Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Reporté mais maintenu, le Festival du Film d'Histoire de Pessac invitera le Proche-Orient au coeur de sa 26ème édition.

16/11/2015 | Initialement prévu du 16 au 23 novembre, l'incontournable Festival International du Film d'Histoire de Pessac invitera le Proche-Orient au coeur de sa programmation.

Affiche 26ème édition du Film d'Histoire de Pessac

Au vu des attentats qui ont frappé Paris vendredi 13 novembre, l'agenda culturel d'ici ou d'ailleurs sera nécessairement modifié cette semaine. Initialement annoncé du 16 au 23 novembre, le Festival International du Film d'Histoire de Pessac est reporté mais maintenu, une volonté commune du maire de la ville de Pessac Franck Raynal et d'Alain Rousset, président de la Région Aquitaine et de l'Association du festival. Pour ce dernier, "il était hors de question de faire démarrer un festival qui a des côtés festifs, pendant les trois jours de deuil national. Mais nous ne cèderons pas", a-t-il ajouté. "La démocratie ne cèdera pas et ce festival aura lieu, et sur ce thème. La nouvelle date de début du festival n'a pas encore été fixée par les organisateurs, une conférence devrait être programmée dans la semaine.

Cette fin 2015 marquera alors la 26ème édition de ce rendez-vous incontournable du film d'Histoire qui, chaque année, trouve sa force et son public en alternant de nombreux films bien-sûr mais aussi des débats, des rencontres avec des réalisateurs, des historiens, des chercheurs, des universitaires, des journalistes ou des politologues autour d'un thème et d'une programmation riche, tous deux centrés sur une période historique marquante, une idéologie, un pays ou une région du monde . Après l'Allemagne en 2014, changement de cap et direction le Proche-Orient pour cette nouvelle édition.

"ll n’est guère, sur notre planète, de territoires où se soient concentrée, au long des âges, en dépit de leurs dimensions limitées au regard de toutes les terres émergées, une telle intensité de passions et d’intérêts, de mythes et de religions, de générosités et de haines", voilà comment Jean-Noël Jeanneney, historien, universitaire et président d'honneur du festival entame son édito, parlant bien-sûr du Moyen-Orient, thème central de cette édition 2015. Après avoir consacré sa programmation 2014 à l'Allemagne, c'est en effet sur le Proche-Orient que se concentrera cette année le rendez-vous pessacais, manifestation culturelle devenue aujourd'hui un temps incontournable du film historique. Chaque année, la réflexion se décline, offrant à chacun la possibilité de profiter d'une filmographie riche et variée bien-sûr mais également de nombreux temps forts oraux, allant de la rencontre au débat en passant par le café historique ou la présentation de films par leur réalisateur. Evoquant la création, en 1990, du festival, Alain Rousset, Président de la Région Aquitaine et du festival, évoque alors un projet initial qui a aujourd'hui porté ses fruits: "nous avions l’intuition qu’un large public pouvait trouver un intérêt à participer à des débats, avec des écrivains, gens de cinéma, journalistes et universitaires, autour d’une sélection de films d’histoire. Le succès ne s’est jamais démenti depuis la première édition".

Une sélection de 99 longs métrages Avant de lancer la compétition qui, au bout d'une semaine de projections et de délibération du jury, décernera le Prix du Film Histoire dans la catégorie fiction et dans la catégorie documentaire, cette 26ème édition du festival s'ouvrira, une fois la nouvelle date communiquée, au cinéma Jean Eustache avec une conférence inaugurale orchestrée par Maurice Sartre, historien spécialiste du Proche-Orient hellenisé, professeur émérite d’histoire ancienne à l’Université de Tours. Parmi les autres invités cette année, citons par exemple Elie Barnavi, historien, essayiste, ex-ambassadeur d’Israël en France, Thomas Wieder, rédacteur en chef du Monde, Christophe Lucet, journaliste éditorialiste à Sud Ouest, l'acteur Vincent Lindon, Valérie Hannin, directrice de la rédaction et rédactrice en chef à l’Histoire ou encore les réalisateurs Bernard George, Alice Gorissen, Francis Gillery, Laurent Heynemann, Pierre Hurel, Yves Jeuland ou encore Sylvie Jézéquel.

Le film d'histoire, entre fictions et documentaires99 longs métrages présentés donc, un Proche-Orient multiple, d'horizons différents, un large panel de films traitant de pays divers et de fait, de points de vue multiples: Les 7 jours de Ronit et Shlomi Elkabetz, Adieu Bonaparte de Youssef Chahine, Les Chats Persans de Bahman Ghobadi, Les Femmes du bus 678 de Mohamed Diab ou encore Hors Jeu de Jafar Panahi. Côté compétition, rappelons que le programme compétition est indépendant du thème du festival, deux catégories distinctes, la compétition fiction, dix films présentés en avant-première (Les Chevaliers blancs de Joachim Lafosse ouvrira la semaine de projections) et la compétition documentaire, 14 au total. Des films donc, 40 débats et rencontres, de nombreux rendez-vous scolaires, des expositions... cette semaine le cinéma Jean Eustache de Pessac convoque une nouvelle fois l'Histoire et les nombreuses histoires qui la fondent et la font.

 

Toute la programmation sur www.cinema-histoire-pessac.com/

Lise Gallitre
Par Lise Gallitre

Crédit Photo : F.I.F.H - DR

Bordeaux Métropole 2030Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
5313557
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !