Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/09/20 | L’hôpital de La Rochelle active son plan blanc

    Lire

    Le Groupe hospitalier Littoral Atlantique, qui regroupe les établissements de La Rochelle/Ré/Aunis, Rochefort et Marennes/Oléron, a activé mardi le niveau 1 de son plan blanc. Le nombre de patient Covid-19 est passé de 4 à 8 cette semaine, dont un en réanimation. Si le nombre de cas à l'échelle du Département reste faible (taux d'incidence <50 pour 100 000 habitants), le service réanimation est déjà sous tension, avec 2 places disponibles. Une unité spéciale Covid sera mise en place début octobre.

  • 25/09/20 | Bordeaux célèbre Mauriac

    Lire

    À l’occasion du 50ème anniversaire de la disparition de François Mauriac, les bibliothèques de Bordeaux proposent tout au long de l’automne une saison dédiée à l'écrivain, journaliste et Prix Nobel de la littérature. Conférences, expositions, projections et match d'improvisation exploreront les résonances contemporaines des engagements de François Mauriac, au travers de documents rarement montrés voire pour certains inédits. Point d’orgue de la saison, l’exposition "Écrire, c’est agir", à la bibliothèque Mériadeck du 5 novembre 2020 au 17 janvier 2021. http://mauriac2020.bordeaux.fr

  • 25/09/20 | Angoulême : vers un festival de la BD en deux temps

    Lire

    Au vu du contexte sanitaire, les organisateurs du FIBD s'orientent vers un festival en deux temps. Un premier temps, une version modifiée avec des événements à Angoulême et hors les murs sur les dates initiales du 28 au 3& janvier), "répondant aux contingences en vigueur imposées par la pandémie". Un deuxième temps en présentiel à Angoulême, à la période printemps-été, pour rassembler plus de monde. Le contenu du projet sera présenté dans les prochaines semaines.

  • 25/09/20 | Nouvelle-Aquitaine : le don entre particuliers boosté par la crise sanitaire

    Lire

    L'application de dons bordelaise Geev a réalisé un classement des régions les plus actives en matières de dons entre particuliers. « Si le don a le vent en poupe ces dernières années, il a connu un essor particulier pendant la crise sanitaire », affirme la société. Ainsi, la société a dénombré les dons par régions entre février et juillet. La Nouvelle-Aquitaine est quatrième du classement "dons d'objets" avec 126 000 dons, derrière l'Île de France (458 000), les Hauts de France (171 000) et l'Auvergne-Rhône Alpes (143 000).

  • 24/09/20 | Covid-19: après les premiers tests, l'UPPA reste vigilante

    Lire

    Dans la matinée du mardi 22 septembre 2020, le Laboratoire Bio-Pyrénées a réalisé sur le campus de Pau une campagne de 200 tests de dépistage à la Covid-19 auprès des étudiants. Celle-ci a révélé 6 cas positifs à la Covid-19 sur les 107 prélévements nasopharyngés analysés par PCR, soit 5,6 % des étudiants testés. Un résultat qui incite l'Université "à rester vigilante" au regard de la moyenne au niveau nationale du taux de positivité (6.2 % au 23/09/20 à 14h) et des moyennes départementales publiées le 17/09/20 : Pyrénées-Atlantiques (4.2%), Landes (4.8 %) et Hautes-Pyrénées (3.1%).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Journées du patrimoine : à la découverte de l’orient de Guillaumet

12/09/2018 | Derrière l’exposition Gustave Guillaumet se cache l’histoire rocambolesque d’un tableau

Restauration de La Famine à Loix

Le musée des Beaux-Arts de La Rochelle présente une exposition exceptionnelle sur le peintre Guillaumet (1840-1887), reconnu d’intérêt national par le Ministère de la Culture parmi 20 expositions françaises. Visible au rez-de-chaussée du musée, l’exposition reste à découvrir lors des portes ouvertes du musée des Beaux Arts pour les deux journées du patrimoine ce week-end, avant de partir à Limoges (du 19 octobre au 4 février), puis à Roubaix. Pour ses derniers jours, le musée des Beaux-arts organise des concerts de musique berbère avec dégustation de cornes de gazelle et thé.

C’est une histoire rocambolesque qui est à l’origine de cette exposition. « A la base, le musée s’est constitué autour de l’œuvre d’Eugène Fromentin, un peintre orientaliste né et mort à La Rochelle », raconte la conservatrice Annick Notter, « Le musée s’est donc doté d’une collection d’œuvres orientalistes, dont deux œuvres majeurs de Gustave Guillaumet, un des artistes les plus emblématiques du genre. Un jour, un de ses descendants nous a contacté. Il avait vu nos tableaux, il nous a proposé de nous prêter ses collections. Il rêvait de voir un jour une rétrospective dédié au travail de son aïeul – il n’y a en avait pas eu une seule depuis 1899 ! ». L’équipe du musée décide de relever le défi. Une tâche ardue, les œuvres de Guillaumet étant disséminées entre plusieurs musées français comme Orsay ou Limoges, des collections privées et des musées nationaux algériens. Au cours de ses recherches, le musée retrouve la trace de La Famine, sans conteste l’œuvre la plus forte de Guillaumet, réalisée vers 1868.

Un tableau trop politique pour son temps

La Famine, détailsAvec La Famine, Guillaumet veut susciter la compassion. Ici, un détail de l'oeuvre.

A l’inverse de ses contemporains qui montrent un orient très chamarré et fantasmé, Guillaumet livre une vision très crue des réalités. Avec ce La Famine, il dépeint trois ans d’une grave famine en Algérie, conséquence de la colonisation et de la confiscation de terres arables aux tribus nomades au profit des colons. « Gustave Guillaumet peint ce grand tableau de 3,20 par 2,34 mètres avec les codes de la peinture d’histoire (1), à la manière des Scènes de massacre de Scio de Delacroix qu’il admire. Révolté, il veut indigner le public et susciter sa compassion », explique Annick Notter. A cause de sa forte connotation politique, le tableau fut mal reçu à sa présentation au Salon de 1869, jugé trop violent par la presse comme par le public. A la suite de cette expérience, Guillaumet abandonna définitivement la peinture d’Histoire pour se consacrer davantage à la peinture de genre. « Il s’attache dès lors à peindre des scènes des vies quotidienne des Algériens et réussi à se faire accepter jusque dans l’intimité des foyers, qu’il peint avec beaucoup d’empathie », poursuit la conservatrice. Il est le seul peintre l'époque à rentrer ainsi dans le quotidien des Algériens.

De Constantine à La Rochelle

A la mort de la veuve de Guillaumet, le tableau fut légué au musée d’Alger… Mais c’est dans les réserves du musée de Constantine qu’il est finalement retrouvé en 2014. Pour le musée des Beaux Arts de La Rochelle s’ensuivent alors des mois de rebondissements et de complications administratives : l’équipe met un an à recevoir l’autorisation d’aller voir le tableau, puis 9 mois pour obtenir le droit de le restaurer, et enfin 4 autres mois pour le faire sortir du territoire. Il arrive finalement en France en décembre 2017, où il est immédiatement pris en charge par le restaurateur Christian Morin, à Bergerac, qui recolle les morceaux, le rentoile et le monte sur un nouveau châssis en aluminium.

Campement

Campement fait partie des autres oeuvres de Guillaumet visible dans cette exposition.

Entre temps, le musée et la ville de La Rochelle ont lancé une campagne de financement participatif en vue d’obtenir 24 000€ pour financer la restauration du tableau. L’opération est un succès. Elle permet de l’envoyer pour restauration de sa peinture chez Pascale Brenelli, une restauratrice agréée basée à Loix, sur l’île de Ré. Un travail minutieux de 5 mois que la restauratrice réussit à réaliser en quatre, pour le vernissage de l’exposition début juin. Un double coup de maître pour le musée des Beaux-Arts, qui réalise ici la toute première exposition monographique dédiée à Guillaumet depuis 1899. Son descendant n’aura malheureusement pas le temps de la voir, il décédera avant son ouverture. Mais l’énergie déployée par l’équipe du musée des Beaux Arts de La Rochelle aura finalement été payante, puisque l’exposition a pu bénéficier de prêts exceptionnels du musée d’Orsay. « Outre trois grands tableaux de Salon, une cinquantaine de dessins a fait l’objet d’un prêt après avoir parfois nécessité une restauration préalable, un montage et un encadrement », précise Annick Notter. Des collectionneurs privés, la ville de Brantôme, les musées de Lille, Pau et de Carcassonne ont également prêtés leur Guillaumet, dont certains sont exposés pour la première fois. La scénographie de l’exposition du musée des Beaux-Arts sera reprise et adaptée aux collections des musées de Limoges et de Roubaix, qui possèdent eux-mêmes quelques toiles de Guillaumet et/ou de peintres orientalistes.

(1) style de peinture très en vogue à l’époque qui consistait à peindre des événements historiques ou liées à l’Antiquité.

 

La Séguia - Guillaumet

Après La Famine, Guillaumet s'attache aux scènes du quotidien, d'abord en exterieur, puis en interieur, comme ici avec La Séguia.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
4606
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !