Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/09/20 | Covid-19: après les premiers tests, l'UPPA reste vigilante

    Lire

    Dans la matinée du mardi 22 septembre 2020, le Laboratoire Bio-Pyrénées a réalisé sur le campus de Pau une campagne de 200 tests de dépistage à la Covid-19 auprès des étudiants. Celle-ci a révélé 6 cas positifs à la Covid-19 sur les 107 prélévements nasopharyngés analysés par PCR, soit 5,6 % des étudiants testés. Un résultat qui incite l'Université "à rester vigilante" au regard de la moyenne au niveau nationale du taux de positivité (6.2 % au 23/09/20 à 14h) et des moyennes départementales publiées le 17/09/20 : Pyrénées-Atlantiques (4.2%), Landes (4.8 %) et Hautes-Pyrénées (3.1%).

  • 24/09/20 | Charente-Maritime : premier bilan de la tornade du 23 septembre

    Lire

    Mercredi vers 16h30, une tornade s'est abattue d'un coup sur le sud de l'île d'Oléron. Elle a ensuite traversé le pertuis pour remonter par Marennes, Port-des-Barques, Fouras et Saint-Laurent-de-la-Prée avant de perdre en intensité à l'intérieur des terres. Renforcés par le SDIS de Charente, les pompiers ont effectué une soixantaine d'interventions. Hormis deux blessés légers la tornade a fait de nombreux dégâts matériels : véhicules retournés, tuiles ou toitures arrachées, arbres à terre...

  • 24/09/20 | La Nature s’expose à Guéret

    Lire

    Du 22 septembre au 10 octobre, la Ville de Guéret, en partenariat avec l’association Creusographie, propose l’exposition du Concours Photo 2020 au centre culturel Espace Fayolle. Chacun des 23 participants à cette exposition sera récompensé avec une attention particulière. Les 3 premiers se verront remettre officiellement leur lot le 1er octobre prochain, pour des raisons sanitaires.

  • 24/09/20 | Bordeaux : opération de dépistage COVID-19 pour les publics prioritaires

    Lire

    L’ARS Nouvelle-Aquitaine en lien avec la Préfecture, la Mairie et la Métropole de Bordeaux, avec l’appui du CHU de Bordeaux et de la Protection civile, organisent une opération de dépistage gratuit Place des Quinconces à Bordeaux du 23 septembre au 30 octobre, de 13h à 17h. Cette opération concerne les personnes présentant des symptômes compatibles avec la Covid-19 munies d’une prescription médicale et celles définies comme contact à risque d’un cas confirmé par l’autorité sanitaire disposant d’un justificatif de l’Assurance maladie.

  • 23/09/20 | EELV appelle aux candidatures pour les cantonales

    Lire

    Ils entendent faire "basculer" la majorité départementale. Les écologistes de Charente-Maritime appellent aujourd'hui à candidature dans les 26 cantons. Un projet commun sera bâti sur des thèmes comme l’eau, de l’agriculture de la conchyliculture ; l’action sociale; le handicap ; l’insertion ; le tourisme durable ; la biodiversité; le transport - ainsi que la création d'emplois utiles et non délocalisables respectueux de la nature et des hommes au service des nouvelles solidarités écologiques.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | L’humour noir de Philippe Mohlitz aux Beaux-Arts

02/03/2018 | Le musée des Beaux-Arts de Bordeaux consacre une rétrospective au graveur Philippe Mohlitz, jusqu'au 4 juin 2018.

Pilleur d'épaves

Le musée des Beaux-Arts de Bordeaux présente l’exposition « Philippe Mohlitz, Pilleur de rêves », à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 4 juin dans la salle des Actualités. Dans le cadre de la Fête de l’estampe, qui aura lieu le 26 mai dans toute la France, il s’agit de la première rétrospective consacrée exclusivement au graveur, qui a fait le don de cinquante planches au musée. Elle s'organise autour de quatre grandes thématiques : « Paysages fantastiques », « Luxuriantes natures », « Percées célestes et souterraines » et « Étranges machines ».

Un homme, aux allures de chasseur, est assis sur un trépied avec une longue-vue. En suivant la trajectoire de celle-ci, le spectateur atterrit sur une petite tour, où, à y regarder de plus près, il aperçoit une femme, nue, en train de faire sa toilette : c’est « La vue ». Dans « Le toucher », nul besoin d’autant d’accommodation pour l’œil, une grosse main articulée vient vigoureusement toucher du doigt les fesses d’une jeune demoiselle, elle aussi dénudée, et affairée à se faire belle. Les deux gravures font partie de la série sur les cinq sens de Philippe Mohlitz.

« Vous recevez des infirmes aujourd’hui ? », s’amuse l’artiste bordelais de 76 ans, présent pour la présentation de l’exposition à la presse ce jeudi 2 mars. Bien que peu bavard, le grand barbu aux cheveux blancs a l’œil affiné, sûrement grâce à la précision que lui demande son travail. Il pose la question en constatant que des loupes sont proposées à l’entrée de l’exposition aux visiteurs, pour observer les infimes détails que chacune de ses œuvres à l’encre noire recèlent.

Deux gravures des deux maîtres de Philippe Mohlitz, Rodolphe Bresdin et Jean Delpech, introduisent son univers, entre le gothique et le comique. À côté, sa plus petite œuvre, de la taille d’un timbre-poste, côtoie sa plus grande œuvre. S’il a mis trois jours à faire la première, il a consacré près d’un an à la seconde.

Un extrait du film « Le chevalier, la mort et le diable » est diffusé un peu plus loin, où l’on voit le buriniste travailler dans son ancien atelier sur une plaque de cuivre, sur laquelle il dessine une tête de cheval.

Coléoptères, dromadaires et monastères

Des coléoptères, des dromadaires, mais aussi une nature prolifique, où s’entremêlent des fleurs, des épis de maïs aztèques… Ces petits détails installent, dans chacune des gravures du dessinateur, des atmosphères uniques. Dans cette ambiance gothique, où les intérieurs ont souvent des allures de vieux monastères décrépis, des personnages abîmés, voire franchement fripés, rodent, sans jamais réellement regarder le spectateur.

Omniprésente, la mort se manifeste particulièrement sous la forme de croix, de morceaux d’os, ou de carcasses de bateaux, qui laissent imaginer de terribles naufrages. Un poids morbide dont Mohlitz se joue en y ajoutant du sexe, de la jeunesse, comme dans « Acné », où une jeune fille est tranquillement en train de faire l’inventaire de ses pustules faciales en prenant son bain, tandis qu’un squelette est sur le point de la rejoindre, sans qu’elle ne le remarque.

« Pilleur de rêves » laisse le spectateur d’autant plus songeur quand on apprend que certaines gravures révéleraient d’autres détails encore, en les orientant différemment. Ce titre a été choisi en référence à l’œuvre « Pilleur d’épaves » de Mohlitz, qui présente un bateau à la dérive. L’exposition rassemble essentiellement des œuvres au burin et pointe sèche, mais aussi sept sculptures en argent et/ou en bronze.

« J’étais trop fainéant pour l’usine, et trop con pour l’administration »

Difficile d’en apprendre plus sur l’artiste lui-même, tant il se protège derrière sa carapace. Son humour la transperce tout de même, malgré lui. « J’étais trop fainéant pour l’usine, et trop con pour l’administration », explique-t-il pour justifier son choix de carrière. Né, très certainement, à Saint-André-de-Cubzac (33), bien qu’il ne veuille l’élucider lui-même, le Bordelais paraît attaché à sa région qu’il représente dans certaines gravures. Notons celle où la célèbre grosse cloche se détache de son socle, dans un état de décrépitude avancée.

De 1965 à 1970, Philippe Mohlitz suit des cours du soir avec le graveur Jean Delpech. Il y réalise sa première œuvre, « La vierge à la sarbacane » en 1965, la femme ayant décidément une place omniprésente, si ce n’est privilégiée, dans son travail.

La technique est le seul sujet sur lequel il accepte de s’étendre. Ses instruments sont d’ailleurs exposés dans l’exposition. Pour ses gravures, il commence par un « crobard » dans son carnet. Puis, il procède à la taille sur cuivre avec son burin, qu’il enfonce plus ou moins, pour faire varier l’épaisseur des traits, ou avec une pointe sèche, qui permet de donner un effet de griffure sur le papier.

Première exposition consacrée exclusivement à son travail, « Pilleur de rêves » a tout l’air d’une rétrospective. « C’est la dernière », plaisante le grand homme, visiblement mal à l’aise qu’une salle entière lui soit dédiée. À la fin de la présentation à la presse, il préfère d’ailleurs partir boire une bière tranquillement de son côté, plutôt que d’enchaîner sur un café avec les journalistes.

Alix Fourcade
Par Alix Fourcade

Crédit Photo : Beaux-Arts

Partager sur Facebook
Vu par vous
10671
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !