Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/06/18 | Thalys : de nouvelles lignes au départ de Bordeaux

    Lire

    C'est la compagnie ferroviaire Thalys qui l'a annoncé directement ce mardi 19 juin : un aller-retour par semaine, sans arrêt, entre Bordeaux et Bruxelles tous les samedi sera proposé à partir du mois de juin 2019. Deux autres allers-retours quotidiens ont aussi été annoncés à des échéances plus courtes. À compter d'avril 2019, vous pourrez donc voyager en Thalys au départ de Bordeaux vers Amsterdam, Rotterdam, Anvers, Bruxelles, Roissy et Marne-la-Vallée. Enfin, Thalys a annoncer la révision de ses 26 rames à horizon 2022.

  • 19/06/18 | L'hôtel de ville de La Rochelle renaît de ses cendres

    Lire

    Cinq ans après l'incendie qui l'a ravagé, l'hôtel de ville retrouve ses couleurs. Sa toute nouvelle toiture, couverte d'une bâche, sera découverte devant le grand public de 13h à 17h, le jeudi 21 juin. Plusieurs animations musicales sont prévues durant l'opération, dont 70 coquelicots géants et chantants dès la place de la Caille. Une fois le toit de l’Hôtel de Ville et ses ardoises visibles, resteront les arceaux métalliques du chapiteau qui seront retirés jusqu’au 15 août.

  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | « Les arbres se taisent » de Francine Burlaud, remportent le Prix Littéraire d'Aquitaine 2008

22/11/2008 |

couv les arbres se taisent

Décerné pour la quatrième fois par l'association Savoir-Faire d'Aquitaine, le Prix Littéraire d'Aquitaine récompense un ouvrage ayant pour cadre l'Aquitaine, ou parlant de celle-ci, et publié par un éditeur opérant dans la région. Seul l'auteur peut venir d'ailleurs. Cette année, le choix du jury composé de 12 membres, tous experts ou baignant dans la littérature, s'est prononcé en faveur du roman « Les arbres se taisent » de Francine Burlaud. Cette agrégée de lettres et enseignante de lycée signe ainsi son premier ouvrage, nous livrant un mélange de récit psychologique et de roman noir dans une histoire de femme blessée, impatiente de se venger.

La sélection s'est faite à partir d'une vingtaine de textes publiés dans les deux dernières années (celle en cours et la précédente). Parmi eux, trois ont été finalement choisis pour une ultime étape de délibérations. En dehors donc du vainqueur, ce furent les romans de Benjamin Hoffman « Le monde est beau, on peut y voyager » des Editions Bastingage et « La glycine d'Hasparren » d'Elise Harrer des Editions Atlantica. La lauréate recevra à cette occasion un chèque de 1500€, qui lui sera remis des mains du président du Conseil régional d'Aquitaine, Alain Rousset en janvier prochain. Le prix accorde, enfin, le privilège de faire partie du jury de la prochaine édition.

Plaisir de lire, beauté de style, thème
«On a admiré ce roman par sa qualité littéraire, le brio de l'écriture et sa structure qui le rend très agréable à lire.» affirme Chantal Detcherry, présidente du jury et lauréate en 2005 pour «Riches Heures». L'ouvrage n'a pu manquer bien entendu de références à l'Aquitaine. «C'est une des conditions et le roman évoque effectivement différents lieux, notamment l'Aquitaine, mais les éléments les plus importants relevaient de la qualité du récit.» Ainsi le plaisir de la lecture, la beauté du style et le thème furent ces éléments qui ont visiblement séduit le jury. «J'ai voulu raconter une histoire de telle manière qu'on veuille tourner les pages.» explique pour sa part Francine Burlaud. Bien que reconnaissante, l'auteur avoue cependant «ne s'y être pas tellement attendue», d'autant plus qu'elle affirme être loin de se lancer dans une nouvelle aventure romancière.

Francine burlaudEtre lauréat, un handicap ?
«Mon écriture était celle d'une innocence jouissive du premier roman...» raconte Francine Burlaud en ajoutant cependant : «...mais le prix est maintenant pour moi plus une angoisse, une pression, qu'un élan pour continuer.» Ce sentiment devient paradoxalement renforcé par un certain «handicap» du métier d'enseignant en lettres. «D'un côté c'est une aide, puisque je crois que si l'on n'a pas lu, on ne peut pas écrire ; mais c'est de même un handicap à cause des hautes idées que l'on se fait de la littérature...» explique l'auteur. «... Quand on pense à se mettre à côté d'écrivains qu'on estime, de ces génies de la plume, on ressent tout simplement la honte de vouloir écrire après eux.»

L'oeuvre n'est rien sans son public
Selon Jean Suhas, président de Savoir-Faire d'Aquitaine, là n'est pas la question. «Ce qui représente la vraie valeur d'un ouvrage c'est cette osmose nécessaire qui doit naître dans le rapport entre l'auteur et son lecteur.» C'est donc seulement en la révélant au public, que l'oeuvre gagne un intérêt quelconque. «Les roses, si on les enferme dans une pièce sans lumière, quelle couleur auront-elles ? Vous ne le saurez jamais puisque vous ne les avez jamais vues. C'est pareil pour une oeuvre littéraire.» constate M. Suhas. Etablir donc ce lien d'osmose entre l'oeuvre et son public, l'artisan et ses clients. Telle est la démarche de Savoir-Faire Aquitaine dans une volonté de « faire croiser » les chemins des différentes cultures, traditions et savoir-faires qui représentent l'identité de la Région.

Aquitaine - la recherche d'une identité
C'est précisément cette quête d'identité de l'Aquitaine qui fut à l'origine de la création de l'association, soutenue par le Conseil régional. «On a voulu savoir ce qu'il peut y avoir de commun, par exemple, entre un mec du Périgord et du Pays basque.» explique M. Suhas. «On voit bien que l'Aquitaine est une région ou cohabitent de différentes langues, cultures, histoires et religions, donc comment trouver une identité à un ensemble si hétérogène finalement.» Il est cependant évident qu'il doit y avoir quelque chose que les Aquitains partagent de sorte qu'on les distingue aujourd'hui des habitants des Bouches du Rhône ou des Bretons.

De la garbure au rugby

Les arbres se taisent -Francine Burlaud
Acheter ce livre chez Mollat.com

«Tenez par exemple, la garbure, c'est une soupe dont la recette demeure source de bagarres sans nom.» dit M. Suhas. «Les Landais la feront avec des choux, les Basques sans ; on voit aussi qu'on a écrit des choses sur la garbure, cinq pages lui sont consacrées dans les mémoires de voyages d'Alexandre Dumas.» On ne peut oublier la tradition du ballon ovale. «Je me rappelle encore ma grand-mère qui me lavait mon maillot lorsque je revenais de l'entrainement.» raconte M. Suhas. «A un moment donné elle le regarde et me dit : "T'as pas beaucoup plaqué aujourd'hui." C'est aussi ça le Sud-Ouest.»

Pas « une » mais « des » identités
L'objectif serait donc de pouvoir croiser ces savoir-faires différents. «Il n'y a pas d'identité aquitaine, il y a des identités.» constate M. Suhas. «Elles ont toutes des significations et raisonnances différentes selon l'angle que l'on adopte, qu'il soit littéraire, musical, gastronomique, géographique etc.» Le «mariage» de ce panorama d'identités s'exprime par l'organisation de rencontres, évènements, publications qui mettent la habitants de la région plus en commun.

Piotr Czarzasty

Savoir Faire d'Aquitaine
37, Rue Gén de Larminat, Bordeaux
05 56 93 58 66
www.savoir-faire-aquitaine.com

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
2241
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !