18/12/17 : Alain Juppé et plusieurs maires dont Martine Aubry réclament le soutien de l'Etat car "2017 s’achève sur une hausse massive de la demande d’asile et de nouveaux arrivants mettant sous une extrême tension les politiques publiques (...) classiques"

17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

  • 15/12/17 | Le point sur la tuberculose bovine en Dordogne

    Lire

    La campagne de prophylaxie 2017-2018 de la tuberculose bovine a débuté en avance avec un nouveau mode de dépistage qui donne des résultats encourageants. Il s’agit d’un procédé à la fois plus efficace mais aussi plus contraignant, car nécessitant une bonne contention des bovins. Depuis le début novembre, 106 dossiers de prophylaxie ont été traités et 5 élevages ont présenté des résultats positifs. Le nombre de foyers de tuberculose pour 2017 est toujours de 28 élevages, dont 8 ont fait l’objet d’un abattage total et 20 d’un abattage sélectif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | « Bordeaux : années 20-30 », laissez vous emmener dans les années mythiques de l'entre deux guerres vécues à Bordeaux

24/10/2008 |

Bordeaux : années 20-30

Prenez place dans un des premiers tramways bordelais où « il est défendu de cracher », admirez les étagères pleines à craquer d'une épicerie d'autrefois, où les sardines "Rödel" côtoient les savons "La Perdrix", avec entre les deux un peu de "Rhum du nègre"... Souvenez vous encore comment jadis les passagers des paquebots prenaient le train à la gare maritime du Verdon, en empruntant le célèbre môle, pour se rendre à Bordeaux. Redécouvrez les lieux emblématiques où fleurissait la vie culturelle : le music-hall au Casino des Quinconces, les bals à l'Alhambra ou l'Apollo. Et ce, sans oublier l'émergence du courant artistique de l'époque, qui eut son origine à Bordeaux en consacrant la primauté du luxe et de l'extravagance, l'Art déco...

On a l'occasion de retrouver tout cela dans les musées d'Art décoratif et d'Aquitaine. Le premier nous fait revisiter les oeuvres des figures majeures de l'Art déco comme celles du céramiste René Buthaud, du peintre Jean Dupas, de l'orfèvre Maurice Daurat, du laqueur Jean Dunand ou encore du peintre décorateur Jean Despujols. Une collection de plus de 150 objets : tableaux, sculptures, meubles, services, plats, vases, broches, bracelets, dessins, vient donner un aperçu de ce qui a constitué la réponse à l'Art nouveau. Le Musée d'Aquitaine, de son côté, offre une impressionnante promenade dans Bordeaux des années 20-30 en aménageant à cet effet 800m² de ses locaux qui sont entièrement investis par près d'un millier d'objets et de documents, affiches, peintures, dessins, photos, objets d'art et de vie quotidienne, films d'époque, vidéos, ambiances sonores, tout cela dans de grandes mises en scène muséographiques.

Art déco, pour l'amour du luxe
En commençant notre voyage dans ces années 20-30 par une petite escale dans le monde de l'art on distingue la montée d'un courant qui réclame un « ordre nouveau » : « Art déco, c'est l'amour du luxe, des objets extraordinaires, dont on se sert pas d'habitude. » explique Victor Arwas, historien de l'art, « C'est un art plein de fougue, sûr de soi, extravagant. » On le voit notamment avec les céramiques, sculptures et verres richement décorés de l'artiste landais Edouard barbiere rousseauCazaux. Le tableau de René Buthaud « Le Triomphe de Vénus » est aussi révélateur de cet esprit de splendeur qui s'éloigne d'un quelconque minimalisme de fond ou de forme. Buthaud emploie ainsi la technique très exigeante du fixé-sous-verre, peint à l'huile et ajoutant une feuille d'or et de paladium, qui fut souvent à l'honneur dans les paquebots transatlantiques de l'époque.

Le Corbusier, grand contestataire
Comme aucun courant ne peut se passer de divisions internes, il en fut de même pour l'Art déco. l'Union des Artistes Modernes s'oppose vivement au côté excessivement décoratif du « nouvel ordre ». C'est alors le verre et le métal qui priment avec des formes plus simples et géométriques. Comme dans la Barbière de Clément Rousseau ou la table ronde de Boris Lacroix, entièrement en verre, ou la console et miroir de Raymond Subes, plutôt ascétique en restant néanmoins toujours élégant. Cette nouvelle approche n'épargne pas l'architecture avec les idées innovantes d'un certain Le Corbusier...

Mettre un terme à l'« ornementation superflue »
Le nouveau maire de Bordeaux, Adrien Marquet, opte avec conviction pour l'approche de ce dernier. Elu en 1925, il ordonne de suite à son architecte municipal Jacques d'Welles, de se débarrasser de toute référence à l'excès ornemental de la tradition académique et d'adopter une architecture dépourvue de « toute ornementation superflue ». Le béton armé, la ligne pure et si possible droite et le mur nu furent alors privilégiés. C'est à ce moment là que commence précisément la balade dans Bordeaux, qui nous attend au Musée d'Aquitaine.

Du sage à l'utopique
Celle-ci est divisée en quatre volets : la vie politique, l'architecture et l'urbanisme, la vie économique ainsi que la vie culturelle et les loisirs. Après un petit récapitulatif des principaux événements et partis politiques qui ont animé la ville à cette époque, illustrés notamment par quelques vidéos de propagande montrant M. Marquet inaugurant une nouvelle usine ou autre monument bordelais, dans l'ambiance sonore des chansons des Croix de feu ; on se retrouve dans le bureau de l'architecte municipal Jacques d'Welles. On y découvre aussi bien les grands projets du Plan Marquet qui ont vu le jour, comme la Bourse du travail ou la Régie Municipale du Gaz et de l'Electricité, ainsi que ceux plus utopiques, qui n'ont jamais quitté le stade du papier, comme le Palais du Commerce ou le Boulevard circulaire.

Le triomphe de Vénus - René ButhaudDe l'épicerie aux huileries...
Après avoir « pris le tramway » en admirant les cafés et restos du coin à travers la vitre, la visite nous emmène vers les secteurs phares de l'économie bordelaise. Une épicerie, remplie jousqu'aux bords de produits régionaux, nous témoigne de l'importance de l'industrie agroalimentaire. Plusieurs maisons de liqueurs bordelais s'exposent comme le Cordial-Médoc, Jifran ou Kina Lillet. Juste à côté, une voiture Grand tourisme de Motobloc rappelle les beaux temps de la maison, située à la Bastide, 102 rue des Vivants, avant que celle-ci n'arrête la construction d'automobiles au début des années trente avec l'apparition de la production en chaîne chez Ford. De nombreuses photos et cartes postales montrent par ailleurs la travail quotidien des bordelais et bordelaises dans les grandes huileries de la ville (de la Croix Verte, Franco-coloniale).

Un port animé
La suite du chemin nous amène au port. Tableaux, affiches, photos et cartes postales dévoilent la façade des quais, les nouvelles gares maritimes, les bateaux, les grues en activité, les marchandises en chargement sur les quais, les nouvelles installations comme le môle du Verdon. La Place des Quinconces et tout aussi animée, et ce sans avoir besoin d'un jour de « foire-expo ». Trois pavillons y sont consacrés à la vigne et au vin, à l'industrie aéronautique et à l'art colonial. Dans une partie consacrée aux grands paquebots, les visiteurs ont l'occasion, comme s'ils étaient à bord, de s'allonger sur des chaises longues en bois, en regardant un document sur la gare maritime au Verdon. On peut aussi découvrir ce qu'étaient les « maisons démontables » créées par la société Carde, ou encore les projets de l'aérogare et de la gare Citram.

Une vie culturelle en plein essor
Enfin, dans la dernière partie de l'exposition le public explore la richesse de la vie culturelle bordelaise. Il rencontre ainsi les écrivains de l'époque en admirant le bureau d'un homme de lettres qui pourrait bien être celui de François Mauriac. Il passe ensuite par l'atelier de luthier, Amati de Mangenot, un magasin exposant des gramophones et des postes radio et des vitrines sportives (chaussures de sport, ballon de foot, raquettes de tennis, un livre d'or signé par Susanne Lenglen) rappelant les disciplines populaires à l'époque. Mais ce qui intéresse avant tout sont les divertissements « nocturnes ». Opéra et opéra-comique au Grand Théâtre, opérette aux Bouffes Bordelais, le théâtre de comédie au Trianon, les Bordelais s'amusent un peu partout.

Voir un film ? Allez au REX
S'ils préfèrent par contre la magie des « salles nocturnes », le cinéma REX, ainsi que des salles comme le Florida et le Luxor, sont à leur disposition. Comme dans une vraie salle de cinéma le public s'installe confortablement dans ces fameux fauteuils-strapontins, en regardant un extrait de Les rois de la flotte, de René Pujol et Max et sa belle-mère de Max Linder, acteur originaire de la région. Cette partie de l'expo met aussi en avant les films créés à Bordeaux et dans la région, ainsi que ses acteurs célèbres, comme Danielle Darrieux, dont les photos remplissent toute une vitrine. N'attendez plus pour vous laisser séduire.

Piotr Czarzasty

Bordeaux années 20-30
Portrait d'une ville - Musée d'Aquitaine
Du 24/10/2008 au 15/03/2009

De Paris à l'Aquitaine - Musée des Arts décoratifs
Du 24/10/2008 au 28/01/2009

Billet pour la visite d'une seule exposition
Tarif normal : 5€
Tarif réduit : 2,50€ (demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RMI, étudiants, groupes au dessus de 10 personnes, membres des associations des amis des musées de Bordeaux)

Billet commun pour la visite des 2 expositions "Bordeaux années 20-30"
Tarif normal : 7€
Tarif réduit : 3,50€ (demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RMI, étudiants, groupes au dessus de 10 personnes, membres des associations des amis des musées de Bordeaux)

Partager sur Facebook
Vu par vous
1111
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !