09/08/22 : Une soixantaine de commerçants de la ville de Périgueux a prévu de participer à la grande braderie en plein coeur de l'été, pour les trois journées des jeudi 11, vendredi 12 et samedi 13 août.

09/08/22 : Dans les Deux-Sèvres, le bassin de la Charente et le sous-bassin Aume-Couture sont en alerte 1 pour l'eau. L'arrosage des espaces verts, l'alimentation des fontaines, le remplissage des piscines sont interdits ainsi que le lavage des véhicules.

09/08/22 : Le département de la Gironde est placé en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi. Les maximales attendues pourront atteindre 21° la nuit et 36 à 38° en journée.

09/08/22 : Le département du Lot-et-Garonne passe en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi, avec des températures maximales prévues de 36 à 38 °C, puis mercredi et jeudi, jusqu'à 40 °C. Fin de l'épisode attendue pour vendredi.

09/08/22 : Un décret au journal officiel du 4 août acte la création effective de la Chambre d'agriculture interdépartementale de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres au 1er octobre prochain. Un travail de rapprochement mené depuis plus de sept ans.

08/08/22 : En raison de la sécheresse et des prévisions météos pour la semaine, les forêts du Pignada et du Lazaret à Anglet (64) sont fermées à compter du lundi 8 août, 18 H. Une décision prise en prévention du risque maximal de départ de feu.

08/08/22 : Météo France place le département des Landes en vigilance jaune canicule à compter de ce lundi 14h00. La vague de chaleur prévoit des températures minimales comprises entre 18 °C et 20 °C la nuit et 36 °C à 38 °C en journée.

08/08/22 : La première édition de Biarritz Hall Music Festival avec les meilleurs artistes de la scène électro française a lieu le 12 et 13 août. L’équipe est à la recherche de bénévoles pour l'accueil, le bar, les animations, la logistique... pour s’inscrire:+ d'info

05/08/22 : Le festival Paseo ouvre ce 5 août à Bayonne. Entièrement gratuit, il propose un rendez-vous par soir de l’été, avec musique, chant, danse ou performance artistique. Inédit: des déambulations musicales gentiment déjantées les lundis.+ d'info

03/08/22 : La poudrerie Eurenco à Bergerac, classée Seveso, a connu plusieurs explosions ce 3 aout, en début d’après-midi. Un incendie dans un bâtiment de stockage s'est déclaré, mais il ne progresse plus. Huit personnes sont blessées. Le personnel est évacué.

03/08/22 : Entre 1,1 et 1,2 million de personnes ont participé à la 90 édition des fêtes de Bayonne pendant cinq jours et cinq nuits, en augmentation de 15 % par rapport à 2019. Le nombre de violences constatées a baissé.

03/08/22 : Depuis ce mercredi 3 août minuit, le département des Landes est placé en vigilance rouge (Niveau 4 sur une échelle de 5) pour le risque d'incendies en forêt.

03/08/22 : A compter du mercredi 3 août à midi, le Lot-et-Garonne passe simultanément en vigilance orange canicule, et vigilance rouge (vigilance très élevée - niveau 4 sur une échelle de 5) pour le « risque feux de forêt ».

02/08/22 : Un nouvel incendie s'est déclaré ce mardi à Laluque (Landes). 30 ha de pins ont déjà brulé. Deux maisons sont évacuées préventivement. Deux canadairs et un DASH réalisent des largages. 169 pompiers sont engagés. Sept trains sont immobilisés.

02/08/22 : L’incendie débuté dimanche 31 juillet à Mano (Landes) est fixé. Il est toujours actif mais contenu sur 300 ha. 100 sapeurs-pompiers, et 13 gendarmes sont encore sur place. Une partie des habitants évacués est autorisée à regagner son domicile.

01/08/22 : GIRONDE - Au vu des conditions météorologiques, le département a été placé en vigilance rouge par la préfecture (risque très élevé, niveau 4 sur 5) pour le risque d’incendies en forêt, à compter du 1er août 2022 et jusqu’à nouvel ordre.

28/07/22 : Face à la faible participation du public sur le projet de modification de la charte départementale des utilisateurs agricoles de produits phytopharmaceutiques, la préfecture 64 a décidé d'allonger le délais de la consultation jusqu'au 15 août 2022.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 10/08/22 | Le leader du e-commerce équin s'installe en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Blue Horse Group, leader français du e-commerce dédié au monde du cheval, sur les secteurs santé, soin et équipements pour le cheval et le cavalier, installe son siège et ses équipes de marketing digital et de e-commerce à Ambarès-et-Lagrave (33) et crée aussi sur place une plateforme logistique. Un choix dicté par "le carrefour logistique qu’offre la zone" et "le vivier de compétences Tech et Web de la métropole bordelaise", dans une région dense en haras, écuries de concours et centres équestres. 10 emplois ont déjà été créés, 4 à 5 autres nouvelles personnes devraient rejoindre la société.

  • 10/08/22 | Le train du rugby arrive en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    A un an de la Coupe du Monde 2022 de Rugby, un train du rugby parcourt la France depuis le 21 juillet dernier. Du 13 au 15 août, il fait escale à Bordeaux, à la gare Saint-Jean. A son bord, des expériences immersives ou la découverte des équipes qualifiées seront proposées. A cette occasion, un village Rugby va s'installer au Parc des Sports Saint-Michel. Il fera également escale à Dax, Bayonne, Biarritz, Pau, Agen, Poitiers, Limoges et Brive.

  • 10/08/22 | Orelsan chante pour les 40 ans du village Emmaus de Pau

    Lire

    Le Village Emmaüs Lescar-Pau fête ses 40 ans avec la reprise du festival le lundi 15 Août. A 18 h, rendez-vous avec une très belle programmation musicale: Orelsan, Mouss et Hakim, Specy-Men et Chamalove se partageront la scène pour un show exceptionnel vibrant d’entraide et d’espoir. Réservations des places, au bureau du Village Emmaüs Lescar-Pau, dans le réseau Ticketmaster et sur Eventick’.

  • 09/08/22 | Les urgences de Sainte-Foy-la-Grande fermées pour quatre nuits

    Lire

    Le service d’urgences du Centre Hospitalier de Sainte-Foy-la-Grande (Gironde) suspend les accueils de 18 h 30 à 8 h 30, les nuits des 10, 11, 12 et 13 aout. Le service rencontre des tensions de recrutement en personnel médical. Le service des urgences restera accessible en journée. La nuit, les usagers sont invités à contacter le Centre 15 qui les orientera vers la solution de prise en charge la plus adaptée. Le service d’urgences reprendra un fonctionnement normal à partir du dimanche 14 août 8h30 du matin. Le SMUR reste opérationnel durant la période et assurera les transferts.

  • 09/08/22 | Les Monuments aux Morts de la Grande Guerre s'exposent

    Lire

    Jusqu'au 29 septembre, les Archives Départementales de Guéret accueillent une exposition consacrée aux monuments aux morts de la Grande Guerre dans la Creuse. Réalisée par le service Patrimoine du Conseil Départemental, l'exposition présente le travail de recensement et d'analyse des 272 monuments creusois au travers de 25 panneaux.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | L’Europe d’Aqui! : l’Égalité des chances au TNBA

24/02/2019 | Au travers de l’exercice de la vague, les élèves récitent tour à tour un texte de Wajdi Mouawad, extrait de la pièce « Notre innocence ».

1

Quelques mois avant les élections Européennes, la rédaction d'aqui.fr a décidé de se pencher, au travers d'une série de sujets, sur des exemples concrets de projets financés à l'aide des fonds européens sur le territoire de la vaste Nouvelle-Aquitaine. Cette semaine, nous allons au Théâtre National Bordeaux-Aquitaine (TNBA), qui bénéficie d’un financement européen pour son projet Égalité des chances, qui vise à permettre à tous de saisir leur chance pour monter sur les planches.

Le projet Égalité des chances du TNBA couvre deux volets : des stages durant les vacances scolaires de 2018 à 2020, et l’ouverture à la rentrée prochaine d’une classe préparatoire aux concours des écoles nationales de théâtre. Cette future classe se composera de 6 élèves, de 18 à 24 ans et originaires de l’ex-région Aquitaine, recrutés sur critères sociaux et principalement, sur leur motivation.

Aucune expérience préalable n’est requise dans le théâtre. Le but est justement de permettre à des jeunes qui n’ont jamais pu tenter l’expérience d’accéder à un enseignement de qualité, sur la seule base de leur envie. Peu de places disponibles, en raison des limites financières du programme. En effet, pour les 6 lauréats, aucun frais durant l’année : la formation de près de 1000 heures de cours, les concours, mais aussi le transport et l’hébergement pour les épreuves aux quatre coins de la France seront totalement pris en charge par l’école. Le recrutement pour cette classe préparatoire n’est pas encore ouvert, les auditions auront lieu du 1er au 3 juillet 2019.

Un projet cofinancé par l’Union européenne

Le projet Égalité des chances est né d’un constat de l’équipe pédagogique : « le niveau est de plus en plus haut, parce que la plupart des candidats viennent déjà de conservatoires. Il y a aussi l’exclusion d’un public qui n’envisage peut-être même pas un avenir dans le théâtre » explique Franck Manzoni, directeur pédagogique de l’École supérieure de théâtre de Bordeaux en Aquitaine (éstba).

D’un budget de 300 600 euros, le programme est pris en charge à moitié par le Fonds social européen (FSE) et également par la région à hauteur de 25 000 euros par an. Les 150 300 euros reçus du FSE ne n’ont pas été si simples à décrocher : « Notre projet correspondait aux aides attribuées, mais cela prend du temps. Monter notre dossier et obtenir une réponse nous a pris un an et demi ! », raconte Franck Manzoni.

Pour maximiser leurs chances de réussite, l’équipe de l’école a fait appel au LABA, un pôle de compétences composé de spécialistes des financements européens des industries culturelles et créatives et de l’aménagement du territoire. Ils ont accompagné l’équipe de l’éstba tout au long de la procédure de demande de financement, qui s’est avérée être un succès. « Sans ce financement, clairement, nous n'aurions pas pu proposer ce projet. Ce sont des fonds nécessaires », note le directeur pédagogique.

Les stages Égalité des chances : pousser la porte de l’inconnu

Depuis 2018, les vacances d’hiver et de printemps sont l’occasion pour l’éstba d’organiser des stages pour des jeunes de 18 à 23 ans. Pendant deux semaines, 5 filles et 5 garçons vivent le quotidien des élèves de l’école de théâtre. Danse, technique vocale, jeu caméra le matin, interprétation l’après-midi. Un enseignement quasi-identique à celui des élèves, souvent proposé par les mêmes professeurs.

Pour cette année, une cinquantaine de dossiers ont été envoyés. Les 10 Aquitains sélectionnés pour le stage de février ont tous des parcours très différents : des apprentis comédiens affirmés en licence à Bordeaux, comme James, Clément ou Benjamin, ou bien de simples passionnés qui n’avaient jamais osé pousser la porte d’un cours, comme Mehdi, originaire de Biscarrosse ou Lou. Elle est d’ailleurs venue en cachette de ses parents : « Ils m’ont toujours poussée à faire une activité artistique. Mais pour eux, c’est un loisir, pas un métier ». Tout le contraire d’Andréa, dont les parents musiciens l’encouragent dans la voie théâtrale.

Esther, quant à elle, sort d’un BTS et a découvert l’existence des stages par son conseiller de la Mission Locale. Tous ne souhaitent pas forcément devenir des comédiens professionnels mais ont désormais une meilleure idée du quotidien d’un comédien. De belles découvertes ont également eu lieu : « en fait, maintenant, je crois que j’aime bien le hip-hop. Je n’avais jamais dansé avant, je pense que je n’osais pas », avoue Adrien, venu de Dordogne.

Projet Égalité des chances TNBA

Le cours de hip-hop du matin, mené par Maxime, de la Compagnie Rêvolution a donc éveillé des instincts chez certains. Apprendre l’échange par le corps et le mouvement, un travail long. « Votre main, c’est votre histoire », précise Maxime. Un aperçu des enseignements qui ne laisse pas indifférent Lélia : « ça ne fait que 4 jours que le stage a commencé, mais déjà, je sais que ce qu’on fait ici, c’est ce que j’ai envie de faire toute ma vie ». À 20 ans, Lélia, qui a arrêté les études après le bac et travaille depuis, semble donc avoir trouvé sa voie.

« On passe toute la journée ensemble, autour d’une même passion. On est tous là pour la même chose, alors le lien se crée plus facilement, on vit toute la journée dans une bulle ensemble », poursuit-elle. Les exercices s’enchainent et peu à peu ils se surprennent. Catherine Marnas, directrice du TNBA et de l’école, orchestre avec Bénédicte Simon, comédienne, les cours d’interprétation. Et les évolutions sont nombreuses, même au bout de 4 jours : « Carole, c’est bien, malgré ton trou de mémoire, tu n’as pas lâché l’interprétation, tu as continué, parce que tout le monde était derrière ». Jamais avare de conseils, elle voit jour après jour des élèves se réveler sur le plateau de l'éstba.

Ces jeunes qui ne se connaissaient pas quelques jours auparavant ont appris en quelques heures de cours à se faire confiance. Il y a un partage, une bienveillance qui émane de ces jeunes. Pas de jugement. « On nous apprend à écouter l’autre », insiste Lélia. Tout au long du stage, ils sont accompagnés par Paolina Caro-Astorga, médiatrice, afin d'affiner leurs projets, de discuter ce que leur apporte humainement cette expérience, et ce qu'elle peut les amener à tenter dans le futur.

Projet Égalités des chances TNBA

Au-delà de la mixité sociale, une mixité des parcours

Tous les profils sont intéressants pour le projet Égalité des chances. Le parcours de chacun est un atout, une force pour offrir une personnalité différente. « Nous n’attendons pas le duo classique CV/lettre de motivation, bien au contraire, sinon comment pourrions-nous atteindre notre vrai public cible ? », précise Franck Manzoni. Les stagiaires d’hiver ont pour la plupart envoyé une simple vidéo prise avec leur smartphone dans laquelle ils faisaient part de leur envie d’intégrer le projet.

« L’an dernier, on a eu un jeune homme en stage qui sortait de prison. Un autre qui était devenu boucher à 15 ans parce qu’à la mort de son père il avait dû travailler. Et à 20 ans, il a eu envie d’écouter son désir de théâtre. Une jeune fille quant à elle, jouait dans sa chambre, chantait sous sa douche mais n’avait jamais imaginé le théâtre comme une réelle voie », décrit le directeur pédagogique. Et toutes ces personnalités communient autour de la passion du théâtre. Le but est donc de renforcer l’ouverture à tous du programme, dans les milieux défavorisés, où le théâtre n’a pas mis le pied.

« Ce qu’on doit amener au théâtre, c’est une altérité. On ne cherche pas des gens pour les formater », conclut Franck Manzoni. C'est là que le projet Égalité des chances prend tout son sens.

Marianne Chenou
Par Marianne Chenou

Crédit Photo : Marianne Chenou

Partager sur Facebook
Vu par vous
6013
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !