Amérique du Sud, en Afrique, en Amérique... Et tu te rends comptes que tu as une expérience humaine plus que seulement africaine ou américaine.
Le but est de faire de la musique que tout le monde peut apprécier, différentes sortes de gens, avec des histoires différentes, des vies différentes.

@! - C'est pour que cela que vous vous appelez l'Ambassadeur ?

BTA - Comme vous le dites : « Voilà! » [en français dans le texte] . Ça a toujours été ma quête en tant que musicien, de connecter les gens, de connecter les idées. J'ai l'impression que l'on vit toujours dans des mondes séparés. Mon but en tant que musicien est de faire faire un pas en avant à tout le monde. Il y a eu un tremblement de terre au Japon et ça touche tout le monde. Ce qui arrive en France concerne ceux qui vivent au Cambodge et vice-versa. C'est ma mentalité en tant que musicien de créer une musique qui nous rassemble.

@! - Pourquoi vous tournez avec tout un groupe et pas juste un DJ ?

BTA - D'abord, j'enregistre avec un groupe donc c'est vraiment impossible pour moi de jouer la musique que j'ai fait sur le disque sur scène avec un DJ. C'est triché. Mon objectif est toujours de recréer cette expérience du studio à la scène. Évidemment, avoir un bon groupe rend ça très facile.

@! - Est-ce que vous aimez quand même le rap avec seulement un DJ et un MC sur scène ?

BTA - J'adore ça. Si tu peux le faire et bien, c'est tout ce dont t'as besoin. Je vais toujours à des concerts où il n'y a qu'une platine et un micro. Je fais toujours des shows comme ça, pour m'amuser. Mais je ne le fais pas quand je suis en tournée parce que ce n'est pas la musique que je fais. Mais en tant que fan de véritable hip hop, rien n'est meilleur que quelqu'un au micro et un DJ. Ça a été fait pendant des années et si je veux être impliqué dans le hip hop, je dois apporter quelque chose de nouveau. Et cette nouvelle chose est d'apporter mon expérience du Ghana, ma connaissance de la musique live et les mélanger avec Rakim, KRS-One, Public Enemy, De La Soul... Amener la même mentalité à un groupe live.

@! - J'ai vu sur Twitter que vous organisez vous-même des livraisons de vos disques en Afrique. Quelle place a le hip hop dans le continent ?

BTA - Le hip hop a toujours été en Afrique, depuis qu'il est apparu aux États-Unis. Il n'y a pas eu assez de voix africaines. On a des des bons MCs en Afrique mais la plupart n'a pas de renommée internationale. Mon but est d'essayer d'utiliser ma popularité avec quelques-uns des gens qui vivent là bas, qui ne passent pas sur MTV, qui ne jouent pas au Garorock. Ils sont tout aussi bons. Je veux créer une structure pour que les gens là-bas aient une chance d'expérimenter le hip hop parce que c'est un phénomène global. J'appelle personnellement les centres commerciaux dans les villes, j'envoie des disques de même manière que je le fais aux USA. Je vais chez les disquaires et je leur file mes CDs parce qu'il n'y a pas le même réseau de distribution qu'en Amérique et en Europe.

@! - On dit souvent que les stars américaines du hip hop font le minimum quand ils viennent en Europe, mis à part Public Enemy. Quelle est votre relation avec l'Europe ?

BTA - Mon premier gros concert européen, c'était aux Transmusicales de Rennes. Si je n'y avais pas joué, je ne serai pas là. Grâce à eux on a 20 dates en Europe. J'adore jouer en Europe. J'aime jouer partout où les gens sont curieux. Je dis tout le temps à mon groupe : « On fait le même concert où que l'on soit. ». On pourrait jouer sur la Lune, ce serait le même concert fou. Pourquoi ? Parce que tout le monde mérite ça. Si quelqu'un paye pour aller un concert, te donne du temps, tu as l'obligation de leur donner le meilleur concert possible. Donc, nous n'autorisons pas de discrimination quand il s'agit de public, de pays. On ne change pas de message pour qui que ce soit. On joue avec la même énergie, les mêmes émotions.
Ce qui attire beaucoup d'artistes en Europe, c'est qu'il y a énormément de gens avec l'esprit ouvert qui, honnêtement, n'existent pas vraiment aux États-Unis. La société américaine n'est pas construite comme ça. Je ne dénigre pas tous les aspects de la société américaine, parce que je vis là-bas. Mais quand il s'agit de liberté d'expression et de pensée, malheureusement ce n'est pas si libre. Tout le monde aime le public européen parce qu'ils comprennent ce qu'il se passe. De plus, j'essaye aussi de jouer devant des publics africains, parce que personne n'y fait attention. Ce message doit être entendu tout autour du monde. Tu ne peux qu'espérer le meilleur show où que l'on joue.

@! - Vous étiez considéré comme une révélation aux Transmusicales.

BTA - Je prends humblement ça comme un très bon compliment et, honnêtement, mon groupe déchire. Moi, je suis juste heureux d'avoir les meilleurs musiciens pour jouer le meilleur concert qui soit.

Propos recueillis au garorock par Thomas Guillot

Crédit photo : MVMT

Partager sur Facebook
Vu par vous
630
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !