12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

  • 08/12/17 | Les événements nautiques de La Rochelle annoncés au salon Nautic de Paris

    Lire

    Le salon Nautic a été l'occasion pour La Rochelle d'annoncer les événements de 2018. En avril, la ville accueillera L'Hermione avant son départ en méditerranée. En mai, ce sera la première édition des Assises de la plaisance et du nautisme. A partir de juillet, 4 championnats européens de sport de glisse vont se succéder (catamaran, dériveur et forty-niners). Sans oublier les traditionnels rendez-vous de la Semaine du Nautisme ou du Grand Pavois, qui se tiendra du 26 septembre au 1 octobre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Le désengagement de l’Etat sur Lascaux IV passe mal

11/09/2012 | L’annonce du ministre de la Culture de l’abandon de la participation de l’Etat sur la reproduction intégrale de la grotte de Lascaux suscite émoi et interrogations

Le célèbre Taureau trident de Lascaux

Ce 10 septembre dans un entretien accordé au Monde, la ministre de la culture, Aurélie Filippetti, a annoncé que l’Etat abandonnait sa participation financière dans la réalisation du futur centre d'art pariétal de Montignac. Le projet est évalué à 48,6 millions. Le site devrait ouvrir aux visiteurs le 1er juillet 2015. Ce projet se veut l'équipement touristique et culturel de référence au niveau international pour la Dordogne. Bernard Cazeau a indiqué que le projet n’est pas abandonné et en appelle à l’arbitrage du Président de la République. Le désengagement de l’Etat suscite une vive émotion et des interrogations.

Le futur centre d’art pariétal, connu sous le nom de Lascaux 4, se veut pour les concepteurs du dossier avec en tête le Conseil général de la Dordogne, qui en assure la maîtrise d’ouvrage, un équipement touristique et culturel de référence. Evalué à 48,6 millions d’euros, ce projet comprendra une réplique de la grotte originelle plus complète que Lascaux II.  Depuis 1983, le site est la reproduction d’une partie des peintures de la grotte. Il accueille chaque année 300 000 personnes dont 250 000 entrées payantes. Seuls deux sites en Dordogne dépassent 200 000 visiteurs : Lascaux II et le château de Castelnaud. Lascaux est géré par la Sémitour. Lascaux II génère 2,5 millions de CA annuel avec la billetterie et les produits dérivés.

Forte de plus de deux millions de visiteurs  par an, la Dordogne voit chaque année s’accroître le poids du tourisme dans le champ économique. Il représente 22 % de l’activité. Parmi les moteurs de ce développement la préhistoire et surtout Lascaux. Concernant la préhistoire, onze grottes, abris ornés et sept gisements sont ouverts au public. Cet ensemble unique accueille 500 000 visiteurs, malgré des contraintes en termes de capacité d’accueil et de protection du patrimoine.

L’abandon du dossier est inimaginableC’est pourquoi, malgré le désengagement de la participation de l’Etat, en Dordogne, personne, à gauche, comme à droite, n’ose imaginer l’abandon du dossier. Bernard Cazeau, le président du Conseil général, Germinal Peiro, le député du Sarladais et vice-président du Conseil général en charge du tourisme et Alain Rousset, président de la région Aquitaine ont décidé de se battre ensemble pour que le dossier puisse aboutir et trouver des solutions alternatives de financements, sans doute en faisant appel à du mécénat privé. Un retard sur le calendrier est jugé préjudiciable. Le calendrier est en effet lancé. Pour une ouverture prévue au 1er juillet 2015, le choix de l’architecte doit intervenir au plus tard début octobre. Le démarrage du chantier est fixé à mi-décembre 2013 pour une ouverture au public le 1er juillet 2015. Convaincu que la seule façon de maintenir l'accès public aux sites patrimoniaux fragiles comme Lascaux, à travers des répliques, le Conseil général de la Dordogne a lancé dès 2010 deux grands projets : Lascaux III et Lascaux IV. Lascaux III est un  concept d’exposition itinérante dans les grands musées du monde. L’idée est de proposer à un  public qui n’aura jamais l’occasion de venir en Périgord, des répliques grandeur nature et fidèles des peintures de la grotte originelle, en faisant appel aux technologies numériques avancées. Aujourd’hui, Lascaux III est réalisé, son financement bouclé. Cette exposition sera inaugurée dans un mois à Bordeaux. Des contrats sont passés avec plusieurs musées américains, et on peut imaginer que l’exposition à Cap Sciences amènera d’autres signatures. Ces locations aux musées internationaux représentent un apport de ressources conséquentes. Si on ajoute le mécénat privé tant français qu’international, les collectivités devraient rentrer dans leur investissement de 3 millions d’euros.

L’engagement des collectivitésPour Bernard Cazeau, la décision de la ministre de la Culture est « surprenante dans la mesure, où la mise en œuvre de ce grand projet structurant pour la Dordogne répond d’abord à la nécessité de sanctuariser la colline de Lascaux et ceci à la demande de l’Etat et de l’Unesco. » La réalisation du projet Lascaux IV n’est pas abandonnée. Le département de la Dordogne et la région Aquitaine se disent prêts à prendre en charge le financement permettant d’assurer la finalisation du dossier avec le soutien financier d’entreprises privées. Alain Rousset l’a assuré lors de sa conférence de presse de rentrée (lire par ailleurs). Les collectivités sont en effet engagées sur plusieurs plans : l’achat des terrains à la demande de l’Etat, les études préalables et le concours réalisés dans le cadre d’un accord avec l’Etat sous la conduite du Préfet de région, la présélection des équipes d’architectes et des scénographes.

La cohérence du dossierLe projet est cohérent au regard de la dimension culturelle de la politique d’aménagement du territoire, de la politique touristique régionale s’attachant à valoriser l’intérieur de la région au regard de la présence massive sur le littoral et de la dimension internationale de Lascaux mise en avant pour promouvoir le Périgord.  Les projections financières (sur la base d’une estimation de 400.000 visiteurs par an) sont de nature à générer des retombées intéressantes sur l’économie régionale, sans parler des travaux engagés localement. 

En outre, là où le bât blesse c'est que la dizaine de projets annoncés comme abandonnés par la Ministre  étaient financés sur les seuls fonds publics de l’Etat. Leur arrêt apparaît cohérent au regard des économies nécessaires à réaliser. Sauf que Lascaux IV est conçu sur la base d’un accord tripartite Etat/ Région/ Département avec un apport de 16,2 millions d’euros par partenaire. Avec la participation de fonds européens, la part de l’Etat aurait pu être réduite à douze millions d’euros voire à dix millions et non à  50 millions comme le laissent entendre les propos d’Aurélie Filippetti. Elle ne mentionne pas non plus les autres partenaires.

Autre point de débat, la sanctuarisation de la colline de Lascaux voulue par l’Etat et l’Unesco implique d’interdire la circulation sur la colline, donc l’accès à  Lascaux II, dont la gestion est confiée à la Sémitour, société d’économie mixte constituée par le Département . Les cars vont donc continuer à circuler vers Lascaux II, sauf si la sanctuarisation est décidée de manière effective. Dans ce cas là, la question de l’indemnisation de la Sémitour se pose inévitablement.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Conseil général de la Dordogne

Partager sur Facebook
Vu par vous
866
Aimé par vous
3 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 14 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !