24/11/17 : En Charente-Maritime, le nombre de demandeurs d’emploi (toutes catégories) s'établit à 58 530 fin octobre 2017, dont 33 410 sans aucune activité. Ce nombre augmente de 0,6 % sur 3 mois (+360 personnes), de 0,3 % sur 1 mois et de 4,5 % sur un an.

24/11/17 : La Région vient de verser 68.000 € au lycée des Métiers de la Plasturgie Val de Garonne de Marmande, pour la participation à l'acquisition d'un centre d'usinage vertical pour le BTS « étude et réalisation d'outillage »

23/11/17 : Le préfet de Nouvelle Aquitaine, Pierre Dartout, a été nommé ce mercredi en conseil des ministres préfet de la région PACA. Il est remplacé à Bordeaux par Didier Lallement, conseiller à la Cour des comptes et ancien préfet de Basse-Normandie et du Calvado

21/11/17 : La Rochelle a reçu le prix de la meilleure Approche stratégique de l'open data lors des Trophées Open Data pour les territoires 2017, qui s'est déroulé la semaine dernière à Paris. Une récompense pour sa stratégie numérique impliquant les citoyens.

17/11/17 : Les traités transatlantiques. Tel est le sujet du débat qu'organise le Centre d’Information Europe Direct Moyenne Garonne / Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne le vendredi 8 décembre à 18h au Comoedia, 32 Rue Léopold Faye à Marmande.

17/11/17 : Le groupe cinématographique rochelais CGR ( Georges Raymond) vient de racheter Cap Cinéma qui exploite 22 salles en France dont celles de Périgueux et d'Agen. Le réseau CGR devient le premier exploitant français. Et le deuxième en terme d’entrées.

16/11/17 : A l'occasion du centenaire de l'arrivée de l'armée américaine à La Rochelle, l'esplanade Eric-Tabarly accueille deux wagons d'époque, classés aux Monuments historiques, comme patrimoine de la 1re Guerre Mondiale. A voir jusqu'au 19 novembre.

15/11/17 : Vinitech Siffel, le Salon mondial vitivinicole, arboricole et maraîcher organisé par Congrès Expositionx de Bordeaux, annonce sa prochaine édition à Bordeaux du 20 au 22 novembre 2018.

15/11/17 : Lascaux IV, le centre international d'art pariétal de Montignac, a été désigné l'un des trois meilleurs projets de tourisme européens 2017 par la British Guild of travel writers avec le musée des Vikings au Danemark et la maison Mondrian aux Pays-Bas.

10/11/17 : La Maison de la Charente-Maritime accueille jusqu'au 29 décembre l'exposition "Objectif enfance", notamment sur les actions en faveur des enfants dans le monde, qui fut exposée sur le parvis de l'hôtel de ville à Paris. Entrée libre

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/11/17 | Rocade bordelaise: la suggestion d'Alain Juppé

    Lire

    "La congestion du trafic dans l’agglomération est préoccupante et cela complique la vie quotidienne des habitants»: propos d'Alain Juppé à Sud Ouest. Le président de la Métropole parmi les mesures envisagées pour atténuer la congestion du trafic suggère l’adossement d’une partie de la rocade au réseau des concessionnaires autoroutiers (ASF et Atlandes), sans mise en place de nouveaux péages. «On peut le faire en échange d’une augmentation de la durée de la concession. Cela permettrait de gagner des années pour les travaux ».

  • 24/11/17 | Rencontre avec l’architecte Jean Depoid à Villeneuve/Lot

    Lire

    Pour prolonger les Journées nationales de l’Architecture qui se sont déroulées en octobre dernier, le service Pays d’art et d’histoire de l’Agglomération du Grand Villeneuvois et le CAUE 47 invitent le public à rencontrer l’architecte Jean Depoid, le samedi 2 décembre à 15 h, au Centre culturel J-R. Leygues. Au menu de ce r-v, la visite du Centre culturel par Jean Depoid et une table ronde sur l’architecture des années 60 à 90 dans le Villeneuvois, avec Jean Depoid et ses invités.

  • 24/11/17 | La Rochelle-Emploi : Quand les volontaires du service civique se font intermédiaires...

    Lire

    Aller à la rencontre des entreprises pour identifier leurs besoins et leur faire connaître les différents dispositifs d'aide au recrutement des jeunes, telle sera la mission des prochains volontaires du service civique de l'agglomération de La Rochelle à partir de janvier 2018. Tous les jeunes de 18 à 25 ans peuvent postuler à ambassadeursdelemploi17@gmail.com. Des entretiens seront organisés en décembre. Une réunion d'information se tient le 5 décembre à la Maison de l'Etudiant à La Rochelle.

  • 24/11/17 | La Région débourse 550 000€ pour la réfection de l’écluse de Saint-Vite (47)

    Lire

    Dans le cadre du projet structurant de mise en valeur touristique de l'ensemble du bassin du Lot, les travaux envisagés sur l’écluse de Saint-Vite seront soutenus par la Région -en partenariat avec l’État et l’Union européenne- à hauteur de 550 000 €. Les travaux consisteront au démantèlement des installations existantes, à la remise en état des bajoyers de l'écluse, à la mise en conformité de l'écluse et de ses abords avec la navigation.

  • 23/11/17 | Un nouveau préfet pour la Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    La décision a été prise en Conseil des Ministres ce 22 novembre : Pierre Dartout, Préfet de Nouvelle-Aquitaine et de Gironde et de la zone de sécurité et de défense Sud Ouest depuis avril 2015 quitte la région pour prendre la tête de la Préfecture de Provence-Alpes-Côte d'Azur et des Bouches-du-Rhône où il aura en charge la zone de défense et de sécurité Sud. C'est Didier Lallement, Conseiller maître à la Cour des comptes, ancien préfet de la région Basse-Normandie, passé par les Ministères des Transports, de l'Ecologie, et de l'Intérieur, qui lui succédera à Bordeaux.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Culture | L'actualité du roman noir - L’automne du commissaire Ricciardi de Maurizio de Giovanni

08/12/2015 | Maurizio de Giovanni : l’automne du commissaire Ricciardi, traduit de l’italien par Odile Rousseau- Rivages-noir, inédit- 414 pages- août 2015- 8,8€

L’automne du commissaire Ricciardi de Maurizio de Giovanni

L’affaire se passe à Naples, en 1931. Un enfant est découvert mort, au petit matin, le corps offert sans défense à l’abondante pluie d’une triste journée d’automne. Le commissaire Luigi Alfredo Ricciardi arrive sur place pour se livrer, comme on dit, aux constatations d’usage. Il est secoué par la vision du cadavre de ce garçon efflanqué, manifestement abandonné de tous, en haillons, petit enfant des rues, ce scugnizzo comme on l’appelle en langue napolitaine. L’état d’épuisement du jeune mort, l’absence de toute trace de violence militent en faveur d’un classement rapide du décès. Ricciardi demande pourtant à son ami Bruno Modole, médecin légiste, de procéder à une autopsie, car dit-il « il ne me semble pas juste de l’envoyer sous terre sans savoir de quoi il est mort ».

Certes, le commissaire est remué par le décès ; mais il y a une autre raison à cette demande : c’est « sa douloureuse faculté à percevoir les dernières pensées des personnes emportées par une mort violente », perception para — normale qui est bien utile à notre commissaire pour ces enquêtes. Or, il ne perçoit dans cette situation rien de tel, comme si le mort n’était pas décédé sur place. Et son intuition se trouve confortée quand on apprend que le petit Matteo (c’était son nom) est mort de l’absorption d’une boulette empoisonnée.

Débute alors une enquête qui nous plonge (le mot est de circonstance vu les trombes d’eau incessantes qui n’arrêtent pas de tomber sur la ville) dans une intrigue aux multiples ramifications fort bien agencées.

Il y a d’abord les obstacles que les corps constitués mettent à la volonté de Ricciardi : nous sommes en pleine dictature fasciste et une prochaine visite du Duce, Mussolini en personne, est annoncée : pas question pour la hiérarchie policière d’éventer une mort sordide, ça ferait vraiment tache. Bien plus les sbires de la police secrète s’activent, rendant encore plus oppressante l’atmosphère de la ville. On apprend par ailleurs que Mattéo était recueilli par un prêtre d’une paroisse, qui logeait dans des conditions infamantes le garçon et d’autres enfants abandonnés comme lui. Ils sont livrés dans la journée à la rude, voire abominable vie de la rue, surexploités et malheureux ; les plus forts de ces garçons ont fait du plus faible, Mattéo, leur souffre-douleur. On a là un terrible tableau de l’extrême pauvreté, aux accents proches de ceux d’un Dickens quand il décrivait la misère et l‘injustice révoltante que subissaient les gamins des rues dans la Grande – Bretagne du XIXe siècle. Le curé à son tour agite sa hiérarchie pour empêcher toute curiosité du policier.

Mais le commissaire s’acharne : curieux homme d’ailleurs que ce flic brillant, célibataire bientôt trentenaire, dont les splendides yeux verts, transparents comme des verres, font chavirer le cœur des femmes : on en trouve deux dans le roman, aussi opposées que peuvent l’être une belle et voluptueuse cantatrice au sommet de son art et une jeune institutrice, timide voisine au sortir de l’adolescence. L’une et l’autre le courtisent, lui se réfugie dans une enquête qu’il doit mener de manière quasi – clandestine.

Ce « chevalier des âmes perdues » comme se plaît à l’appeler ironiquement son cher ami le médecin traverse le roman dans une solitude qui lui est constitutive, celle d’un « homme destiné à cheminer dans la douleur, à en être assourdi, contaminé asphyxié ». Ce don paranormal de voir les morts ajoute comme une touche fantastique, mais tout à fait acceptable et au fond logique dans le parcours même de Ricciardi. D’autres éléments encore arrivent à donner comme une touche légèrement saint — sulpicienne à ce roman policier, et qui en fait la qualité particulière et l’originalité. Ajoutons, comme en surimpression, la présence d’une ville, « magnifique, mais chaotique cité » et tout se conjuguera pour un assez passionnant moment de lecture.

Maurizio de Giovanni : l’automne du commissaire Ricciardi, traduit de l’italien par Odile Rousseau — Rivages-noir, inédit — 414 pages — août 2015 — 8,8 €

Bernard Daguerre
Par Bernard Daguerre

Crédit Photo : Editions Rivages

Partager sur Facebook
Vu par vous
7269
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !