Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/01/19 : Rochefort (17) : la tête d'affiche de la programmation du festival Stéréoparc vient de tomber. Il s'agit du groupe Offenbach, qui jouera le 20 juillet.

17/01/19 : Vendredi 18 janvier, EDF/Dalkia signera un partenariat avec la Ville de Poitiers pour Traversées, l'évènement artistique et culturel du Palais. La signature se fera à 10h en présence du maire de Poitiers et des représentants régionaux d'EDF/Dalkia.

17/01/19 : La Rochelle Université ouvre ses portes samedi 2 février, de 9h30 à 17h. L’accueil de la journée se déroulera au Technoforum (23 avenue Albert Einstein, La Rochelle). avec des stands d’informations de l’Université et de ses partenaires (CROUS, CDIJ, Yélo,

16/01/19 : La Rochelle : la Nuit de la lecture se tient samedi 19 janvier de 14 h à 7 h dimanche à la Médiathèque de Laleu/La Pallice, à la Médiathèque Michel-Crépeau et au Muséum d’Histoire naturelle. Des lectures et des animations variées sont organisées.

16/01/19 : Le lanceur de poids bordelais Jean-Luc Mastromauro a battu le record de France des moins de 50 ans. Il a réalisé 17m19 à Fronton le 13 janvier, améliorant ainsi son propre record de France, établi une semaine plus tôt avec 16m90.

16/01/19 : Dans le cadre du dispositif "Permis de Jardiner" et à l'initiative du collectif Pau Sud, la rue Jacques Terrier sera revégétalisée. La Maison du Jardinier organise le 18 janvier de 14h à 17h une après-midi de plantation participatif.

15/01/19 : le Préfet de la Dordogne a désigné le sous-préfet de Nontron, Frédéric Roussel, référent départemental pour le grand débat national. Il est joignable à l'adresse : pref-granddebat@dordogne.gouv.fr. Plus d'infos : www.granddebat.fr

15/01/19 : Solène Ndama, licenciée au Bordeaux Athlé commence bien la saison. La jeune athlète bordelaise (20ans) réalise la meilleure performance mondiale de la saison au pentathlon (5 épreuves) en salle à Clermont-Ferrand.

14/01/19 : Didier Lallement, préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la Gironde, a nommé Thierry Suquet, secrétaire général de la préfecture de la Gironde, comme référent pour le Grand Débat National en Gironde.

13/01/19 : Emmanuel Macron dans sa lettre aux Français: Faut-il reconnaître le vote blanc? Faut-il rendre le vote obligatoire? Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques

12/01/19 : GJ.La préfecture de Gironde a fait le point suivant à 19h45: 6000 manifestants, 35 interpellations, pas de blessé du côté des forces de l'ordre, des vitrines et du mobiliers urbains dégradés ainsi que des poubelles brûlées.Dernières dispersions en cours"

11/01/19 : Manifestations du samedi 12 janvier. Alain Juppé, maire de Bordeaux, en accord avec le Préfet, a décidé de fermer les lieux publics. L'opération de parking gratuit sur la place des Quinconces est reconduite ce dimanche 13 janvier.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/01/19 | Eco-Campus : Poitiers exemplaire

    Lire

    L'Université de Poitiers mise en valeur par le ministère de l'Enseignement Supérieur. Dans le cadre d'un séminaire dédié à la valorisation et la vie de campus, le ministère a invité l'Université de Poitiers à présenter son réseau de chaleur. Cette installation a permis une baisse de 500.000 euros de la facture énergétique. L'établissement poitevin est engagé dans une stratégie de développement durable récompensée par l'obtention du label Développement Durable et Responsabilité Sociétale en 2016.

  • 17/01/19 | Gilet jaunes : quel impact sur les commerces girondins ?

    Lire

    Dans une enquête de la Chambre de Commerce et d'Industrie Bordeaux Gironde sur l'évolution de a fréquentation des commerçants girondins sur les samedi du 15 décembre au 5 janvier auprès de 310 d'entre eux, on apprend que 93% des commerçants bordelais ont enregistré une baisse de fréquentation (supérieure à 50% pour plus d'un quart) par rapport à l'an passé et 90% une baisse de leur chiffre d'affaire (supérieure à 50% pour près d'un quart). Sur le reste du département, 69% ont enregistré une baisse de fréquentation et 66% du chiffre d'affaire, avec une Haute Gironde jugée "très fortement impactée".

  • 17/01/19 | Habitat 17 : des actions pour rompre l'isolement des retraités

    Lire

    Afin de rompre l'isolement des personnes âgées, l'association Voisins Solidaires et l'office public Habitat 17 viennent de créer un programme d'actions sur le département, allant du service rendu ponctuel à l'organisation d’événements de voisinage (type fête des voisins), reposant sur un réseau de voisins. 160 seniors isolés de 80 ans et + ont été identifiés. Avec cette action, l'office s'est vu renouveler le label européen du "bailleur social et solidaire", déjà obtenu en 2016 pour trois ans.

  • 17/01/19 | Mérignac : 4e édition de l’opération "Mon sang pour les autres"

    Lire

    Le Rotary Club de Mérignac et l'Association pour le don du sang bénévole de Mérignac s‘unissent au côté de l’Etablissement français du sang (EFS) Nouvelle-Aquitaine en organisant vendredi 18 janvier toute la journée et samedi 19 janvier au matin à la Maison des associations des journées pour donner son sang. Pour ce faire, il suffit d’être majeur et en bonne santé. L’objectif est de mobiliser 180 donneurs lors de cette collecte. Toutes les informations sont à retrouver ici.

  • 17/01/19 | Charente : une nouvelle Maison de Santé en zone rurale

    Lire

    Une nouvelle Maison de Santé sera inaugurée ce samedi à Barbezieux-Saint-Hilaire (23 avenue Charles-Virolleau), sur un territoire en désertification médicale. La MSP de Barbezieux-Saint-Hilaire regroupera 11 professionnels de santé aux fonctions complémentaires : deux médecins, un dermatologue, une sage-femme, deux cabinets d'infirmières, deux ostéopathes, une diététicienne, un psychologue et un réflexologue. Un projet soutenu pat la Région (150 000€) et l'Europe (200 000€).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Kad Merad à Biarritz: "Homme politique, c'est épuisant!"

21/01/2016 | Le "Ch'ti" d'adoption, tiendra le rôle principal de la série de Canal+, "Baron noir". Elle campe un homme politique du Nord. Entretien autour de ce rôle inattendu qui l'a captivé et fait réfléchir

Fipa 2016 Kad Merad

Kad Merad est venu présenter au Festival international des programmes audiovisuels de Biarritz, la série en compétition pour Canal+, "Baron noir", dans lequel il tient le rôle principal du député maire du Nord, Philippe Rickwaert. Entretien en toute décontraction avec ce "Ch'ti" d'adoption et attachant qui a pris beaucoup de leçon de la politique à l'issue de ce tournage. Il parle aussi de son dernier film "Marseille" qu'il viendra présenter sur la Côte basque en février, mais aussi du rugby, un sport dont il apprécie particulièrement les règles de sportivité. Il l'a pratiqué comme demi-de-mélée quand il était gamin et il en a gardé les valeurs.

@aqui !: Pour la première fois, vous participez à une série télé pour Canal+. Dans le Nord, un retour aux sources, certes, mais dans un rôle politiquement pas correct qui ne vous ressemble pas...
Kad Merad
: "Les producteurs ont choisi de m'approcher pour me proposer ce projet. Revenir dans le Nord cela me faisait plaisir d'abord. Comme le disait Michel, "l'été ca va, il fait zéro, zéro-1, mais l'hiver ca descend ca descend, moins 15, moins 30 ils te foutent des moins 40". C'était un petit hommage à Michel (NDLR Galabru). Sérieusement, le tout m'a paru très tentant. Il m'a plu d'être le Baron noir, le rôle principal, cette responsabilité ça m'a séduit. J'ai lu les deux premiers épisodes et très vite j'ai trouvé cela très vertigineux, très intéressant et surtout très bien écrit et cela m'a aussitôt intéressé. Puis, il y a eu la rencontre avec le metteur en scène Ziad Douéri qui y sera pour beaucoup dans la réussite, si réussite il y a. Il ne connaissait ni la politique, ni les auteurs que nous sommes, ce qui était très pratique. Et j'ai dit, je serai le Baron noir et j'ai fait la place pour trouver les cinq mois pour le tournage dans le Nord. Cela a été à la fois très agréable et très dur, d'autant que je n'avais jamais tourné dans une série.

@!: La politique, vous vous y interessiez beaucoup auparavant?
K.M. :
A dire vrai, pas beaucoup, je ne pouvais tenir que 7 minutes une conversation poitique à table, vous savez quand ca s'emporte, ca s'emballe, moi je me retirais doucement et partais dans la cuisine pour finir le dessert. Ca m'a intéréssé parce que je suis très curieux. Maintenant je connais un peu mieux. Pour préparer le tournage j'ai plus regardé les chaines d'info, la chaîne parlementaire. Comme la série parle beaucoup d'intimité dans la politique, je me suis amusé à imaginer à voir, à imaginer, une fois que les hommes politiques s'exprimaient, ce qu'il y avait derrière. Il s'agit d'une série hyper réaliste, du Parti socialiste, même si certaines ressemblances sont fortuites. J'ai étudié le rôle avec un des auteurs, Eric Benzekri, qui a travaillé 20 ans au PS, a écrit des discours. il m'a drivé sur certains comportements, le reste est venu de mon expérience d'homme.

@!:Ne trouvez vous pas, après ce tournage que les hommes politiques sont d'excellents comédiens?
K.M. :
Je m'attendais à ce genre de question. Je pense que ce ne sont pas des comédiens. Nous, nous sommes des comédiens, on fabrique, eux, ne fabriquent pas. Moi qui ai incarné un homme politique pendant cinq mois, je me suis rendu compte qu'ils ne dorment pas beaucoup. Moi comédien, quand j'ai fini mon métier, je peux dormir, je ne pense pas comme eux, 24h/24 à mon travail, j'ai une vie normale. La politique c'est plus qu'un métier, c'est pas comparable à un métier d'acteur, mais c'est vrai qu'ils jouent la comédie. Et cela en est épuisant. Ils ont une faculté à vous faire croire ce qu'ils ont envie de vous faire croire, mais je le répète c'est pas un métier d'acteur. Moi, un texte je l'apprends, eux ils vous sortent un texte comme ça, ils baignent dans la politique, souvent ils sont militants depuis qu'ils sont jeunes. Mais comme beaucoup de Français, je suis assez conscient des manipulation... une foire, c'est une foire. Pour moi, ca reste des hommes et des femmes à la recherche d'un pouvoir, de la lumière. Ils ont tellement envie d'arriver au bout. Moi ce que j'ai appris et qui m'a amusé, c'est leur intimité, leur vie privée, peut-être de moins en moins privée avec les réseaux sociaux, maintenant, les chefs de cabinet et tout ce qui les entoure.

@!: Mais le choix du Nord, c'est quand même quelque chose, il y a une signification, vous auriez pu tout aussi bien aller tourner dans le Vaucluse?
K.M. :
Il faudrait voir cela avec les auteurs et les producteurs, ce n'est pas moi qui ai choisi le Nord. Ce qu'il y a de formidable dans le Nord, c'est ce décor, cette pierre, ces usines, ce passé industriel tellement omniprésent aujourd'hui. C'est ce qui donne un caractère très réaliste à mon rôle, je suis un fils d'ouvrier, de mineur. Je suis plus près des ouvriers que des patrons. Le Nord, c'est très particulier. Il se dégage quelque chose de très beau, très ouvrier aussi, on n'a pas ça partout. Le metteur en scène l'a ressenti et voulait donner un caractère, un décor particulier, à cette série avec la mairie de Dunkerque.

@!: Votre personnage n'est pas vraiment sympathique dans ce paysage non?
K.M. :
Cet homme politique que j'incarne est plus près des ouvriers que du patronat et a subi une énorme, une immense trahison. Il a une soif de vengeance assez impressionante, il est prêt à beaucoup de choses, mais il est fort et fidèle. Malheureusement quand il veut arriver à ses fins, il manipule ses proches, il le fait en ne pensant pas à mal. Je le défends dans mon rôle, sa phrase de campagne: "La voix forte et fidèle".

@!: Ce rôle a-t-il éveillé en vous une vocation?
K.M. :
Non, pas spécialement. Oui j'ai adoré faire un discours à l'assemblée, ce genre de chose. On aime bien se montrer, mais la politique, c'est autre chose. Je peux changer très vite. Je ne soutiendrai jamais un candidat, il y a une chose que j'aimerai chez l'un, une autre fois chez l'autre. Je ne m'engagerai pas. C'est compliqué parfois, mais je vote. J'ai une carte d'électeur. A toutes les élections. Mais moi, je serais président, j'irais puiser de bonnes idées chez les uns et chez les autres.

De Marseille... à la Côte basque

@!: Avant cette série, vous avez réalisé un film "Marseille", votre deuxième en tant que réalisateur
K.M. :
Juste avant de commencer la série, j'ai écrit, réalisé, produit et interprété un film sur Marseille qui n'est pas sur la politique même s'il y a un maire de quartier, un maire d'arrondissement, maintenant je ne peux plus m'en empêcher. Pour en revenir à la série du "Baron noir", c'est de voir, le militantisme, cette façon de faire de la politique sans avoir fait les grandes écoles. Dans "Marseille", il y a aussi un personnage, comme ça. Ce sont des retrouvailles entre un homme et sa fille. Qui l'a quittée à 25 ans et qui ne voulait pas revenir dans cette ville. Je voulais montrer autre chose de Marseille, que j'aime profondément. C'est un film touchant, tendre et drôle.

@! - Le Pays basque, vous connaissiez auparavant?
K.M. : Pas vraiment, j'ai fait une thalasso chez Serge Blanco à Hendaye il y a quelques années. De plus, un des producteurs de "Marseille" Richard Grandpierre a une maison à Anglet, comme mon ami Olivier Baroux y a des attaches. Je devrais d'ailleurs revenir sur la Côte basque pour présenter "Marseille" le 12 février et j'espère passer le week-end chez Grandpierre. J'aime bien la mer, mais chez vous, l'océan ne fait pas toujours de cadeau. Je me souviens d'être venu à Biarritz avec mon fils que je portais tout petit dans mes bras, et on a failli se faire emporter par une vague. Ah le Pays basque! Vous avez des clubs de rugby qui sont pas très en forme actuellement non? Je peux parler du rugby, d'abord parce que je l'ai pratiqué comme poussin, au club de Ris Orangis à 10 ans. J'étais demi-de-mélée. Et puis c'est un sport qui a un esprit qui me plait vraiment. On ne se fait pas de cadeaux pendant tout le match et on se salue respectueusement, quel que soit le résultat, ensuite. Et ça j'aime vraiment. Mes clubs préférés actuellement? Toulon et le Racing. Et moi, ce Dan Carter, il me plaît vraiment!

Tout le Fipa de Biarritz: www.fipa.tv

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : photo F. D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
4388
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !