18/12/17 : La Rochelle accueille son premier bus entièrement électrique. Il circulera les deux prochaines semaines sur la ligne Illico4, tranversant le centre historique de la ville. Ce bus silencieux et non polluant a été conçu dans les Deux-Sèvres par Heuliez

18/12/17 : L'assemblée régionale a adopté à l'unanimité ce 18 décembre la convention quinquennale ( 2018-2022) qui lie la Nouvelle Aquitaine et les Centres de Formation d'Apprentis.

18/12/17 : Alain Juppé et plusieurs maires dont Martine Aubry réclament le soutien de l'Etat car "2017 s’achève sur une hausse massive de la demande d’asile et de nouveaux arrivants mettant sous une extrême tension les politiques publiques (...) classiques"

17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/12/17 | Conseil régional: budget 2018 voté sur fond de grogne sociale

    Lire

    Malgré les votes "contre" des élus du Modem, UDI, LR et FN, le Conseil régional, réuni en plénière ce 18 décembre a voté son budget primitif pour 2018. "Rigoureux mais pas de rigueur", selon les termes d'Alain Rousset, il garde un niveau équivalent au BP 2017, soit 3,1 Mds€. Une plénière qui a été marquée par les manifestations de nombreux agents de la collectivité dans et hors l'Hôtel de Région, au regard d'une série de mesures votées par les élus ce même jour, sur l'harmonisation des régimes indemnitaires, des temps de travail et de la protection sociale.

  • 18/12/17 | ProFilBio, la revue sur l’agriculture biologique

    Lire

    Destinée à informer et faciliter l’appropriation des techniques et pratiques de l’agriculture biologique ou alternatives, la nouvelle revue trimestrielle ProFilBio est constituée d’articles de fond sur des techniques de production et de transformation utilisées en bio comme en conventionnel. Celle-ci disponible gratuitement sur abonnement, et exclusivement sous format numérique. A retrouver sur www.nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr

  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Katerine et Stupeflip enflamment le dernier jour d'un Garorock à la fréquentation inquiétante

11/04/2011 |

The original Wailers ont remporté la bataille des légendes contre Raekwon au Garorock.

Le soleil ayant décidé de s'éclipser pour la fin du week-end, ce troisième et dernier jour du Garorock s'annonçait plus difficile pour les festivaliers fourbus. C'était pourtant la meilleure programmation des trois jours de festival, avec notamment deux légendes du rap (Raekwon) et du Reggae (The Original Wailers) et les meilleurs français du moment (Katerine, Stupeflip, Sexy Sushi...). Un dernier jour à la fréquentation bien trop fluctuante qui laisse un bilan mitigé pour le festival Marmandais ayant pourtant rendu un sans faute niveau infrastructures et organisation.

Hangar, le groupe du cap Ferret, commence les hostilités devant un public très familial bien fourni pour l'horaire. Tandis que les vieux rockeurs de Triggerfinger échauffent le public avec un blues rock de bon cru. Malgré la défection subite du soleil, la journée promet de la bonne humeur et du monde. Vers 18h, les Ogres de Barbacks, habitués des festivals, font leur spectacle de chanson sans trop de surprises mais devant encore une fois une foule conséquente reprenant les refrains en ch?ur. Juste à côté dans le Garoclub, Gari Greu, membre du collectif de Massilia Sound System, balance aussi quelques chansons populaires à l'accent chantant. Un début de soirée pas très rock, mais ça fait pas de mal pour un dimanche.

Légende du rap contre légende du reggae
Changement d'ambiance dès 20h avec le crou Stupeflip qui remplit le petit chapiteau Woodbrass sans problèmes. Comparant la horde de fans avec « un parc à bestiaux », les réticences du leader King Ju n'empêche pas de penser qu'avec The Streets hier, c'est encore un groupe qui préfère de loin le studio qui s'en sort bien sur scène. Alors que Crazy B (un des quatre DJs de Birdy Nam Nam) va revisiter l'histoire du rap avec application pendant presque trois heures, Katerine s'apprête à commencer. Choristes en mini-short, accoutrement ridicule, mélodie cheaps et paroles simplistes, le chanteur s'en donne à c?ur joie dans la destruction bête et joyeuse de la chanson française. Le public reprend à tue-tête les refrains de ces deux derniers albums et Katerine finit à moitié nue malgré la température.

Un peu plus tard, c'est le match des légendes. Dans le coin Digitick, The Original Wailers, le groupe originel de Bob Marley, enflamme les amateurs de Reggae. Dans le coin Première Pression, Raekwon, membre du Wu Tang Clan, le plus grand groupe de rap de tous les temps, fait un concert qui ressemblerait presque à une masterclass tant le MC et ses comparses ne sont pas avares en explication. Un terme de fréquentation, les gagnants par KO sont les Wailers qui remplissent sans problème une bonne moitié du Hall alors que le rappeur se produit devant une petite foule éparpillée. Show à l'américaine oblige, cela ne l'empêche pas de faire plaisir à ses fans. Mais on est loin de l'année dernière où de la Soul et Mos Def avaient rempli entièrement la même scène. Après un rapide tour pour vérifier, les spectateurs sont déjà presque tous partis alors qu'il reste encore quatre hKaterine, star de la soirée du dimanche au Garorockeures de spectacle. C'est surtout Sexy Sushi qui s'en sort pour le mieux en cette heure tardive, en rassemblant autant de spectateurs que Raekwon mais sur la petite scène, qui se retrouve donc bien remplie. Rythme électro et chant punk, les amateurs sont aux anges devant la chanteuse, elle aussi à moitié nue.

Plus personne sur le site à partir de minuit
Le reste de la soirée est à l'avenant. Breakbot jongle habilement entre électro et disco tandis que Flobots le fait beaucoup moins bien avec le rock et le hip hop. Congorock continue à faire danser le club sans réel talent mais avec une efficacité suffisante et Magnetic Man fait de même avec du ragga sans grande imagination. Les chapiteaux sont désertés, la programmation ralentit et dire que les Shaolin temple Defenders nous disait plus tôt appréhender leur passage très tardif : « On espère qu'il y aura encore du monde ». Dommage.

Une édition faible donc, à la programmation bien moins importante que ces dernières années mais qui n'aura pas trop d'influence sur le résultat des ventes de place. Le public venant en général voir seulement un ou deux groupes, le site était plutôt bien rempli à chaque début de soirée. La consommation par contre, risque de prendre un grand coup. Aucune grande surprise du côté des prestations avec néanmoins quelques beaux moments et un vendredi pas très inspiré. On notera par contre un site qui a force d'être amélioré finit par atteindre une utilisation optimale de cette zone commerciale pas très pratique au départ.

Thomas Guillot

Crédit Photo : Simon Cassol

Partager sur Facebook
Vu par vous
1354
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
4 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
JM | 12/04/2011

Concernant la fréquentation, il est bon de rappeler que Garorock est le seul festival à faire payer, en plus de l'entrée, le camping, les douches et les navettes... Ce festival où je vais depuis plus de 10ans et qui est en plus pour moi sentimental puisque j'y ai rencontré ma femme s'est déroulé sans moi cette année pour cause de coût prohibitif pour ne pas dire indécent. En espérant que les organisateurs reviennent aux fondamentaux...

Thomas Guillot | 13/04/2011

Pas pour me faire l'avocat du diable, mais si c'est "le festival le plus cher" que tu connaisses ou si "c'est le seul festival à faire payer les [à-côtés]", vous n'êtes pas vraiment au courant des normes européennes vous deux. Glastonbury, le Hellfest, les Vieilles Charrues, Dour, Benicassim, le Sziget en Hongrie... Tous doivent arriver à un budget/spectateur de 300? pour trois ou quatre jours, sans compter le transport. D'accord, on parle pas du même niveau de programmation ou d'organisation mais l'ambition du Garo a toujours été de devenir le plus grand festival du sud-Ouest (voire de tout le sud) de la France. Donc les prix suivent les tendances de ces grands festivals et pas ceux du festival de la mouette rieuse de Floupette-Sur-Goupie. Donc si au bout d'un moment, si on trouve ça trop cher c'est que ce n'est plus ce genre de festival qui nous intéresse. On parle de business là, pas d'art.

Garofric ? | 13/04/2011

Pass du festival pour 3 jours : 82?
Navettes : 1? par jour, soit 3?
Douches 1? par jour soit 3?

On est déjà à 88?

Si en plus on veut manger dans l'enceinte du festival : sandwichs à 7? ! donc 3x7? : 21? Et encore on n'a mangé que le soir.
2 bières par soir (parce qu'on est raisonnable quand même) à 2.50 ? : 15 ?

Donc on en est à 124? et comme on vient en couple... Qui peut aujourd'hui se permettre de payer un tel prix pour 3 jours ?

Bref, c'est le festival le plus cher que je connaisse, et moi aussi c'est la première année depuis 10ans que je ne viens pas !
Reste à espérer que les orgnaisateurs en tirent les bonnes leçons...

le dingue | 16/04/2011

Ouais ben moi j'y étais le samedi soir et je n'ai vu qu'une boite de nuit au lieu d'un festival. Ca balance de l'electro et du hip hop( ou je sait pas quoi) dans tous les sens mais le rock il est où? Rappeleons quand même que le festival s'appelle Garorock!!!

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !