Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

  • 14/05/18 | Bordeaux fait le point avec Darwin

    Lire

    Le maire de Bordeaux a réuni ce matin en mairie de Bordeaux des représentants de l'éco-système Darwin et de Bordeaux Métropole aménagement pour tenter de réconcilier les deux parties, en conflit depuis plus d'un an sur des emprises de la caserne Niel. Il a confirmé la cession à Darwin de deux hangars déjà occupés de manière provisoire (skate-park et dépôt Emmaüs), sous la forme d'un potentiel futur bail emphytéotique. En revanche, pas question de céder du terrain sur les 2000 mètres carrés de l'actuelle ferme urbaine : elle sera bien remplacée par la construction d'un parking prévu dans le cadre de la ZAC Bastide-Niel.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | « Des Lear » au Théâtre des Quatre Saisons: une autofiction signée Vincent Nadal

29/11/2008 |

Vincent Nadal

Shakespeare, Lear, Nadal, logique non ? En tout cas c'est ce que semblait penser Vincent Nadal en nous présentant la genèse de son spectacle sur la scène de la Boîte à Jouer en octobre dernier. Venu à Bordeaux il y a quelques semaines pour une série de représentations au petit théâtre des Chartrons, il poursuit son itinéraire cette semaine en présentant son spectacle « Des Lear »au Théâtre des Quatre Saisons de Gradignan, suivi de son « Ubu Roi »

Visiblement friand des détournements de textes classiques, dans sa revisitation shakespearienne il nous convie à partager son théâtre de l'intime, au cours d'une séance d'autofiction sur les traces de Vincent Nadal et de son double de scène. Un spectacle fait de bric et de broc dans lequel l'imagination prend le pouvoir pour dépeindre la psychée trouble du comédien, tiraillé entre son monde de fiction et celui dans lequel il s'offre à nous.

Lorsque Shakespeare se fait prétexte
Si le rapport scène-salle a toujours suscité des réflexions théâtrales sur la manière de faire tomber ou non le 4eme mur, Vincent Nadal opère très explicitement son choix. Ici, pas de représentation distanciée dans laquelle des personnages fictifs s'emploient à raconter une histoire, mais plutôt une expérimentation pour brouiller les pistes du jeu et d'une éventuelle classification. Le postulat est ainsi posé : Vincent Nadal le comédien s'assoie face à nous pour évoquer la genèse de son spectacle autour du « Roi Lear » et son parti pris vis-à-vis du texte. Installé dans un espace confiné, très proche du public, il s'adresse à l'auditoire de façon directe, instaurant une étrange sensation d'intimité. Le jeune comédien se livre alors de façon touchante, un peu balot sur les bords, nous faisant part en toute naïveté de ses aspirations et de ses divagations face à l'œuvre de Shakespeare. Tantôt absent, tantôt gêné, le sourire en coin, il communique sa passion et par la même occasion nous projette dans son univers fantasque au décor composé d'objets personnels, tel ce sac rouge de l'Athénée Plazza lui évoquant les suites présidentielles desrois et reines et la couleur du pouvoir. A chaque accessoire son histoire, celle vraie ou non du comédien qui se raconte par le biais de ces effets. Shakespeare se fait alors prétexte, excuse aux délires de Vincent Nadal qui s'amuse, ouvrant les portes de son imaginaire poétique et drôle, mais étrangement fuyant par moments.

Des Lear... de la lubie à la folie
Des Lear, délires, La Cie les Lubies, on ne pourra pas dire qu'on avait pas eu d'indices. Forcémment ce garçon ne pouvait être tout à fait lisse. Le doux rêveur du début de la pièce cachait-il en son sein une bête schizophrénique, un adepte de « fantaisies soudaines », renversant à tout jamais la belle image qu'on en avait ? Des tendres épisodes sur « Mon amie la rose » bientôt il ne restera presque rien, le comédien se faisant happer par un esprit bien plus tenace que la folie : le théâtre. Pris à son propre piège, le voilà grignotté par les mots de Shakespeare, incapable de résister aux tirades qui l'assaillent lorsqu'il évoque les scènes du partage du royaume ou de la tempête. Dans une confusion totale, il joue et bien, le texte du dramaturge, puis tente de s'en extirper pour nous rappeler qu'il est toujours là, lui, Vincent Nadal. Entre anecdotes personnelles et déraisons shakespeariennes, il s'engouffre progressivement dans une double mise en scène, absorbant les désormais multiples personnalités de sa pièce. Dès lors on se souvient que le comédien n'en est pas à son premier spectacle de famille comme il nous le laissait croire, lui qui quelques semaines auparavant foulait les planches du CDN de Sartrouville en tant qu'artiste associé. L'aller-retour est en réalité très maîtrisé, la maladie contrôlée entre les mains du démiurge Nadal. A l'exception d'un seul paramètre qu'il n'aurait pu prévoir...l'addiction du public à l'une ou l'autre de ses deux entités. Sans rien ôter à la justesse du comédien dans les deux registres, il en est un plus touchant et vrai que l'autre. Le Vincent Nadal explorant sa vie à la lumière de ses lubies est drôle, émouvant parfois violent et se suffit à lui-même. Alors bien sûr, pas de « Des Lear » sans Shakespeare. Mais quand bien même, pourquoi ne pas imaginer un jour un tome intégral des aventures du Nadal, petit bricoleur de la scène et raconteur d'anecdotes sur le théâtre et sur la vie. Car si le grand Will a d'ores et déjà acquis ses lettres de noblesse, il est certain de nos contemporains qui possèdent une plume suffisamment ingénieuse pour parfois demander qu'on en oublie l'efficacité au profit de la nouveauté.

HF

Des Lear de Vincent Nadal, le 27 novembre au Théâtre des Quatre saisons de Gradignan
Ubu Roi de Vincent Nadal, le 28 novembre au Théâtre des Quatre saisons de Gradignan

Renseignements et réservations :
Tél : 05 56 89 98 23 / billetterie@t4saisons.com / http://www.t4saisons.com/

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
986
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !