Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

  • 14/08/18 | EasyJet relie Paris et les pistes de ski

    Lire

    EasyJet vient de lancer une ligne Paris-Pau pour l’hiver 2019. L’aéroport de Pau proposera des navettes directes vers les pistes de ski, disponibles à la vente dès le 1er septembre, et la compagnie facilite le transport des équipements de ski. Deux vols quotidiens sont proposés et jusqu’à deux vols par jour les lundis, jeudis et vendredis.

  • 14/08/18 | Madiran et Pacherenc à la fête!

    Lire

    Ces 14 et 15 août, le village béarnais de Madiran met à l'honneur les appellations Madiran et Pachrenc du Vic Bilh à l'occasion de sa Fête du vins. Pour célébrer les 70 ans des 2 appellations, à travers de nombreuses animations: un espace vins (entrée 5 €) avec dégustations, ventes de vins et rencontres avec les vignerons, mais aussi jeux pour enfants, marché gourmand, défilé des confréries, soirées tapas, bals, concerts le tout accompagnée d'une fête foraine et d'un feu d'artifice pour finir en beauté, le 15 août à 23h30.

  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

  • 13/08/18 | L’Afrique de retour en Sud-Gironde

    Lire

    Grâce à l’engagement de la mairie de Noaillan la 4ème édition du festival Africa Ciron aura lieu le 25 août à la maison Dubernet. Différentes activités comme de la danse, des contes, un concert, des expositions ou une projection nous permettront d’enrichir notre culture africaine. Safiatou Faure, qui a créé le festival du Sahel de Saint-Médard-en-Jalles sera mise à l’honneur. Entrée gratuite. Programme : https://dubernet.noaillan.fr 

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Kad Merad à Biarritz: "Homme politique, c'est épuisant!"

21/01/2016 | Le "Ch'ti" d'adoption, tiendra le rôle principal de la série de Canal+, "Baron noir". Elle campe un homme politique du Nord. Entretien autour de ce rôle inattendu qui l'a captivé et fait réfléchir

Fipa 2016 Kad Merad

Kad Merad est venu présenter au Festival international des programmes audiovisuels de Biarritz, la série en compétition pour Canal+, "Baron noir", dans lequel il tient le rôle principal du député maire du Nord, Philippe Rickwaert. Entretien en toute décontraction avec ce "Ch'ti" d'adoption et attachant qui a pris beaucoup de leçon de la politique à l'issue de ce tournage. Il parle aussi de son dernier film "Marseille" qu'il viendra présenter sur la Côte basque en février, mais aussi du rugby, un sport dont il apprécie particulièrement les règles de sportivité. Il l'a pratiqué comme demi-de-mélée quand il était gamin et il en a gardé les valeurs.

@aqui !: Pour la première fois, vous participez à une série télé pour Canal+. Dans le Nord, un retour aux sources, certes, mais dans un rôle politiquement pas correct qui ne vous ressemble pas...
Kad Merad
: "Les producteurs ont choisi de m'approcher pour me proposer ce projet. Revenir dans le Nord cela me faisait plaisir d'abord. Comme le disait Michel, "l'été ca va, il fait zéro, zéro-1, mais l'hiver ca descend ca descend, moins 15, moins 30 ils te foutent des moins 40". C'était un petit hommage à Michel (NDLR Galabru). Sérieusement, le tout m'a paru très tentant. Il m'a plu d'être le Baron noir, le rôle principal, cette responsabilité ça m'a séduit. J'ai lu les deux premiers épisodes et très vite j'ai trouvé cela très vertigineux, très intéressant et surtout très bien écrit et cela m'a aussitôt intéressé. Puis, il y a eu la rencontre avec le metteur en scène Ziad Douéri qui y sera pour beaucoup dans la réussite, si réussite il y a. Il ne connaissait ni la politique, ni les auteurs que nous sommes, ce qui était très pratique. Et j'ai dit, je serai le Baron noir et j'ai fait la place pour trouver les cinq mois pour le tournage dans le Nord. Cela a été à la fois très agréable et très dur, d'autant que je n'avais jamais tourné dans une série.

@!: La politique, vous vous y interessiez beaucoup auparavant?
K.M. :
A dire vrai, pas beaucoup, je ne pouvais tenir que 7 minutes une conversation poitique à table, vous savez quand ca s'emporte, ca s'emballe, moi je me retirais doucement et partais dans la cuisine pour finir le dessert. Ca m'a intéréssé parce que je suis très curieux. Maintenant je connais un peu mieux. Pour préparer le tournage j'ai plus regardé les chaines d'info, la chaîne parlementaire. Comme la série parle beaucoup d'intimité dans la politique, je me suis amusé à imaginer à voir, à imaginer, une fois que les hommes politiques s'exprimaient, ce qu'il y avait derrière. Il s'agit d'une série hyper réaliste, du Parti socialiste, même si certaines ressemblances sont fortuites. J'ai étudié le rôle avec un des auteurs, Eric Benzekri, qui a travaillé 20 ans au PS, a écrit des discours. il m'a drivé sur certains comportements, le reste est venu de mon expérience d'homme.

@!:Ne trouvez vous pas, après ce tournage que les hommes politiques sont d'excellents comédiens?
K.M. :
Je m'attendais à ce genre de question. Je pense que ce ne sont pas des comédiens. Nous, nous sommes des comédiens, on fabrique, eux, ne fabriquent pas. Moi qui ai incarné un homme politique pendant cinq mois, je me suis rendu compte qu'ils ne dorment pas beaucoup. Moi comédien, quand j'ai fini mon métier, je peux dormir, je ne pense pas comme eux, 24h/24 à mon travail, j'ai une vie normale. La politique c'est plus qu'un métier, c'est pas comparable à un métier d'acteur, mais c'est vrai qu'ils jouent la comédie. Et cela en est épuisant. Ils ont une faculté à vous faire croire ce qu'ils ont envie de vous faire croire, mais je le répète c'est pas un métier d'acteur. Moi, un texte je l'apprends, eux ils vous sortent un texte comme ça, ils baignent dans la politique, souvent ils sont militants depuis qu'ils sont jeunes. Mais comme beaucoup de Français, je suis assez conscient des manipulation... une foire, c'est une foire. Pour moi, ca reste des hommes et des femmes à la recherche d'un pouvoir, de la lumière. Ils ont tellement envie d'arriver au bout. Moi ce que j'ai appris et qui m'a amusé, c'est leur intimité, leur vie privée, peut-être de moins en moins privée avec les réseaux sociaux, maintenant, les chefs de cabinet et tout ce qui les entoure.

@!: Mais le choix du Nord, c'est quand même quelque chose, il y a une signification, vous auriez pu tout aussi bien aller tourner dans le Vaucluse?
K.M. :
Il faudrait voir cela avec les auteurs et les producteurs, ce n'est pas moi qui ai choisi le Nord. Ce qu'il y a de formidable dans le Nord, c'est ce décor, cette pierre, ces usines, ce passé industriel tellement omniprésent aujourd'hui. C'est ce qui donne un caractère très réaliste à mon rôle, je suis un fils d'ouvrier, de mineur. Je suis plus près des ouvriers que des patrons. Le Nord, c'est très particulier. Il se dégage quelque chose de très beau, très ouvrier aussi, on n'a pas ça partout. Le metteur en scène l'a ressenti et voulait donner un caractère, un décor particulier, à cette série avec la mairie de Dunkerque.

@!: Votre personnage n'est pas vraiment sympathique dans ce paysage non?
K.M. :
Cet homme politique que j'incarne est plus près des ouvriers que du patronat et a subi une énorme, une immense trahison. Il a une soif de vengeance assez impressionante, il est prêt à beaucoup de choses, mais il est fort et fidèle. Malheureusement quand il veut arriver à ses fins, il manipule ses proches, il le fait en ne pensant pas à mal. Je le défends dans mon rôle, sa phrase de campagne: "La voix forte et fidèle".

@!: Ce rôle a-t-il éveillé en vous une vocation?
K.M. :
Non, pas spécialement. Oui j'ai adoré faire un discours à l'assemblée, ce genre de chose. On aime bien se montrer, mais la politique, c'est autre chose. Je peux changer très vite. Je ne soutiendrai jamais un candidat, il y a une chose que j'aimerai chez l'un, une autre fois chez l'autre. Je ne m'engagerai pas. C'est compliqué parfois, mais je vote. J'ai une carte d'électeur. A toutes les élections. Mais moi, je serais président, j'irais puiser de bonnes idées chez les uns et chez les autres.

De Marseille... à la Côte basque

@!: Avant cette série, vous avez réalisé un film "Marseille", votre deuxième en tant que réalisateur
K.M. :
Juste avant de commencer la série, j'ai écrit, réalisé, produit et interprété un film sur Marseille qui n'est pas sur la politique même s'il y a un maire de quartier, un maire d'arrondissement, maintenant je ne peux plus m'en empêcher. Pour en revenir à la série du "Baron noir", c'est de voir, le militantisme, cette façon de faire de la politique sans avoir fait les grandes écoles. Dans "Marseille", il y a aussi un personnage, comme ça. Ce sont des retrouvailles entre un homme et sa fille. Qui l'a quittée à 25 ans et qui ne voulait pas revenir dans cette ville. Je voulais montrer autre chose de Marseille, que j'aime profondément. C'est un film touchant, tendre et drôle.

@! - Le Pays basque, vous connaissiez auparavant?
K.M. : Pas vraiment, j'ai fait une thalasso chez Serge Blanco à Hendaye il y a quelques années. De plus, un des producteurs de "Marseille" Richard Grandpierre a une maison à Anglet, comme mon ami Olivier Baroux y a des attaches. Je devrais d'ailleurs revenir sur la Côte basque pour présenter "Marseille" le 12 février et j'espère passer le week-end chez Grandpierre. J'aime bien la mer, mais chez vous, l'océan ne fait pas toujours de cadeau. Je me souviens d'être venu à Biarritz avec mon fils que je portais tout petit dans mes bras, et on a failli se faire emporter par une vague. Ah le Pays basque! Vous avez des clubs de rugby qui sont pas très en forme actuellement non? Je peux parler du rugby, d'abord parce que je l'ai pratiqué comme poussin, au club de Ris Orangis à 10 ans. J'étais demi-de-mélée. Et puis c'est un sport qui a un esprit qui me plait vraiment. On ne se fait pas de cadeaux pendant tout le match et on se salue respectueusement, quel que soit le résultat, ensuite. Et ça j'aime vraiment. Mes clubs préférés actuellement? Toulon et le Racing. Et moi, ce Dan Carter, il me plaît vraiment!

Tout le Fipa de Biarritz: www.fipa.tv

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : photo F. D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
4261
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !