12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

  • 08/12/17 | Les événements nautiques de La Rochelle annoncés au salon Nautic de Paris

    Lire

    Le salon Nautic a été l'occasion pour La Rochelle d'annoncer les événements de 2018. En avril, la ville accueillera L'Hermione avant son départ en méditerranée. En mai, ce sera la première édition des Assises de la plaisance et du nautisme. A partir de juillet, 4 championnats européens de sport de glisse vont se succéder (catamaran, dériveur et forty-niners). Sans oublier les traditionnels rendez-vous de la Semaine du Nautisme ou du Grand Pavois, qui se tiendra du 26 septembre au 1 octobre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Interview : Patrick Volpilhac directeur de l'ARPEL : le Salon du Livre de Paris est un grand moment de rencontres professionnelles pour les éditeurs d'Aquitaine

10/03/2009 |

Patrick Volpilhac directeur de l'ARPEL

Le Salon du Livre de Paris ouvre ses portes le 13 mars prochain à la Porte de Versailles. Une 29 ° édition dont l'invité d'honneur sera le Mexique et pas moins de trente sept de ses écrivains. L'Aquitaine y sera présente, sur sur un stand de 225 m2 flambant neuf sous les couleurs de l'ARPEL, l'Agence régionale pour l'écrit et le livre, qui a mis ses moyens et sa logistique au service d'une trentaine d'éditeurs venus de toute l'Aquitaine. Une occasion unique de rencontres entre professionnels et de contacts avec auteurs et lecteurs. Patrick Volpilhac, directeur de l'ARPEL, rappelle les enjeux de cette présence au Salon et les grandes lignes d'une politique très originale de la Région Aquitaine. Aqui.fr sera comme l'an passé le témoin privilégié de ces journées auprès des éditeurs.

@qui.fr! :Cette année encore l’Arpel est présente aux cotés des éditeurs aquitains au salon du livre de Paris. Est-ce que ce n’est pas encore plus difficile aujourd’hui pour les éditeurs d’y participer, compte tenu de la situation économique ?
Patrick Volpilhac : Evidemment, la situation de l’édition, de la librairie, est fragilisée. On n’est pas un territoire hors du champ de l’économie, on doit tenir compte des problèmes de pouvoir d’achat. La chaîne du livre est d’ailleurs traditionnellement précaire, ce qui justifie d’autant plus les moyens publics mis pour soutenir la venue à Paris des éditeurs.
Le Salon du livre a une double vertu à leurs yeux; c’est la vitrine la plus conséquente sur la production éditoriale régionale, le lieu de rencontres avec les lecteurs nationaux, parisiens… C’est autant une grande librairie ouverte à Paris qu’un espace de rencontres professionnelles. Nos éditeurspeuvent y rencontrer, qui leurs auteurs, qui leurs diffuseurs. C’est unvrai moment de dialogue professionnel où, pendant cinq jours, ils se retrouvent tous. Chaque année c’est aussi le lieu où naissent des projets d’édition. Le stand est conçu de telle sorte que les éditeurs peuvent y avoir, par exemple, des rencontres de travail
Le Conseil régional, comme il œuvre pour que les agriculteurs montent au Salon de l’agriculture se bat pour que nos éditeurs aient une vitrine à la hauteur de leur production. Cette aide est d’autant plus légitime qu’on est « loin » de Paris.

Une logistique au service de l'éditeur

@! :Avez-vous de nombreuses sollicitations ?
P. V. : La sollicitation d’éditeurs est toujours forte pour aller au salon du Livre de Paris. Mais il faut tenir compte de la réalité économique de chaque éditeur. Car une présence à Paris, ça a un coût. Les stands sont loués à un prix accessible,mais il y a tout l‘environnement à la charge des éditeurs, les chambres d’hôtel, la restauration…. Et la communication propre que doit mener l’éditeur; nous on le pousse à faire cela, à organiser desrendez vous et la présentation d’auteurs. Le travail de l’agence est de proposer un environnement, une logistique au service de l’éditeur.

@! :Le choix de la présence est possible pour chaque éditeur ?
P. V. : L’offre de venue à Paris est variée : sur le grand stand, sur le petit stand , en présence complète ou temporaire ; on s’efforce de trouver une solution adaptée à chaque éditeur. Pour nous c’est un gros travail en amont. Cette année on amène tout : les livres sont envoyés à l’Arpel qui s’occupe de l’envoi à a Paris ; c’est toute unelogistique à mettre en oeuvre !

Soutenir dans la durée le livre

@! : Cette présence renouvelée, ce soutien constant sont la marque d’une politique qui a placéd’Aquitaine en pointe auprès des éditeurs et des libraires.

P. V. : Nous avons été, je le rappelle, à l’initiativede nombreux dispositifs ,et notamment d’un contrat de plan Etat-Région de soutien à la librairie indépendante et à l'édition régionale.

@! : L’Etat a donc suivi suivi …
P. V. : Chacun peut revendiquer la paternité de la demande ; c’est l’Etat et la Région qui ont considéré les éditeurs, les libraires, comme des opérateurs sur lesquels on peut flécher des moyens publics pour les accompagner vers le développement et l’organisation stratégique de leurs statuts. Pour ce plan cela fait trois ans maintenant. Nous allons entrer dans une phase d’évaluation intermédiaire sur le protocole d’aide au livre et au disque aussi car il y a un volet label indépendant. Nous allons mettre en place cette évaluation en 2009 pour envisager les inflexions à apporter lors des trois dernières années du projet.

Le portail des libraires indépendants en devenir

@! : Qu’en est-il du soutien que vous avez apporté au Syndicat de la Librairie française (SLF) engagé dans une réflexion pour partager un portail spécifique d’informations et de vente du livre, via internet ?
P. V. : C’est surtout face à la grande surface aux gros diffuseurs qu’on a travaillé avec le SLF. Le sujet est complexe. Quel positionnement est possible pour les libraires indépendants de France sur le net ? Ce travail a déterminé quel type de prestations pouvait proposer ce nouveau portail. Logiquement, à la fin de l’année 2009, le Syndicat ,qui a crée une entreprisele « Portail des Librairies Indépendantes », devrait proposer les premiers projets ; on en est à la phase d’appels d’offresur le process industriel du portail. La constitution du capital est en cours et il est possible que « Les Librairies Atlantiques », le réseau très actif de libraires indépendants d’Aquitaines, entre au capital de ce portail pour permettre à des petits libraires, soutenus par le Conseil régional d’accéder directement à cette structure, ce qui sera plus difficile dans une région où il n’y a pas de dispositif de soutien à la librairie. Les coûts d’entrées sont tout de même élevés.

Le 11 mars Bruno Patino présente son rapport sous l'égide d'AEC et de l'ARPEL

@! : Cette approche du livre numérique va donner lieu à la présentation le 11 mars, au Conseil régional, par Bruno Patino, du rapport qu’il a dirigé et rédigé sur le livre numérique…

P. V. : Le débat autour du livre numérique lorsqu’il est posé, en région, est à priori complexe. En quoi, le territoire est-il pertinent pour aborder des enjeux qui dépassent nos frontières habituelles. Notre souci, celui d’Aquitaine Europe Communication et de L’Arpel, c’est d’accompagner la réflexion des les acteurs professionnels. Et, quoi de mieux que d’inviter l’acteur quia écrit ce rapport ? Des professionnels vont lui poser des questions : un libraire, un écrivain, un éditeur, un fournisseur d’accès, une bibliothécaire, un juriste. On veutainsi couvrir le champ du débat et, après, celui-ci s’engagera avec toutes les personnes présentes. Après cette journée on a l’intention de mettre en place un cycle de travail institutionnel pour savoir quelle peut être, à terme la politique publique portée par le Conseil régional dans le domaine du livre numérique. On abesoin de cette étape pour avancer vers une proposition innovante.

Quand le livre et l'image font bon ménage

@ ! : Et le cinéma…Où en est-on de la fusion de l’Arpel et d’Aquitaine Image Cinéma, AIC ?
P. V. : En concertation avec le Conseil régional, l’ARPEL et Aquitaine Image Cinéma, se rapprochent pour créer une même agence. Ce n’est pas une fusion-absorption. Demain dans une même agence travailleront la filière du livre et celle de l’image et du cinéma. La politique du Conseil régional de soutien aux industries culturelles aboutit à une synergie encore plus importante entre livre et image. Le rapprochement des deux structures était une opportunité; on en est au stade de la préparation statutaire. La nouvelle agence devrait voir le jour en juin. Que les professionnels du cinéma et du livre se rassurent ; ça ne diluera en rien les missions des deux agences qui sont maintenues. A nous d’imaginer les champs de coopération futurs.

@! : Du livre à l’image, il y a d’ailleurs plus que des proximités.
P. V. : En effet. Le débat sur le numérique est abordé différemment dans les deux secteurs ; pour le livre c’est la dématérialisation des fonds, comment on constitue des nouvelles bases de données à partir de l’écrit avec quel modèle économique pour en garantir l’accès en s’assurant que la chaîne du livre puisse continuer à fonctionner ? Pour le cinéma on a un phénomène similaire pour la diffusion et la distribution. Se pose, dès aujourd’hui, la question de l‘équipement d’un certain nombre de salles qui, demain, proposeront une projection numérique des films. Et, même réflexion : quel sera le processus économique derrière cette organisation ? Là, l’Aquitaine va, dans le domaine du cinéma, être une région expérimentale et cela dans un certain nombre de salles de ses cinq départements.

Propos recueillis par Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
711
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 14 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !