Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

17/02/21 : Charente-Maritime : ce jeudi, une intervention dans le cadre des travaux de réparation du pont de la Laisse, situé sur la RD9 à Charron entraînera une fermeture à la circulation entre la RD137 en Vendée et la RN11 en Charente-Maritime, de 9h à 16h.

15/02/21 : La Rochelle : Lutte ouvrière organise une journée à la rencontre mercredi 17 février, de 10h30 à 12h30 puis de 16h à 18h sur le vieux port (cours des Dames) où une structure sera montée, ainsi que dans les rues piétonnes du centre-ville.

13/02/21 : Charente-Maritime: La préfecture signale des plaques de glace localisées notamment au droit des îlots. La circulation est délicate du côté de Mirambeau, Lorignac, Montendre, Archiac (D699), Jonzac (D28) et Pérignac (D732). Le salage est en cours.

11/02/21 : Après le vote du Sénat, l'Assemblée nationale a elle aussi voté ce 10 février le report des élections régionales et départementales. Elles se tiendront donc les 13 et 20 juin 2021.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/02/21 | A Canéjan, Hervé Thermique parie sur le numérique

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir la transformation numérique de la société Hervé Thermique, basée à Canéjan en Gironde. L’entreprise, répartie sur 60 sites en France, a décidé de poursuivre sa stratégie de croissance en améliorant son offre en matière de maintenance. Pour ce faire, elle compte développer un outil numérique innovant autour de la maintenance du bâtiment.

  • 24/02/21 | Cybersécurité: Escape Technologies innove à Biarritz

    Lire

    Créée en septembre 2020, Escape Technologies, basée à Biarritz, se positionne sur le marché de la gestion des vulnérabilités et de l’audit cyber. Elle souhaite aujourd’hui innover et développer le prototype de sa solution de cybersécurité visant la génération des règles de sécurité automatisées et basées sur l’intelligence artificielle pour le cloud. La Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir ce projet à hauteur de 75 000 euros.

  • 23/02/21 | Une résidence étudiante et un foyer des jeunes travailleurs à Bruges

    Lire

    Mesolia Habitat construit sur l’îlot 5 du site Terrefort à Bruges (33) une résidence étudiante de 49 logements ainsi qu’un foyer des jeunes travailleurs qui se composera de 45 logements. Cette résidence mixte comportera des parties communes comme des bureaux, des espaces cuisine et animation ou encore un espace informatique. La Région Nouvelle-Aquitaine soutient ce projet à hauteur de 245 000 euros pour la résidence étudiante et à hauteur de 275 000 pour le foyer des jeunes travailleurs.

  • 23/02/21 | La voie verte se développe dans les Landes

    Lire

    3 870 mètres de voie verte vont être aménagés entre Ondres et Saint-Martin-de-Seignaux dans les Landes. Ce projet, à terme, permettra une connexion à la véloroute Euro-Vélo 3 au niveau des barthes de l’Adour, destination Saint-Jacques-de-Compostelle. La réalisation de cette Vélodysée bénéficie d’une subvention de 167 267 euros de la Région Nouvelle-Aquitaine, votée lors de la commission permanente du 1er février dernier.

  • 23/02/21 | Charente-Maritime : La tonnellerie Bossuet investit

    Lire

    La tonnellerie familiale, basée à Saint-Simon-de-Bordes en Charente-Maritime, propose des barriques adaptées aux nouvelles solutions de vinification. Elle souhaite engager un plan d’investissement de matériels de production performants qui privilégient les conditions de travail de ses salariés et l’environnement. Pour l’aider dans cet investissement, la Région Nouvelle-Aquitaine vient de lui attribuer une subvention de 145 128 euros.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Vallée d'Ossau : la pastorale siffle, chante et raconte

09/07/2017 | La pastorale ossaloise raconte une vallée des Pyrénées et ceux qui l’habitent. Elle sera présentée les vendredi 14 et samedi 15 juillet aux Eaux-Bonnes

Une vallée de montagne où la culture béarnaise se vit au quotidien

Accrochée au débouché d’une combe dont les Pyrénées ont le secret, la commune des Eaux-Bonnes fourmille de souvenirs et sans doute de fantômes. La culture béarnaise y est par contre bien vivante. L’occitan se parle encore dans ses rues. Il se siffle même puisque cet autre mode d’expression – que l’on enseigne aujourd’hui à l’université de Pau et des Pays de l’Adour – est resté la marque de fabrique du village voisin d’Aas, terre de bergers et d’anciens passeurs. Tout cela sera évoqué lors de la pastorale que la petite cité thermale accueillera les vendredi 14 et samedi 15 juillet. Une tradition à laquelle participent 350 habitants de la vallée d’Ossau.

Les Eaux-Bonnes, comme leur nom l’indique, c’est d’abord de l’eau. Minérale et bienfaisante, celle-ci est utilisée aujourd’hui pour soigner les voies respiratoires, les rhumatismes et les traumatismes ostéo-articulaires.

L’affaire ne date pas d’hier. Déjà, sous le règne de François Ier, grâce aux vertus de ce que l’on appelait alors les « eaux d’arquebusade »,  un hôpital militaire  avait été édifié là à flanc de montagne pour soigner les blessés de la bataille de Pavie.

Mais, comme d’autres cités du sud-ouest, la commune a surtout connu la notoriété quelques siècles plus tard avec la visite que lui a rendue en 1861 l’impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III.

 Venue poser la première pierre d’un établissement de soins, la belle espagnole a donné le coup d’envoi d’une véritable ruée vers l’eau  pour des cohortes de mondains qu’aujourd’hui on appellerait « bobos ». L’attrait pour le pyrénéisme est venu en plus.

Puis, avec les décennies, les modes ont changé et le temps a lentement fait son ouvrage. Presque jusqu’à l’oubli. Désormais peuplé de silence et de gravats, l’un des témoins de cet âge d’or, l’impressionnant hôtel des Princes qui est situé sur la place centrale, a vu son dernier client le quitter il y a une quarantaine d’années.

L’édifice attend aujourd’hui  que ses nouveaux propriétaires aient l’argent nécessaire pour lui redonner vie. Des experts ont estimé le coût de cette résurrection à près de 20 millions d’euros. Bonjour le défi !

Eté comme hiver

La vie continue pourtant. Forêt suspendue, parcours de santé, via-ferrata, randonnées… D’autres activités liées à la montagne ont pris le relais auprès des touristes dans une vallée où la station de ski de Gourette, toute proche, fait un tabac l’hiver. Tandis que, plus au sud,  le petit train d’Artouste, offre chaque été aux visiteurs le plaisir de découvrir d’incroyables panoramas sur les cimes environnantes.

Quant aux curistes, attirés par l’eau de deux sources, ils sont toujours là. Même si certains d’entre eux regrettent de ne pas pouvoir encore utiliser la fameuse « bulle » architecturale qui doit faire la renommée des thermes rénovés. Une partie des piliers qui la soutiennent ont en effet éclaté quelques jours après leur inauguration en 2016. Le dossier est en justice.

Un théâtre populaire et déclamé

Sans doute pour laisser le temps à ce dernier de marcher à son pas, l’épisode ne sera pas abordé lors de la pastorale présentée à la mi-juillet. Même si cette ancienne forme de théâtre populaire et déclamé, propre aux populations béarnaises, possède selon son metteur en scène Alain Munoz une part de vocation « militante et politique ».

« En ce qui concerne les Eaux-Bonnes, on pourrait la résumer ainsi : comment une cité a-t-elle pu être abandonnée quand elle possédait des infrastructures et des qualités esthétiques que d’autres pourraient lui envier ? ».

Débutant sur un dialogue engagé par des siffleurs (en l’occurrence les élèves du collège de Laruns), la pastorale racontera la commune, ceux qui  y ont vécu et ceux qui y vivent. Avec les souverains et les soldats qui s’y sont croisés, avec les bains et les dames en dentelles, les guides et les skieurs, les bâtons et les luges. Avec enfin  la danse, le chant et cette langue occitane que le français côtoie sans heurts.

Deux heures trente d’un spectacle décliné en octosyllabes et quatrains pour lequel se sont mobilisés des bénévoles venus de tous les coins de la vallée d’Ossau. Ce qui n’est pas rien dans un territoire où les montagnards sont connus pour leur farouche indépendance et leur sacré tempérament.

 « Enfants, jeunes, personnes plus âgées : chaque génération se retrouve dans la pastorale, avec toutes les variantes de la langue et de l’expression ossaloises » résume Alain Munoz. « C’est aussi une manière de montrer que, chez nous, la culture se vit au quotidien » .

Pratique :

Spectacle à 21h les vendredi 14 et samedi 15 juillet. Tarif 15 €, gratuit pour les moins de 12 ans. 

Animations à partir de 15h, restauration possible à partir de 18h30

Réservation dans les offices de tourisme de Arudy, Laruns,  Les Eaux-Bonnes, et à l’Ostau Bearnes à Pau (46 bd Alsace-Lorraine).

https://www.pastorala-aussalesa.fr/

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Les Eaux-Bonnes

Partager sur Facebook
Vu par vous
58167
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !