Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

27/09/20 : Sénatoriales Corrèze: Daniel Chasseing (les Indépendants) et Claude Nougein (LR) réélus.

27/09/20 : Sénatoriales Charente-Maritime : Corinne Imbert (LR) et Daniel Laurent (LR) retrouvent leur siège de sénateur avec 47,21% des voix. Remportant 28,51% des suffrages, Mickaël Vallet (PS) décroche le 3e siège. Il succède à Bernard Lalande (DVG - 21%).

27/09/20 : Sénatoriales Deux-Sèvres: Philippe Mouiller (LR) sortant réélu et Gilbert Favreau le président LR du conseil départemental élu au second tour.

27/09/20 : Sénatoriales Dordogne: deux sièges pour la gauche avec deux nouveaux élus: Marie-Claude Varaillas (communiste)groupe CRCE et Serge Mérillou élu dès le premier tour.

27/09/20 : Sénatoriales Charente: Nicole Bonnefoy (PS) réélue.

27/09/20 : Sénatoriales Creuse: Jean-Jacques Lozach (PS) réélu.

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/09/20 | Sénatoriales en Gironde : des confirmations et une première pour EELV

    Lire

    Le résultat des élections sénatoriales en Gironde vient de tomber. Cinq des six sortants ont été élus. Ainsi Nathalie Delattre(MR), Laurence Harribey(PS), Florance Lassarade (LR), Alain Cazabonne (MoDem), Hervé Gillé (PS) retrouveront donc la chambre haute. C'est Monique De Marco, l'écologiste ex Vice-Présidente du Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine qui hérite du sixième siège. C'est la première fois qu'un sénateur écologiste est élu en Gironde.

  • 27/09/20 | Sénatoriales en Haute-Vienne: le sortant sanctionné au profit du PS

    Lire

    Carton plein en Haute-Vienne pour les deux candidats PS Isabelle Briquet, ex maire du Palais sur Vienne, et Christian Redon Sarrazy, maire de Meuzac, qui sont élus au deuxième tour avec respectivement 480 voix et 408 voix. Le maire de Limoges Emile Roger Lombertie (LR) échoue avec 380 voix. Quant au sortant Jean-Marc Gabouty (DVC), il ne totalise que 232 voix...

  • 27/09/20 | Dans les Deux-Sèvres, la droite reste au Sénat

    Lire

    Dans les Deux-Sèvres, le sénateur sortant Philippe Mouiller(LR) est arrivé en tête au premier tour avec 753 voix sur 1101 voix exprimées (il en fallait 551 pour être élu). À l'occasion du second tour, c'est l'actuel président du Conseil départemental Gilbert Favreau (LR) qui a été choisi par les grands électeurs, avec 424 voix, soit 39 voix de plus que son adversaire socialiste Nathalie Lanzi.

  • 27/09/20 | Elections sénatoriales en Creuse, la gauche conserve ses 2 sièges

    Lire

    Ce 27 septembre, les grands électeurs creusois n'ont pas fait durer les suspens pour le sénateur sortant socialiste, et ancien président du Conseil départemental Jean-Jacques Lozach, assuré de sa réélectio, d'une courte tête, dès le 1er tour avec 50.74% des voix. Il aura fallu en passer par le second tour pour finalement voir l'autre sénateur sortant Eric Jensannetas également reconduit pour un nouveau mandat avec 43,5% des voix.

  • 27/09/20 | Elections sénatoriales en Charente: le PS ne réussit pas son pari

    Lire

    C'était joué dés le premier tour pour la sénatrice socialiste Michèle Bonnefoy, qui, raflant 60,5% des voix repart ce 27 septembre pour un 3ème mandat. Suite à la défection de l'autre sénateur sortant PS Michel Boutant, c'est finalement le candidat François Bonneau, divers droite, qui s'est imposé (50,4% des voix) et occupera désormais le second fauteuil de sénateur du département, qui voit de ce point de vue là son équilibre politique bousculé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Le RIM donne la voix aux musiques actuelles en Nouvelle-Aquitaine

04/03/2020 | Le RIM, (Réseau des Indépendants de la Musique) est un partenaire important de la Région Nouvelle-Aquitaine. Peu connu, sa fonction est pourtant primordiale.

RIM

Le RIM, (Réseau des Indépendants de la Musique) est un partenaire de la Région Nouvelle-Aquitaine dans le secteur culturel. Il compte à ce jour, 160 adhérents, 17 salariés et dispose de 5 antennes sur le territoire néo-aquitain. Début février 2020, la commission permanente de la Région a attribué à cette association une subvention de 490 000 euros pour l’accompagner dans ses actions en 2020.

Fédérer, structurer, coopérer, accompagner et co-construire. Voilà comment se résument les engagements prioritaires du Réseau des Indépendants de la Musique en Nouvelle-Aquitaine. Ce réseau est né en même temps que la Région Nouvelle-Aquitaine. Eric Roux, coprésident du RIM et fondateur de la Rock School Barbey, raconte sa genèse : « En Aquitaine, il y avait deux réseaux qui existaient déjà : le RAMA (Réseau Aquitain des Musiques Actuelles) et la CEPPIA (réseau spécialisé dans les labels indépendants de musique). En Poitou-Charentes, il y avait aussi le PRMA (Pôle Régional des Musiques Actuelles). Avant la fusion des régions, le RAMA a anticipé le fait que la Région n’allait pas pouvoir financer divers réseaux. De plus, nous nous sommes rendus compte qu’il était assez bête de ne pas retrouver ces acteurs dans un même réseau de filière ».

La mise en place de ce réseau, d’une grande ampleur, est une initiative qui était unique en France. Sa particularité réside dans la grande diversité des adhérents. Ces derniers œuvrent dans les domaines suivants : spectacle vivant, musique enregistrée, accompagnement, éducation, transmission et médias. A Bordeaux, par exemple, Imagina Music (production et diffusion de spectacles vivants), Banzai Lab (label indépendant), Mélodinote (Production et diffusion de concerts mêlant jazz, musiques du monde et actuelles) ou encore le Laba (Pôle de Compétence de la Région Aquitaine à destination des porteurs de projets du secteur des Industries culturelles) ont intégré le RIM.

Mais que revendique concrètement le RIM ? C’est assez simple : la création d’un écosystème favorable à un développement équitable, coopératif et solidaire des musiques actuelles en Nouvelle-Aquitaine. Par musiques actuelles, il faut entendre rap, rock, musiques traditionnelles, jazz et variétés. Car si aujourd’hui ces musiques sont majoritaires, ce ne fut pas toujours le cas. « On peut aisément imaginer que des lieux, comme la Rock School Barbey à Bordeaux, par exemple, ont toujours existé, explique Eric Roux. Pourtant, c’est loin d’être le cas ! Le fait qu’il y ait des équipements pour ce type de musiques, n’est vieux que d’à peine 25 ans. Le RIM a un véritable désir de faire valoir les droits culturels de chacun. »

Pour un écosystème favorable aux musiques actuelles

Pour Eric Roux, « toute personne est porteuse de culture et il suffit de mettre à disposition des moyens de mise en œuvre de cette culture pour la faire exister ». Le Réseau des Indépendants de la Musique lance une invitation à prendre les choses en main, par soi-même, pour faire exister une culture qui nous est propre. Les droits culturels ont été reconnus en 2015, avec la Loi NOTRe, par l'Assemblée Nationale. Cette reconnaissance vient « modifier une conception classique de la notion de culture et potentiellement des politiques culturelles, en mettant l'accent sur la nécessité de garantir aux populations leur liberté d'expressions culturelles et artistiques ». Les musiques actuelles doivent donc être aidées et mises en valeur par les pouvoirs publics, au même titre que la musique classique ou contemporaine.

Sur l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine, on compte un maillage unique en France de treize labels SMAC - Scènes de musiques actuelles - sur 16 lieux différents. Au total, les 89 SMAC de France proposent près de 6000 représentations publiques et fédèrent presque deux millions de spectateurs chaque année. S’organiser de manière officielle, avec le RIM notamment, permet  de développer l’accompagnement de démarches locales indépendantes vers une labellisation et donc, vers une reconnaissance nationale. En 2020, les territoires de la Haute-Vienne, de la Creuse et des Landes seront accompagnés dans la perspective d’une labellisation.

Le but du RIM, en plus d’avoir une implication territoriale visant à revaloriser chaque culture, est de « peser sur les politiques publiques ». Le réseau co-construit ces politiques en tant qu’acteur de ces musiques avec le Ministère de la Culture, la Région, le Département ou la Ville. Le RIM, par exemple, est co-signataire du Contrat de Filière des Musiques Actuelles (nouveau contrat 2020-2023 voté par l'assemblée régionale le 17 décembre dernier). Ce contrat lance des appels à projets sur plusieurs thèmes dans l’ensemble du territoire. C’est avant tout un laboratoire de politique publique tourné vers les droits culturels et l’innovation sociale qui est mis en place via ce dispositif.
Les 3 thèmes pour cette troisième édition du Contrat de Filière des Musiques Actuelles sont : le développement des coopérations professionnelles, le soutien aux projets culturels de proximité et les festivals et la transition énergétique. Ces concertations sont proposées à tous les professionnels des musiques actuelles adhérents du RIM ou pas. « Tout seul on va plus vite, à plusieurs on va plus loin », conclut Eric Roux. 

Lucile Bonnin
Par Lucile Bonnin

Crédit Photo : LB/ Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5987
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !