Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

30/07/20 : Le maire d'Anglet Claude Olive, après entretien avec le préfet, a pris la même décision que Maïder Arosteguy et fermera ses 4,5km de plage de 22 h à 6 h à partir du 4 août. Une décision logique en raison de la proximité des deux stations balnéaires.

30/07/20 : En Dordogne, aucun record de température n'est tombé ce jeudi 30 juillet. Météo France a enregistré un maximal de 39 degrés aux Eyzies, dans la vallée de la Vézère. Le département est placé en vigilance jaune jusqu’au samedi 1er août à 12 heures.

30/07/20 : 600 millions d'euros, c'est l'enveloppe annoncée par le premier ministre au président des Régions de France Renaud Muselier dans le cadre d'un "accord de méthode" signé à Matignon pour préserver leur capacité d'investissements après la crise du Covid

30/07/20 : Albin Chalandon,l'une des figures de la V° république et du gaullisme, qui occupa plusieurs postes ministériels dont celui de Garde des Sceaux mais fut aussi PDG du groupe Elf-Aquitaine est décédé à l'âge de cent ans.

30/07/20 : A Pau, le départ de la course cycliste féminine « Donnons des ailes au vélo » sera donné le 6 août à 8 heures au Tour des Géant Stade Tissié. Cette course reprend les 21 étapes du Tour de France parcourues par les cyclistes masculins.

30/07/20 : Ce jeudi, sur la Côte basque, Biarritz devrait battre ses records de chaleur avec 41°, soyons fous, selon les spécialistes, ressenti 47°. Bref la Côte basque flirtera avec sa concurrente d'Azur, voire en matière de culture assumée, sa cousine, la Corse.

29/07/20 : Surf, longboard, bodyboard, Stand-up paddle... les meilleurs surfeurs du département des Landes sont attendus les 1er et 2 août à Labenne Océan pour le Championnat des Landes Open et Junior.

29/07/20 : A mi-parcours de la saison estivale, avec 64 destinations et une évolution très positive des flux de voyageurs, l’Aéroport de Bordeaux va rouvrir le Hall B au public, à compter du jeudi 30 juillet.

29/07/20 : En concertation avec les SDIS, Météo France et la DFCI, les préfètes de la Gironde, des Landes et du Lot-et-Garonne élèvent la vigilance "risque feux de forêt" au niveau orange (vigilance élevée/niveau 3 sur 5) dans leur département, du 29/07 au 2/08

21/07/20 : Le 17 juillet dernier, la Commission Permanente du Conseil régional a décidé d’attribuer un montant de 11 592 542 euros à SNCF Réseau pour le financement des travaux de régénération de la ligne Angoulême-Beillant.

20/07/20 : L'agglo de Pau propose un service de location gratuite de broyeur ainsi que 8 formations préalables à l’obtention d’une carte de prêt. Ces formations se tiendront les 6, 10, 18 et 28 août, puis les 3, 15, 17 et 24 septembre.+ d'info

20/07/20 : 294 délibérations, 2943 dossiers d'aides et 39 opérations de travaux ont été votés par les élus régionaux, réunis en Commission permanente le 17 juillet dernier. Au total, plus de 275 M€ de subventions.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 03/08/20 | Pau : chèvres et brebis reviennent entretenir les praires urbaines

    Lire

    24 brebis landaises et 4 chèvres des Pyrénées vont prendre leurs quartiers d'été à Pau à compter du 3 août. Une démarche d'écopâturage mise en oeuvre dans 4 espace de la ville, choisis en concertation avec les jardiniers. Objectif: un entretien écologique des prairies permettant à la biodiversité de se développer, une fertilisation naturelle des sols et la réduction des déchets verts. C'est aussi un moyen pour la ville de "soutenir les éleveurs locaux et de participer à la conservation de races locales". Interdiction d'entrer dans les enclos, de toucher et de nourrir les animaux afin de leur garantir un séjour paisible.

  • 03/08/20 | De nouveaux vélos à assistance électrique à Pau

    Lire

    Depuis quelques jours, 60 nouveaux vélos à assistance électriques ont été livrés à Idelis, portant à 700 la flotte totale de vélos à assistance électrique acquise par Pau Béarn Pyrénées Mobilités et louée par Idelis. Ces vélos de fabrication française de la marque Arcade sont disponibles à la location longue durée auprès d’Idelis, soit par téléphone au 05 59 14 15 16 ou sur le site www.idelis.fr. Ils disposent d’une batterie 36V/9aH, d‘un antivol intégré, d’un compteur digital, d’un panier avant et d’une selle confort pour une autonomie de 40 kilomètres.

  • 02/08/20 | Régionales : Alain Rousset sera bien candidat

    Lire

    Laurence Rouède, la première adjointe du maire de Libourne et vice-présidente du Conseil Régional l'annonce dans un post ce dimanche 2 août : Alain Rousset sera bien candidat pour un cinquième mandat en mars prochain. Et elle sera sa directrice de campagne ajoutant : « La Nouvelle-Aquitaine a de beaux atouts, et elle a montré sa capacité d'intervention auprès des habitants et des collectivités sous la présidence d'Alain Rousset qui a su la faire entrer dans un monde en transition écologique, notamment avec la feuille de route Néo Terra »

  • 02/08/20 | Une nouvelle voie verte entre Croix de Buzy et Eaux-Bonnes (64)

    Lire

    La Communauté de communes de la Vallée-d'Ossau (CCVO) souhaite aménager une voie cyclable reliant le sud de Pau à la station thermale des Eaux-Bonnes. Un axe qui répond à un enjeu régional et territorial en structurant une pratique cyclable de loisirs dans une vallée touristique. Il permettra une connexion entre l'itinéraire national V81 "Bayonne-Perpignan", traversant l'agglomération de Pau, et la route des Cols, axe pyrénéen de montagne positionné sur un cyclisme très sportif. En cohérence avec son Schéma régional des véloroutes 2020-2030, la Région octroie 226 816 € à la CCVO pour ce projet

  • 02/08/20 | Le marché IDOKI à Espelette fête ses 22 ans

    Lire

    Les producteurs fermiers IDOKI maintiennent ce vendredi 14 août, de 10h à 18h, leur marché sous les Halles du marché d'Espelette. Cette année, Covid oblige, le traditionnel repas avec 7 assiettes au choix n'aura pas lieu, mais les producteurs feront tout de même découvrir et déguster leurs produits dont ceux des quatre appellations d'origine protégée du Pays Basque : fromage de brebis Ossau Iraty, les vins d'Irouléguy, le jambon de porc Kintoa et le Piment d'Espelette. Au total une vingtaine de fermes IDOKI participent à ce marché

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | « L'espace habité est un corps vivant » : regards sur le relogement à Floirac

24/04/2012 |

Ecrans

Pourquoi les anciens habitants d'une tour HLM pleurent-ils quand la dynamite la réduit en poussière, alors qu'ils se sont plaint des années durant de devoir y résider ? Organisée par « Côté Sciences » à Floirac, la rencontre entre le sociologue Patrick Baudry et la photographe Anne-Laure Boyer a permis de revenir sur les ruptures que peuvent provoquer les opérations de rénovation urbaine, sur cette émotion du départ qui n'a pas seulement à voir avec la nostalgie.

La cité Libération à Floirac. Un quartier en pleine restructuration. Et cela se voit. Un vrai chantier, hérissé de barrières, plein de trous, de chausse-trappes et d'impasses inattendues. Difficile de trouver les locaux de « Côté Sciences », insérées dans l'école primaire du quartier, cachés derrière la Maison des Savoirs Partagés. Une vingtaine de personnes sont pourtant venues, principalement des éducateurs, des assistantes sociales impliqués dans les relogements mais aussi quelques habitants, comme Robert Fleury qui vient de la cité Yves Farges de Bègles. Il a traversé toute la Cub pour venir témoigner : « La destruction de la tour où vous avez vécu pendant 38 ans, c'est l'odeur de la dynamite pendant trois secondes. Mais il vous faut plusieurs mois pour que vous retrouviez dans dans votre nouveau logement "l'odeur du chez vous". »

Intérieur de chez soi, intérieur de soi
Anne-Laure Boyer suit depuis plusieurs années les opérations de déconstruction/reconstruction urbaines sur l'agglomération bordelaise. Photographies à l'appui, elle raconte comment elle en est venue à capter les destructions des bâtiments mais aussi le mouvement même des déménagements : la disparition des meubles d'un logement, leur réapparition dans un autre, sous une autre lumière, dans une autre vibration. Sur proposition des assistantes sociales qui accompagnent les personnes relogées, elle vient photographier l'espace domestique des habitants avant leur déménagement définitif. « En voyant mes photos, les gens redécouvrent parfois leur intérieur. A force de vivre dedans, ils ne le voient plus ou ne pensaient pas que cela puisse faire une belle photographie », raconte la plasticienne. Des photos qui ont bien sûr un rapport avec le travail de deuil que doivent faire les personnes relogées. « Cependant, précise Anne-Laure Boyer, mes images ne doivent pas se substituer à leur mémoire, à leur propre perception de leur intérieur. »
Robert Fleury confirme : « Partir de chez soi et prendre un nouveau départ, ce n'est pas facile. On a jeté des souvenirs, on a dû se débarrasser de certains meubles. Le regard d'Anne-Laure sur notre appartement, c'est un plus. Nous, on est "des gens dans bas" comme disait l'autre, on n'a pas de sens artistique. Mais il fallait bien que puisse se dire cette émotion qui nous a pris, parce que nous, on n'a pas demandé de partir. Alors je lui dis "merci" et "bravo", parce qu'on avait besoin de cet accompagnement. »

Les images comme révélateurs
« Nous sommes traversés par les images », ajoute Patrick Baudry. « Les images peuvent démêler le moi unique que je crois être, il fait advenir une extraordinaire et magnifique vulnérabilité. » Sans jamais « faire le prof », le sociologue de l'Université de Bordeaux 3 explique comment l'espace ne relève pas seulement de l'étendue mais aussi des pratiques : « L'habitation, c'est la pratique des lieux qui dépasse leur simple fonction. Avez-vous essayé de faire un café dans une maison que vous ne connaissez pas ? Vous allez mettre une demi heure pour trouver le sucre, les filtres et les petites cuillères là où votre hôte mettra trente secondes. Moi, je vois l'habitation comme une pratique de la cabane. » Le monde de l'enfance affleure soudain, où l'imagination et le sens pratique oeuvrent de concert pour construire des individualités.

Les photographies et les vidéos d'Anne-Laure Boyer montrent les logements vides, les immeubles éventrés, pas les habitants des cités, ni les ouvriers des entreprises de démolition. Pourtant, comme le souligne Patrick Baudry, « ce sont toujours des corps qui sont en jeu dans ces espaces et leurs reliefs ». Les images montrent « en creux », la vie des habitants ; les espaces, les objets et les lumières sont le négatif des existences réelles, concrètes. Un parfum se dégage de ces traces qui marquent à la fois la durée et le passage : marque d'un cadre ou de la silhouette d'un meuble sur une tapisserie, voile de poussière sur un rideau abandonné, couche de crasse au bas d'un mur sous une commode désormais disparue, fastidieux démontage et remontage d'une armoire en panneaux de particules agglomérées...

Une lointaine cicatrice
Depuis le moment où, encore adolescente, elle cherche à capter à l'aide d'un appareil jetable le déménagement de sa famille, Anne-Laure Boyer traque les passages des corps dans les espaces, entre disparition et résurrection. Elle prend pour cela le temps de la rencontre et insiste sur ce moment où après la rupture, le chamboulement parfois, du déménagement, les gens commencent à se raconter. Les vertus de la médiation artistique sont discutées dans l'assistance où la parole circule bien. Patrick Baudry approuve : « Aujourd'hui, les transitions, on les efface et en les effaçant, on se met en péril. » Il esquisse alors ce qui rapproche la recherche scientifique et le travail artistique : « Ce qui m'intéresse, c'est le moment où l'autre vous raconte quelque chose de ce qui lui est arrivé. »

La photographe cherche par le visible à questionner l'invisible, le sociologue cherche à comprendre les pratiques au-delà du discours qui en est tenu. Une même posture de départ unit les deux démarches : se poser des questions sans y chercher trop vite des réponses. Laisser la raison des choses et la vérité des êtres affleurer dans le regard et l'écoute qui leur sont offertes.

 

Vincent Goulet

Arts et sciences. Regards croisés sur les constructions et les reconstructions urbaines
Côté Sciences, 13 avenue Pierre Curie - Floirac - 05 56 86 18 82

Ouverte depuis 18 mois, cet antenne de Cap Sciences se veut un espace de médiation et de ressources scientifiques sur la Rive droite. Elle accueille sa première grande exposition autour du travail photographique et vidéo d'Anne-Laure Boyer, visible tous les samedi après-midi jusqu'au 3 avril inclus.

Photos : Anne-Laure Boyer et Valérie Jbali.

Partager sur Facebook
Vu par vous
1899
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 5 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !