18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Culture | L’actualité du roman noir : L’homme qui a vu l’homme de Marin Ledun

19/02/2014 | Marin Ledun : L’homme qui a vu l’homme - Ombres Noires - 463 pages - 18 € - Janvier 2014

L’homme qui a vu l’homme de Marin Ledun

Les romans du genre qu’on aime se sont rarement intéressé au pays Basque et à ses conflits politiques. Tout juste, du côté Nord, peut-on citer « du Sable dans la bouche » d’Hervé Le Corre, [1]et aussi une aventure du Poulpe[2] et tout récemment « Le Chemin Des Morts » de François Sureau [3]. Si ce dernier récit ne relève pas de la fiction policière, il nous remet en mémoire les sanglantes tensions et les agissements des Groupes antiterroristes de libération (Gal) des années 1980.

L'Homme qui a vu l'homme - Marin Ledun
Acheter ce livre chez Mollat.com

« L’homme qui a vu l’homme  », le dernier livre de Marin Ledun traite, sous une forme romancée, mais avec un fort bagage documentaire, de la question basque, maintenant.

Le roman débute avec l’enlèvement d’un militant basque, sur une aire de l’ex-RN10, quelque part dans le sud du département des Landes, en janvier 2009. Jokin Sasco, c’est son nom, transportait une forte somme d’argent et le commando de droits communs et de militaires espagnols qui le « travaille » sévèrement, n’arrive pas  à le faire parler ; Jokin décède sous les tortures. Ses bourreaux, affolés, se débarrassent n’importe comment du corps.

Sa disparition, dénoncée par sa famille dans une conférence de presse sous haute tension, déclenche, dans le chaudron basque, une agitation sans pareille : militants nationalistes, policiers, barbouzes se surveillent, s’intimident  dans un climat de plus en plus menaçant. Iban Urtiz , jeune journaliste de 27 ans, certes basque par son père, mais totalement ignorant du  sujet, s’en empare à bras-le- corps.  Est-ce la volonté plus ou moins consciente de se rapprocher du pays d’un père qu’il n’a pas connu ? Ou plutôt l’idée qu’il se fait du métier de journaliste ? Ou encore l’intérêt pour les yeux noirs, la silhouette fragile et la détermination d’ Etzia, la sœur du disparu ? Tout cela à la fois, sans doute.

Toujours est-il que, comme une « force qui va », Iban fonce dans les méandres sombres, bientôt sanglants, d’une enquête qui n’en finit pas. Délaissant une autre tempête- Klaus- qui ravage le paysage des Landes, il s’immerge dans celle-ci. Son travail acharné finit par débusquer les tueurs qui sont sur sa trace comme des fauves attirés par l’odeur du sang : car ce n’est pas l’un des moindres mérites du livre que de monter des protagonistes saisis par cette affaire, soit  tétanisés par elle, soit comme possédés.  Eléa Viscaye, qui fut la compagne du disparu, a subi les affres d’une sauvage détention clandestine et en est meurtrie comme tant d’autres militants « suspectés » et enlevés par les barbouzes ; Marko, journaliste basque  est également obsédé par la recherche de la vérité ; des truands dopés aux amphètes se consacrent à  la fonte des haltères entre deux sales opérations ;  Peio, le frère du disparu, est un militant raidi dans ses certitudes. Tous, jusqu’à la trouble figure du procureur de Bayonne, accumulent, en une puissante galerie de personnages, interrogations, doutes, mensonges, voire désespoir. Bien sûr l’auteur ne trace pas un trait d’égalité entre tous ces destins : mais jusque dans la crapulerie et la bestialité des plus ignobles, on décèle une parcelle de commune appartenance à une histoire partagée.  Ou plus exactement la part de vérité de chacun, si abominable  soit-elle chez  certains, n’est pas détachable d’un ensemble.

Iban arrivera-t-il à  savoir ? C’est au lecteur de le découvrir, avec cette  piste quand même :  celle qui rapproche le récit de Marin Ledun des noires illustrations  du pouvoir  et des agissements de ses sbires, telles que les dénoncent, par exemple, le grand écrivain italien Leonardo Sciacia. Et une méthode littéraire faite d’une écriture tendue, percutante et directe pour dire toute l’étendue des forces obscures à la manœuvre.

[1] Réédité dans le recueil Trois  de Chute, aux  éditions Pleine Page - 13 €
[2] Le G A L l’égout de Roger Martin - Éditions Baleine
[3] Éditions Gallimard- septembre 2013 - 7,5 €

Bernard Daguerre
Par Bernard Daguerre

Crédit Photo : Editions Ombres Noires

Partager sur Facebook
Vu par vous
715
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !