Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/06/18 : Après dix mois de travaux nécessités par le futur TramBus Tarnos-Biarritz, le pont historique qui enjambe l'Adour à Bayonne sera rouvert ce 2 juillet et festivement inauguré. Passage réalisé une habile quote-part entre voitures-bus, vélos- piétons.

23/06/18 : L'interdiction de pêche et consommation des moules du bassin d’Arcachon a été levée ce 21 juin par le préfet. Dans le banc d’Arguin et les passes, le taux de présence de toxines a baissé mais ne permet pas de lever l'interdiction dans cette zone

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/06/18 | La grogne des CCI de Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Réunis ce jeudi en AG à Bordeaux, les quinze présidents des Chambres de Commerce et d'Industrie régionales ont dénoncé la décision du gouvernement de raboter la Taxe pour Frais de Chambre de 100 millions d'euros par an sur les 4 prochaines années. "Fin 2017, plusieurs ministres s’étaient engagés à garantir la stabilité des ressources de 2019 à 2022 après une baisse de 150 millions en 2018. Que valent donc ces engagements, notamment quand le gouvernement refuse de reconnaître la performance des CCI sur les territoires ?" dénoncent-ils, parlant même d'une "casse sociale annoncée". Une réunion de crise est prévue le 5 juillet prochain.

  • 22/06/18 | Gourette: les travaux de la RD918 démarrent lundi

    Lire

    Après une semaine d'études du site de l'effondrement de la RD 918, suite aux intempéries du 12 juin, « les travaux commencent dès lundi », annonce le Département des Pyrénées-Atlantiques. La réalisation d’un remblai en terre armée sur une hauteur de 4 m permettra de rétablir une chaussée de 7 m de large, telle la voirie d’origine et garantissant les conditions de sécurité, pour un coût de 700 000 €. Le chantier devrait durer 4 à 5 semaines (sauf mauvaise météo), permettant d'assurer la 19ème étape du Tour de France. Des travaux de confortement et de drainage du talus amont seront aussi engagés sur le 2nd semestre 2018.

  • 22/06/18 | Viticulture: de nouvelles mesures de soutien

    Lire

    L'INAO, a décidé d'augmenter le niveau du volume complémentaire individuel à 20% maximum du rendement du cahier des charges et de faire évoluer de 30 à 50% le plafond cumulé de réserve sur 3 ans. Une manière de renforcer la résilience des exploitations face aux aléas climatiques et à leur récurrence, en jouant un rôle équivalent à celui d’une assurance récolte. Ainsi, les volumes complémentaires cumulés pourront être revendiqués en appellation d’origine en cas de récolte déficitaire. La structure a aussi donné un avis favorable à la demande d’expérimentation pour les vins liquoreux (Monbazillac, Sauternes et Barsac).

  • 22/06/18 | Le pont Simone Veil ne sera pas au rendez-vous de 2020

    Lire

    D'un commun accord, la Métropole et la société Fayat chargée du chantier annoncent une «divergence d’ordre technique et juridique», sur les conditions d’exécution des batardeaux (enceintes de travail permettant de construire les piles du pont) dans la Garonne. Fayat considère que davantage de protections sont nécessaires face à la force du courant et à un sol de mauvaise qualité, ce que réfute le cabinet d'études conseil de la Métropole. Un médiateur va donc être missionné pour donner son avis au plus tard fin 2018. Résultat: le pont sera livré avec 1 à 3 ans de retard et un possible surcoût de 18M€.

  • 22/06/18 | Un transport en commun en site propre sur le Nord Bassin

    Lire

    Dans le cadre de la concertation ouverte sur le Projet de Déplacements Durables du Nord Bassin, un atelier de travail dédié aux solutions de transport en commun en site propre est organisé lundi 25 juin au centre d'animation de Lanton. Objectif : échanger sur l’opportunité de la mise en œuvre d'un tel mode de transport entre Arès et Biganos, en présence des experts associatifs et bureaux d’études spécialisés. Ouvert à tous sur inscription en envoyant un mail à : contact-pddnb@gironde.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Interview : "On a une esthétique et on s'y tient." Pendentif

29/11/2011 |

Pendentif sur la scène du Grand Souk en juillet 2011

Ce jeudi 1er décembre, le groupe girondin Pendentif jouera en première partie du crooner rigolard Baxter Dury à la Rock School Barbey. Fils de Ian, apôtre du punk, le britannique a gardé juste ce qu'il fallait de l'ingérence paternelle pour dérider la pop. Dernier des cinq concerts de l'automne coproduits par la Rock School Barbey et le Krakatoa, le concert débutera donc par la prestation de Pendentif. On avait eu l'occasion de les interviewer cet été au festival Le Grand Souk à Ribérac en juillet dernier. Mathieu et Mickaël, vite rejoint par Thomas et Benoit, nous avaient parlé d'esthétique, d'océan, de succès rapide mais maitrisé et de la création sous une mairie de droite.

@aqui - Ça fait combien de temps que vous existez en temps que groupe ?
Mickael -
Le groupe, ça fait huit mois qu'il existe sous sa forme actuelle. On a sorti un EP quatre titres au mois de février chez La Bulle Sonore, un label indé de Dijon. Suite à ça, on a eu une très bonne presse parce que Renaud de la Bulle Sonore est très très bon. Il nous a booké dans plein d'endroits.
Mathieu - C'est vrai que ça nous a vachement motivé. Quand on a vu que ça réagissait un peu au niveau des médias. On a été contacté rapidement par certaines salles pour faire des concerts

@ - C'est quand même assez soudain pour un groupe de huit mois.
Mickael -
Alors pas vraiment, on avait quand même un an d'expérience en amont. En fait le groupe a un tout petit moins de deux ans. On a l'impression qu'on débarque depuis six mois mais réellement le premier morceau éponyme, Pendentif, a deux ans. Si tu veux pendant une année on a été complètement dans la cave. On a fait des morceaux, on s'est cherché, on a recherché une esthétique qui nous allait à tous. On est quand même un combo de beatmakers/compositeurs/songwriters, on sait tous faire des morceaux.
Mathieu - On est vraiment quatre compositeurs : Mickaël, Thomas, Benoit et moi.
Mickael - Le but c'était d'avoir une intention collective sur les morceaux. Ce n'est qu'ensuite qu'on a fait le premier petit live acoustique du Stadium à Paris et deux mois après notre premier live amplifié à Barbey.

@ - Ça fait du bien de gagner le tremplin régional du Printemps de Bourges ?
Mathieu -
On n'y croyait pas trop parce que c'était notre premier vrai concert en formation complète. Il y avait des bons groupes donc c'était pas gagné. Mais on a réussi notre coup. Après, il y a un jury donc je pense pas qu'on ait volé notre place.
Mickael - C'était une bonne polémique. Parce qu'apparemment, c'était très serré. Le fait de chanter en français, c'était un atout par rapport à tout le plateau qui lui chanter en anglais.
Mathieu - Allez à Bourges c'était chouette parce qu'on a rencontré pas mal de monde. On a fait les Francofolies la semaine dernière.(1) C'est vrai qu'on a eu un parcours assez rapide mais on avait bien préparé notre coup avant.

@ - Vous chantez en français exclusivement.
Mickael -
Oui quasiment, on a des petits mots en anglais de temps en temps, il y en aura peut-être en espagnol.

Benoit et Thomas pénètrent joyeusement et bruyamment dans la caravane presse.

@ - Et pourtant vous avez des influences très anglo-saxonnes.
Mickael -
On n'a pas vraiment d'influences.
Benoit - Tout le monde vient d'univers musicaux assez différents. On est curieux. On écoute tous les groupes qui sortent.
Mickael - Les nouveautés hip hop, les nouveautés pop, les nouveautés rock. J'adore le funk, la soul, la musique noire américaine. Donc oui, finalement l'anglo-saxon ça fait partie d'une de nos influences. Mais Mathieu il kiffe à fond le reggae aussi. Voilà, il n'y a pas de règles en la matière.

@ - Vous ne vous fixez pas des barrières quand vous écrivez ?
Mickael -
On a une esthétique et on s'y tient. On a envie qu'un jour, quelqu'un dise « Tiens ça, c'est génial, ça sonne comme Pendentif ». Avoir une identité sonore, c'est hyper important.
Benoit - L'identité sonore elle vient des instruments qu'on utilise...
Mathieu - La manière qu'on a d'en jouer.
Mickael - Et la manière qu'on a d'écrire. Donc même s'il y a des influences avec le co-branding de nous tous, on arrive à faire notre propre truc.
Thomas - Après c'est pas non plus le fruit du hasard, on a quand même réfléchi à l'esthétique.
Mathieu - On va pas non plus balancer un morceau de métal.
Benoit - Voilà, les guitares sont souvent cristallines, le son est clair. On a quelques sons de clavier qu'on réutilise.

@ - C'est justement pour travailler ça que vous êtes resté un an en cave comme vous disiez.
Mickael -
Non, c'est surtout que la formation du groupe n'était pas telle qu'elle est aujourd'hui. On avait pas encore le batteur. On était pas sûr de travailler véritablement avec notre chanteuse. Plutôt que de faire de suite un concert, tenter un live avec huit morceaux fait à la va-vite, ça nous a permis d'avoir un projet un peu plus réfléchi.
Mathieu - Cindy n'a pas fait partie du groupe au début. On l'avait fait chanter sur notre premier titre mais elle n'a pas fait les premiers concerts avec nous.

@ - Une question un peu esthétique. Vous êtes très attaché au littoral, ne serait-ce que par le titre Presqu'île. Est-ce que vous faites du rock de plage ?
Benoit -
Non pas du tout, il se trouve qu'on aime bien dans nos chansons parler de paysages, de géographie. On habite près de la mer, c'est un endroit où on aime aller.
Mickael - Jean Louis Murat ne fait pas de la chanson de montagne alors qu'il habite en Auvergne ! Forcément, on parle de ce qui nous entoure. On va parler de Bordeaux, on va parler de l'urbain mais on va aussi parler comme des gens de tous les jours qui vont à la plage. On allie souvent l'océan, les beaux paysages et l'amour, on essaye d'y incorporer des choses un peu poétiques.
Thomas - Ça marche aussi par époque ou par période.
Mathieu - On fera peut-être du rock campagnard l'année prochaine.
Mickael - Un groupe céréalier.

@ - Du coup, l'album il sort quand ?
Mickael -
Peut-être en octobre 2012.

@ - Pas de sortie précipitée donc.
Mickael -
Non mais sûrement des EP qui sortiront dans l'année. Un premier EP entre Noël et février et un deuxième EP qui sortira au printemps 2012 avant une éventuelle sortie d'album.

@ - La scène bordelaise est en plein boum niveau pop, entre les Crane Angels, Botibol et compagnie. Vous avez conscience de faire partie d'un truc ou c'est juste le hasard géographique ?
Mickaël -
Il y a des associations, des structures, plein de petites choses. On est dans une vieille mairie de droite donc forcément on est livré à nous-même. Du coup, il y a une émergence. Un petit peu à l'inverse de Nantes qui est une ville socialiste où il ne se passe rien. C'est que des projets ultra-séducteurs, soutenus à mort et subventionnés. Et effectivement, il y a un bouillon qui se crée dans Bordeaux et on a conscience d'être dans une ville qui a un terrain favorable pour faire ça. C'est beaucoup plus facile qu'à Marseille ou une ville comme Périgueux à côté.

Propos recueillis par Thomas Guillot

1. interview réalisée en juillet dernier à Ribérac 

Baxter Dury + Pendentif
Le jeudi 1er décembre à 21h à la Rock School Barbey (33)
Prix : 15 euros
Crédit photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
512
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !