Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/05/18 : "Accords commerciaux : CETA, Mercosur... où en sommes-nous?" C'est le thème de la conférence qu'organise dans ses locaux agenais la Maison de l'Europe 47. Elle sera animée par V.Rozière, députée européenne Sud-Ouest et J.Louge, conseiller au CESER.

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 24/05/18 | Bordeaux: un projet de territoire numérique intelligent

    Lire

    Bordeaux Métropole vient de confier à SPIE ICS, filiale de services numériques du groupe SPIE, la conception, la fourniture et la maintenance d'un système de télégestion d'équipements connectés dans le quartier du stade Matmut Atlantique. Objectif de ce projet pilote de territoire numérique intelligent : « réduire les consommations énergétiques et collecter des informations sur les équipements publics afin d'optimiser les services proposés aux usagers ». Exemple : évaluer le taux de remplissage des containers permettra de rationaliser les tournées de relève et ainsi diminuer la pollution et le trafic.

  • 24/05/18 | Les huîtres du Bassin d'Arcachon toujours bloquées

    Lire

    Nouveau coup dur pour les huîtres du Bassin d'Arcachon : l'interdiction provisoire de la pêche et de la consommation de tous les coquillages prononcée vendredi par la préfecture de la Gironde n'a pas été levée, même après de nouvelles analyses effectuées par IFREMER ce lundi. En cause : la présence, toujours à un seuil supérieur à la norme, d'une micro-algue (dinophysis) pouvant potentiellement provoquer des troubles gastriques. Pour que l'interdiction soit levée, les ostréïculteurs du Bassin doivent attendre deux tests négatifs avant de reprendre la commercialisation, sauf en cas de stockage avant l'interdiction.

  • 23/05/18 | Ford Blanquefort : les délégués syndicaux déboutés

    Lire

    Nouvelle déconvenue ce mardi pour les salariés de l'usine Ford de Blanquefort : cinq délégués syndicaux ayant assigné la direction en justice pour "délits d'entrave au fonctionnement du comité d'entreprise" le 7 mai dernier viennent de voir leur demande déboutée par le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux. Le groupement reprochait au constructeur d'avoir rendu des ordres du jour imprécis lors du dernier Comité d'entreprise de mars, notamment à propos de la décision de l'arrêt des investissements sur le site de Blanquefort, annoncé en février. Les cinq délégués ont choisi de faire appel.

  • 23/05/18 | Trains : des perturbations ce week-end

    Lire

    Ce mercredi, la SNCF annonce un blocage du trafic des trains au sud de la Gare de Bordeaux ce week-end (jusqu'à dimanche 14h) en raison de la pose définitive du pont de la Palombe au dessus du noeud ferroviaire. Pour les voyageurs, aucun TGV ne circulera entre Bordeaux et Arcachon, Tarbes et Hendaye. Pas de train non plus entre Bordeaux et Facture, Morcenx (au delà, ce sera en TER vers Mont-de-Marsan) ou Toulouse (seulement quelques Intercités Agen-Toulouse-Marseille, mais pas de TGV). Enfin, pour la ligne Bordeaux-Le Verdon, les voyageurs sont invités à prendre le bus jusqu'à Pessac, puis à voyager en TER.

  • 23/05/18 | Le Festival du film citoyen revient à La Rochelle

    Lire

    Le 3e édition du festival du film de prévention, citoyenneté et jeunesse de La Rochelle se déroulera du 31 mai au 2 juin au Cinéma CGR Dragon, Cours des Dames sur le Vieux-Port. Au programme : 32 courts métrages réalisés par des 11/25 ans venus du monde entier ; France, Canada, Mexique, Roumanie, Belgique, Algérie, Congo, Albanie, Tunisie, Cameroun, Portugal, Macédoine, Maroc. Le FestiPrev avait attiré 3 500 spectateurs et 10 000 visiteurs sur le Village du festival en 2017. www.festiprev.com

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | « Les Républicains espagnols à Bordeaux : De la II République à la Résistance française », nouvelle exposition au Centre Jean Moulin

20/11/2008 |

ExpoRépublicainsEsp

A quelques mois du 70ème anniversaire de la « Retirada », qui a vu des centaines de milliers de Républicains espagnols fuir le régime de Franco après la guerre civile de 1936-39, la ville de Bordeaux rend hommage à ceux qui avaient décidé de s'installer dans la capitale girondine. Et ce à travers une exposition consacrée d'une part aux grands intellectuels et militaires espagnols fondateurs de la Seconde République, au drame de la guerre civile et d'autre part à l'engagement des Espagnols aux côtés des Français dans la Résistance ainsi qu'à leur apport dans la vie culturelle de la ville des années 40-50.

La présence des Espagnols dans le Sud-Ouest remonte cependant à bien plus longtemps. Les premiers furent les membres de la communauté carliste, représentants de l'aristocratie espagnole qui s'était ralliée à Napoléon. Ensuite, une grande vague d'immigration suivit après la Première Guerre Mondiale, lorsque la France décimée, manquait désespérément de main d'oeuvre. Enfin la « Retirada " pousse quelques 500 000 Républicains à traverser les Pyrénées pour s'installer essentiellement à Toulouse et à Bordeaux. Le sort qui leur est réservé n'est cependant pas une partie de plaisir. La ville de Bordeaux, dépassée par le nombre de nouveaux arrivants, les répartit dans des camps de concentration. Ils n'y restent que 2 ans. Sous le régime de Vichy il n'ont ensuite que le choix entre différents travaux publiques ou la Résistance.

Un regard impartial
Mise en place par le Musée d'Aquitaine, l'exposition commence par une partie historique présentant la Seconce République de 1931 à 1939, à travers une soixantaine de biographies des grandes figures de la République, aussi bien républicains que nationalistes. « Notre intention n'était en aucun cas d'occulter qui que ce soit ou de prendre partie pour un des camps. » affirme Daniel Gonzalez, commissaire de l'exposition. « On a voulu adopter un regard d'historien, excessivement impartial. » On aura ainsi l'occasion de lire les unes de La Petite Gironde relatant la guerre civile, une dizaine de photos jamais publiées, montrant les différentes étapes de la guerre à travers les visages des Républicains, tantôt souriants tantôt en larmes, fuyant leur patrie sur des embarcations vers les ports français.

On pourra ensuite admirer les objets qu'ils ont emportés avec eux. « On voit bien qu'ils faisaient leurs valises en hâte, en prenant les choses qui leur paraissaient les plus importantes. » remarque M. Gonzalez. Parmi eux donc, des actes de naissance, des passeports, photos de famille, un peu de terre même. Mais on peut aussi rencontrer des objets qui, compte tenu des circonstances, sembleraient dérisoires, comme une poupée, des couverts, fils et aiguilles, réveil...

Pablo Sanchez, celui qui a sauvé le Pont de pierre
Dans une autre partie on verra les héros espagnols de la Résistance qui ont notamment contribué à la libération de Bordeaux. L'exposition nous présente un dénommé Angel Villar, ouvrier sur les chantiers de la base sous-marine, qui fut le porte-parole d'autres ouvriers espagnols auprès des Allemands. « On a même ici son dictionnaire espagnol-allemand qui lui a permis non seulement de mieux communiquer avec les nazis au nom de ses compatriotes, mais aussi de profiter de ses capacités linguistiques pour tromper les allemands et accomplir de nombreux actes de sabotage. » raconte M. Gonzalez. Angel Villar n'est pas le seul bien entendu. « Ici vous voyez par exemple les photos des obsèques de Pablo Sanchez qui a empêché la destruction du Pont de pierre, miné par les Allemands. »

Des Zarzuelas aux corridas en passant par la danse de Carmen Amaya
carmen amayaEnfin un dernier volet de l'exposition se voit consacré à la vie culturelle de la communauté espagnole à Bordeaux. « Après la deuxième guerre mondiale les Espagnols commencent à louer des salles et monter des spectacles, pièces de théâtre, opérettes. » raconte M. Gonzalez. Les plus populaires sont les opérettes appelées « Zarzuelas ». On met en scène des classiques de la littérature espagnole ; l'affiche du programme d'« El Abuelo » de Benito Pérez Galdós, joué le 25 juin 1950 à la Casa de España en est emblématique. C'est aussi l'apogée du Cabaret "El sol y sombra" sur le cours de la Marne qui voit évoluer les plus grandes célébrités artistiques d'Espagne, avec notamment Pepe Marchena et son chant inoubliable ou la sublime gitane Carmen Amaya, émerveillant ses spectateurs avec une danse envoûtante et pleine de grâce. Les visiteurs ont d'ailleurs l'occasion de les voir tous les deux en vidéo lors de l'exposition. Il ne faut pas oublier, bien entendu, la corrida que les Espagnols importent dans la région. Les premières arènes apparaissent alors au Bouscat dès 1921 avec une capacité d'accueil de plus de dix mille spectateurs.

La rencontre avec l'histoire des Républicains espagnols ne se contente pas néanmoins de la seule exposition. Celle-ci est accompagnée de nombreuses conférences traitant de la Seconde République sous ses divers aspects qu'ils soient politiques, culturels ou sociaux.

Piotr Czarzasty

Du samedi 22 novembre 2008 au dimanche 22 février 2009
du mardi au dimanche de 14h00 à 18h00
Entrée libre - Fermé les lundis et jours fériés

Centre Jean Moulin
48 rue Vital Carles
33000 Bordeaux
Tél. : 05 56 79 66 00

Partager sur Facebook
Vu par vous
1503
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !