Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

  • 21/06/21 | Pau, ville moins polluée par les particules fines

    Lire

    Sur les 323 villes européennes sondées, Pau est la 1ère ville française du classement établi par une étude de l’Agence européenne pour l’environnement parue le 17 juin. L’étude de fait notamment ressortir un taux de particules fines en suspension supérieur aux valeurs établies par l’OMS pour 196 villes européennes sur les 323 sondées. Dans notre région, Pau affiche un taux de PM2,5 de 5,6 µg/m³, Bayonne de 6,4 µg/m³ et de 9,23 µg/m³ pour Bordeaux. Selon l’OMS, il ne faut pas dépasser le seuil de 10 microgrammes de PM2,5 par mètre cube d’air (10 µg/m³). En trop grande quantité, les particules fines sont nocives pour la santé.

  • 21/06/21 | L'Orchestre des Champs-Elysées au musée Sainte-Croix de Poitiers

    Lire

    L'Orchestre des Champs-Elysées se produira, le mercredi 23 juin à 19h et 21h dans l'Auditorium du musée Sainte-Croix de Poitiers. Une partition de Rimsky-Korsakov, sommet de la littérature musicale de la fin du 19e siècle, sera présentée dans une version de chambre avec violon, violoncelle, clarinette et piano. Le musée offre la possibilité de visiter l’exposition temporaire (visible jusqu'au 4 juillet) "L'Amour fou ? Intimité et création (1910-1940)" avant le concert. Le concert est gratuit mais les réservations sont obligatoires : www.musees-poitiers.org

  • 21/06/21 | Lavaveix-les-mines (23) réhabilite ses bâtiments

    Lire

    La commune de Lavaveix-les-mines en Creuse souhaite réhabiliter l’ancienne infirmerie afin d’en créer un logement locatif à destination de jeunes agriculteurs ou de nouveaux arrivants envisageant d’y développer une activité professionnelle agricole. Afin de proposer les meilleures conditions de logements possibles, la réhabilitation correspondra à des performances énergétiques et une haute qualité environnementale.

  • 21/06/21 | A La Rochelle, le 2e tour se jouera avec les anciens candidats aux municipales

    Lire

    La Rochelle 1, le binôme falorniste/PS Christophe Bertaud et Marylise Fleuret-Pagnoux passe au 2e tour avec 28,83% des voix devant les écologistes (20,87%). A La Rochelle 2, ce sont les fountainistes Dominique Guégo et Marie Nedellec qui sont en tête avec 32% des voix contre 24,13% pour la liste LR. Sur La Rochelle 3, le duo EELV Marion Pichot - Jean-Marc Soubeste, ex candidat aux municipales se distingue parmi les 7 listes en lice avec 28,19% des voix.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Le Festival du Périgord Noir, un bastion de culture qui résiste à l'annulation

16/06/2020 | Pour sa 38ème édition le festival du Périgord Noir a opté pour une réduction du public afin de garantir la tenue du festival malgré la crise sanitaire.

Jean-Luc Soulé, président et fondateur du festival du Périgord Noir

Chaque année le Festival du Périgord Noir réunit de nombreux visiteurs autour des artistes qui se produisent dans différentes communes de la Dordogne. Cette année l’organisation du festival s’est bien évidemment heurtée à la crise sanitaire, mais les organisateurs ne se sont pas résignés à son annulation. Toutes les mesures nécessaires ont été prises et le festival de musique classique, baroque et jazz aura donc bien lieu cette année du 6 au 10 août 2020 pour une saison intitulée « Allegro vivace ». C’est l’un des rares événements culturels du département à avoir échappé à l’annulation, le festival de la Vézère et Sinfonia n’ont pas eu cette chance. Retour sur ce maintien audacieux avec Jean-Luc Soulé, Président du Festival.

« Cette saison était importante pour nous, car on s'approche d'une date fatidique avec la 40ème édition du Festival du Périgord Noir, j'ai créé le festival en 1982 donc on est très vigilant sur le fait de ne pas rater cet anniversaire et cela aurait été dommage d'avoir une année blanche », explique Jean-Luc Soulé, président du festival. Alors que les manifestations culturelles annonçaient successivement l’annulation des événements, le président et ses équipes travaillaient à rendre possible la tenue de cet événement. Les raisons étaient nombreuses, mais il en allait de la survie même du festival, « si on avait fait une année blanche il aurait été difficile de reprendre en 2021 » se désole Jean-Luc Soulé, « on aurait eu du mal à garder les équipes mobilisées en plus des bénévoles et j'ai donc fait le choix de ne pas nous placer sous le régime du chômage partiel, justement dans l'optique de préparer une saison. Nous voulions souder l'équipe autour d'un objectif à court terme, celui de la 38ème saison. Ne pas maintenir cette édition aurait été un facteur de démobilisation trop important ».

Le Festival engagé au côté des artistes

En plus de l’intérêt des organisateurs, les artistes censés venir se représenter sur scène se seraient retrouvés léses dans une période terrible pour le monde artistique. « Parmi les raisons qui nous ont poussé à nous mobiliser pour proposer un festival cette année il y a bien évidemment les artistes. Ce sont ceux avec lesquels on travaille au quotidien, et pour beaucoup, ce sont des amis et des gens que l'on respecte. Il a donc fallu maintenir la possibilité de jouer et pour ceux qui ne pourraient pas être inclus dans la saison, de les reporter en 2021 » affirme le président. Ce choix a aussi été poussé par l’intérêt des Périgourdins et des touristes: « on s'attend à ce que le public qui ne va pas pouvoir partir en vacances très loin se mette à redécouvrir l'intérieur de la France et notamment le Périgord. Le festival est important à la fois pour les résidents qui aiment pouvoir bénéficier de concerts de musique baroque et de jazz sur leur territoire, mais aussi pour les touristes. À l'issue d'une journée à se balader à vélo, à faire du canoé ou à visiter des grottes et des châteaux, certains apprécieront d’avoir la possibilité d’écouter un spectacle de musique. J'espère avoir un vrai engouement cet été de la part du public même si bien évidemment certains lieux ne pourront pas accueillir autant de public que d'habitude », rappelle-t-il.

Une organisation revue de bout en bout

Il est en effet nécessaire pour les organisateurs de faire des concessions importantes afin de garantir une prise en compte optimale des mesures de distanciation sociale. Il était primordial de réduire les lieux et le nombre de visiteurs; « on souhaitait proposer un programme de découverte dans des édifices exceptionnels, mais qui pourraient accueillir un certain nombre de personnes et on a fait le constat que certaines communes étaient encore en demande pour accueillir le festival. Il a donc fallu choisir les structures les plus spacieuses. On a choisi 3 lieux, le cinéma de Montignac, Lascaux IV et puis l'abbaye de St Amand-de-Coly qui est un lieu qui se prête très bien aux concerts baroques » annonce Jean-Luc Soulé.
Bien que ces lieux aient été choisis pour la capacité d’accueil importante dont ils disposent, ils sont aussi adaptés à la mise en place de tous les gestes barrières comme l’explique le président du festival tout en rappelant la difficulté d’identifier le nombre de visiteurs accepté pour les concerts: « nous travaillons en ce moment avec notre régie pour identifier la jauge de spectateurs finale en fonction de la distance réglementaire qui sera acceptée. On créera ensuite des files d'entrées et de sorties spécifiques et l’on a choisi les lieux en fonction aussi de la possibilité qu'ils aient plusieurs entrées afin de réguler les flux de visiteurs. On mettra bien entendu à disposition du public des gels et des masques pour ceux qui les ont oubliés. Tous les gestes indispensables seront respectés et on y veillera avec beaucoup de précautions ».  

Un programme ambitieux malgré un format réduit
Malgré la mise en place de ces mesures, certains rendez-vous incontournables ne pourront pas avoir lieu comme à l’habitude, « on a malheureusement dû renoncer à l'Académie baroque cette année, car il est risqué pour eux de réunir des jeunes dans des gîtes avec une proximité trop grande. D'autant plus qu'ils travaillent en très grande proximité. Ça nous a malheureusement conduit à annuler cette académie et d'autres programmes internationaux qui posaient des problèmes d'un point de vue sanitaire », déplore Jean Luc Soulé. Pour autant, malgré ces difficultés d'organisation le programme se veut ambitieux.
Le jeudi 6 août à 18h, en ouverture du festival le public appréciera de découvrir ou de redécouvrir Les quatre saisons de Giovanni Antonio Guido, un compositeur italien, qui à l’instar de Vivaldi a lui aussi composé ses quatre saisons en 1728 et qui seront interprétées par l’Ensemble Diderot. Le concert aura lieu à l’abbaye de St-Amand-de-Coly, « un lieu exceptionnel » selon le président du festival. Autre lieu, autre ambiance à Lascaux IV à Montignac qui accueillera le samedi 8 août à 21h la Grande soirée de Jazz Manouche qui mettra à l’honneur le violoniste Baiju Bhatt et des musiciens venus de Suisse, d'Italie, de Belgique ou de Paris. Du 9 au 10 août le festival prendra ensuite ses quartiers à la Chartreuse des Fraux, afin de proposer trois concerts de jazz avec en vedette des musiciens comme Marianna Bednarska, Airelle Besson, Vincent Segal, Pierre Genisson ou encore Bruno Fontaine.

Les personnes qui sont intéressées par les différents concerts peuvent réserver en passant soit par le site internet du festival soit par téléphone au 05 53 51 61 61. Pour en savoir plus sur le programme du festival, vous pouvez retrouver l’ensemble des informations complémentaires ici

Clément  Bordenave
Par Clément Bordenave

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
7133
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !