Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Le futur centre d'art pariétal de Montignac ouvrira en mai 2016

23/11/2012 | L'équipe d'architectes et de scénographes du cabinet norvégien Snohetta a dévoilé cet après-midi le projet Lascaux IV.

La maquette de Lascaux 4 dévoilée avant l'ouverture en 2016

L'équipe d'architectes et de scénographes de l'agence Snohetta était en Dordogne aujourd'hui pour présenter le projet de centre international d'art pariétal. Le futur bâtiment de 8800 m2 se présentera en forme de faille qui s'élèvera doucement au pied de la colline. Le financement de ce projet évalué à 50 millions d'euros n'est pas totalement bouclé. La Région et le département de la Dordogne se sont engagés sur 16 millions chacun, le Ministère de la culture, 4 millions, le futur exploitant 2 millions. Des fonds européens et du mécénat privé devraient compléter les 10 millions manquants. L'ouverture au public est prévue pour mai 2016.

Le projet du futur site Lascaux 4, porté par le cabinet norvégien Snohetta (secondé par le Bordelais Duncan Lewis et associé au scénographe britannique Casson Mann) a été présenté ce vendredi après-midi au Conseil général de la Dordogne. L'équipe internationale de 17 personnes, concepteurs, scénographes et architectes, était présente. "Le projet, tout comme l'artiste de la préhistoire, tire parti du relief du paysage. Une légère incision est pratiquée à la limite entre la colline et et la vallée. Travailler sur Lascaux suscite beaucoup d'émotion et c'est un beau challenge. Lascaux nous projette dans l'immensité sacrée du temps, de l'humanité, et de la connaissance," déclare très ému, Kjetil Thorsen, PDG de l'agence norvégienne d'architecture.  Un film, diffusé sur notre site, résume la philosophie du dossier. 

Vivre une expérience uniqueLe futur centre d'art pariétal proposera une fidèle réplique de la grotte originale, reproduisant la salle des taureaux, le diverticule axial, le passage, et la nef, dessinés il y a 17 000 ans.  Les autres lieux remarquables, scène du puits, cabinet des félins, difficiles d’accès seront restitués par des technologies numériques. Le futur centre d’art pariétal a pour ambition de resituer la place de Lascaux au sein du patrimoine mondial. Lascaux sera donc présenté en relation directe avec les autres sites préhistoriques et paléolithiques de la vallée de la Vézère, ainsi que les lieux emblématiques de l’art rupestre et pariétal international. "Notre plus gros travail est de faire en sorte que le visiteur s'approprie le lieu, qu'il vive une expérience unique. Nous souhaitons offrir une mise en condition du corps, entre le virtuel et le réel, entre l'obscurité et lumière, entre végétal et minéral. Pour la visite, chaque visiteur, par groupe de 25 personnes maximum,  devra laisser leurs accessoires du XXI e siècle au vestiaire et s'équiper d'une cape et d'une torche d'explorateur. Le projet Snohetta veut recréer le plus fidèlement possible les conditions de visite de la grotte originale : la température sera entre 13 et 15 ° c, le taux d'humidité proche de 90 %. 

Le projet de Lascaux IV, le futur centre d'art pariétal de Montignac a été dévoilé
par le cabinet d'architecture Snohetta.

Dix millions à trouver A l'occasion de cette présention, Bernard Cazeau est revenu sur le financement et le calendrier de ce projet évalué à 50 millions d'euros. A ce jour, il reste 10 millions à trouver. La Région, souhaitant faire de Lascaux IV un outil majeur de développement touristique, et le Département de la Dordogner se sont engagés à hauteur de 16 millions chacun. "Sans emprunts," précise Bernard Cazeau. Le ministère de la Culture, après de nombreux rebondissements, a promis 4 millions d'euros. Deux millions seront apportés par l'exploitant du site. Ce sera sans doute la Sémitour, société d'économie mixte, qui gère déjà Lascaux II et ses 250 000 entrées. Bernard Cazeau mise sur 8 à 10 millions de fonds européens et sur du mécénat privé, "s'il subsiste une impasse."  Quant au calendrier, il a été précisé. Les architectes et scénographes doivent remettre leur dossier pour la fin août 2013 au plus tard. Avec les procédures d'appel d'offres, les  débuts des travaux sont prévus pour janvier 2014. La fin du chantier est envisagée pour la fin de l'année 2015. Resteront les aménagements paysagers et extérieurs, l'ouverture au public est programmée pour le printemps 2016, sans doute en mai. 

Le futur centre international d'art pariétal de Montignac constitue aussi un enjeu de développement économique, dans un département où le tourisme représente 25 % de l'activité. Le site devrait employer une soixantaine de personnes. 400 000 visiteurs sont attendus.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
869
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !