Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/06/21 : L'ancien vice-président du Conseil départemental de la Dordogne en charge de l'agriculture, Jean-Pierre Saint-Amand est décédé lundi à l'âge de 71 ans. Il a été conseiller départemental du canton de Vergt de 1992 à 2015.

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/06/21 | "La Maison d'à côté" : coworking, formation et convivialité

    Lire

    La Maison d'à côté est un lieu convivial à La Souterraine, où sont proposées de multiples activités, ouvertes à toute la population dans sa diversité. C'est un espace de travail, mais aussi de détente et de loisirs. Elle accueille professionnels bénévoles et clients dans 3 domaines d'activité : location d'espace, restauration et animation. Son projet désormais est d'offrir des espaces propices au coworking pour des télétravailleurs ou travailleurs nomades, et l'animation d'un espace numérique ouvert à tous et d'ateliers de formation aux bases du numérique.

  • 25/06/21 | Limoges : PCM Trucks se diversifie dans le transport des médicaments

    Lire

    Afin d'assurer sa pérennité et son développement l'entreprise de transport routier de marchandises, PCM Trucks, s'oriente vers le marché de transports de médicaments. Une nouvelle activité qui nécessite des investissements matériels spécifiques dont la réfection complète du sol de l'entrepôt, l'acquisition d'une station de lavage pour nettoyer et désinfecter les véhicules, l'installation de chambres froides pour le stockage des médicaments ainsi que de conteneurs isothermes pour assurer la livraison à une température maîtrisée. Pour relever le défi, la société va bénéficier du soutien de l'Europe.

  • 24/06/21 | Arte Flamenco : El Granaíno remplacé pour la soirée du 2 juillet

    Lire

    Positif à la Covid-19, le chanteur Pedro El Granaíno ne pourra pas se produire sur la scène du festival Arte Flamenco, le vendredi 2 juillet à Mont-de-Marsan. Il sera remplacé par Jesús Méndez, héritier de la dynastie gitane de la famille de la “Paquera de Jerez", et l’un des plus grands noms du cante actuel. Jesús Méndez se produira donc aux côtés d’El Pele avec, en artiste invité, le danseur Farruquito.

  • 24/06/21 | Lot-et-Garonne : un incubateur pour l'ESS

    Lire

    Par le développement d'un incubateur dédié à l'ESS et l'innovation sociale, ATIS propose un accompagnement à la construction de réponses nouvelles à des besoins sociaux peu ou mal couverts. Nomade, il s'appuie sur les lieux ressources dans les territoires ruraux, et multi-partenariaux, en intégrant les acteurs existants de la chaîne. Parmi ses objectifs: susciter la création d'entreprises et activités d'utilité sociale, développer l'envie d'entreprendre, contribuer à résoudre des problématiques sociales et environnementales et proposer un maillage efficient d'accompagnement de porteurs de projet sur le département.

  • 24/06/21 | Lestiac-sur-Garonne, petit Dublin pour un soir

    Lire

    La commune de Lestiac-sur-Garonne (33) accueille, le 3 juillet prochain le Julien Loko Irish Band. Un concert gratuit en plein air à partir de 21 h et une ambiance 100% folk celtique assurée dans le cadre bucolique du village des bords de Garonne. Julien Loko et son quintet proposent standards irish et compositions originales pour une musique dansante et nerveuse, qui transporte dans l'atmosphère enfiévrée des pubs de Dublin! Possibilité de pique-niquer dès 19 heures ou de se restaurer auprès de food-trucks.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Vallée d'Ossau : la pastorale siffle, chante et raconte

09/07/2017 | La pastorale ossaloise raconte une vallée des Pyrénées et ceux qui l’habitent. Elle sera présentée les vendredi 14 et samedi 15 juillet aux Eaux-Bonnes

Une vallée de montagne où la culture béarnaise se vit au quotidien

Accrochée au débouché d’une combe dont les Pyrénées ont le secret, la commune des Eaux-Bonnes fourmille de souvenirs et sans doute de fantômes. La culture béarnaise y est par contre bien vivante. L’occitan se parle encore dans ses rues. Il se siffle même puisque cet autre mode d’expression – que l’on enseigne aujourd’hui à l’université de Pau et des Pays de l’Adour – est resté la marque de fabrique du village voisin d’Aas, terre de bergers et d’anciens passeurs. Tout cela sera évoqué lors de la pastorale que la petite cité thermale accueillera les vendredi 14 et samedi 15 juillet. Une tradition à laquelle participent 350 habitants de la vallée d’Ossau.

Les Eaux-Bonnes, comme leur nom l’indique, c’est d’abord de l’eau. Minérale et bienfaisante, celle-ci est utilisée aujourd’hui pour soigner les voies respiratoires, les rhumatismes et les traumatismes ostéo-articulaires.

L’affaire ne date pas d’hier. Déjà, sous le règne de François Ier, grâce aux vertus de ce que l’on appelait alors les « eaux d’arquebusade »,  un hôpital militaire  avait été édifié là à flanc de montagne pour soigner les blessés de la bataille de Pavie.

Mais, comme d’autres cités du sud-ouest, la commune a surtout connu la notoriété quelques siècles plus tard avec la visite que lui a rendue en 1861 l’impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III.

 Venue poser la première pierre d’un établissement de soins, la belle espagnole a donné le coup d’envoi d’une véritable ruée vers l’eau  pour des cohortes de mondains qu’aujourd’hui on appellerait « bobos ». L’attrait pour le pyrénéisme est venu en plus.

Puis, avec les décennies, les modes ont changé et le temps a lentement fait son ouvrage. Presque jusqu’à l’oubli. Désormais peuplé de silence et de gravats, l’un des témoins de cet âge d’or, l’impressionnant hôtel des Princes qui est situé sur la place centrale, a vu son dernier client le quitter il y a une quarantaine d’années.

L’édifice attend aujourd’hui  que ses nouveaux propriétaires aient l’argent nécessaire pour lui redonner vie. Des experts ont estimé le coût de cette résurrection à près de 20 millions d’euros. Bonjour le défi !

Eté comme hiver

La vie continue pourtant. Forêt suspendue, parcours de santé, via-ferrata, randonnées… D’autres activités liées à la montagne ont pris le relais auprès des touristes dans une vallée où la station de ski de Gourette, toute proche, fait un tabac l’hiver. Tandis que, plus au sud,  le petit train d’Artouste, offre chaque été aux visiteurs le plaisir de découvrir d’incroyables panoramas sur les cimes environnantes.

Quant aux curistes, attirés par l’eau de deux sources, ils sont toujours là. Même si certains d’entre eux regrettent de ne pas pouvoir encore utiliser la fameuse « bulle » architecturale qui doit faire la renommée des thermes rénovés. Une partie des piliers qui la soutiennent ont en effet éclaté quelques jours après leur inauguration en 2016. Le dossier est en justice.

Un théâtre populaire et déclamé

Sans doute pour laisser le temps à ce dernier de marcher à son pas, l’épisode ne sera pas abordé lors de la pastorale présentée à la mi-juillet. Même si cette ancienne forme de théâtre populaire et déclamé, propre aux populations béarnaises, possède selon son metteur en scène Alain Munoz une part de vocation « militante et politique ».

« En ce qui concerne les Eaux-Bonnes, on pourrait la résumer ainsi : comment une cité a-t-elle pu être abandonnée quand elle possédait des infrastructures et des qualités esthétiques que d’autres pourraient lui envier ? ».

Débutant sur un dialogue engagé par des siffleurs (en l’occurrence les élèves du collège de Laruns), la pastorale racontera la commune, ceux qui  y ont vécu et ceux qui y vivent. Avec les souverains et les soldats qui s’y sont croisés, avec les bains et les dames en dentelles, les guides et les skieurs, les bâtons et les luges. Avec enfin  la danse, le chant et cette langue occitane que le français côtoie sans heurts.

Deux heures trente d’un spectacle décliné en octosyllabes et quatrains pour lequel se sont mobilisés des bénévoles venus de tous les coins de la vallée d’Ossau. Ce qui n’est pas rien dans un territoire où les montagnards sont connus pour leur farouche indépendance et leur sacré tempérament.

 « Enfants, jeunes, personnes plus âgées : chaque génération se retrouve dans la pastorale, avec toutes les variantes de la langue et de l’expression ossaloises » résume Alain Munoz. « C’est aussi une manière de montrer que, chez nous, la culture se vit au quotidien » .

Pratique :

Spectacle à 21h les vendredi 14 et samedi 15 juillet. Tarif 15 €, gratuit pour les moins de 12 ans. 

Animations à partir de 15h, restauration possible à partir de 18h30

Réservation dans les offices de tourisme de Arudy, Laruns,  Les Eaux-Bonnes, et à l’Ostau Bearnes à Pau (46 bd Alsace-Lorraine).

https://www.pastorala-aussalesa.fr/

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Les Eaux-Bonnes

Partager sur Facebook
Vu par vous
58279
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !