18/12/17 : Alain Juppé et plusieurs maires dont Martine Aubry réclament le soutien de l'Etat car "2017 s’achève sur une hausse massive de la demande d’asile et de nouveaux arrivants mettant sous une extrême tension les politiques publiques (...) classiques"

17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/12/17 | ProFilBio, la revue sur l’agriculture biologique

    Lire

    Destinée à informer et faciliter l’appropriation des techniques et pratiques de l’agriculture biologique ou alternatives, la nouvelle revue trimestrielle ProFilBio est constituée d’articles de fond sur des techniques de production et de transformation utilisées en bio comme en conventionnel. Celle-ci disponible gratuitement sur abonnement, et exclusivement sous format numérique. A retrouver sur www.nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr

  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Le Mammouth et l'Himalaya - tandem de choc à Cap Sciences

27/10/2007 |

Un mamouth a l'exposition de Cap science

Cap Sciences nous propose cette fois un voyage dans la préhistoire à la redécouverte de phénomènes qui ne cessent de susciter de nos jours des questions et une attention particulières. «Au temps des mammouths» et «Himalaya, Tibet - le choc des continents» sont les deux nouvelles expositions qui nous accueillent à Cap Sciences jusqu'au beau milieu de l'année prochaine.

Créées par le Muséum national d'Histoire naturelle, les deux expositions proposent des sujets pertinents. Leur choix n'est d'ailleurs guère le résultat d'un simple hasard comme l'explique le président du Musem national d'Histoire naturelle, André Menez: «Le mammouth nous est très proche. Il est devenu quelquechose de quotidien d'un côté, mais aussi quelquechose de mythique.» Qu'y a-t-il donc de si fascinant chez le mammouth, que celui-ci demeure par exemple, après des miliers d'années, une des espèces uniques au monde dont on arrive à retenir le nom malgré sa disparition? «Un animal disparu, c'est déjà un sujet qui passionne» remarque Céline Domenc, responsable d'animation à Cap Sciences. On apprend par ailleurs que le mammouth rendit visite jadis en Aquitaine. « Le patrimoine préhistorique très riche de la région en témoigne. Ce témoignage constitue de même un prétexte pour sensibiliser le public, à travers l'exposition, à la découverte de la préhistoire.» souligne Mme Domenc.

Le mammouth ressucité?

L'exposition tente de dépasser cette dimension mythique du mammouth pour rapprocher le public d'un animal qui a bel est bien existé. Et ce à travers la confrontation de notre imaginaire et de nos différentes représentations avec celui des pièces originales, ossements, reconsructions. Le public pourra découvrir non seulement à quoi ressemblait la vie d'un mammouth, mais aussi quel était son rapport avec l'homme ou à quelles fins multiples le prédecesseur de l'éléphant lui a-t-il servi. L'exposition s'interroge aussi sur les causes de sa disparition et parallèlement, dans un contexte de clônage scientifique, sur son éventuelle résurrection.

Le «Toit du Monde»

L'Himalaya mérite bien ce surnom. Mais l'Himalaya c'est plus qu'un massif montagneux. C'est aussi le plateau le plus vaste du monde (cinq fois plus grand que laiconographie himalaya France), où se trouve le Tibet. C'est encore un lieu qui abrite certaines des plus grandes failles et des plus grands fleuves. Ce sont ces différents aspects du plus haut massif du monde, que nous dévoile la deuxième exposition à travers multiples animations, maquettes, jeux intéractifs ainsi qu'une riche iconographie. Elle retrace dans un premier temps l'histoire géologique de l'Himalaya qui l'a vu naître sous l'impact du continent indien détaché de l'Afrique il y a 160 millions d'années. L'histoire de cet impact de continents nous permet de mieux comprendre comment la terre, par sa dynamique interne, peut être à l'origine de climats contrastés, façonner les paysages mais aussi influencer directement les civilisations humaines.

Mont Everest - plus proche du Ciel

L'Himalaya c'est aussi une terre qui abrite plus d'une centaine de peuples de langue, religion et culture différentes. On a l'occasion de les découvrir dans la deuxième partie de l'exposition. Ce milieu parraissant tellement hostile dissimule une mosaïque de civilisations issue d'un côté de l'histoire bien tourmentée de ces peuples mais aussi de contraintes géographiques. Ces facteurs s'appliquent aussi à la diversité religieuse au sein de l'Himalaya. «Beaucoup de croyances locales par exemple s'inspirent de cette diversité de paysages qu'offre l'Himalaya. La neige des plus hauts sommets symbolise les Dieux dans le ciel, les lacs montagneux ébergent les dieux marins, tandis que les sols jaunatres, voir rouges sont le reflet de la vie réelle.» explique Sébastien Cursan, médiateur scientifique à Cap Sciences.

Le mammouth et l'Himalaya méritent donc sûrement un petit détour. Comme l'a fait d'ailleurs le président du Conseil Régional d'Aquitaine, Alain Rousset: «C'est vraiment bien fait et agréable à voir même pour quelqu'un qui ne s'y connaît pas. Par ailleurs, des initiatives comme celles-ci permettent «d'aculturer» à la science, y offrir l'accès à un plus grand nombre. Cap Sciences possède aussi ce «supplément d'âme» nécessaire pour attirer les foules.»

Piotr Czarzasty

 

 

 

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
518
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !