Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/09/21 | Salon de l'agriculture de Nouvelle-Aquitaine 2022 : 1ères infos !

    Lire

    Lors de la rentrée de la Chambre régionale d'agriculture, Bruno Millet, Commissaire général du Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine a révélé que si Bordeaux sera le centre physique de la manifestation, des événements auront aussi lieu sur l'ensemble des territoires, en partenariat avec les établissements d'enseignement agricole. Autre "nouveauté" issue de l'expérience de la crise sanitaire, les débats pourront être suivis à distance sur Agriweb tv. Enfin, les animaux seront désormais présents sur toute la durée du Salon, soit du 21 au 29 mai 2022, de même que le Marché de producteurs !

  • 24/09/21 | Le CHU de Bordeaux 2ème meilleur hôpital de France

    Lire

    Selon un palmarès du Point paru le 23 septembre, le CHU de Bordeaux se classe comme 2ème meilleur hôpital public de France. 31 des spécialités du CHU se classe dans les 5 premières places dont 12 relatives à la prise en charge des cancers. Le palmarès s'est appuyé sur une enquête menée auprès d'un millier d'établissements publics ou privés à but non lucratif et d'établissements privés à but commercial. Signe d'excellence, cette position dans le top 3 des hôpitaux français est tenue depuis 19 ans !

  • 24/09/21 | Agen et les « Rendez-vous du Pin »

    Lire

    Samedi 25 septembre à partir de 15h le square du Pin à Agen accueille « Les Rendez-vous du Pin ». Organisé par l'association Au Fil des Séounes, cette manifestation propose des animations pour les petits et les grands comme un atelier photo décalé, des parcours sport ou une sensibilisation à la réduction du gaspillage alimentaire tout l'après-midi et un banquet "populaire, bio et végétarien" le soir, avec un concert du duo Akdeniz.

  • 24/09/21 | Landes : La médiathèque du Marsan fait sa braderie

    Lire

    Ce samedi 25 septembre, à Mont-de-Marsan, la médiathèque du Marsan organise une journée braderie, de 10h à 17h. Romans, bandes dessinées, livres documentaires, albums jeunesse ou encore revues, tout sera proposé entre 1 et 3 €. Issus du tri effectué régulièrement dans les collections, les amateurs de lecture vont ainsi pouvoir bénéficier d'une offre actualisée. Le paiement s'effectuera uniquement en espèces ou par chèque.

  • 24/09/21 | Talence : Une journée pour le sport adapté

    Lire

    Le 25 septembre à partir de 10h, le Comité Départemental du Sport Adapté de la Gironde, en partenariat avec la Ligue Nouvelle-Aquitaine de Tennis, organise une journée compétitive para tennis adapté adultes à Talence. Une quarantaine de sportifs en situation de handicap sont attendus pour une journée de partage, de solidarité, de plaisir et de convivialité. L'objectif également de cette journée est d'orienter les sportifs vers les clubs de proximité mais aussi de travailler sur le respects des règles, des autres et de l'acceptation des résultats.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | L'Actualité du Roman Noir : Little Caesar

31/12/2020 | William Riley Burnett : Little Caesar -Série noire – Gallimard - Traduction initiale de Marcel Duhamel, 1948, revue par Marie- Caroline Aubert- 279 pages- 17,5 €

1

Il est l’une des figures majeures de l’univers du noir américain du milieu du XXème, tant dans la littérature qu’au cinéma. Ses dons d’écrivain en firent un scénariste fort coté à Hollywood autant pour le film noir que pour le western ; ses œuvres jalonnent l’histoire du film noir américain de Scarface (1932) à Quand la ville dort (1950). Mais revenons à ce Little Caesar que la Série noire a eu la bonne idée de rééditer.

C’était au temps où Chicago était la reine des cités américaines du crime (on se rappelle de l’emblématique figure du gangster Al Capone), au début des années 20 du siècle dernier, « une ville frénétiquement vivante » dit l’auteur. Le roman raconte l'ascension et la chute de César Bandello, surnommé Rico, truand d’origine italienne. C’est tendu comme la trajectoire du bad boy, mauvais héros toujours sur le qui-vive, une force qui va. Rico ne boit pas, ne s’intéresse pas aux femmes : « C’était un homme simple ; il n’aimait que trois choses au monde : lui-même, ses cheveux et son arme. Il prenait le plus grand soin des trois. » À la différence d’autres mafieux, ce qui le construit et fait sa force, c’est « sa détermination, son énergie et la discipline qu’il s’impose à lui-même. ». Son premier coup d’éclat est la mise à sac d’une boîte de nuit huppée, début de ses hautes performances criminelles et, en même temps, le plus fatal de ses crimes puisqu’il tue un policier au cours de l’opération. Dès lors il cavale sur la ligne de crête de sa puissance criminelle et l’abîme prévisible de sa liquidation. Le narrateur ne le décrit pas comme conscient de sa tragédie à venir, pas plus que comme un personnage fascinant par son engagement dans le crime, mais comme un César au petit pied, en référence au destin tragique du grand Jules César, personnage historique et héros de la pièce de Shakespeare. Bien plus voilà comment Burnett explique sa démarche de romancier : « Le roman devait offrir une image du monde, vu par les yeux d’un gangster…il devait être écrit dans un style qui s’accorde au sujet, c’est-à-dire dans le jargon illettré d’un gangster de Chicago…Je jetais également la psychologie aux orties et fis mon possible pour nous supprimer, moi-même et mes opinions. ». On peut dire qu’il y a réussi, et d’une superbe manière.

En complément, la Série noire nous propose l’ultime livre de Burnett, écrit en 1981 et se déroulant toujours dans le Chicago de la même période : Good bye, Chicago1928 la fin d’une époque. Il s’agit d’une enquête criminelle menée par deux flics sur l’assassinat de l’ex-femme de l’un d’entre eux, devenue la compagne d’un truand. C’est comme si, dans ce roman, l’auteur avait inversé, la retournant comme la peau d’un gant, la logique à l’œuvre dans Little Caesar. C’est toujours un plan large de sa ville, vue cette fois-ci à travers une traque criminelle. Mais c’est surtout sa technique narrative qui fait merveille : comme le dit Benoît Addie dans sa préface : «  Il n’y a pas de héros, mais une narration panoramique qui repère un visage dans la foule, l’élève un temps au rang de protagoniste avant de l’abandonner, pour de bon ou pour y revenir plus tard. » De fait, Burnett procède par vignette, focus sur tel ou tel personnage, tel ou tel milieu- les flics, les truands, des gens simples ou des personnages huppés observés avec attention ; comme si au terme de sa carrière, l’écrivain appliquait encore d’avantage une technique du récit qui emprunte au cinéma, y compris dans ses aspects quasiment documentaires. Le bilan est, à nouveau, brillant.

Bernard Daguerre
Par Bernard Daguerre

Crédit Photo : 4111111111111111

Partager sur Facebook
Vu par vous
6503
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !