Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/06/18 | Thalys : de nouvelles lignes au départ de Bordeaux

    Lire

    C'est la compagnie ferroviaire Thalys qui l'a annoncé directement ce mardi 19 juin : un aller-retour par semaine, sans arrêt, entre Bordeaux et Bruxelles tous les samedi sera proposé à partir du mois de juin 2019. Deux autres allers-retours quotidiens ont aussi été annoncés à des échéances plus courtes. À compter d'avril 2019, vous pourrez donc voyager en Thalys au départ de Bordeaux vers Amsterdam, Rotterdam, Anvers, Bruxelles, Roissy et Marne-la-Vallée. Enfin, Thalys a annoncer la révision de ses 26 rames à horizon 2022.

  • 19/06/18 | L'hôtel de ville de La Rochelle renaît de ses cendres

    Lire

    Cinq ans après l'incendie qui l'a ravagé, l'hôtel de ville retrouve ses couleurs. Sa toute nouvelle toiture, couverte d'une bâche, sera découverte devant le grand public de 13h à 17h, le jeudi 21 juin. Plusieurs animations musicales sont prévues durant l'opération, dont 70 coquelicots géants et chantants dès la place de la Caille. Une fois le toit de l’Hôtel de Ville et ses ardoises visibles, resteront les arceaux métalliques du chapiteau qui seront retirés jusqu’au 15 août.

  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Interview : "Faire l'unanimité dans ce groupe, c'est rare." Les Crane Angels

02/11/2011 |

Nunna Daul Isunyi à la guitare et Mr. Crane au chant

C'est la semaine des Crane Angels. Un nouvel album, le Sylphide de Brighton, qui vient de sortir et une immense fête le 4 novembre au Krakatoa, gratuite, en compagnie de tous leurs amis du crew Iceberg. Sans oublier, leur passage à l'audition régionale des Printemps de Bourges à la Rock School Barbey. On vous reparlera de tout ça dans la semaine. En attendant, voici l'interview que l'on avait fait avec eux au Grand Souk, en douce dans les loges, juste après leur concert alors que deux de leurs membres étaient absents pour cause de maladie tropicale rare. C'est Mr. Crane et Père Dodubaboum qui nous parlent principalement de l'album, de leur rapport à la critique, des groupes qu'ils détestent à Bordeaux, des difficultés d'être onze ou treize et de la facilité d'évoluer dans une petite structure. Bien aidés par les interventions de Lisa Renaud, Pierre Loustanau (a.k.a. Petit Fantôme dont on vous a déjà parlé) et quelques autres se contentant d'approuver, de boire des bières ou de raconter des conneries.

@qui - Comment ça fonctionne d'être avec un label tout petit qui n'a quasiment que vous en catalogue ?
Mr. Crane -
C'est bien parce qu'on est très proche. Lui, il monte son label, nous on monte notre groupe. On évolue ensemble. On n'a pas vraiment de rapport avec d'autres labels, on peut pas vraiment comparer.
Père Dodubaboum - On peut quand même dire que c'est différent.
Mr. Crane - Pierre fonctionne avec un plus gros label avec son autre groupe [François & The Atlas Mountain, ndla]. Il pourrait plus cerner la différence. Mais, moi je trouve ça bien d'être sur une petite structure.

 

@ - Et justement a plupart d'entre vous ont d'autres groupes. Comment vous vous organisez ? Les Crane Angels sont prioritaires en ce moment ?
Mr Crane -
Ça dépend. En gros, c'est le premier groupe qui a les dates qui prime.
Père Dodubaboum - On essaye quand même un minimum de s'arranger. Mais c'est vrai que c'est compliqué.

 

@ - Vous composez comment à treize ? Tout le monde collabore à chaque morceau ?
Mr Crane -
Maintenant oui. Une personne apporte un morceau de manière très minimal, avec pas grand chose de fait et tout le monde a son mot à dire dans la composition. Au final, le morceau est fait de manière très collective. Tout le monde a ajouté sa petite chose.

 

@ - Vous n'avez pas été sélectionné pour le Printemps de Bourges, c'était Pendentif. Vous leur en voulez un peu ?
Mr. Crane -
On les déteste.
@ - Ça va alors, ils ont dit la même chose hier? [C'est faux bien sûr, ils ont été gentils, ndla].
[Père Dodubaboum se marre.]

Mr. Crane - C'est des cons. Pendentif, c'est des cons. Leur musique c'est de la merde.
@ - Au moins c'est bien, il y a une bonne ambiance.
Mr. Crane -
Je pense que c'est bien de créer une rivalité. Même pour le buzz : Rolling Stones/Beatles, Blur/Oasis, Pendentif/Crane Angels... [rire collectif]
@ - Et qui d'autre, vous détestez à Bordeaux, à part Pendentif ?
Mr. Crane -
April Shower, on les déteste. Tous les gens avec qui on a joué. Tous les gens qu'on a fait joué avec nous. On déteste tout le monde en fait. Les Kid Bombardos aussi. Et j'espère qu'ils diront plein de mal de nous, ces cons.

 

@ - J'ai une question un peu bateau : vous êtes content de jouer à Riberac, en Dordogne ?
Père Dodubaboum -
Oui, on aurait juste aimé pouvoir être au complet. C'est un festival où il y a quand même des trucs chouettes qui jouent. On a joué dans plein de festivals cet été où on se retrouvait pas dans les programmations. Plus sur celui-là donc ça fait plaisir.
Mr. Crane - A part à Miramont de Guyenne, là c'était cool. On a joué avec Montgomery, c'était trop la classe. [Approbation générale]

 

@ - Sinon vous auriez préféré jouer jeudi plus tard alors que c'était gratuit et qu'il y avait quasiment que des groupes sans albums ou carrément non-signés, que des groupes de jeunes quoi. Ou là, ce soir, pour ouvrir, avec moins de monde mais sur une belle scène ?
Père Dodubaboum -
Hmmm...
Lisa - Vu qu'on n'était pas en formation complète, peut-être que ça aurait mieux collé le jeudi.
Père Dodubaboum - On a encore du mal à se sentir à l'aise sur les grosses scènes.
Mr. Crane - Mais là, je trouvais qu'on était très frais.
@ - Ca va, c'est pas non plus un festival immense.
Père Dodubaboum -
Oui, en plus on aime bien jouer dans des petits endroits. Souvent on arrive plus à se lâcher. On est plus à l'aise quand on ne se laisse pas impressionner par la grandeur du lieu.
Mr. Crane - Étrangement, le fait qu'on soit plein ne nous met pas en position de force. Il y a une forme de distance du collectif.

 

@ - Vous enregistrez et jouez sur Bordeaux. Ça n'aurait pas été mieux de partir sur Paris ?
Père Dodubaboum -
On a choisi de travailler avec Cyril Gachet qui n'a pas de studio. Il a juste un chez lui pour mixer.
Mr. Crane - Un studio mobile.
Père Dodubaboum - Du coup, chaque fois qu'il enregistre quelque chose il trouve un lieu avec les gens avec qui il travaille.
Pierre - En plus, aller dans un studio à Paris, c'est quelque chose qui ne se fait plus. Il y a des Les Crane Angels au grand completénormes groupes qui enregistrent chez eux et qui envoient pour mixer ailleurs. On est dans l'ère du home studio où tu peux faire des albums chez toi qui sonnent très bien.
Lisa - Et puis, on est onze aussi. On a mis quatre mois à enregistrer l'air de rien. Être à Bordeaux ou pas loin, c'était nécessaire pour nous.
Mr. Crane - On n'a pas beaucoup de moyens. Mais sinon, il n'y a vraiment pas d'intérêt d'aller à Paris pour enregistrer.
Père Dodubaboum - Surtout qu'on connait des gens qui font très bien leur boulot ici.
Mr. Crane - On est entouré de gens hyper doués.
Pierre - Et les meilleurs studios sont pas à Paris.
Père Dodubaboum - Et en plus ils sont chers. Nous pour le temps qu'on y a passé, on a pas payé cher. On a été accueilli par les parents de notre bassiste, Arthur, dans une maison à la campagne. C'était parfait. On nous faisait à bouffer. C'était mieux qu'aller dans un studio.

 

@ - Ça vous intéresse les bonnes critiques ou les critiques tout court ?
Père Dodubaboum -
En général on y fait quand même attention.
Mr. Crane - Pour l'instant, dans le niveau dans lequel on évolue, on n'est pas sous les feux de la critique. Souvent les journalistes se contentent de recopier une page MySpace.
Père Dodubaboum - : A Paris, on a quand même eu des critiques assez mauvaises.
Pierre - Une critique...
Lisa - Deux !
Père Dodubaboum - On n'a pas une énorme fierté non plus. On se remet en question aussi. Je pense qu'il y avait des trucs qui n'étaient pas faux, d'autres qui étaient dus au lieu, aux gens aussi. Comme n'importe quel groupe, si on a un public qui nous fait sentir qu'il est là et qu'il est réceptif, forcément nous ça nous aide à nous sentir à l'aise.
Mr. Crane - On est assez réceptif aux critiques. Surtout celles un peu négatives. Ça nous rappelle notre état d'esprit puisqu'on est un peu dur avec nous même. C'est vrai qu'on a tendance à pas faire attention aux compliments. On n'y croit pas trop.

 

@ - Du coup, vous stressez pour l'album ?
Père Dodubaboum -
Je crois qu'on ne stresse pas parce qu'on en est quand même assez content. On a fait ce qu'on avait à faire. Même si on aura des critiques négatives, ce sera sur des points sur lesquels on sera d'accord mais qui ne compteront pas pour nous. On a quand même des morceaux assez éclectiques ou ce genre de choses. Les gens vont peut-être penser qu'on s'éparpille. Je pense que c'est plutôt le contraire.
Mr. Crane - Personnellement je m'en branle. Pour l'album, je suis hyper content du résultat. En plus on est tous assez content. Faire l'unanimité dans ce groupe c'est déjà assez rare. Les critiques diront ce qu'ils voudront mais moi, je suis content.
Lisa - Cet album est pas forcément cohérent. Il n'y a pas de fil conducteur. Il y a des chansons de Mika, des chansons de Dorian, des chansons de Vincent, des chansons d'Arthur...
Mr. Crane - Il y a pas vraiment de fil conducteur, à part Phil Collins.
Lisa - C'est comme ça, ça nous ressemble. C'est l'histoire du groupe. Ça fait trois ans qu'on est ensemble et qu'on fait plein de chansons et voilà l'album. Même en étant treize, on arrive à avoir une couleur. Tout le monde nous dit qu'on a un truc sixties, qu'on cherche pas du tout. Mais si on sonne comme ça, c'est très bien.
Mr. Crane - C'est un album qui s'impose à nous malgré nous.
Lisa - Un peu comme une maladie.

Propos recueillis par Thomas Guillot

Crédit photo : Aqui/Cyril Loizeau

Partager sur Facebook
Vu par vous
717
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !