15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

  • 15/12/17 | Le point sur la tuberculose bovine en Dordogne

    Lire

    La campagne de prophylaxie 2017-2018 de la tuberculose bovine a débuté en avance avec un nouveau mode de dépistage qui donne des résultats encourageants. Il s’agit d’un procédé à la fois plus efficace mais aussi plus contraignant, car nécessitant une bonne contention des bovins. Depuis le début novembre, 106 dossiers de prophylaxie ont été traités et 5 élevages ont présenté des résultats positifs. Le nombre de foyers de tuberculose pour 2017 est toujours de 28 élevages, dont 8 ont fait l’objet d’un abattage total et 20 d’un abattage sélectif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Interview: Patrick Chastenet: Jacques Ellul ce visionnaire

15/01/2012 |

Patrick Chastenet, professeur à l'université Bordeaux IV

Jacques Ellul aurait eu 100 ans le 6 janvier dernier. Patrick Troude-Chastenet était son étudiant durant les années 1970 avant de devenir son assistant puis l'auteur d'une dizaine de livres sur Jacques Ellul. Il est aujourd'hui directeur des Cahiers Jacques-Ellul et président de l'Association internationale Jacques Ellul (AIJE). Actuellement professeur de science politique à l'Université Montesquieu Bordeaux IV, il organise le colloque international et pluridisciplinaire intitulé : « Comment peut-on (encore) être ellulien au XXIème siècle ? » qui se tiendra à Bordeaux et à Pessac du 7 au 9 juin 2012. Un rendez vous très attendu notamment par tous ceux qui sont conscients de la permanence des thèmes qui sont au coeur de son oeuvre

@qui ! : Jacques Ellul a lutté contre l'aménagement de la Côte Aquitaine au début des années 1970, son combat a-t-il été poursuivi ? 

Patrick Chastenet : Oui et au premier chef par la SEPANSO, et ses sections départementales, dont un certain nombre d'adhérents ont eu la chance de suivre ses cours ou de faire sa connaissance. L'association Aquitaine Alternatives s'est également inscrite dans la filiation directe de Jacques Ellul et de Bernard Charbonneau, précurseurs dès les années 1930 de l'écologie politique. Dans le désordre, on pourrait également citer Surfrider qui travaille sur la qualité des eaux de baignade, Vive la Forêt qui défend grâce à d'excellents juristes le massif forestier et le littoral girondin (siège à Lacanau), Bassin d'Arcachon Ecologie qui veille particulièrement sur l'urbanisation d'Andernos, d'Arcachon ou de La Teste); les Amis de la Terre (dans les Landes), l'ADALA, association des Amis du Littoral d'Anglet, dans le Médoc Une pointe pour tous et Agora Soulac énergie ; pour ne citer que quelques unes des associations pouvant illustrer la formule « penser global, agir local ».


@qui ! : Jacques Ellul est-il un auteur prophétique ? 

Patrick Chastenet : Pas un prophète au sens religieux du terme mais un visionnaire à l'évidence. On a souvent rappelé de son vivant, moi le premier, la parole biblique : « Nul n'est prophète en son pays », pouvant expliquer le succès de ses livres à l'étranger, et en particulier aux Etats-Unis, qui contrastait avec l'indifférence polie -et encore pas toujours !- qu'on leur réservait en France. Visionnaire il l'a été dans de nombreux domaines. Il a été le premier à s'opposer non pas au progrès en soi, ce qui est absurde, mais à ce qu'on peut appelerl'idéologie technicienne, « le bluff technologique » ou le culte du progrès. Il a très bien vu l'ambivalence d'un progrès technique qui nous libère autant qu'il nous aliène. On peut le constater tous les jours, chacun de nos gadgets familiers, de la voiture au téléphone mobile en passant par le sac plastique et l'ordinateur, comporte son lot d'avantages et d'inconvénients. La voiture n'est-elle pas un merveilleux outil de liberté ? Aller où on veut, quand on veut ! Oui mais à quel prix, pour nos villes, nos territoires, nos poumons... Le sac plastique n'est-il pas une formidable invention ? Pratique, léger, pliable mais toujours pas recyclable sans dommages pour l'homme, et imputrescible donc dangereux pour la faune aquatique. Quant à l'informatique et l'usage de la Toile, le sujet est rebattu mais inépuisable. Si l'on prend le seul cas de la Libye, on a vu d'un côté les combattants qui se servaient des réseaux sociaux pour coordonner leur action et de l'autre, le régime de Kadhafi qui avait fiché des milliers d'opposants grâce à un logiciel de surveillance du Web. L'Internet n'est ni bon ni mauvais, il est ambivalent.
Sur un registre plus léger, toutes les pratiques addictives liées à l'usage intensif des écrans de télé, d'ordinateur ou de Smartphones sont de parfaites illustrations de cet homme fasciné par la technique décrit par Ellul au début des années 1950.
Sur un autre registre dès les années 1980, il s'inquiétait de la déforestation, des pluies acides, de l'augmentation de la production d'émission de gaz carbonique et de ce qu'il nommait avec d'autres l'insécurité nucléaire. Alors qu'aujourd'hui disserter sur l'imprévisibilité des catastrophes consécutives au « génie » humain relève du lieu commun, Ellul nous disait qu'avec le nucléaire ce qui était prévisible c'était l'imprévisible. L'accident de Fukushima est venu tragiquement valider ce diagnostic.

Par ailleurs, l'essentiel de ce qu'il a pu écrire sur le thème de la propagande s'est vérifié. A commencer par l'idée selon laquelle la propagande n'était pas le seul apanage des régimes autoritaires ou totalitaires mais qu'elle concernait également les régimes démocratiques. Les conditions dans lesquelles les guerres en Irak ont été déclenchées et menées sont venues le rappeler à ceux qui en doutaient. Sa façon de montrer le caractère indissociable de l'information et de la propagande reste d'actualité. Alors que l'on oppose généralement l'information (domaine de la vérité) à la propagande (domaine du mensonge), Ellul a montré que la première était la condition d'existence même de la seconde. La propagande agit lorsque l'opinion est déjà émue par l'événement. Mais l'opinion publique n'existe pas, (Ellul l'écrit dès 1952 donc bien avant Bourdieu !), elle est produite par l'information et sert de support à la propagande. L'information, en fournissant les faits, crée le problème, exploité à son tour par le propagandiste. La propagande envenime le problème mais fait miroiter l'espérance d'une solution. Non seulement l'information est une condition de la propagande mais c'est elle qui la rend nécessaire. Pourquoi ? Parce que face au kaléidoscope des « nouvelles », à une information toujours plus volumineuse et complexe, difficile à digérer, face à un flot incessant de catastrophes qui nous dépassent, la propagande rebaptisée sous le terme plus vendeur de communication vient nous rassurer. En réalité, à l'époque de l'info en continu à la télé, la radio et sur la Toile, nous avons inconsciemment le besoin d'être propagandé car la propagande simplifie, elle ordonner et hiérarchise le réel. D'ailleurs lorsque nous choisissons notre média, c'est rarement dans le but de voir ou d'entendre ce qui risque de nous déplaire. Au contraire nous choisissons spontanément de nous exposer à la propagande de notre « camp ». De la même façon, nous occultons l'information qui dérange ou nous la rangeons dans la catégorie de l'intox émanant de l'adversaire.
Ellul a surtout bien montré que l'on peut faire de la propagande à partir d'une information exacte. Un exemple tiré de la campagne pour les élections présidentielles de 2007. À partir de l'automne 2006, est mis en ligne sur Internet un clip vidéo enregistré lors d'une réunion à Angers en janvier 2006 où la future candidate socialiste réclame pour lutter contre l'échec scolaire 35 heures de présence effective des professeurs dans l'établissement. Les propos sont vrais mais ils ont été tournés en caméra cachée et diffusés à l'insu de l'intéressée et de son équipe. L'opération consiste à la discréditer auprès de sa principale clientèle électorale, les enseignants, son cœur de cible !

@qui ! : Jacques Ellul fait de la technique le facteur dominant de l'économie. L'histoire lui donne-t-elle raison ? 

Patrick Chastenet : Pas seulement de l'économie car il a fait de la technique l'élément caractéristique de nos sociétés dites postindustrielles ou post modernes au point qu'il a qualifié nos sociétés de « sociétés techniciennes ». Pour simplifier ses thèses on dira que pour Ellul, au-delà des différences de structures économiques et de références idéologiques, tous les régimes poursuivent le même objectif : la puissance, l'efficacité. Il définit la technique comme la recherche en toutes choses du moyen absolument le plus efficace, indépendamment de toute autre préoccupation. Autrement dit, tout ce qui est techniquement réalisable sera réalisé un jour sans qu'aucune considération morale ou religieuse ne vienne l'en empêcher. Ce que l'on peut constater, par exemple dans le domaine de la bioéthique c'est que les barrières finissent par tomber. On le voit dans le cas de la donation pour autrui ou dans ce que l'on appelle les bébés médicaments. Il est difficile aux praticiens les mieux intentionnés de ne pas recourir à une technique qu'ils maitrisent. Si on sait le faire, on doit le faire sinon ce sont les autres qui le feront à notre place. Toujours la recherche de la plus grande efficacité ! En cette matière, le grand argument est d'incriminer une législation trop restrictive qui risque de pénaliser la recherche française face à la concurrence. Déjà en 1948, Ellul s'inquiétait du clonage des humains. On y travaille au Japon et depuis une dizaine d'années en France, une revue comme La Recherche réclame le droit de cloner des homo sapiens sapiens sous prétexte que l'on ne peut pas arrêter le progrès (sic).

Quant à la crise financière de 2008, il ne faut pas oublier que c'est au nom de l'efficacité que la finance s'est développée de façon exponentielle. Par le biais de la titrisation et des "hedge fund", les techniciens de la finance ont créé des produits de plus en plus sophistiqués qui ont abouti aux résultats que l'on connait. A cette occasion, comme dans le cas de la dette souveraine, on a pu mesurer l'impuissance des gouvernements face au pouvoir des experts. Et on touche, là, à un point essentiel de la pensée d'Ellul, l'évacuation du politique par le fait bureaucratique, la dépossession du pouvoir des représentants élus par une aristocratie de techniciens. Les ministres se contentent d'endosser publiquement des décisions prises, pour l'essentiel par des experts d'où la formule très révélatrice « responsable mais pas coupable ». Lorsque les experts du FMI et de la BCE parlent, les gouvernants doivent se soumettre ou se démettre. L'exemple de la Grèce et de l'Espagne pourrait laisser croire désormais que les peuples d'Europe n'auront pour seul choix que d'arbitrer entre des technocrates et des populistes.

Partager sur Facebook
Vu par vous
1640
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !