Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

  • 14/05/18 | Bordeaux fait le point avec Darwin

    Lire

    Le maire de Bordeaux a réuni ce matin en mairie de Bordeaux des représentants de l'éco-système Darwin et de Bordeaux Métropole aménagement pour tenter de réconcilier les deux parties, en conflit depuis plus d'un an sur des emprises de la caserne Niel. Il a confirmé la cession à Darwin de deux hangars déjà occupés de manière provisoire (skate-park et dépôt Emmaüs), sous la forme d'un potentiel futur bail emphytéotique. En revanche, pas question de céder du terrain sur les 2000 mètres carrés de l'actuelle ferme urbaine : elle sera bien remplacée par la construction d'un parking prévu dans le cadre de la ZAC Bastide-Niel.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Le Festival du Périgord Noir : A Saint-Amand-de-Coly, quand le baroque prend un coup de jeune.

09/08/2011 |

Rodrigo Ferreira

Trente musiciens, chanteurs et instrumentistes entre 17 et 30 ans, joueront Dimanche 7 Août 2011 à l'Abbaye de Saint-Amand-de-Coly. Ils préparent avec passion et enthousiasme deux oeuvres de la moitié du XVIIe siècle, de Marc Antoine Charpentier et Purcell, à la gloire de la Sainte patronne des musiciens, Sainte Cécile. Entre deux répétitions, Aqui ! a fait la rencontre d'Elena Rakova, soprano d'origine russe, et Rodrigo Ferreira, contre ténor d'origine brésilienne : deux jeunes choristes très talentueux. Ils vivent à Paris, et c'est dans la capitale qu'ils ont passé une audition pour participer au festival, devant un jury composé notamment de Michel Laplénie, et Véronique Iaciu.

@qui ! - Vous êtes ici entourés de grands spécialistes de l'époque baroque, Michel Laplénie, Simon Heyerick, Yvon Repérant, des pionniers. Que saviez-vous de l'époque baroque avant de venir, et pourquoi avoir eu envie de participer au Festival du Périgord Noir?

Elena - Je suis partie de Russie pour changer un peu de vie. C'est à mon arrivée en France que j'ai commencé le chant lyrique, au conservatoire de Paris. En Russie, nous n'avons pas de tradition baroque aussi ancrée qu'en France. Ça fait un petit moment que je chante de la musique baroque. Je chante plutôt en soliste. En général, en musique baroque, les solistes eux-mêmes chantent les parties de chœur avec un petit effectif de un, deux ou trois chanteurs par voix.

Je suis passée par les académies de musique baroque avec l'ancienne génération des Arts Florissants. Pour ce festival, j'ai passé, comme tous les jeunes ici, une audition à Paris, avec une œuvre imposée et une œuvre au choix. Il y a cinq minutes d'échauffement vocal, l'audition à proprement parler, puis un petit entretien. Je dois reconnaître que cette audition était un peu plus sympa que les auditions classiques.

Ce festival est avant tout une expérience. Tout le monde est plus ou moins en apprentissage, au seuil de sa carrière. Il ne s'agit pas d'une grosse production où tout le monde est déjà dans le métier. Alors voilà, c'est comme une boule de neige ça peut ouvrir des portes et donner suite à d'autres projets. Et bien entendu, le nom de Michel Laplénie fait un certain effet sur un CV.

@! - Qu'avez-vous trouvé dans la musique en France, que vous ne trouviez pas au Brésil ?

Rodrigo - Je viens de Sao Paulo, je suis venu à Paris pour les études. Et puis je suis resté. Aujourd'hui je suis au CRR de Paris, au « jeune chœur de Paris » - d'ailleurs certains autres choristes ici en font aussi partie. On m'avait conseillé d'aller en France, en Allemagne, en Italie, ou en Angleterre. Et à ce moment-là j'avais envie d'apprendre le français. Et puis c'était Paris, une ville qui compte près d'un conservatoire par arrondissement, et où la musique classique est valorisée.

De plus, je ne cache pas que la cuisine française est incroyable, il n'y a que des bonnes choses, la diplomatie française aussi, j'ai appris beaucoup de choses sur ce plan là. En France, par rapport à d'autres pays comme le Brésil, il y a un confort. La sécurité sociale est une grande avancée ; ou encore des acquis comme le statut d'intermittent du spectacle : ça organise la vie, avec sérénité.

@! - À Saint-Amand-de-Coly vous vivez depuis plusieurs jours la musique avec des jeunes musiciens que vous ne connaissiez pas avant de venir. Quelle est l'ambiance ici entre les jeunes ? Qu'avez-vous appris de cette expérience ?

Rodrigo - Ici on est heureux, le site est magnifique, on mange bien, et entre nous ça se passe toujours bien, je suis déjà venu il y a deux ans.

J'ai énormément appris par ce festival. Le jeune chœur de Paris est une formation extrêmement complète, on fait beaucoup de musique contemporaine et ancienne aussi. Mais ici ça devient une vraie plongée dans le monde baroque, dans le style. Et les trois enseignants sont très pointus. Simon, Michel et Yvan font partie des pionniers du développement de la musique baroque en France et en Europe, avec la création de la fondation des Arts Florissants. Spécialistes, ils connaissent tout : les interprètes, les partitions, les instruments, les enregistrements, les grandes productions et créations baroques : pour nous, c'est un vrai régal.

C'est aussi une véritable formation. Nous avons par exemple des cours de diction anglaise. Chaque année, on développe davantage l'apprentissage des voyelles anglaises, le travail des consonnes, percussives et vocales. C'est riche et complexe à la fois, car on est sensés aller au maximum de l'interprétation tout en restant dans quelque chose de sobre et soutenu.

@! - Le niveau semble élevé, du moins à la hauteur des exigences de vos trois professeurs. Le monde baroque, aussi rigoureux soit-il, offre-t-il une atmosphère particulière par rapport à d'autres mondes de la musique ?

Elena RakovaElena - Il règne ici une très bonne ambiance et on a tous fait de belles rencontres. Je trouve que c'est un bon niveau, un niveau qui me correspond. Harmonieux et élevé, le niveau définit aussi l'ambiance. D'ailleurs les musiciens et les chanteurs s'entendent très bien entre eux. Il n'y a aucune différence, en tout cas je n'en ressens aucune. Ce n'est pas toujours le cas, du moins dans le monde lyrique. L'opéra par exemple, c'est complètement différent : les musiciens sont dans la fausse et les chanteurs dans un monde appart, très souvent les musiciens ne savent pas de quoi il s'agit. Au contraire, dans la musique baroque, les instruments sont très à l'écoute de la voix, du texte, et c'est une chose que j'ai remarquée : dans le monde baroque, l'écoute de l'autre est particulièrement intéressante par rapport à d'autres productions.

@! - Ce festival est un tremplin ou du moins un bon bagage pour la suite. Quels sont vos projets pour les prochains mois?

Rodrigo - Pour la suite, je prévois de chanter pour le Festival de la Chaise Dieu en Haute Loire, du 18 au 30 Août 2011. Puis en janvier prochain, avec Stagittarius, je chanterai à l'Opéra de Bordeaux « La Barca di Venezia per Padova », d'Adriano Banchieri - oui, un retour dans Sud Ouest que j'aime beaucoup, je deviens un habitué... Je chanterai ensuite avec un ensemble qui s'appelle Le Balcon, à l'Eglise Saint Merri, à Paris. En mars 2012, je participerai à un opéra rock sur ACDC, à Lille, avec une compagnie de théâtre/danse avec laquelle je travaille assez souvent. Et pour finir la saison, s'ensuivra en juin récital de musique romantique à l'opéra de Lille, avec un pianiste leader de Strauss, Alphonse Cémin.

 

 

 

Propos receuillis par Fanny Cheyrou

"Caecilia, virgo et martyr " de Marc Antoine Charpentier, "Hail, bright Cecilia" (Ode à Sainte-Cécile) de Henry Purcell ce 7 août à 15h et 21h à l'Abbaye de St-Amand-de-Coly

Partager sur Facebook
Vu par vous
1121
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !