Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

12/12/18 : La FFMC47 organise avec les Restos du Cœur la balade des pères Noël motards, le samedi 15 déc. au Gravier à Agen à 13h30. Le principe : venir déguiser en père Noël avec un cadeau neuf non emballé qui sera offert à des enfants par les Restos à Noël.

12/12/18 : Les 22-26 et 28 déc, Bordeaux Visite organise une visite-famille "Bordeaux à Noël", afin de découvrir la place Pey Berland, le cours de l'Intendance, les allées de Tourny, la place de la Comédie. Accessible aux familles avec enfants dès 7 ans.

12/12/18 : Forum « Sport en société, Droit au Sport et contraintes économiques », les vendredi 14 et samedi 15 décembre, organisé par le CDOS33 en cette année du 40ème anniversaire du mouvement sportif girondin, à l'Hôtel du Département à Bordeaux.

12/12/18 : La Mairie de Billère (64), met en garde sur des démarchages abusifs proposant une intervention pour détruire un nid de frelons ou pour réclamer un paiement pour une intervention déjà effectuée. Ces personnes ne sont pas mandatées par la Mairie.

11/12/18 : 70 ans après l’adoption de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme la Ligue des Droits de l'Homme organise une conférence-débat avec Henri Leclerc pdt d’honneur de la LDH France, le mardi 18 déc à 19h30 à l’Athénée municipal à Bordeaux.

11/12/18 : Vendredi 14 décembre à 20h30, concert de fin d'année de l'Orchestre universitaire de Bordeaux, dans l'amphi 700 de l'Université Bordeaux Montaigne, avec au programme : Wolfgang Amadeus Mozart, Vincenzo Bellini et Antonín Dvořák.

11/12/18 : Ouverture des Halles de Talence ! Après 9 mois de travaux et 18 mois d’élaboration cet équipement a fait peau neuve. Prochainement, il accueillera 16 commerces de bouche dans l’hypercentre.

11/12/18 : 3ème « Partage - Groove for Food », dimanche 16 déc, où 12 des meilleurs DJs bordelais se mobiliseront en faveur des plus démunis de 12 h à 19 h, en se relayant aux platines du restaurant L’Épicerie Bordelaise, 14 rue Ravez.

11/12/18 : Charente-Maritime : à compter du 1er janvier 2019, deux nouvelles communes vont voir le jour : Marennes-Hiers-Brouage et Saint-Hilaire-de-Villefranche (près de St Jean d'Angély). Les nouveaux maires et adjoints seront élus lors des prochaines séances de c

11/12/18 : Les oeuvres de trois artistes amatrices des Beaux-Arts de Grand Poitiers proposent du 12 décembre 2018 au 6 février 2019 l'exposition "A Trois c'est mieux" aux Beaux-Arts de Buxerolles

11/12/18 : Le Président de la République a fait plusieurs annonces importantes. D'abord, l'augmentation du SMIC de 100 euros par mois par le biais de la prime d'activité, dès 2019, avec des heures supplémentaires versées "sans impôts ni charges, dès 2019".

10/12/18 : Enfin, le Président a souligné l'importance d'élargir le débat national qui s'annonce et a exprimé son intention de rencontrer les maires "région par région, pour bâtir le socle de notre nouveau contrat pour la nation".

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 12/12/18 | La CCI Charente débraye

    Lire

    Ce 11 décembre à l’appel d’une intersyndicale entre les différents syndicats, un débrayage a eu lieu durant une heure dans l’ensemble du réseau des CCI Charente. En cause, la loi de Finances 2019 qui est en cours de discussion et qui, selon les grévistes, "menace l’avenir des CCI avec des bouleversements annoncés qui auront un impact sans précédent sur les missions, emplois et les conditions de travail du personnel". Les salariés ont répondu à cet appel en écho à l’action menée le même jour sur Paris, devant le ministère de l'Economie.

  • 12/12/18 | Sanctions financières à l’encontre des campings de la dune du Pilat

    Lire

    Le préfet de la Gironde, Didier Lallement, a pris deux arrêtés qui sanctionnent les exploitants du Pyla Camping et Camping de la Dune, en les rendant redevables d’une astreinte journalière de 500€ au regard des aménagements réalisés sans autorisation au titre des sites classés. Ces astreintes seront levées, si et seulement si, les exploitants déposent des demandes de régularisation conformes aux exigences de l’État.

  • 12/12/18 | Limoges : "La Bfm et moi"

    Lire

    La Bibliothèque francophone multimédia (Bfm) de Limoges fête ses 20 ans d’existence. A cette occasion, elle a invité les visiteurs à participer à un concours photo sur le thème « La Bfm et moi ». Le 14 décembre, les lauréats des 2 catégories (moins de 14 ans et plus de 14 ans) seront récompensés lors d’une remise de prix dans le hall de la Bfm en présence de l’adjoint au maire en charge de la culture Philippe Pauliat-Defaye.

  • 12/12/18 | Aérocampus Aquitaine et IAS, un pas vers la fusion ?

    Lire

    Aérocampus Aquitaine à Latresne et l’Institut Aéronautique et Spatial (IAS), basé à Toulouse, spécialistes de la formation aéronautique et spatiale, ont décidé d’entrer dans une étude détaillée de rapprochement avec pour objectif de proposer une offre étendue de formation spécifique à l’international, au bénéfice de l’ensemble de l’industrie aéronautique et spatiale française. « Ce rapprochement pourrait aboutir à une fusion des deux entités », annonce la structure girondine.

  • 12/12/18 | Congrès européen AT HOME à Bègles le 14 décembre

    Lire

    Congrès européen AT HOME, le 14 décembre, de 9h30 à 16h, à l’IRFSS N-A à Bègles, consacré aux enjeux du développement des compétences des acteurs du domicile des personnes séniors organisé par l'IRFSS Nouvelle-Aquitaine, Institut Régional de Formation Sanitaire et Sociale de la Croix-Rouge française. Ce congrès s'inscrit dans le cadre du projet européen AT HOME visant à développer des expériences interprofessionnelles et des approches innovantes autour du maintien de la personne âgée à domicile

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Interview : "Faire l'unanimité dans ce groupe, c'est rare." Les Crane Angels

02/11/2011 |

Nunna Daul Isunyi à la guitare et Mr. Crane au chant

C'est la semaine des Crane Angels. Un nouvel album, le Sylphide de Brighton, qui vient de sortir et une immense fête le 4 novembre au Krakatoa, gratuite, en compagnie de tous leurs amis du crew Iceberg. Sans oublier, leur passage à l'audition régionale des Printemps de Bourges à la Rock School Barbey. On vous reparlera de tout ça dans la semaine. En attendant, voici l'interview que l'on avait fait avec eux au Grand Souk, en douce dans les loges, juste après leur concert alors que deux de leurs membres étaient absents pour cause de maladie tropicale rare. C'est Mr. Crane et Père Dodubaboum qui nous parlent principalement de l'album, de leur rapport à la critique, des groupes qu'ils détestent à Bordeaux, des difficultés d'être onze ou treize et de la facilité d'évoluer dans une petite structure. Bien aidés par les interventions de Lisa Renaud, Pierre Loustanau (a.k.a. Petit Fantôme dont on vous a déjà parlé) et quelques autres se contentant d'approuver, de boire des bières ou de raconter des conneries.

@qui - Comment ça fonctionne d'être avec un label tout petit qui n'a quasiment que vous en catalogue ?
Mr. Crane -
C'est bien parce qu'on est très proche. Lui, il monte son label, nous on monte notre groupe. On évolue ensemble. On n'a pas vraiment de rapport avec d'autres labels, on peut pas vraiment comparer.
Père Dodubaboum - On peut quand même dire que c'est différent.
Mr. Crane - Pierre fonctionne avec un plus gros label avec son autre groupe [François & The Atlas Mountain, ndla]. Il pourrait plus cerner la différence. Mais, moi je trouve ça bien d'être sur une petite structure.

 

@ - Et justement a plupart d'entre vous ont d'autres groupes. Comment vous vous organisez ? Les Crane Angels sont prioritaires en ce moment ?
Mr Crane -
Ça dépend. En gros, c'est le premier groupe qui a les dates qui prime.
Père Dodubaboum - On essaye quand même un minimum de s'arranger. Mais c'est vrai que c'est compliqué.

 

@ - Vous composez comment à treize ? Tout le monde collabore à chaque morceau ?
Mr Crane -
Maintenant oui. Une personne apporte un morceau de manière très minimal, avec pas grand chose de fait et tout le monde a son mot à dire dans la composition. Au final, le morceau est fait de manière très collective. Tout le monde a ajouté sa petite chose.

 

@ - Vous n'avez pas été sélectionné pour le Printemps de Bourges, c'était Pendentif. Vous leur en voulez un peu ?
Mr. Crane -
On les déteste.
@ - Ça va alors, ils ont dit la même chose hier? [C'est faux bien sûr, ils ont été gentils, ndla].
[Père Dodubaboum se marre.]

Mr. Crane - C'est des cons. Pendentif, c'est des cons. Leur musique c'est de la merde.
@ - Au moins c'est bien, il y a une bonne ambiance.
Mr. Crane -
Je pense que c'est bien de créer une rivalité. Même pour le buzz : Rolling Stones/Beatles, Blur/Oasis, Pendentif/Crane Angels... [rire collectif]
@ - Et qui d'autre, vous détestez à Bordeaux, à part Pendentif ?
Mr. Crane -
April Shower, on les déteste. Tous les gens avec qui on a joué. Tous les gens qu'on a fait joué avec nous. On déteste tout le monde en fait. Les Kid Bombardos aussi. Et j'espère qu'ils diront plein de mal de nous, ces cons.

 

@ - J'ai une question un peu bateau : vous êtes content de jouer à Riberac, en Dordogne ?
Père Dodubaboum -
Oui, on aurait juste aimé pouvoir être au complet. C'est un festival où il y a quand même des trucs chouettes qui jouent. On a joué dans plein de festivals cet été où on se retrouvait pas dans les programmations. Plus sur celui-là donc ça fait plaisir.
Mr. Crane - A part à Miramont de Guyenne, là c'était cool. On a joué avec Montgomery, c'était trop la classe. [Approbation générale]

 

@ - Sinon vous auriez préféré jouer jeudi plus tard alors que c'était gratuit et qu'il y avait quasiment que des groupes sans albums ou carrément non-signés, que des groupes de jeunes quoi. Ou là, ce soir, pour ouvrir, avec moins de monde mais sur une belle scène ?
Père Dodubaboum -
Hmmm...
Lisa - Vu qu'on n'était pas en formation complète, peut-être que ça aurait mieux collé le jeudi.
Père Dodubaboum - On a encore du mal à se sentir à l'aise sur les grosses scènes.
Mr. Crane - Mais là, je trouvais qu'on était très frais.
@ - Ca va, c'est pas non plus un festival immense.
Père Dodubaboum -
Oui, en plus on aime bien jouer dans des petits endroits. Souvent on arrive plus à se lâcher. On est plus à l'aise quand on ne se laisse pas impressionner par la grandeur du lieu.
Mr. Crane - Étrangement, le fait qu'on soit plein ne nous met pas en position de force. Il y a une forme de distance du collectif.

 

@ - Vous enregistrez et jouez sur Bordeaux. Ça n'aurait pas été mieux de partir sur Paris ?
Père Dodubaboum -
On a choisi de travailler avec Cyril Gachet qui n'a pas de studio. Il a juste un chez lui pour mixer.
Mr. Crane - Un studio mobile.
Père Dodubaboum - Du coup, chaque fois qu'il enregistre quelque chose il trouve un lieu avec les gens avec qui il travaille.
Pierre - En plus, aller dans un studio à Paris, c'est quelque chose qui ne se fait plus. Il y a des Les Crane Angels au grand completénormes groupes qui enregistrent chez eux et qui envoient pour mixer ailleurs. On est dans l'ère du home studio où tu peux faire des albums chez toi qui sonnent très bien.
Lisa - Et puis, on est onze aussi. On a mis quatre mois à enregistrer l'air de rien. Être à Bordeaux ou pas loin, c'était nécessaire pour nous.
Mr. Crane - On n'a pas beaucoup de moyens. Mais sinon, il n'y a vraiment pas d'intérêt d'aller à Paris pour enregistrer.
Père Dodubaboum - Surtout qu'on connait des gens qui font très bien leur boulot ici.
Mr. Crane - On est entouré de gens hyper doués.
Pierre - Et les meilleurs studios sont pas à Paris.
Père Dodubaboum - Et en plus ils sont chers. Nous pour le temps qu'on y a passé, on a pas payé cher. On a été accueilli par les parents de notre bassiste, Arthur, dans une maison à la campagne. C'était parfait. On nous faisait à bouffer. C'était mieux qu'aller dans un studio.

 

@ - Ça vous intéresse les bonnes critiques ou les critiques tout court ?
Père Dodubaboum -
En général on y fait quand même attention.
Mr. Crane - Pour l'instant, dans le niveau dans lequel on évolue, on n'est pas sous les feux de la critique. Souvent les journalistes se contentent de recopier une page MySpace.
Père Dodubaboum - : A Paris, on a quand même eu des critiques assez mauvaises.
Pierre - Une critique...
Lisa - Deux !
Père Dodubaboum - On n'a pas une énorme fierté non plus. On se remet en question aussi. Je pense qu'il y avait des trucs qui n'étaient pas faux, d'autres qui étaient dus au lieu, aux gens aussi. Comme n'importe quel groupe, si on a un public qui nous fait sentir qu'il est là et qu'il est réceptif, forcément nous ça nous aide à nous sentir à l'aise.
Mr. Crane - On est assez réceptif aux critiques. Surtout celles un peu négatives. Ça nous rappelle notre état d'esprit puisqu'on est un peu dur avec nous même. C'est vrai qu'on a tendance à pas faire attention aux compliments. On n'y croit pas trop.

 

@ - Du coup, vous stressez pour l'album ?
Père Dodubaboum -
Je crois qu'on ne stresse pas parce qu'on en est quand même assez content. On a fait ce qu'on avait à faire. Même si on aura des critiques négatives, ce sera sur des points sur lesquels on sera d'accord mais qui ne compteront pas pour nous. On a quand même des morceaux assez éclectiques ou ce genre de choses. Les gens vont peut-être penser qu'on s'éparpille. Je pense que c'est plutôt le contraire.
Mr. Crane - Personnellement je m'en branle. Pour l'album, je suis hyper content du résultat. En plus on est tous assez content. Faire l'unanimité dans ce groupe c'est déjà assez rare. Les critiques diront ce qu'ils voudront mais moi, je suis content.
Lisa - Cet album est pas forcément cohérent. Il n'y a pas de fil conducteur. Il y a des chansons de Mika, des chansons de Dorian, des chansons de Vincent, des chansons d'Arthur...
Mr. Crane - Il y a pas vraiment de fil conducteur, à part Phil Collins.
Lisa - C'est comme ça, ça nous ressemble. C'est l'histoire du groupe. Ça fait trois ans qu'on est ensemble et qu'on fait plein de chansons et voilà l'album. Même en étant treize, on arrive à avoir une couleur. Tout le monde nous dit qu'on a un truc sixties, qu'on cherche pas du tout. Mais si on sonne comme ça, c'est très bien.
Mr. Crane - C'est un album qui s'impose à nous malgré nous.
Lisa - Un peu comme une maladie.

Propos recueillis par Thomas Guillot

Crédit photo : Aqui/Cyril Loizeau

Partager sur Facebook
Vu par vous
800
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 14 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !