18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Culture | Le Node veut promouvoir l'art numérique

13/03/2015 | C'est ce mercredi 11 mars que s'est déroulée la première conférence sur l'art numérique au Node, espace de co-working bordelais spécialisé dans les ateliers digitaux

David Bagel, ancien dj, était l'un des artistes invités par le NODE

A l'occasion de l'exposition Hardware qui s'est tenue à l'espace 29 du 22 janvier au 14 mars dernier, l'espace de coworking du Node, situé à deux pas de la place du Parlement à Bordeaux, a invité 3 artistes dans le cadre d'une première table ronde consacrée à l'art numérique. Déjà responsable de diverses animations populaires comme le "coding goûter" qui apprend le langage informatique aux enfants, le Node a ainsi fait parler ces artistes du digital. Une initiative destinée à devenir un nouveau rendez-vous pour les sceptiques qui pensent encore qu'une machine ne sert que pour les tâches pratiques.

Gaël Jaton est responsable, depuis 9 ans, de l'espace 29 à Bordeaux, et un artiste du numérique qui expose pour la deuxième fois depuis le 22 janvier dernier avec l'expo "Hardware". Sa spécialité ? Le "glitch art" (esthétisation d'erreurs analogiques ou numériques par manipulation d'appareils électroniques). Un art aussi visuel que musical, qui donne des choses étonnantes en court-circuitant de vieilles machines. À l'occasion du dévernissage de son exposition, il était l'un des invités de l'espace de coworking Node, à Bordeaux, mercredi 11 mars dernier, pour une première table ronde autour de l'art numérique. Accompagnés de David Bagel, ancien "DJ Stamba" qui a pu jouer dans le monde entier, et d'André Lombardo, programmateur spécialisé depuis les années 70 dans la musique expérimentale et les créations sortant des circuits habituels, ils ont disserté sur cet art un peu "underground", véritable contre-culture d'une communauté de passionnés. 

Le numérique, un vieil art récent"C'est un art qui se consomme facilement, via une nouvelle génération d'artistes qui n'hésitent pas à être aussi techniciens. Les arts numériques nous apprennent que l'on peut avoir tous les talents pratiques", confie notamment Gaël Jaton. "Les arts numériques ont une histoire récente. D'abord développés dans la recherche médicale, ils ont intégré l'art dans les années 80 via des petites machines qui ont fait que tout le monde a pu se saisir de ces nouvelles capacités de création". David Bagel porte toujours son intérêt sur ces vieilles machines : c'est l'art du "rétro-computing". "On explore la manière dont on faisait de la musique électronique à l'époque, et on cherche comment la reproduire avec des programmes plus modernes appliqués à ces ordinateurs-là". Grâce à sa musique expérimentale, le musicien de stage professionnel a ainsi pu jouer partout : États-Unis, Canada, Colombie, Bulgarie... 

Pour André Lombardo, en revanche, les arts numériques sont déjà "une vieille histoire. Dès 1987, j'avais déposé un projet pour ouvrir un lieu de recherche en matière de musique expérimentale et de nouvelles technologies. La mairie de Bordeaux, le Conseil régional, tous avaient répondu favorablement. Les travaux ont commencé sur le cours de l'Intendance, il y a même une première manifestation d'artistes avant qu'ils ne débutent. Mais quelques mois plus tard, le projet a stagné. On nous disait qu'on ne voulait pas de concurrence au CAPC, qui en 2015 reste d'ailleurs toujours figé dans l'art conceptuel". Victime de pressions, le projet est abandonné pour des raisons politiques. Le chercheur de talents prend ses distances. En 99, il revient aux commandes de l'association Présence Capitale. Travail avec l'université d'Hourtin, 1er symposium au CAPC... De 99 à 2008, confie-t-il, "on a fait venir tout ce qui pouvait exister en matière de musique expérimentale. Mais tout cela n'a servi à rien. On recevait de minables subventions d'à peine 1500 euros, on nous renvoyait à nous même". 

Une contre-culture devenue populaireLassé de ces échecs à répétition, André Lombardo continue quand même de travailler de son côté. En 2014, il a tenu un colloque sur David Lynch (cinéaste et artiste). Frédéric Autechaud, hôte de la table ronde et spécialisé dans la communication numérique, a souligné l'enjeu de développer cet art à Bordeaux : "Bordeaux est capable d'exposer ces artistes, de générer et d'entretenir l'enthousiasme atour d'eux pour toucher un public plus large. Aujourd'hui, l'art numérique est pourtant très peu représenté : le CAPC est très élitiste, Cap Sciences fait de la pédagogie, tout est un peu disjoint, en train de se mettre en réseau. Confronter les gens à la création numérique, c'est fait pour ventiler les cervelles". Pourtant, "quasiment tout le monde est soumis à cette culture" comme le souligne Gaël Jaton. "La semaine digitale ne sert strictement à rien", dénonce pour sa part André Lombardo. "Aujourd'hui, j'ai peut-être 100 artistes à proposer qui ne demanderaient qu'à venir. C'est donc une volonté et un choix politique de présenter des vitrines technologiques plutôt que de la véritable création. Cette ville considère que ces choses-là sont un peu éphémères". 

Éphémères ? Peut-être pas, puisque c'est son travail numérique sur le son qui a permis au dj de faire le tour du monde. Et quand on voit une démonstration en direct de ce travail sonore et visuel de Gaël Jaton, on se dit que ce serait dommage que ce ne soit qu'éphémère : à partir d'un simple jeu rétro, d'une curieuse antenne et de bidouillages dans les branchements, on arrive à un travail sonore et visuel assez hypnotique : les sons tapent, les couleurs dansent et se mélangent pour un résultat que même les novices pourraient trouver digne d'intérêt. En tout cas, comme le confirme Frédéric Autechaud, "ce type de table ronde, qui avait déjà été testé chez Mollat sans rencontrer de grand succès, peut-être en raison du public visé, est destiné à se reproduire". Et qui sait, peut-être à devenir un nouveau rendez-vous des amateurs d'art et de culture numérique ?  

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
2414
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !