Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

10/12/18 : Enfin, le Président a souligné l'importance d'élargir le débat national qui s'annonce et a exprimé son intention de rencontrer les maires "région par région, pour bâtir le socle de notre nouveau contrat pour la nation".

10/12/18 : Emmanuel Macron a également précisé qu'il ne reviendrait pas sur l'ISF. "Pendant près de quarante ans, il a existé, vivions-nous mieux pendant cette période ? Les plus riches partaient".

10/12/18 : "Je demanderai à tous les employeurs qui le peuvent de verser une prime de fin d'année, qui n'aura ni impôts ni charges" a poursuivi Emmanuel Macron. Enfin, annulation de la hausse de la CSG pour les retraités gagnant moins de 2000 euros par mois.

10/12/18 : Le Président de la République a fait plusieurs annonces importantes. D'abord, l'augmentation du SMIC de 100 euros par mois dès 2019, avec des des heures supplémentaires versées "sans impôts ni charges, dès 2019".

10/12/18 : Emmanuel Macron s'est adressé aux français ce lundi 10 décembre, en évoquant les gilets jaunes et une "colère profonde, je la ressens comme juste à bien des égards. Il a condamné les violences en marge du mouvement des gilets jaunes.

10/12/18 : Mobilisation mardi matin dès 9h00 aux trois péages autoroutiers du Lot-et-Garonne orchestrée par la Coordination rurale 47 pour protester contre les taxes "Trop de taxes tue l'agriculture et les agriculteurs!" dixit la CR47.

10/12/18 : Charente-Maritime : au vue du contexte social actuel, le séminaire filière Fruits & Légumes de Nouvelle Aquitaine Propulso, qui devait se tenir les 11 et 12 décembre à Saintes est annulé. Une prochaine date devrait bientôt être fixée.

09/12/18 : La Rochelle : selon l'association Info Trafic 17, le dépôt pétrolier de La Pallice est bloqué ce soir par près de 200 personnes.

09/12/18 : Charente-Maritime : Annick Baillou a été nommée inspectrice d’académie-directrice académique des services de l’éducation nationale (IA-DASEN) de la Charente-Maritime. Elle succède à Gilles Grosdemange qui a fait valoir ses droits à la retraite.

09/12/18 : Samedi vers 23 heures, Jacqueline Dubois, députée du Sarladais a découvert sa voiture en feu, ainsi que celle de son mari, garées dans la rue devant son domicile de Vézac. L'élue a reçu de nombreux soutiens de la classe politique de tous bords.

09/12/18 : la manifestation des gilets jaunes d'abord pacifique à Bordeaux a dégénéré au milieu de l'après-midi lorsqu'une centaine de casseurs, ont jeté des projectiles divers sur les forces de l'ordre. Scènes de guérilla urbaine et dégradations ont suivi

08/12/18 : Forte participation à Bordeaux pour la Marche pour le climat: de l'ordre de 6 à 7000 personnes

08/12/18 : La Rochelle sera présente au Nautic de Paris du 8 au 16 décembre, stand G2 Hall 1, sous la bannière La Rochelle Force Océan. Elle y présentera ses différents événements sportifs comme la Minit Transat, dont les inscriptions sont désormais ouvertes.

07/12/18 : Rochefort : Véritable institution rochefortaise, l'ancien cinéma Alhambra devenu un studio de post-production de films et de musique inauguré au printemps dernier, organise une porte ouverte avec visite de ses locaux ce samedi de 14h à 19h. Gratuit.

07/12/18 : La Cité du Vin vient de recevoir 3 nouvelles récompenses de la part des professionnels de l'œnotourisme. Un International Best of Wine Tourism et 2 Iter Vitis awards "pour son action innovante et audacieuse en matière d'œnotourisme".

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 10/12/18 | Banque Alimentaire de Gironde : une collecte en hausse

    Lire

    Organisée les 30 novembre, 1er et 2 décembre, la collecte nationale de denrées organisée par les Banques Alimentaires pouvait craindre les mouvements sociaux des gilets jaunes. Pourtant, la Banque Alimentaire de la Gironde a précisé ce lundi avoir récolté 409 tonnes contre 369 en 2017, soit une augmentation de +10,84%. En tout, 3000 gilets oranges ont été mobilisés sur près de 300 magasins pendant toute la durée de la collecte. L'antenne girondine fait état de "donateurs moins nombreux mais plus généreux". Le tri, lui, devrait être achevé avant Noël".

  • 10/12/18 | Banques Alimentaires en Gironde, une collecte à la hausse

    Lire

    Pour la 2ème année consécutive, la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde (BABG) enregistre "une belle augmentation" du résultat de la collecte nationale: les 30 novembre, 1er et 2 décembre, la collecte de produits secs affiche une progression de 10,84% avec 409t contre 369 en 2017. Et celà, dans "un contexte difficile de baisse des dons et de mouvements faisant craindre pour l’accès aux magasins" rappelle la BABG. Selon les 300 collecteurs présents dans près de 300 magasins girondins, "les donateurs étaient peut-être moins nombreux mais plus généreux". L'étape du tri (en cours) par près de 1000 bénévoles devrait être achevé à Noël.

  • 10/12/18 | Hashtag d’Argent pour Limoges

    Lire

    Très présente sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat et Linkedin) et avec plus de 67 000 abonnés, la Ville de Limoges a obtenu un « Hashtag » d’argent pour son engagement sur les réseaux sociaux pour communiquer avec ses administrés dans la catégorie « grandes villes de + 100 000 habitants ». Ce trophée, remis par l’Observatoire SocialMedia, récompense les territoires les plus agiles sur les réseaux.

  • 10/12/18 | Talents des Cités: les lauréats néo-aquitains

    Lire

    En Nouvelle-Aquitaine, Talents des Cités 2018 a distingué 3 créateurs d'entreprise dans les quartiers prioritaires de la Ville : Grégory Pédeboscq (Dax), et son food truck «La Cantoche», qui propose en partenariat avec des producteurs locaux sandwichs, burgers, salades et soupes originales ; Victor Du Peloux (Bordeaux) et son atelier bois coworking «La Planche» pour artisans, concepteurs et grand public, et Salomé Arenas (Pau), co-fondatrice de Monsieur Bernard, marque de vêtements et accessoires 100% plastique recyclé dont une partie est récoltée dans la Mer Méditerranée! Les lauréats nationaux seront connus fin janvier

  • 10/12/18 | Corrèze: la chambre d'agriculture dénonce la présence de L-214 dans les écoles

    Lire

    Réunie en session plénière le 26 novembre dernier, la Chambre d’Agriculture de la Corrèze demande à l’État, la Région, au Département et aux Maires l’interdiction immédiate de diffusion, dans toutes les écoles du département, des informations anti-viande de l’association L-214 éducation mais aussi de confier aux seuls organismes habilités et neutres à diffuser dans les écoles des informations justes sur l’alimentation et les produits agricoles.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Interview : Blitz The Ambassador qui jouera Dimanche 14 août au festival Musicalarue à Luxey (40)

16/08/2011 |

Blitz The Ambassador, dimanche 14 août au festival Musicalarue de Luxey (40)

Ce dimanche soir, le rappeur américain d'origine Ghanéenne jouera au festival Musicalarue à Luxey (40). Les rares survivants qui avaient pu l'apprécier à son horaire tardive au Garorock se rappellent surement ce mélange audacieux de jazz et de rap. Du hip hop avec des musiciens. Nous l'avions interviewé à cette occasion où il avait abordé de nombreux sujets avec cette sympathie professionnelle typiquement américaine. Blitz The Ambassador nous parle de son label, de la manière de promouvoir la musique, des ses racines africaines, de sa vision du monde et de musique bien entendu.

@qui - Vous avez créé votre label MVMT . Je me demandais comment vous pouviez gérer tous les aspects de votre musique, les graphismes, la pub ?

Blitz The Ambassador - En musique aujourd'hui, on ne peut plus dépendre des gros labels pour promouvoir la nouvelle musique, les nouveaux sons, les nouvelles idées. Tout le système est réglé pour promouvoir la pop music. Si ça ne rentre pas dans cette boite, c'est plus difficile. Donc nous avons créé notre label parce qu'on savait que si l'on emmenait Stereotype aux labels normaux, ils n'auraient pas su le markété correctement. Parce que ce n'est pas un album normal. Il n'a pas de single. Ce n'est pas facile à vendre. Donc on a commencé très petit, on avait pas prévu d'ajouter d'autres artistes. On a eu assez de succès avec Stereotype pour qu'ils viennent eux même nous demander « Comment vous faites ça ? ». On répond que l'on a pas d'argent, on a pas les moyens de le faire mais qu'on a l'envie. C'est plus comme une famille, on le considère pas comme un label. Ce sont des amis, des gens dont on aime la musique, qui aime notre musique et qui sont regroupés dans une structure qui peut les aider à signer des contrats. Vous avez besoin de marketing, de publicité...

@! - Vous êtes du Ghana, vous habitez à Brooklyn (New York), vous jouez du hip hop avec des musiciens de jazz. C'est un mélange très original comment vous mixez l'Afrique avec l'Amérique ?

BTA - Je considère ma musique comme la suite de l'histoire africaine. Je ne pense pas que les afro-américains, les afro-caribéen, ou les africains du Brésil soient différents des africains d'Afrique. Ce peuple a été enlevé de son continent mais on partage toujours le même sang. Donc dans le processus créatif devient très facile parce que les éléments rythmiques que tu entends dans le jazz, dans la soul, dans le reggae sont les mêmes que dans la musique africaine traditionnelle, l'afro-beat ou le zouk. Il suffit de connecter les points. Et quand tu balances un morceau à la radio, ça vient toujours de ta tête. Il suffit regrouper tout ça en un seul morceau et l'ajouter à toutes les expériences que tu as vécu entre temps. Les expériences en Europe, en Amérique du Sud, en Afrique, en Amérique... Et tu te rends comptes que tu as une expérience humaine plus que seulement africaine ou américaine.
Le but est de faire de la musique que tout le monde peut apprécier, différentes sortes de gens, avec des histoires différentes, des vies différentes.

@! - C'est pour que cela que vous vous appelez l'Ambassadeur ?

BTA - Comme vous le dites : « Voilà! » [en français dans le texte] . Ça a toujours été ma quête en tant que musicien, de connecter les gens, de connecter les idées. J'ai l'impression que l'on vit toujours dans des mondes séparés. Mon but en tant que musicien est de faire faire un pas en avant à tout le monde. Il y a eu un tremblement de terre au Japon et ça touche tout le monde. Ce qui arrive en France concerne ceux qui vivent au Cambodge et vice-versa. C'est ma mentalité en tant que musicien de créer une musique qui nous rassemble.

@! - Pourquoi vous tournez avec tout un groupe et pas juste un DJ ?

BTA - D'abord, j'enregistre avec un groupe donc c'est vraiment impossible pour moi de jouer la musique que j'ai fait sur le disque sur scène avec un DJ. C'est triché. Mon objectif est toujours de recréer cette expérience du studio à la scène. Évidemment, avoir un bon groupe rend ça très facile.

@! - Est-ce que vous aimez quand même le rap avec seulement un DJ et un MC sur scène ?

BTA - J'adore ça. Si tu peux le faire et bien, c'est tout ce dont t'as besoin. Je vais toujours à des concerts où il n'y a qu'une platine et un micro. Je fais toujours des shows comme ça, pour m'amuser. Mais je ne le fais pas quand je suis en tournée parce que ce n'est pas la musique que je fais. Mais en tant que fan de véritable hip hop, rien n'est meilleur que quelqu'un au micro et un DJ. Ça a été fait pendant des années et si je veux être impliqué dans le hip hop, je dois apporter quelque chose de nouveau. Et cette nouvelle chose est d'apporter mon expérience du Ghana, ma connaissance de la musique live et les mélanger avec Rakim, KRS-One, Public Enemy, De La Soul... Amener la même mentalité à un groupe live.

@! - J'ai vu sur Twitter que vous organisez vous-même des livraisons de vos disques en Afrique. Quelle place a le hip hop dans le continent ?

BTA - Le hip hop a toujours été en Afrique, depuis qu'il est apparu aux États-Unis. Il n'y a pas eu assez de voix africaines. On a des des bons MCs en Afrique mais la plupart n'a pas de renommée internationale. Mon but est d'essayer d'utiliser ma popularité avec quelques-uns des gens qui vivent là bas, qui ne passent pas sur MTV, qui ne jouent pas au Garorock. Ils sont tout aussi bons. Je veux créer une structure pour que les gens là-bas aient une chance d'expérimenter le hip hop parce que c'est un phénomène global. J'appelle personnellement les centres commerciaux dans les villes, j'envoie des disques de même manière que je le fais aux USA. Je vais chez les disquaires et je leur file mes CDs parce qu'il n'y a pas le même réseau de distribution qu'en Amérique et en Europe.

@! - On dit souvent que les stars américaines du hip hop font le minimum quand ils viennent en Europe, mis à part Public Enemy. Quelle est votre relation avec l'Europe ?

BTA - Mon premier gros concert européen, c'était aux Transmusicales de Rennes. Si je n'y avais pas joué, je ne serai pas là. Grâce à eux on a 20 dates en Europe. J'adore jouer en Europe. J'aime jouer partout où les gens sont curieux. Je dis tout le temps à mon groupe : « On fait le même concert où que l'on soit. ». On pourrait jouer sur la Lune, ce serait le même concert fou. Pourquoi ? Parce que tout le monde mérite ça. Si quelqu'un paye pour aller un concert, te donne du temps, tu as l'obligation de leur donner le meilleur concert possible. Donc, nous n'autorisons pas de discrimination quand il s'agit de public, de pays. On ne change pas de message pour qui que ce soit. On joue avec la même énergie, les mêmes émotions.
Ce qui attire beaucoup d'artistes en Europe, c'est qu'il y a énormément de gens avec l'esprit ouvert qui, honnêtement, n'existent pas vraiment aux États-Unis. La société américaine n'est pas construite comme ça. Je ne dénigre pas tous les aspects de la société américaine, parce que je vis là-bas. Mais quand il s'agit de liberté d'expression et de pensée, malheureusement ce n'est pas si libre. Tout le monde aime le public européen parce qu'ils comprennent ce qu'il se passe. De plus, j'essaye aussi de jouer devant des publics africains, parce que personne n'y fait attention. Ce message doit être entendu tout autour du monde. Tu ne peux qu'espérer le meilleur show où que l'on joue.

@! - Vous étiez considéré comme une révélation aux Transmusicales.

BTA - Je prends humblement ça comme un très bon compliment et, honnêtement, mon groupe déchire. Moi, je suis juste heureux d'avoir les meilleurs musiciens pour jouer le meilleur concert qui soit.

Propos recueillis au garorock par Thomas Guillot

Crédit photo : MVMT

Partager sur Facebook
Vu par vous
818
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !