Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

14/12/18 : Du 15/12/18 au 5/01/19 : le centre-ville montois sera piéton les week-ends du 15 et 22/12 et le 24/12 et le stationnement gratuit dans le centre-ville les samedis après-midi. 1h de stationnement gratuit par demi-journée, du lundi au samedi matin.

14/12/18 : Center Parcs Lot-et-Garonne. Les premiers coups de pioche de ce chantier sont donnés ce jour, 14 décembre, à l’étang du Papetier, à Pindères.

14/12/18 : En raison des mouvements sociaux actuels, le Grand-Théâtre sera fermé au public ce samedi 15 décembre entraînant le report du récital de Sondra Radvanovsky au 31 mars 2019. Les visites guidées sont également annulées.

13/12/18 : Le jeune rugbyman du Stade Français Nicolas Chauvin, 19 ans, victime d'un traumatisme cervical suite à un plaquage dimanche lors d'un match à Bègles est décédé au CHU de Pellegrin. Nouveau drame après la mort récente d'un jeune joueur d'Aurillac.

13/12/18 : Présente au salon Nautic de Paris, La Rochelle a lancé de Paris le Défi Atlantique, une nouvelle course en équipage réservée aux Class 40. Départ fin mars 2019 de la Guadeloupe, pour rejoindre La Rochelle mi-avril avec une escale à Horta aux Açores.

13/12/18 : La CCAS de Châtellerault organise ce samedi à la résidence Tivoli son marché de Noël. Lors d'ateliers manuels, les résidents ont réalisés des créations qui seront en vente lors du marché et dont les gains serviront à l'animation de la résidence.

12/12/18 : En raison des liens historiques et fraternels qui unissent les villes de Strasbourg et de Périgueux, le drapeau français sur la mairie de Périgueux sera en berne ce mercredi suite au drame survenu hier sur le marché de Noël de la capitale alsacienne.

12/12/18 : Vigipirate : Urgence Attentat. Renforcement de la sécurité en Gironde. Renforcement des contrôles notamment à l’aéroport de Bdx-Mérignac, surveillance des marchés de Noël, centres commerciaux et interdiction de manifestations sur la voie publique.

12/12/18 : Signature de la charte urbaine, architecturale et paysagère de Pessac le 13 déc. Elle entend garantir et préserver la qualité du cadre de vie des Pessacais en travaillant sur la qualité des espaces extérieurs, de la construction et des usages.

12/12/18 : La FFMC47 organise avec les Restos du Cœur la balade des pères Noël motards, le samedi 15 déc. au Gravier à Agen à 13h30. Le principe : venir déguiser en père Noël avec un cadeau neuf non emballé qui sera offert à des enfants par les Restos à Noël.

12/12/18 : Les 22-26 et 28 déc, Bordeaux Visite organise une visite-famille "Bordeaux à Noël", afin de découvrir la place Pey Berland, le cours de l'Intendance, les allées de Tourny, la place de la Comédie. Accessible aux familles avec enfants dès 7 ans.

12/12/18 : Forum « Sport en société, Droit au Sport et contraintes économiques », les vendredi 14 et samedi 15 décembre, organisé par le CDOS33 en cette année du 40ème anniversaire du mouvement sportif girondin, à l'Hôtel du Département à Bordeaux.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 14/12/18 | Jacqueline Gourault en déplacement en Dordogne lundi 17 décembre

    Lire

    Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales sera en déplacement en déplacement en Dordogne ce lundi 17 décembre. En fin de matinée, elle sera à Coulounieix Chamiers pour le projet de rénovation urbaine. L'après midi, elle se rendra au Nord du département pour la pose de la première pierre de la maison médicale de Lanouaille. C'est la troisième fois que la ministre se rend en Dordogne depuis dix huit mois.

  • 14/12/18 | De nouveaux équipements pour la section foot d'un collège du 87

    Lire

    Créée en 2011, la section de football du collège André Maurois est labellisée et reconnue par la FFF et l’Education Nationale. Cette section rend possible la pratique du football dans un cadre scolaire privilégié. Afin de les soutenir, le Conseil Départemental de la Haute-Vienne vient de les doter de 14 équipements joueurs complets et 2 équipements gardiens. Dernièrement, la section sportive a formalisé de nouveaux partenariats avec la FFF, le Limoges Football Club et la Ville de Limoges.

  • 14/12/18 | L'industrie du pin maritime cherche de nouvelles ressources

    Lire

    Début décembre dans les Landes, l’Etat, les acteurs de la filière forêt-bois et les collectivités locales se sont réunis sur les difficultés d’approvisionnement des industries du bois qui nécessitent 6 M m³ annuels alors que la récolte actuelle est de 5,6 M m³. Avec 32 M m³ de bois ayant atteint ou dépassé l’âge d’exploitation préconisé, l’enjeu pour la filière est donc de récolter ces bois mûrs dans les années à venir. Outre l'engagement de l'Etat à intensifier sa communication en ce sens auprès des propriétaires, l'amont et l'aval de la filière pourraient en passer par la contractualisation pour garantir l'adéquation entre offre et demande.

  • 14/12/18 | La Rochelle lance une nouvelle course au Nautic de Paris

    Lire

    L'agglomération de La Rochelle profite de sa présence au salon Nautic de Paris, du 8 au 16 décembre, pour présenter une toute nouvelle course, organisée en partenariat avec le Grand Pavois Organisation : le Défi Atlantique. Cette nouvelle épreuve en équipage est réservée aux Class 40. Le départ sera donné fin mars 2019 de la Guadeloupe, pour rejoindre La Rochelle mi-avril avec une escale à Horta aux Açores.

  • 13/12/18 | Ouverture de la Patinoire et « Ice Party » à Villeneuve-sur-Lot

    Lire

    La patinoire revient à Villeneuve-sur-Lot du 15 décembre au 6 janvier, sous la halle Lakanal. Ouverte tous les jours de 10 h à 19 h (3 € les 30 min.), cette année, les jeunes du Villeneuvois inaugureront les nocturnes avec une soirée « Ice Party » proposée ce même jour de 20 h à minuit. Gratuit et réservé au 15-20 ans, cet événement sera animé par le DJ KM Events.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | « Bordeaux : années 20-30 », laissez vous emmener dans les années mythiques de l'entre deux guerres vécues à Bordeaux

24/10/2008 |

Bordeaux : années 20-30

Prenez place dans un des premiers tramways bordelais où « il est défendu de cracher », admirez les étagères pleines à craquer d'une épicerie d'autrefois, où les sardines "Rödel" côtoient les savons "La Perdrix", avec entre les deux un peu de "Rhum du nègre"... Souvenez vous encore comment jadis les passagers des paquebots prenaient le train à la gare maritime du Verdon, en empruntant le célèbre môle, pour se rendre à Bordeaux. Redécouvrez les lieux emblématiques où fleurissait la vie culturelle : le music-hall au Casino des Quinconces, les bals à l'Alhambra ou l'Apollo. Et ce, sans oublier l'émergence du courant artistique de l'époque, qui eut son origine à Bordeaux en consacrant la primauté du luxe et de l'extravagance, l'Art déco...

On a l'occasion de retrouver tout cela dans les musées d'Art décoratif et d'Aquitaine. Le premier nous fait revisiter les oeuvres des figures majeures de l'Art déco comme celles du céramiste René Buthaud, du peintre Jean Dupas, de l'orfèvre Maurice Daurat, du laqueur Jean Dunand ou encore du peintre décorateur Jean Despujols. Une collection de plus de 150 objets : tableaux, sculptures, meubles, services, plats, vases, broches, bracelets, dessins, vient donner un aperçu de ce qui a constitué la réponse à l'Art nouveau. Le Musée d'Aquitaine, de son côté, offre une impressionnante promenade dans Bordeaux des années 20-30 en aménageant à cet effet 800m² de ses locaux qui sont entièrement investis par près d'un millier d'objets et de documents, affiches, peintures, dessins, photos, objets d'art et de vie quotidienne, films d'époque, vidéos, ambiances sonores, tout cela dans de grandes mises en scène muséographiques.

Art déco, pour l'amour du luxe
En commençant notre voyage dans ces années 20-30 par une petite escale dans le monde de l'art on distingue la montée d'un courant qui réclame un « ordre nouveau » : « Art déco, c'est l'amour du luxe, des objets extraordinaires, dont on se sert pas d'habitude. » explique Victor Arwas, historien de l'art, « C'est un art plein de fougue, sûr de soi, extravagant. » On le voit notamment avec les céramiques, sculptures et verres richement décorés de l'artiste landais Edouard barbiere rousseauCazaux. Le tableau de René Buthaud « Le Triomphe de Vénus » est aussi révélateur de cet esprit de splendeur qui s'éloigne d'un quelconque minimalisme de fond ou de forme. Buthaud emploie ainsi la technique très exigeante du fixé-sous-verre, peint à l'huile et ajoutant une feuille d'or et de paladium, qui fut souvent à l'honneur dans les paquebots transatlantiques de l'époque.

Le Corbusier, grand contestataire
Comme aucun courant ne peut se passer de divisions internes, il en fut de même pour l'Art déco. l'Union des Artistes Modernes s'oppose vivement au côté excessivement décoratif du « nouvel ordre ». C'est alors le verre et le métal qui priment avec des formes plus simples et géométriques. Comme dans la Barbière de Clément Rousseau ou la table ronde de Boris Lacroix, entièrement en verre, ou la console et miroir de Raymond Subes, plutôt ascétique en restant néanmoins toujours élégant. Cette nouvelle approche n'épargne pas l'architecture avec les idées innovantes d'un certain Le Corbusier...

Mettre un terme à l'« ornementation superflue »
Le nouveau maire de Bordeaux, Adrien Marquet, opte avec conviction pour l'approche de ce dernier. Elu en 1925, il ordonne de suite à son architecte municipal Jacques d'Welles, de se débarrasser de toute référence à l'excès ornemental de la tradition académique et d'adopter une architecture dépourvue de « toute ornementation superflue ». Le béton armé, la ligne pure et si possible droite et le mur nu furent alors privilégiés. C'est à ce moment là que commence précisément la balade dans Bordeaux, qui nous attend au Musée d'Aquitaine.

Du sage à l'utopique
Celle-ci est divisée en quatre volets : la vie politique, l'architecture et l'urbanisme, la vie économique ainsi que la vie culturelle et les loisirs. Après un petit récapitulatif des principaux événements et partis politiques qui ont animé la ville à cette époque, illustrés notamment par quelques vidéos de propagande montrant M. Marquet inaugurant une nouvelle usine ou autre monument bordelais, dans l'ambiance sonore des chansons des Croix de feu ; on se retrouve dans le bureau de l'architecte municipal Jacques d'Welles. On y découvre aussi bien les grands projets du Plan Marquet qui ont vu le jour, comme la Bourse du travail ou la Régie Municipale du Gaz et de l'Electricité, ainsi que ceux plus utopiques, qui n'ont jamais quitté le stade du papier, comme le Palais du Commerce ou le Boulevard circulaire.

Le triomphe de Vénus - René ButhaudDe l'épicerie aux huileries...
Après avoir « pris le tramway » en admirant les cafés et restos du coin à travers la vitre, la visite nous emmène vers les secteurs phares de l'économie bordelaise. Une épicerie, remplie jousqu'aux bords de produits régionaux, nous témoigne de l'importance de l'industrie agroalimentaire. Plusieurs maisons de liqueurs bordelais s'exposent comme le Cordial-Médoc, Jifran ou Kina Lillet. Juste à côté, une voiture Grand tourisme de Motobloc rappelle les beaux temps de la maison, située à la Bastide, 102 rue des Vivants, avant que celle-ci n'arrête la construction d'automobiles au début des années trente avec l'apparition de la production en chaîne chez Ford. De nombreuses photos et cartes postales montrent par ailleurs la travail quotidien des bordelais et bordelaises dans les grandes huileries de la ville (de la Croix Verte, Franco-coloniale).

Un port animé
La suite du chemin nous amène au port. Tableaux, affiches, photos et cartes postales dévoilent la façade des quais, les nouvelles gares maritimes, les bateaux, les grues en activité, les marchandises en chargement sur les quais, les nouvelles installations comme le môle du Verdon. La Place des Quinconces et tout aussi animée, et ce sans avoir besoin d'un jour de « foire-expo ». Trois pavillons y sont consacrés à la vigne et au vin, à l'industrie aéronautique et à l'art colonial. Dans une partie consacrée aux grands paquebots, les visiteurs ont l'occasion, comme s'ils étaient à bord, de s'allonger sur des chaises longues en bois, en regardant un document sur la gare maritime au Verdon. On peut aussi découvrir ce qu'étaient les « maisons démontables » créées par la société Carde, ou encore les projets de l'aérogare et de la gare Citram.

Une vie culturelle en plein essor
Enfin, dans la dernière partie de l'exposition le public explore la richesse de la vie culturelle bordelaise. Il rencontre ainsi les écrivains de l'époque en admirant le bureau d'un homme de lettres qui pourrait bien être celui de François Mauriac. Il passe ensuite par l'atelier de luthier, Amati de Mangenot, un magasin exposant des gramophones et des postes radio et des vitrines sportives (chaussures de sport, ballon de foot, raquettes de tennis, un livre d'or signé par Susanne Lenglen) rappelant les disciplines populaires à l'époque. Mais ce qui intéresse avant tout sont les divertissements « nocturnes ». Opéra et opéra-comique au Grand Théâtre, opérette aux Bouffes Bordelais, le théâtre de comédie au Trianon, les Bordelais s'amusent un peu partout.

Voir un film ? Allez au REX
S'ils préfèrent par contre la magie des « salles nocturnes », le cinéma REX, ainsi que des salles comme le Florida et le Luxor, sont à leur disposition. Comme dans une vraie salle de cinéma le public s'installe confortablement dans ces fameux fauteuils-strapontins, en regardant un extrait de Les rois de la flotte, de René Pujol et Max et sa belle-mère de Max Linder, acteur originaire de la région. Cette partie de l'expo met aussi en avant les films créés à Bordeaux et dans la région, ainsi que ses acteurs célèbres, comme Danielle Darrieux, dont les photos remplissent toute une vitrine. N'attendez plus pour vous laisser séduire.

Piotr Czarzasty

Bordeaux années 20-30
Portrait d'une ville - Musée d'Aquitaine
Du 24/10/2008 au 15/03/2009

De Paris à l'Aquitaine - Musée des Arts décoratifs
Du 24/10/2008 au 28/01/2009

Billet pour la visite d'une seule exposition
Tarif normal : 5€
Tarif réduit : 2,50€ (demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RMI, étudiants, groupes au dessus de 10 personnes, membres des associations des amis des musées de Bordeaux)

Billet commun pour la visite des 2 expositions "Bordeaux années 20-30"
Tarif normal : 7€
Tarif réduit : 3,50€ (demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RMI, étudiants, groupes au dessus de 10 personnes, membres des associations des amis des musées de Bordeaux)

Partager sur Facebook
Vu par vous
1577
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !