Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/10/20 : Dominique Bussereau président du département de Charente-Maritime et de l'ADF vient d'annoncer que le Congrès des Départements de France qui devait avoir lieu lieu les 5 et 6 novembre à La Rochelle est ajourné compte tenu de la situation sanitaire

24/10/20 : En raison du couvre-feu, la maire de Biarritz, Maïder Arosteguy a décidé d'instituer un stationnement de la ville gratuit en surface dès 18 heures, afin d'inciter les clients des restaurants de venir plus tôt dans ces établissements de la ville.

22/10/20 : Ce 22 octobre Jean Castex a annoncé 38 nouveaux départements et une collectivité d’Outre-mer la Polynésie soumis au couvre-feu de 21h à 6h dès demain soir. En Nouvelle-Aquitaine, Haute-Vienne et Pyrénées-Atlantiques sont concernés.

22/10/20 : Le Pôle Expérimental Métiers d’Art du Périgord-Limousin organise un marché des métiers d’art en plein air, sur la Place Alfred Agard à Nontron, le samedi 24 octobre de 10h à 18h, en remplacement du Salon de la Rue des métiers d'art, qui est annulé.

22/10/20 : La Rochelle : Michel Carmona, adjoint au maire depuis 2014, est décédé dimanche. Ses obsèques auront lieu vendredi à 15h30 au crématorium de Mireuil.

22/10/20 : Charente-Maritime : en plus d'une obligation de porter le masque dans 52 commune du département, le préfet de Charente-Maritime a pris un arrêté interdisant les buvettes et certaines restaurations dans les établissements sportifs.

21/10/20 : Le Conseil scientifique Covid 19 a dans un communiqué rendu public l'avis favorable donné au gouvernement le 19 octobre pour la prorogation du régime transitoire de l'urgence sanitaire jusqu'au 16 février et son prolongement jusqu'au 1° avril 2021.

20/10/20 : Municipales :A Saint Astier, en Dordogne, l'élection municipale, remportée par la maire sortante Elisabeth Marty (DVD) avec 17 voix d’avance, a été annulée ce mardi 20 octobre par le tribunal administratif de Bordeaux.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/10/20 | Pont de l'île de Ré : pas de tarif préférentiel pour les Charentais-Maritimes

    Lire

    Arlésienne du territoire, la question de faire un tarif préférentiel pour les habitants du 17 est revenu sur la table lors de la session d'automne du Département ce lundi, suite aux revendications d'une association locale. Le vice-président Lionel Quillet a mis un terme au débat en rappelant que la question avait été tranchée il y a quelques années par le Conseil constitutionnel: le pont n'étant pas financé par les impôts, et par soucis d'équité, le tarif doit être le même pour tout le monde.

  • 27/10/20 | Un Challenge Positif en Charente

    Lire

    La technopole Eurekatech et Grand Angoulême lance la 1ère édition du Challenge Positif qui a pour but de faire émerger des projets innovants à impact positif pour le territoire. Gratuit et ouvert à tous, ce challenge s’adresse aux entreprises et à tous ceux et celles qui ont une idée de projet mais aussi à tous ceux qui souhaitent contribuer en proposant leurs compétences. Le projet retenu bénéficiera d’une dotation de 5 000 €. Les projets sont à déposer avant le 12 novembre sur le site d'Eurekatech

  • 27/10/20 | Covid-19 : la Charente-Maritime bientôt en vulnérabilité élevée

    Lire

    "Nous avons dépassé la semaine dernière la barre critique des 70 cas pour 100 000", a annoncé le préfet 17 ce 26 octobre. Selon l'ARS, le taux de positivité progresse : 5,1 la semaine du 12 au 18 octobre contre 2,8 quinze jours plus tôt. Une quarantaine de personnes seraient actuellement hospitalisée pour cause de Covid-19. Il ne resterait que 5 lits de réanimation disponible. S'il reste le moins touché de Nouvelle-Aquitaine, le département devrait passer sous peu en "vulnérabilité élevée".

  • 27/10/20 | Limoges et sa métropole veulent accueillir un nouvel établissement pénitentiaire

    Lire

    Guillaume Guérin, président de Limoges Métropole et Emile Roger Lombertie ont adressé un courrier commun au Ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, pour lui proposer d’accueillir un nouvel établissement pénitentiaire sur le territoire. Actuellement, la Maison d’Arrêt de Limoges dispose de 58 places... pour un taux d’occupation de 150 %. Ils proposent donc au ministre la mise à disposition de foncier susceptible d’accueillir une telle opération.

  • 27/10/20 | La Région investit dans la détection du Covid19 dans les eaux usées

    Lire

    En juillet, la Région Nouvelle-Aquitaine a attribué une enveloppe de 200 000 euros pour accompagner les laboratoires départementaux dans l’investissement de matériel pour la réalisation d’analyses dans les eaux des stations d’épuration en zone touristique. Pour permettre la poursuite de ces travaux, une aide de 27 412 euros vient d’être allouée en faveur du syndicat mixte Qualyse de Champdeniers dans les Deux-Sèvres afin de leur permettre l’achat d’une ultracentrifugeuse et d’un agitateur.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | La région s’engage pour faire vivre l’occitan

11/12/2017 | Lors de la plénière de l’Amassada, les élus ont signé la première déclinaison de la convention-cadre pour l’enseignement de l’occitan dans l’Académie de Bordeaux

Signature de la convention particulière pour le développement de l'enseignement de l'occitan dans l'Académie de Bordeaux

Le 26 janvier dernier, Najat Vallaud-Belkacem, alors ministre de l’enseignement, signait à Toulouse une convention-cadre définissant les modalités horaires de l’enseignement de l’occitan. Cette impulsion ministérielle avait pour objectif d’être déclinée dans les cinq académies des deux régions (Nouvelle-Aquitaine et Occitanie). Ce lundi, l’Académie de Bordeaux a signé la première déclinaison lors de la plénière de l’Amassada. Une manière de « sanctuariser » la langue régionale pour Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine.

Il n’est pas rare d’entendre des sonorités occitanes lors des conciliabule de l'Amassada, le Conseil de développement pour la langue occitane qui réunit les acteurs institutionnels et associatifs oeuvrant en faveur de la langue et de la culture occitane. Pourtant ce lundi, le discours en langue d’oc de Marcel Calmette, conseiller départemental du Lot-et-Garonne délégué aux langues régionales, résonne d’autant plus dans la salle Jacques Chaban-Delmas. On décèle dans son parler la joie et l’enthousiasme de cette journée qu’Alain Rousset a décrit comme « un moment important pour nous » quelques minutes auparavant. Ce 11 décembre, l’Académie de Bordeaux a signé la première déclinaison de la convention-cadre du 26 janvier dernier, permettant de poursuivre et structurer l’enseignement de l’occitan.

L’occitan porté par l’école de la République

Il y a d’abord eu la présentation de la stratégie de concertation pour la redéfinition du programme interrégional d’action linguistique pour l’occitan pilotée par Charline Claveau-Abbadie, présidente de l’Office public de la langue occitane (OPLO). A la suite, les représentants des départements de la Gironde, les Pyrénées-Atlantiques, le Dordogne, et le Lot-et-Garonne se sont exprimés sur l’importance de s’impliquer dans la transmission de cette langue régionale. Pour Alain Rousset, « l’occitan ne peut pas rester un folklore nostalgique ». Si des élus regrettent que les familles transmettent de moins en moins ce patrimoine, l’école de la République, elle, compte bien "prendre le relais". En effet, cette Amassada est l’occasion d’annoncer la création d’un Etablissement public de coopération culturelle interrégionale réunissant l’Institut d’Occitan et le Cirdoc (centre interrégional de développement de l’occitan), consacré au patrimoine et à la création culturelle en langue occitane. Un projet qui permettra d’embrasser et transmettre totalement la culture occitane. Michelle Lacoste, conseillère départementale de la Gironde et présidente de la commission Culture l’affirme « nous souhaitons faire vivre l’occitan au XXIème siècle ». Pour les élus, la motivation est la même : aller au-delàs d’une politique de préservation. Une politique soutenue par le budget du Conseil régional dédié à la langue et à la culture occitanes. Pour rappel, celui-ci a été sanctuarisé en 2017, et s’élève à 1,2 millions d’euros.

« Une langue du désir »

Pourtant ce cercle vertueux engagé par la région et le recteur de l’Académie de Bordeaux, Olivier Dugrip, pourrait se voir menacer par de récentes décisions étatiques. Début décembre, des arrêtes publiés sur le Journal Officiel présentaient le nombre de postes ouverts aux concours enseignants du second degré (collèges et lycées) pour 2018. Un nombre de places en baisse de 33,33% - passant de 6 à 4 postes pour 2018- pour le Capes langue régionale, option occitan-langue d’oc. Concernant l’agrégation, une seule place à été ouverte. Des choix que Charline Claveau-Abbadie regrette: « cela risque de porter un coup fatal » tant ils vont à l’encontre de la politique régionale en jeu. Mais la présidente de l’Office public de la langue occitane et le recteur de l’Académie de Bordeaux espèrent bien faire de cette langue « une langue du désir ». Première académie à signer cette convention, Bordeaux avait déjà pu exprimer son engagement en 2011 lors de la signature d’une précédente convention sur l’occitan. « Les excellentes relations » définies pat Charline Claveau-Abbadie entre Olivier Dugrip et l’OPLO expliquent cette rapidité d’exécution.

Pour la suite du calendrier, il faudra attendre le 21 décembre prochain et le vote définitif concernant la création de l'Etablissement public de coopération culturelle interrégional annoncé lors de cette Amassada.  

Alizé Boissin
Par Alizé Boissin

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
29053
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !