Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | « Chairs des Origines » : les hommes de la préhistoire retrouvent leur visage

11/11/2014 | Contenue dans un espace de moins de 20m², « Chairs des Origines » n'en est pas moins percutante : ce qui s'y trouve vous laissera difficilement de glace.

L'exposition se compose principalement d'hologrammes 3D, de projections et de reconstitutions saisissantes

Non, ce grand cube blanc qui trône au centre du hall de l'Hôtel de Région n'est pas une machine à remonter le temps ; les hommes préhistoriques qui s'y trouvent, aussi vivants puissent-ils paraître, ne sont que des répliques - incroyablement vivants. Jusqu'au 5 décembre prochain, la paléo-artiste Elisabeth Daynès propose au Conseil régional son exposition « Chairs des Origines », où nos ancêtres regagnent leur peau et nous défient du regard. Nous vous recommandons d'ores et déjà de vous y rendre, pour le frisson que procure l'incroyable réalisme de ces installations.

Pour marquer comme il se doit le lancement de cette exposition, le Président du Conseil général Alain Rousset était présent au vernissage ce vendredi 7 novembre pour saluer l'artiste et manifester toute la satisfaction que lui procure cette événement culturel. Il faut dire que les œuvres d'Elisabeth Daynès jouissent d'une renommée mondiale : ses travaux, au carrefour de l'art, de la science et de l'Histoire, rendent un visage aux hommes et aux femmes qui ont foulé la Terre il y a quelques dizaines de milliers d'années. L'homme de Pékin (-450 000 ans) ou encore l'homme de Pataud en Dordogne, un ancêtre bien plus proche (-20 000 ans), sont ici reconstitués selon les hypothèses des chercheurs et paléontologues contemporains (et validés par ces dernier pour leur crédibilité), qui ont découvert ce qui se cachait sous la peau des Sapiens : structure musculaire, nerfs...

«Le plus important, dans mes sculptures, c'est le regard» Alors que nous devions nous contenter de crânes de musées pour imaginer les visages de nos prédécesseurs, voici qu'Elisabeth nous les montre avec une vraisemblance choquante, que ce soit à travers des modelages, des sculptures à échelle humaine ou grâce à une imagerie en 3D, faite à partir de 80 photos d'un même visage, avec quelques millimètres de décalage, ce qui donne un effet high-tech saisissant où les mouvements des visiteurs sont suivis du coin de l'œil par ces hommes d'autrefois. « J'ai choisi cette installation sous forme d'hologramme dans le but de magnifier les muscles et les regards et à la fois de souligner l'étonnante diversité des faciès au sein du genre homo, explique Elisabeth Daynès. Les deux scuptures que j'expose ici représentent l'homme de Chancelade daté à 16 000 ans et la femme de l'Abri Pataud datée de 20 000 ans et tous les deux découverts en Dordogne, entièrement recréés avec leurs parures. »

L'ambition de « Chairs des Origines » est claire : mettre des visages sur ces acteurs de l'évolution, « ces masques qu'a revêtus l'évolution humaine pendant des millions d'années ». L'exposition nous invite à nous interroger sur la signification que nous donnons au visage, au crâne. Pouvons-nous nous reconnaître dans ces figures d'antan ? Véhiculent-ils des émotions, des pensées ? Rendez-vous à l'Hôtel de région avant le 5 décembre, et vous saurez.

Jules Haverlan
Par Jules Haverlan

Crédit Photo : Jules Haverlan / Aqui!

Partager sur Facebook
Vu par vous
10354
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !