Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/10/19 : Nouveau passage du Tour de France en Béarn l'été prochain! A noter dans les agendas, l'étape Pau-Laruns le dimanche 5 juillet 2020, avec au menu les cols de la Hourcère (1440m), du Soudet (1540 m), d'Ichère (674 m) et de Marie-Blanque (1035 m).

15/10/19 : Tour de France : c'est officiel, la Charente-Maritime accueillera une journée de repos à l'Île d'Oléron, l'Île de Ré et Châtelaillon-Plage seront villes étapes du Tour de France 2020.

15/10/19 : Le 17 octobre à 8h45, la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers organise un forum emploi inversé : les demandeurs d'emploi ont un stand et les entreprises qui sont les visiteurs venant rencontrer les "offreurs de compétences".

15/10/19 : La ville de La Rochelle a à son tour pris un arrêté contre l'épandages de pesticides. Le maire promet d'accompagner vers la sortie des intrants celle des deux exploitations sur la commune n'étant pas biologique.

14/10/19 : La préfète de Région et le préfet maritime de l'Atlantique ont signé aujourd'hui le premier volet du document stratégique de façade maritime Sud-Atlantique, dont ils ont coordonné les travaux. Une 1re dans la gestion des 720 km de littoral.

08/10/19 : Niort: Le réaménagement du boulevard Main, entre le Moulin du Roc et le quai Métayer, a débuté en janvier. A partir du 21/10, la voie qui longe le port Boinot sera définitivement fermée aux véhicules et la circulation basculée sur la nouvelle voie.

07/10/19 : Le prochain congrès des départements de France se tiendra à Bourges du 16 au 18 octobre, avant de faire sa 90e édition en novembre prochain à La Rochelle. Cette année voit célébrer le 230e anniversaire de la création des Départements.

04/10/19 : A partir de lundi 7 octobre, le Département de la Gironde réalise des travaux de mise en sécurité sur la voie verte située sur la RD 809, entre le carrefour giratoire d'Aquitaine et celui du Sauternais. Fin des travaux prévue le 28 octobre.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/10/19 | Corrèze: Les limitations des usages de l'eau perdurent

    Lire

    Depuis le 21/09, la Corrèze a connu des pluies régulières mais avec un déficit de pluviométrie de 30% depuis le début de l’année, "l'indice d'humidité des sols reste à un niveau très bas" indique la préfecture qui précise que les mesures de limitation des usages sont maintenues: vigilance sur le territoire de la Dordogne aval, niveau d’alerte renforcée sur le territoire des bassins de la Vézère aval, la Corrèze aval et l’Auvézère, niveau de crise sur le territoire des bassins de la Dordogne amont, la Xaintrie, la Vienne, la Vézère amont et la Corrèze amont, et enfin interdiction d'irriguer sauf cultures dérogatoires

  • 16/10/19 | Les 9 Pactes territoriaux en Gironde: du concret!

    Lire

    Aménagement de la halte nautique de Blaye (200 000 € d'aides), extension du local communal de l’épicerie sociale et solidaire à les Peintures (4 500 €), travaux et équipement numérique des écoles à Guîtres (66 000 €), réaménagement du centre social de Toulenne (50 000 €), aménagements de sécurité et travaux sur la commune de Villegouge (83 982 €), projet d’écosystème collaboratif visant à accompagner les acteurs locaux vers un tourisme durable en Médoc (18 723 €)... Autant de projets soutenus le 14/10 par les élus départementaux lors de la commission permanente et issus des Pactes territoriaux créés avec les acteurs locaux.

  • 16/10/19 | Le documentaire "L'Engrangeur" en avant-première à Tulle

    Lire

    La Chambre d’Agriculture de la Corrèze et Tulle Agglo organisent le 17 octobre à 20h30 au Cinéma Véo de Tulle une projection en avant-première de "l'Engrangeur". Suite à la projection de ce documentaire, initié par l’association La Gaillarde, sur Régis Coudert, un éleveur emblématique de Corrèze, un échange avec le public est proposé sur divers thèmes dont les évolutions dans les pratiques d’élevage, le renouvellement des générations ou encore la consommation & l'alimentation. Entrée libre.

  • 16/10/19 | 9 000 visiteurs pour l'inauguration de Traversées/Kimsooja à Poitiers

    Lire

    Plus de 9 000 visiteurs ont fréquenté l'exposition Traversées/Kimsooja lors du week-end inaugural ce samedi 12 et dimanche 13 octobre. Des oeuvres d'art sont éparpillées dans les lieux importants de la ville de Poitiers comme le palais des ducs d'Aquitaine, lieu phare de cet événement. Visites, performances, ateliers, conférences sont au programme de Traversées/Kimsooja jusqu'au 10 janvier. Prochain temps fort, ce samedi 19 octobre avec la compagnie L'Homme debout, départ place Lepetit à 19h30.

  • 15/10/19 | Le tour de France 2020 passera par la Vienne !

    Lire

    20 ans que la Grande boucle n'était pas passée par la Vienne. La 107e édition du Tour de France passera deux jours dans le département. Une première étape le mercredi 8 juillet ralliera Châtelaillon-Plage (Charente-Maritime) à Poitiers, avec une arrivée avenue Kennedy, 1,5 km de ligne droite. Il s'agit de la plus longue ligne d'arrivée du parcours. Le lendemain, le 9 juillet, les coureurs partiront de Chauvigny pour rallier Sarran en Corrèze.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | L’Escampette s’installe dans la cité de l’écrit de Montmorillon

18/09/2019 | La maison d'édition, L'Escampette, s'est installée fin juillet à Montmorillon, cité de l'écrit et des métiers du livre. Une nouvelle page s'écrit.

Sylviane Sambor, coordinatrice de la maison d'édition L'Escampette

Depuis le 26 juillet dernier, L’Escampette, maison d’édition, qui dispose d’un fonds de 150 auteurs et de plus de 300 ouvrages, a emménagé à Montmorillon, cité de l’écrit et des métiers du livre. Rencontre avec Sylviane Sambor, qui se définit comme coordinatrice de L’Escampette, elle ouvre son bureau-boutique au public, de façon aléatoire les vendredis et samedis. Elle y explique son installation et son coup de coeur pour ce territoire rural, mais aussi l’ambition de L’Escampette qui va lancer deux nouvelles collections ; sans oublier les 30 ans de cette maison d’édition née à Bordeaux qui a poursuivi son aventure dans la Vienne depuis le début des années 2000 à Chauvigny, puis désormais à Montmorillon.

Dans le vieux Montmorillon, la cité de l’écrit et des métiers du livre, le haut de la rue Bernard-Harent (un compagnon de la libération originaire de Montmorillon) forme un Y. C’est dans ce Y que l’on aperçoit l’enseigne de L’Escampette. Un lièvre jaune tenant dans la main gauche un bâton de pèlerin, une idée de mouvement qui résume bien cette maison d’édition. Un endroit idyllique, face au musée de la machine à écrire et à deux pas de l’église Notre-Dame de Montmorillon, il surplombe la Gartempe, pour le bureau-boutique,  comme l’appelle, Sylviane Sambor, coordinatrice de la maison d’édition. Depuis le 26 juillet dernier, elle s’est installée ici, quittant Chauvigny. « C’est un pari volontariste qui a du sens. Je découvre et apprends doucement sur ce territoire. J’ai envie de m’y investir et de participer à l’aventure ». Son choix en a surpris plus d’un dans son entourage. Mais son excès d’optimisme et sa passion pour les livres l’ont emporté. Cette passionnée des belles lettres est, en quelque sorte, une « passeuse » de littérature.  « Je suis une militante du livre et de la lecture », résume-t-elle. Elle qui n’avait pas prévu de devenir éditrice, elle a dû prendre la succession de son mari, Claude Rouquet, décédé il y a quatre ans. Vincent Jacq, l’a soutenue dans cette démarche. Elle lui a d’ailleurs proposé d’endosser le costume de responsable de la littérature. « Vincent est l’un des premiers auteurs que Claude a publié en 1993. En 2016, j’ai publié de nouveaux ces textes. Je lui ai proposé de devenir éditeur, il a accepté. Depuis 2017, ensemble nous réorganisons et relançons L’Escampette », explique Sylviane Sambor.

Le bureau-boutique se situe rue Bernard-Harent à Montmorillon dans la Vienne. Sur la devanture le lièvre qui représente le logo de L'Escampette

A l’intérieur du bureau-boutique, des livres à perte de vue. Des livres publiés par la maison d’édition depuis maintenant 28 ans - elle a vu le jour en 1991 - un rayonnage particulier puisqu’ils sont dans des caisses en bois de bouteilles de vin. En général, il s’agit de Bordeaux, sans doute un clin d’oeil au passé bordelais de Sylviane Sambor. « Le vin est l’une de mes passions. Mais c’est aussi une allusion aux orientations qui vont s’affirmer à partir de 2020. » Autre coup de coeur de la coordinatrice de L’Escampette, le Portugal, sur des étagères en bois, elle y expose les publications de nombreux auteurs portugais. « Je suis tombée amoureuse de Porto. J’ai cherché des livres en français quand j’ai visité la ville au début des années 1990. À l’époque, il n’y avait rien ». Avec un ami journaliste, elle s’est lancée dans l’aventure de compilation d’un ouvrage. « Je ne trouve pas, donc je fais », sourit Sylviane Sambor qui fait preuve de beaucoup de détermination. « Je me suis mis à rencontrer des gens, des grands noms de la littérature portugaise pour écrire le livre : Eugénio de Andrade, Agustina Bessa-Luís (NDLR qu’elle qualifie de Marguerite Yourcenar portugaise) pour publier Saveur de Porto en 1991 ». Claude Rouquet, son mari, décide alors de créer la maison d’édition L’Escampette. Voilà comment débute l’aventure et pourquoi autant d’auteurs lusophones ont été publiés. L’Escampette dispose d’un fonds riche de plus de 150 auteurs et de plus de 300 titres de littératures française et étrangères.

"Je crois en l'avenir des espaces ruraux"

L’installation à Montmorillon, cité de l’écrit et des métiers du livre, constitue une suite logique pour Sylviane Sambor. Un endroit rêvé pour elle qui est tombée sans nulle doute sous son charme. Elle découvre le Sud du département de la Vienne, de part son rôle de suppléante du député de la 3e circonscription, Jean-Michel Clément. Elle a ressenti comme une illumination, il y a un an, en rencontrant des associations locales où il y avait des projets de réflexion sur des tiers lieux, l’économie solidaire. Des thématiques, qui lui parlent particulièrement, puisque Sylviane Sambor a suivi une formation au CNAM de Bordeaux pour obtenir un certificat de professionnalisation « innovation sociale - économie sociale et solidaire ». « J’ai eu envie de m’inscrire dans cette dynamique d’action du territoire. Je crois en l’avenir des espaces ruraux », précise-t-elle. Sa décision est prise, elle quitte Chauvigny pour Montmorillon. « Je fais le choix de quitter le périurbain pour la ruralité. Je crois qu’il faut faire ces paris aujourd’hui. Je ne cesse de rencontrer des gens qui font les mêmes. Il faut faire vivre ces territoires. »

Comment ne pas succomber au charme de ces petites ruelles de la cité de l'écrit et des métiers du livre

Bientôt 30 ans

Quand à L’Escampette, elle poursuit son aventure. « Nous fêterons nos 30 ans dans deux ans à Montmorillon ». Son dynamisme permet de développer plein d’idées et de projets autour de cet anniversaire symbolique. « Je pense publier un livre sur les saveurs de Montmorillon » Avec aussi bien d’anciens textes que des inédits notamment de Marc Pellecoeur qui a quelques attaches avec Montmorillon. Puis Saveurs de Montmorillon est une allusion à Saveurs de Porto. « Tout un symbole. Mais il y a aussi la volonté de continuer de la littérature générale, rassure la coordinatrice de L’Escampette. J’aimerais développer les sciences humaines et sociales avec la collection Savoirs et territoires. Chaque volume abordera une question sociétale en l’illustrant par un exemple local ». Hormis la collection Saveurs et territoire, une deuxième devrait bientôt s’ajouter au catalogue : L’Invention du socialisme. C’est elle d’ailleurs qui sera éditrice pour les sciences humaines et sociales. Un domaine qui lui tient particulièrement à coeur. 

L’installation de la maison d’édition L’Escampette à Montmorillon, un coup de coeur pour Sylviane Sambor, « J’ai l’impression que ça va marcher ». En tout cas pour découvrir son enthousiasme et sa passion pour la littérature, n’hésitez pas à passer au bureau-boutique. « Attention ce n’est pas une librairie, j’ouvre le bureau de temps en temps au public ». Souvent les vendredis et les samedis, mais le mieux est d’aller faire un tour sur le site Internet de L’Escampette pour vérifier les horaires d'ouverture. L’Escampette écrit une nouvelle page de son histoire.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4173
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !