Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

14/07/18 : Michèle Delaunay ancienne ministre et députée de la Gironde promue au grade de chevalier dans l'ordre de la Légion d'Honneur au titre du ministère des Solidarités et de la Santé avec mention de ses " 49 ans de services"

14/07/18 : Charente-Maritime: à partir du 16/07, un arrêté interdit le remplissage et la remise à niveau des mares de tonnes (chasse au gibier d'eau), sur la Curé-Sèvre Niortaise, le Mignon, les marais de Rochefort nord et sud et le marais bord de Gironde nord.

13/07/18 : Les 26, 27 et 28 juillet, le Tour de France fait étape dans le 64. Toutes les infos pratiques liés à ces 3 jours de présence ( accès, parking, circulation, accueils camping-car, passage de la caravane,etc )sont à retrouvées sur www.infotour64.com+ d'info

12/07/18 : Fierté au sein d'Aérocampus Aquitaine: la structure compte 100% de réussite à tous les BAC et BTS avec plus de 87% de mentions dont 56% de mentions B et TB. Parmi eux: Alisson Armatte est la major de France en BTS Aéronautique. Félicitations!

12/07/18 : Suite aux nouvelles analyses effectuées, l'ARS a autorisé la réouverture immédiate de la baignade à la Base de Loisirs du Marsan ce 12 juillet. La filtration naturelle du plan d'eau a suffit pour endiguer ce phénomène ponctuel.

11/07/18 : Sur demande de l'ARS, le lac de baignade de la base de loisirs du Marsan est fermé jusqu'à nouvel ordre. Des analyses ont révélé un taux de bactéries coliformes supérieur à la limite autorisée. De nouvelles analyses sont en cours.

11/07/18 : Au 1er semestre 2018 l'Aéroport de Bordeaux passe les 3M de voyageurs (+6,2%). Nouveau record en juin avec 669.000 passagers (+6,5%): +17,4% pour les vols internationaux (384.500 voyageurs) et pour le low cost. Le trafic national perd 5,5% et Paris 26,8%

07/07/18 : La visite du président de la République, Emmanuel Macron, en Dordogne, ce sera jeudi 19 juillet.Le chef de l’État devrait faire une halte à Périgueux avant de se rendre dans une commune rurale pour y parler du maintien des services publics.

06/07/18 : La Rochelle : les inscriptions sont ouvertes à l'université, au Technoforum, 23 av. A.Einstein, jusqu'au jeudi 19 juillet de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h00, et ce samedi de 9h à 16h30. Reprise des inscriptions le 23 août jusqu’au 14 septembre.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/07/18 | Le PS girondin réagit au ralliement de F. Cartron à LREM

    Lire

    Réaction du secrétariat fédéral du PS de la Gironde après la démission de Françoise Cartron du groupe socialiste et républicain au Sénat pour rejoindre celui de la majorité présidentielle: "Ce choix n’est pas une surprise. Mme Cartron qui avait annoncé son départ du PS local dès le 15 septembre tout en restant attachée au groupe parlementaire national, n’a jamais caché sa proximité avec les idées du Chef de l’Etat. Nous regrettons cependant que cette décision intervienne alors qu’il n’y a plus de doutes possibles sur le caractère droitier de la politique menée par la République en Marche."

  • 19/07/18 | La Vigne arrive en ville

    Lire

    Les vignerons du réseau Bienvenue à la Ferme vous donne rendez-vous les 8 et 9 septembre prochains au Jardin Public de Bordeaux pour la 3ème édition de Vign’en Ville. Le temps du week-end, vous pourrez vous mettre dans la peau d’un viticulteur à travers un itinéraire pédagogique et gourmand le long d’un parcours de 8 espaces thématiques et de nombreux ateliers accessibles au plus grand nombre. Pour clore ce parcours dans une ambiance festive un déjeuner fermier est organisé par la Belle Marguerite, le truck des produits fermiers d'ici.

  • 19/07/18 | Beach rugby et patrouille de France sur la Côte basque

    Lire

    Ce week-end à Anglet, se disputera le tournoi annuel de l'Anglet Beach rugby Festival, un dérivé du sport roi, qui réunit une vingtaine d'équipes sur des terrains aménagés plage des Sables d'Or. Un véritable village a été installé avec des animations. Cette année, stars de l'édition, Miss France 2018 et la Patrouille de France, hôte de la ville, qui évoluera samedi à 18h15 le long des 4,5kms de littoral. Dimanche, clôture avec un Haka géant. Le programme sur https://beachrugbyfestival.fr et anglet.fr

  • 18/07/18 | Gironde: moins d'accidents mais plus de tués sur les routes

    Lire

    Au 16 juillet, 46 personnes sont décédées en 2018 sur les routes de la Gironde. L’analyse de l’accidentologie du 1er semestre 2018 en Gironde révèle que 53% des accidents mortels ont eu lieu en solo (un seul véhicule impliqué). On compte moins d’accidents et de blessés que l’an dernier sur la même période: 615 accidents contre 770 (-20%) et 180 blessés contre 240 (-25%). On dénombre en revanche plus de tués: 43 contre 37 (+16%). Les automobilistes représentent 63% des victimes. Les causes principales des accidents mortels sont la vitesse (12 cas), l’alcool (12 cas) et l’inattention (11 cas).

  • 18/07/18 | AVC tous concernés fait la tournée des plages

    Lire

    La 2ème édition du « Tour des plages pour prévenir les AVC auprès des vacanciers » aura lieu du 24 juillet au 4 août. Durant ces 12 jours, des stands de prévention, informations, des distributions de flyers présentant les facteurs de risques et les symptômes d’un AVC seront sur 12 plages de la région Nouvelle-Aquitaine entre la Charente-Maritime et le Pays-Basque. Infos : www.avc-tousconcernes.org

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Interview : La pop vocale de The Bewitched Hands, en concert ce vendredi 7 octobre aux Rendez-Vous des Terres Neuves à Bègles

07/10/2011 |

The Bewitched Hands au Garorock 2011 à Marmande

Comme on vous l'a annoncé hier, Les Rendez-Vous des Terres Neuves commencent ce vendredi. Dans la programmation, entre Lilly Wood & The Prick et Le Prince Miiaou, vous pourrez retrouver les Bewitched Hands, un groupe français de pop à harmonies vocales dignes des Beach Boys, déjà passés plusieurs fois au Garorock. Et notamment en avril dernier où l'on avait eu l'occasion de leur poser quelques questions sur leur musique ou la ville de Reims dont ils sont originaires. Ils nous avait précisé leur rapport avec Yuksek, le DJ qui les a fait découvrir en les invitant à reprendre un de ses morceaux et qui les a produits par la suite, ou le groupe The Shoes, les grands frères de la scène reimoise. Avec, en bonus, l'explication définitive sur le raccourcissement brutal de leur nom à rallonge (The Bewitched Hands On The Top Of Our Heads).

@qui - Ça fait déjà trois fois que vous venez au Garorock, pourquoi toujours dire oui à ce festival et qu'est-ce que vous appréciez dans ce festival ?
The Bewitched Hands -
Déjà parce qu'ils nous ont fait jouer il y a trois ans alors qu'on n'avait pas sorti l'album. On était passé en « découverte » à 15h. L'année d'après, ils nous fait jouer à 18h. Et cette fois, à 22h. On gagne trois heures tous les ans. L'année prochaine on jouera à minuit. C'est le premier festival où on joue à une heure correcte. On a fait des gros festivals comme les Eurockénnes ou Dour. Mais comme on n'avait pas de disque, on jouait à 16h ou à l'ouverture des portes. C'est un peu un cadeau empoisonné. Les gens arrivent. Il n'y a personne. Le public n'est pas chaud. Mais là, jouer à 10h du soir sur un gros festival comme ça, devant autant de gens, c'est une première.

@ - Abandonner les deux tiers de votre nom, c'est un coup de promo ou de la maison de disque ?
T.B.H. -
C'est à la fois ça, on va pas non plus faire la langue de bois, et à la fois parce que le nom était écorché à mort. C'était une question récurrente : « Pourquoi un nom aussi long ? ». Et maintenant la question c'est : « Pourquoi avoir raccourci votre nom ? ». Plus ça allait, plus les gens nous appelaient The Bewitched Hands, donc ça s'est fait naturellement. Mais en même temps, même si on a raccourci le nom, les gens ne savent toujours pas l'écrire parce que la dernière fois j'ai vu « Bowie Chance ». Donc on va s'appeler The.

@ - Vous pouvez nous parler un petit peu de la scène reimoise ? On sent que c'est vraiment en ébullition en ce moment.
T.B.H. -
On peut pas parler de « scène reimoise », c'est maximum quinze personnes. Enfin, il y a beaucoup de groupes à Reims mais ce qu'on appelle « la scène reimoise », en fait, ce sont des gens qui se connaissent depuis un moment. C'est The Shoes, Yuksek, Brodinski et d'autres qui arrivent. C'est un peu dur à expliquer. En fait, The Shoes avant, c'était un groupe qui s'appelait The Film. Ils sont partis sept ans à Bordeaux. Et à Bordeaux, il y a un truc : tout le monde joue avec tout le monde, il y a plein de groupes éphémères. Et quand les mecs de The Film sont revenus à Reims pour monter The Shoes, ils ont un peu ramené ce truc là de collaboration. Nous, on connaissait Yuksek, mais par sa musique. En plus, c'était vraiment le début des années 2000. Il y avait les mecs qui faisaient de l'électro et ça se mélangeait pas trop avec les mecs qui faisaient de la pop. Et puis à Reims, il y a jamais eu de groupe qui a été connu nationalement. Et le fait que Yuksek sorte un disque dans une maison de disque, ça a un peu débloqué les choses. Il y a toujours eu une sorte de complexe d'infériorité. On a toujours eu une scène super riche mais c'était un peu utopique de penser qu'on pouvait vivre de ça.

@ - Et justement, comment ça s'est passé avec The Shoes ? C'est eux qui vous ont contacté ou l'inverse ?
T.B.H. -
C'est beaucoup plus simple que ça. On se connait depuis quinze ans, certains encore plus (le frère d'un des membres joue dans The Shoes). La scène reimoise c'est un milieu très familial et incestueux. On a plein de projets ensemble qui sont pas forcément connus, où on va juste faire deux-trois concerts à Reims. On a toujours fait de la musique ensemble. On va se faire écouter des trucs, quelqu'un va venir chanter sur un morceau ou avoir une idée dessus, c'est super naturel. On appelle pas l'agent de l'autre pour communiquer.

@ - Dans la composition comment ça se passe ? Est-ce que tout le monde vient apporter sa pierre à l'édifice en musique et en textes ?
T.B.H. -
En fait, les Bewitched Hands, c'était un peu le All-Star Band de Reims où tous les gens qui ont joué pendant des années à Reims qui se réunissaient. Donc chacun amenait des morceaux et les autres jouaient dessus. Au début, il n'y a jamais eu de morceau 100% Bewitched, c'étaient des morceaux qui existaient avant. Mais maintenant chacun peut ramener une idée. Par le fait d'avoir beaucoup jouer ensemble sur scène, on sait d'avance laisser de la place au autres. Avant, on proposait une compo qui était finie. Et puis surtout, il y a beaucoup de chant dans le groupe et on sait d'avance qui peut faire quoi dans les harmonies vocales. Ça donne quelque chose de plus homogène et ça se ressentira sûrement sur le deuxième album qu'on commencera à enregistrer à l'automne.

@ - Et finalement votre manie à chanter tout le temps tous ensemble c'est parce que tout le monde voulait faire chanteur ou parce que vous avez vraiment un amour pour la pop vocale ?
T.B.H. -
C'était pas vraiment travaillé. On était essentiellement un groupe de bar, avec des tambourins et tout ça, où quand tu arrives, t'as déjà bu dix bières et tout le monde est un peu... Du coup, tout le monde chantait parce que c'était plus sympa. On fait pas de la musique triste. Le truc d'harmoniser les voix, c'est venu après, quand on a enregistré. On s'est dit qu'on pouvait pas non plus beugler sur le disque. Du coup, on a arrangé, réécrit, restructuré. Maintenant c'est plus organisé.

Propos recueillis par Thomas Guillot

The Bewitched Hands
Le vendredi 7 octobre à 22h15 aux Rendez-Vous des Terres Neuves à Bègles.
Crédit photo : Simon Cassol

Partager sur Facebook
Vu par vous
561
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !