Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | La mission du centenaire: Pourquoi commémorer 14-18?

28/04/2014 |

Poilus posant en 1915

A l'occasion du centenaire de la guerre 14-18, Sciences Po organisait sa dernière rencontre de l'année sur la thématique de cette commémoration, en partenariat avec la Mission du centenaire. Une rencontre organisée en trois temps : les dimensions nationale et internationale de la commémoration, la question de la mémoire et de l'histoire et les conséquences sur le nationalisme. Nous avons choisi de nous intéresser aux trois grands axes du premier temps fort de ces échanges.

La Mission du centenaire : mise en place et fonctionnementNicolas Offenstadt est agrégé et Docteur en Histoire, Maître de Conférences habilité d’Histoire du Moyen-Âge à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il revient sur les origines de la mise en place de cette Mission suite à la revendication de plusieurs institutions. Sa création remonte à l'époque du quinquennat de Nicolas Sarkozy mais depuis, a subi les divergences de points de vues du gouvernement Hollande. Cette impulsion est donc majoritairement sociale en France où les poilus ont toujours fait l'objet d'écrits, de reportages et de documentaires. Elise Julien (Maître de conférences en Histoire contemporaine à Sciences Po Lille, chercheuse à l’IRHIS) parle même "d'initiatives locales décentralisées".

Quelle place tient la commémoration dans l'espace public des pays européens? Nicolas Offenstadt décrit quatre catégories de pays dont le rapport à la première guerre mondiale diffère. Certains pays comme la Tchécoslovaquie sont nés de la guerre et leur histoire se confond avec leur naissance nationale. D'autres comme la France et l'Angleterre ont développé une mémoire sociale et culturelle marquée par les productions cinématographique et littéraire. La Russie et l'Allemagne, quant à elles, font partie des pays qui ont créée une mémoire récente autour de 14-18 car ce conflit ne les concerne pas vraiment. La commémoration en Allemagne, par exemple, est majoritairement axée sur les faits de la Seconde Guerre Mondiale, même si, comme le précise Jakob Vogel (Professeur d’Histoire de l’Europe au Centre d’Histoire de Sciences Po Paris) "sur le plan régional, le système éducatif tend à initier des discussions autour de 14-18". Enfin, des pays comme la Belgique qui ont subi des clivages politiques importants ont une mémoire cloisonnée.

"Il faut rappeler que nous parlons d'affrontements de nations et donc de points de vue différents" ajoute Elise Julien. Certaines expériences, même si elles ont été communes, ont été replacées dans les récits nationaux. Par conséquent elles ont été comprises et expliquées différemment.

Pourquoi choisir de commémorer ?En fonction des contextes de développement des pays, les dates clefs de commémoration divergent et ne signifient pas les mêmes choses. Elise Julien prend les exemples des français et des allemands. En France, le choix s'est porté sur la commémoration de la fin de la guerre avec l'Armistice du 11 novembre alors que les allemands ont opté pour la révolution, ce qui témoigne d'un clivage entre société et gouvernement.

Jakob Vogel ajoute qu'il existe différentes périodes de commémoration comme celle qui a succédé à la disparition des poilus en France. La question posée est alors de savoir comment continuer à commémorer et quel sens lui donner ? Cette dernière période historique fait référence aux années 80-90 pendant lesquelles on assiste à "un retournement mémoriel" explique Nicolas Offenstadt. Une ère précédée de deux périodes : les années 50-60 avec un rejet collectif de la guerre, des affrontements et donc du souvenir de ces événements. Et les années 60-70 où les mouvements deviennent pacifistes, critiques et prennent de la distance par rapport à ce passé peu glorieux.

Au-delà de cette considération commune qui s'accorde à dire que la guerre 14-18 est fondatrice du XXème siècle, cette table ronde a tenté de répondre aux grandes questions qui subsistent encore : qu’en est-il du sentiment national dans l’Europe des années 2010 ? Comment ont été considérés tous les combattants originaires des colonies des empires français et britanniques ? Comment enseigner l’histoire des guerres à l’école ? Comment se sont opérés les processus de mobilisation des peuples ? Quelles résistances, quels refus des combats et de la « boucherie » ont été manifestés ?

Leslie Queyraud
Par Leslie Queyraud

Crédit Photo : fidber

Partager sur Facebook
Vu par vous
9430
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !