Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/11/18 : Gironde: le préfet de Gironde et Nouvelle-Aquitaine annonçait la réouverture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation à 19h15

19/11/18 : Charente-Maritime : grosse mobilisation des gilets jaunes encore aujourd'hui, avec des barrages filtrants renouvelés à La Rochelle, Royan et Saintes aux entrées et en sorties de villes.

19/11/18 : Le Château Smith Haut Lafitte a été sacré International Best Of Wine Tourism 2019 à Adélaïde (Australie). Sur 393 candidats au plan mondial, seuls 10 ont reçu ce trophée venant récompenser les propriétés les plus remarquables en matière d’œnotourisme

19/11/18 : Dordogne : lundi après midi, ils subsistaient encore une dizaine de points rassemblement organisés par les Gilets jaunes : à Thiviers, Mussidan, Montpon, Sarlat, Terrasson, Port de Couze, Eymet, St Laurent s/Manoire, Bergerac, Chancelade et Trélissac.

19/11/18 : Charente-Maritime : les communes de Marennes et de Hiers-Brouage, près de l'île d'Oléron, s'apprêtent à fusionner. Une charte commune a été adoptée par les élus lors du dernier conseil municipal du 15 novembre au soir.

19/11/18 : Charente-Maritime : Ce lundi matin, des manifestants bloquaient les accès sur la voie publique aux dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle. Les forces de sécurité sont intervenues afin de rétablir la libre circulation - opération sans incident.

19/11/18 : Une subvention de 50 000 euros a été votée en faveur de l’association « SOS Méditerranée » lors de la commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui s’est tenue le vendredi 16 novembre à Bordeaux.

17/11/18 : Lors de l'ouverture des Rencontres littéraires "les Idées mènent le monde" à Pau, François Bayrou a annoncé le désistement du penseur Edgar Morin, pour des raisons de santé. Il devait initialement intervenir ce 17 novembre dans la matinée.

15/11/18 : Une nouvelle invitée vient rejoindre les 21 personnalités des Idées mènent le Monde (Pau): Christine Ockrent interviendra sur "Europe : évitons la marginalisation", samedi 17 novembre à 16h30.

15/11/18 : L'auteur palois David Diop, lauréat ce 15 novembre du prix Goncourt des lycéens pour son ouvrage Frère d'âme (Editions du Seuil), participera au Grand débat de Lettres du monde – Welcome ! vendredi 23 novembre, 18h30 à la cour d'appel de Bordeaux

15/11/18 : Journée nationale d’action samedi 17 novembre. En Lot-et-Garonne, les accès aux supermarchés, stations-service, centres-villes et à l’A62 risquent d’être perturbés. Plus d'infos sur http://www.lot-et-garonne.gouv.fr/

14/11/18 : Rencontre/débat avec les parlementaires du 47 autour de la réforme des retraites et des nouvelles revendications de l'ADRA 47 le vendredi 16 novembre à 14 H 30 à la Salle de l'Orangerie du Conseil Départemental d'Agen.

14/11/18 : Dans la continuité de la réflexion d’Agen 2030, des tables rondes autour du handicap et de l’accessibilité de la Ville d’Agen sont proposées le lundi 19 novembre de 14 h à 16 h 30, Salle des Illustres à l’Hôtel de ville d’Agen.

14/11/18 : Dans le cadre de la Journée international des droits de l’enfant, le centre social Maison pour Tous de la Masse (Agen) présentera le 20 nov dans son local à 17 h 30 les travaux des enfants inscrits au CLAS autour de la charte nationale.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/11/18 | Gilets jaunes : l'après 17 novembre en région

    Lire

    Le mouvement des gilets jaunes a continué dimanche, avec des opérations péages gratuits en Charente-Maritime, deux gardes à vues et la RN10 perturbée en Charente et le péage de Virsac toujours occupé en Gironde. Ce dernier a fait l'objet de dégradations "sur plus de 800 mètres" note la préfecture, notamment des glissières de sécurité arrachées et une chaussée "très abimée". Evacués par les forces de l'ordre ce lundi matin, les manifestants ont rapidement libéré les lieux. Ce lundi, le pont d'Aquitaine était toujours fermé (évacué à 11h)et un barrage filtrant installé sur le pont François Mitterrand, perturbant le trafic.

  • 19/11/18 | Vienne: 2.9M€ en soutien aux FPF

    Lire

    Les "Fonderies du Poitou Fonte" (FPF) qui font l'objet d'un plan de redressement industriel de 12 M€, vont bénéficier de 2 aides du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine: une subvention d'investissements de 1,2 M€ et un prêt public de 1,7 M€ pour aider à la restructuration financière de l'entreprise. Les dispositifs régionaux de formations sont aussi mobilisés à destination des salariés. Le projet subventionné consiste notamment à consacrer une ligne de production à de nouveaux produits. Une diversification qui vise à sortir de la dépendance aux pièces du véhicule diesel vue la chute rapide des volumes de ce marché.

  • 19/11/18 | A Limoges, « La lavandière et le Tommy »

    Lire

    Le musée de la Résistance de Limoges présente dans le cadre du Centenaire de la Guerre une exposition pédagogique du 19 novembre au 17 février 2019. Au travers d’une quinzaine de panneaux et de nombreux objets d’époque, l’exposition rend hommage aux troupes britanniques. Elle met aussi en avant le devoir de reconnaissance et de mémoire grâce à la construction des monuments aux morts notamment.

  • 19/11/18 | Bordeaux : l'histoire de l'antisémitisme en expo

    Lire

    C'est une première à Bordeaux: l'exposition "L'Antisémitisme du Moyen Âge à nos jours", conçue par la LICRA, présente en 36 panneaux les origines et la montée de l'antisémitisme à travers le temps. Ayant pour but de sensibiliser à la lutte contre l'antisémitisme, cette exposition illustre l'histoire des attitudes hostiles aux juifs et de l'antisémitisme actuel qui durant le XXème siècle a causé la mort de millions de personnes. Une exposition qui permet aussi de mieux appréhender certains faits de l'actualité, en Europe ou au Moyen Orient. A voir jusqu'au 23 novembre dans le hall d'entrée de Bordeaux Métropole.

  • 16/11/18 | Libourne et le dessin...180 ans d’amour

    Lire

    Du 19 au 23 novembre, pour fêter les 180 ans de l’Ecole de Dessin de Libourne, l’école municipale se délocalise au sein de l’Hôtel de Ville pour proposer de nombreuses séances de dessins gratuites et ouvertes à tous : dessin d’observation dans l’Hôtel de Ville, dessin d’après des sculptures au musée, workshop arts graphiques, exposition...Mais attention le nombre de places est limitée. Inscription : 05 57 25 02 58

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | « L'espace habité est un corps vivant » : regards sur le relogement à Floirac

24/04/2012 |

Ecrans

Pourquoi les anciens habitants d'une tour HLM pleurent-ils quand la dynamite la réduit en poussière, alors qu'ils se sont plaint des années durant de devoir y résider ? Organisée par « Côté Sciences » à Floirac, la rencontre entre le sociologue Patrick Baudry et la photographe Anne-Laure Boyer a permis de revenir sur les ruptures que peuvent provoquer les opérations de rénovation urbaine, sur cette émotion du départ qui n'a pas seulement à voir avec la nostalgie.

La cité Libération à Floirac. Un quartier en pleine restructuration. Et cela se voit. Un vrai chantier, hérissé de barrières, plein de trous, de chausse-trappes et d'impasses inattendues. Difficile de trouver les locaux de « Côté Sciences », insérées dans l'école primaire du quartier, cachés derrière la Maison des Savoirs Partagés. Une vingtaine de personnes sont pourtant venues, principalement des éducateurs, des assistantes sociales impliqués dans les relogements mais aussi quelques habitants, comme Robert Fleury qui vient de la cité Yves Farges de Bègles. Il a traversé toute la Cub pour venir témoigner : « La destruction de la tour où vous avez vécu pendant 38 ans, c'est l'odeur de la dynamite pendant trois secondes. Mais il vous faut plusieurs mois pour que vous retrouviez dans dans votre nouveau logement "l'odeur du chez vous". »

Intérieur de chez soi, intérieur de soi
Anne-Laure Boyer suit depuis plusieurs années les opérations de déconstruction/reconstruction urbaines sur l'agglomération bordelaise. Photographies à l'appui, elle raconte comment elle en est venue à capter les destructions des bâtiments mais aussi le mouvement même des déménagements : la disparition des meubles d'un logement, leur réapparition dans un autre, sous une autre lumière, dans une autre vibration. Sur proposition des assistantes sociales qui accompagnent les personnes relogées, elle vient photographier l'espace domestique des habitants avant leur déménagement définitif. « En voyant mes photos, les gens redécouvrent parfois leur intérieur. A force de vivre dedans, ils ne le voient plus ou ne pensaient pas que cela puisse faire une belle photographie », raconte la plasticienne. Des photos qui ont bien sûr un rapport avec le travail de deuil que doivent faire les personnes relogées. « Cependant, précise Anne-Laure Boyer, mes images ne doivent pas se substituer à leur mémoire, à leur propre perception de leur intérieur. »
Robert Fleury confirme : « Partir de chez soi et prendre un nouveau départ, ce n'est pas facile. On a jeté des souvenirs, on a dû se débarrasser de certains meubles. Le regard d'Anne-Laure sur notre appartement, c'est un plus. Nous, on est "des gens dans bas" comme disait l'autre, on n'a pas de sens artistique. Mais il fallait bien que puisse se dire cette émotion qui nous a pris, parce que nous, on n'a pas demandé de partir. Alors je lui dis "merci" et "bravo", parce qu'on avait besoin de cet accompagnement. »

Les images comme révélateurs
« Nous sommes traversés par les images », ajoute Patrick Baudry. « Les images peuvent démêler le moi unique que je crois être, il fait advenir une extraordinaire et magnifique vulnérabilité. » Sans jamais « faire le prof », le sociologue de l'Université de Bordeaux 3 explique comment l'espace ne relève pas seulement de l'étendue mais aussi des pratiques : « L'habitation, c'est la pratique des lieux qui dépasse leur simple fonction. Avez-vous essayé de faire un café dans une maison que vous ne connaissez pas ? Vous allez mettre une demi heure pour trouver le sucre, les filtres et les petites cuillères là où votre hôte mettra trente secondes. Moi, je vois l'habitation comme une pratique de la cabane. » Le monde de l'enfance affleure soudain, où l'imagination et le sens pratique oeuvrent de concert pour construire des individualités.

Les photographies et les vidéos d'Anne-Laure Boyer montrent les logements vides, les immeubles éventrés, pas les habitants des cités, ni les ouvriers des entreprises de démolition. Pourtant, comme le souligne Patrick Baudry, « ce sont toujours des corps qui sont en jeu dans ces espaces et leurs reliefs ». Les images montrent « en creux », la vie des habitants ; les espaces, les objets et les lumières sont le négatif des existences réelles, concrètes. Un parfum se dégage de ces traces qui marquent à la fois la durée et le passage : marque d'un cadre ou de la silhouette d'un meuble sur une tapisserie, voile de poussière sur un rideau abandonné, couche de crasse au bas d'un mur sous une commode désormais disparue, fastidieux démontage et remontage d'une armoire en panneaux de particules agglomérées...

Une lointaine cicatrice
Depuis le moment où, encore adolescente, elle cherche à capter à l'aide d'un appareil jetable le déménagement de sa famille, Anne-Laure Boyer traque les passages des corps dans les espaces, entre disparition et résurrection. Elle prend pour cela le temps de la rencontre et insiste sur ce moment où après la rupture, le chamboulement parfois, du déménagement, les gens commencent à se raconter. Les vertus de la médiation artistique sont discutées dans l'assistance où la parole circule bien. Patrick Baudry approuve : « Aujourd'hui, les transitions, on les efface et en les effaçant, on se met en péril. » Il esquisse alors ce qui rapproche la recherche scientifique et le travail artistique : « Ce qui m'intéresse, c'est le moment où l'autre vous raconte quelque chose de ce qui lui est arrivé. »

La photographe cherche par le visible à questionner l'invisible, le sociologue cherche à comprendre les pratiques au-delà du discours qui en est tenu. Une même posture de départ unit les deux démarches : se poser des questions sans y chercher trop vite des réponses. Laisser la raison des choses et la vérité des êtres affleurer dans le regard et l'écoute qui leur sont offertes.

 

Vincent Goulet

Arts et sciences. Regards croisés sur les constructions et les reconstructions urbaines
Côté Sciences, 13 avenue Pierre Curie - Floirac - 05 56 86 18 82

Ouverte depuis 18 mois, cet antenne de Cap Sciences se veut un espace de médiation et de ressources scientifiques sur la Rive droite. Elle accueille sa première grande exposition autour du travail photographique et vidéo d'Anne-Laure Boyer, visible tous les samedi après-midi jusqu'au 3 avril inclus.

Photos : Anne-Laure Boyer et Valérie Jbali.

Partager sur Facebook
Vu par vous
1297
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !