18/12/17 : L'assemblée régionale a adopté à l'unanimité ce 18 décembre la convention quinquennale ( 2018-2022) qui lie la Nouvelle Aquitaine et les Centres de Formation d'Apprentis.

18/12/17 : Alain Juppé et plusieurs maires dont Martine Aubry réclament le soutien de l'Etat car "2017 s’achève sur une hausse massive de la demande d’asile et de nouveaux arrivants mettant sous une extrême tension les politiques publiques (...) classiques"

17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/12/17 | ProFilBio, la revue sur l’agriculture biologique

    Lire

    Destinée à informer et faciliter l’appropriation des techniques et pratiques de l’agriculture biologique ou alternatives, la nouvelle revue trimestrielle ProFilBio est constituée d’articles de fond sur des techniques de production et de transformation utilisées en bio comme en conventionnel. Celle-ci disponible gratuitement sur abonnement, et exclusivement sous format numérique. A retrouver sur www.nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr

  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | L'université populaire de Bordeaux démarre son cycle sur l'Amérique Latine à l'Institut Cervantes, tous les mercredis jusqu'au 15 décembre

14/10/2010 |

 Nos aqui da America Latina... Daniel Zanini H

Préparez vos cartables et aiguisez votre esprit critique, l'Université populaire de Bordeaux fait sa rentrée ! Cycles thématiques tous les soirs, du lundi au vendredi à 18h30. Ce mercredi et pour dix séances jusqu'à la fin de l'année (15/12/2010), l'Institut Cervantès accueille un cycle intitulé "Engagement dans la Culture Latino-Américaine" à 18H, horaire exceptionnel. Mais rassurez vous, en cas d'absence, vous ne serez pas collés. A l'Université Populaire de Bordeaux(UPB), pas de devoirs, pas de contrôles, pas même de cours magistraux, mais des ateliers ouverts à tous avec "le droit de se tromper" pour seul mot d'ordre. Rencontre avec les organisateurs de l'Université Populaire de Bordeaux.

Mercredi 13 octobre commence le cycle de dix séances autour de la culture latino-américaine à l'institut Cervantès. Une histoire générale du XXème siècle pour acquérir quelques clés de compréhension avant d'attaquer des sujets aussi précis que passionnants. Entre autres, la dictature chilienne, les regards de femmes par le cinéma et de nombreuses lectures et tables rondes. Un cycle aux couleurs de l'Amérique Latine, engagé et convivial. Et pour l'illustrer, la première séance débutera et finira en chanson (accompagnement au piano, s'il vous plaît !). Une manière de dire que l'on peut apprendre collectivement en s'amusant.

"On m'a toujours dit que j'étais nul et je l'ai cru..." se plaint avec nostalgie une étudiante du club du troisième âge. "C'est normal, répondent les jeunes organisateurs de l'UPB, on a tous une histoire difficile avec le savoir."
Certains baissent les bras, déclarant : "réfléchir c'est pas pour moi !" Mais après le désenchantement, qu'est ce qu'il y a ? Le désespoir collectif. A l'université des cancres, on nous aide à recracher la pomme d'Adam qui est restée coincée. Celle qui empêche de respirer. Mais pour cela , hors de question de "jeter des seaux de culture sur les pauvres en espérant que ça pousse !" Si l'UPB refuse la qualification d'infirmière, elle accepte volontiers celle de laboratoire... où tout le monde devient chercheur !
L'UPB ne propose pas une diffusion stricto sensu du savoir, mais un cheminement, un accouchement. Chacun construit son savoir, en petits groupes, travaillant sur des documents. Un professeur anime l'atelier et donne des pistes. Mais rien ne peux se faire sans une volonté commune d'apprendre car "c'est par la discussion et la rencontre que le savoir circule". Alors dans l'université du futur, finis les cours ennuyeux et les maîtres de conférence pontifiants. Finis les face-à-faces entre un professeur qui sait et des spectateurs qui ne savent pas. Selon Hugo, "il ne faut pas avoir peur de se tromper, même s'il faut afficher les erreurs."

"Mieux vaut se tromper qu'être trompé" slogan de Mai 68
La jeune équipe de l'UPB s'est rencontrée lors du mouvement étudiant contre la LRU. Quatre mois de lutte durant lesquelles ils se sont posés la question de la privatisation du savoir. Une réflexion qui les a conduit à créer une université populaire."Lorsqu'on est pris par la conviction de pouvoir faire quelque chose ensemble, après on se s'arrête plus !" , nous confie Sid, le regard brillant, avant de conclure sur le droit d'échouer : "c'est le mythe de la réussite qui paralyse. On expérimente !"
Après avoir usé le principe de la conférence l'année dernière, désormais, l'UPB expérimente le droit de se tromper. L'idée est simple : si l'on dépasse les timidités qui paralysent, emporté par un apprentissage vraiment collectif, on apprend soi-même à toute vitesse. Alors tous les soirs de la semaine de 18h30 à 20h30, les ateliers du savoir sont ouvert à tous les savoirs particuliers !

Tous les soirs, du lundi au vendredi à 18h30.
La semaine commence rive droite, au centre social de Queyries, par les petits ateliers d'auto-défense médiatique et se termine accoudé au zinc au centre Paul Bert. Durant le reste de la semaine, un cycle sur "les années 30", les mardis au centre social du Grand Parc et un autre autour " des mondes musulmans", les jeudis, au centre social de Saint Michel.

Université populaire de Bordeaux (UPB)

photo : Daniel Zanini H

Olivier Darrioumerle

Partager sur Facebook
Vu par vous
667
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !