18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Culture | Les arts visuels à Arte Flamenco, le Flamenco comme objet d'arts et d'images

26/06/2013 | Cette année, le flamenco se vit beaucoup sur grands écrans... mais pas au détriment de autres arts visuels, gravures et dessins notamment.

Amaya par  Andrés Vasquez de Sola

Le flamenco s’écoute, se chante, se joue, se danse, se raconte et se transmet. Bref, le flamenco se vit. Il se regarde aussi. Que l’on adore ou que l’on déteste, son univers ne laisse personne indifférent, et surtout pas les artistes, les autres, ceux qui en sont spectateurs. Pour ses 25 ans, le Festival Arte Flamenco, plus que jamais, joue la carte des arts visuels et invite les festivaliers à voir le flamenco à travers les yeux de ces cinéastes, peintres, photographes qui expriment le flamenco à leur manière. Dominique Abel, Emilio Ruiz Barrachina et Christophe Le Masne vous invitent au cinéma, quand Andrés Vazquez de Sola et Antonio Chaman s’exposent.

Cette année, grâce au nouvel équipement montois qu’est la Médiathèque et qui permet la projection de films, le flamenco s’impose sur le grand écran. Pas moins de trois cinéastes verront leurs films projetés à Mont-de-Marsan à l’occasion du Festival. La réalisatrice, actrice, scénariste et danseuse Dominique Abel sera présente lors de la projection de son film «Poligono Sur», plusieurs fois primé. Ce documentaire-fiction sur un des quartiers les plus problématiques de Séville, revient sur le mélange entre une forte population de gitans andalous et les nouvelles générations. Un mélange qui se traduit en musique, mêlant les tendances les plus extrêmes de la musique actuelle aux racines profondes du flamenco traditionnel.
La réalisatrice sera également mise à l’honneur avec la projection d’un autre de ses films «En nombre des Padre», qui explore la transmission familiale de l'art du flamenco à travers deux couples père-fille. A voir également, le film d’Emilio Ruiz Barrachina sur parcours et au quotidien d’une des plus grande voix du Flamenco: celle Enrique Morente, décédé juste après le tournage. Enfin, le court métrage Annie de Francia par Christophe Le Masne, ou un raod trip initiatique d’une mère et ses filles à travers l’Espagne est à ne pas manquer pour terminer en beauté et en humour ce cycle cinématographique.

Des personnages dans leurs oeuvres

Gravure d'Antonio Chaman

Mais si le cinéma prend cette année un peu plus de place, les expositions sont aussi au rendez-vous au Musée Despiau-Wlérick. La salle Dubalen recevra 25 gravures et estampes d’Antonio Chaman, réalisées entre 1852 et 1854. Intitulée «Costumbres Andaluzas», cette exposition réalisée en collaboration avec le Centro andaluz de la Fotografía de Almeria, souligne l’importance du Flamenco dans l’Andalousie du 19ème siècle, tant lors des grands évènements comme la feria de Séville, que dans la vie quotidienne de l’époque.
Autre exposition à ne pas rater, «El cante tiene une ministerio» du dessinateur Andrés Vasquez de Sola. Si ce nom vous dit quelque chose, c’est certainement lié à sa carrière de dessinateur caricaturiste notamment au Canard enchaîné jusqu’au milieu des années 80. Mais ici, entre portraits d’artistes, de peintres ou d’écrivains, les œuvres réunies dans l’exposition représentent des personnages étroitement liés au flamenco et mis en scène dans leur œuvre et dans leur histoire. Une manière de mieux souligner l’impact culturel du flamenco et son caractère universel, pour celui qui avait fui le régime franquiste. Régime qui loin d’avoir un «ministère» du chant populaire, proclamé haut et fort «prohibido el cante» (le chant est interdit).

A voir également dans les rues de la ville "Flamenchicos", affiches sérigraphiées résultat du travail d'élèves d'une école primaire de Mont-de-Marsan en colaboration avec l'artiste plasticienne Natacha Sansoz, ainsi que "le Paseo Flamenco" organisé dans le cadre du Festival off. Le temps du Festival, des commerçants et lieux publics de la ville ouvriront leurs espaces à la création artistique, pour acceuillir des expositions d'oeuvres en lien avec la culture flamenca.

Entrée libre et gratuite pour l'ensemble de ces manifestations

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Vasquez de Sola

Partager sur Facebook
Vu par vous
719
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !