Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 01/12/20 | Irrigation : les interdictions de prélèvement se prolongent avec l'automne

    Lire

    C'est presque exceptionnel pour la saison. La ressource en eau et notamment les nappes souterraines étant à la baisse, le préfet de Charente-Maritime a interdit jusqu'au 15 janvier 2021 les prélèvements d’eau en vue du remplissage ou du maintien à niveau des retenues à usage d’irrigation sur le bassin versant de l’Antenne Rouzille, qu'ils soient à partir de forages en nappe souterraine, de cours d’eau, les plans d’eau en communication ou alimentés par une nappe souterraine ou un cours d’eau.

  • 01/12/20 | Gironde : neuf rencontres pour imaginer la société du futur

    Lire

    Le Conseil départemental de la Gironde organise, jusqu'au 18 décembre, la dixième édition des conseils de territoire. Ce cycle de rencontres met la résilience territoriale au cœur des échanges, dont le prochain se déroulera le jeudi 3 décembre à Bordeaux dès 9h. Crise sanitaire oblige, ce conseil de territoire se déroulera en visioconférence en présence de Jean-Luc Gleyze, Président du Département, Christine Bost, 1ère vice-présidente en charge du développement des territoires et Jacques Respaud, conseiller départemental du canton de Bordeaux 5.

  • 01/12/20 | La fibre se déploie dans les Landes

    Lire

    Le Syndicat d’équipement des communes des Landes (Sydec 40) bénéficie d’un accompagnement financier de la Région Nouvelle-Aquitaine en matière de développement du très haut débit. Le Sydec 40 a fixé définitivement en 2019 le périmètre de la 2ème phase de son action. Lors de la commission permanente du 23 novembre dernier, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé d’aider le Sydec 40 de 10 millions d’euros, sous la forme d’un apport en fonds de concours, pour 61 000 prises supplémentaires.

  • 01/12/20 | Dordogne: Une nouvelle station multi-acteur au BioGNV

    Lire

    Afin d’opérer une transition vers une sortie du diesel, la société Gaz’Up 24 à Boulazac, portée par des entreprises de transport routier comme Doumen ou Sirmet, est chargée de la construction et de l’exploitation d’une station GNV/BioGNV. L’ouverture de cette nouvelle station en Nouvelle-Aquitaine est prévue pour janvier 2021. La Région accompagne ce projet à hauteur de 285 682 euros.

  • 01/12/20 | Creuse : Flayat revitalise son centre-bourgs

    Lire

    Dans le cadre de la revitalisation de son centre-bourgs, la commune de Flayat en Creuse va rénover l’ancien bâtiment de La Poste pour le transformer en tiers-lieu et egalement en faire un lieu d’hébergement touristique. Cette rénovation va bénéficier d’une subvention de la Région Nouvelle-Aquitaine de 36 706 euros, attribuée lors de la commission permanente du 23 novembre dernier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Périgord Noir: Les futurs talents de la musique baroque chantent Bach

10/08/2017 | Les stagiaires de l’académie de musique ancienne ont investi Saint-Amand de Coly depuis quelques jours. Ils donnent deux concerts autour du répertoire de Bach.

Hugo Santos, basse et son professeur de chant Maryse Castets

Chaque année, depuis seize ans, un des moments forts du festival de musique du Périgord noir, c'est la représentation de l'Académie de musique ancienne. Depuis le week-end dernier, vingt-cinq jeunes musiciens, amateurs et professionnels dont douze chanteurs, travaillent le répertoire de Johan Sebastian Bach et de ses fils. Ces jeunes venus du monde entier s'approprient le village de Saint-Amand de Coly pendant une semaine en Dordogne. Samedi à 21 heures et dimanche à 17 heures, les mélomanes pourront se rendre compte de leur travail et de leur talent au cours de deux concerts donnés en l'abbaye.

 Quand le touriste ou le randonneur pénêtre dans le village de Saint Amand de Coly, classé parmi les plus beaux de France, il n'est pas rare en plein mois d'août, qu'il soit accueilli et interpellé par des chants ou des notes de musique baroque. Chaque été, depuis près de trente ans,  le Festival du Périgord noir y fait une ou plusieurs pauses. Depuis 2002, une Académie de musique ancienne investit le village au coeur du mois d'août. Pendant une semaine, vingt six jeunes musiciens, 14 instrumentistes et 12 chanteurs, de différentes nationalités,  profitent du cadre magnlfique pour travailler leur art, pour progresser, accumuler une expérience. Et à deux jours du premier concert, l'ambiance est sérieuse. Dans l'abbaye, Inaki Encina Oyon, à la fois chef d'orchestre et directeur musical de  cette Académie 2017, repète avec un groupe de chanteurs et deux instrumentistes. L'athmosphère est au travail même si l'ambiance est détendue. Son rôle est de donner un rythme, une unité d'ensemble en vue du concert de samedi. A l'école du village, les élèves ne sont pas encore rentrés mais l'ambiance dans la classe de cours préparatoire est tout aussi studieuse. Maryse Castets, professeur de chant et enseignante au conservatoire régional de Bordeaux fait travailler Hugo Santos, basse et Léa Frouté, soprano bordelaise de 27 ans. Les deux jeunes musiciens comptent tous deux parmi ses élèves, mais ce n'est pas forcément  le cas des autres chanteurs de l'Académie. "Mon rôle est de travailler avec eux, leur technique vocale, comment ils doivent placer leur voix, faire en sorte qu'ils ne créent pas de fausse tonalité. Ces jeunes musiciens ont déjà acquis un excellent niveau mais toute la difficulté est de créer au moment du concert un véritable ensemble homogène. C'est le travail du chef d'orchestre mais aussi le mien en les aidant à améliorer leur technique vocable. Bach est considéré comme un des compositeurs les plus difficiles à interpréter.

Léa Frouté, jeune soprano bordelaise et Hugo Santos, deux jeunes chanteurs de l'Académie 2017Un répertoire d'un haut niveau de complexité

Ses oeuvres sont d'un haut degré de complexité. Toute la difficulté pour ces jeunes musiciens est de chanter en choeur. Chanter en solo ou en choeur, ce sont des choses totalement opposées, explique le professeur de chant. Son élève, Léa Frouté, 27 ans, soprano bordelaise, partage cet  avis. "Bach est un des compositeurs, les plus difficiles  à chanter car ses compositions sont écrites comme s'il s'agissait d'un instrument. Le niveau des ses compositions est très complexe. Je suis ravie d'être ici. Il s'agit d'une première expérience qui me permettra de progresser. C'est une chance de pouvoir échanger et travailler avec des professionnels d'un niveau tel que Inaki Encina Oyon ou encore Benoit Babel, le chef de chant." La jeune femme a découvert le chant lyrique sur le tard, à 19 ans passés en pénétrant à l'invitation d'une amie au conservatoire de Nimes. Ce fut une révélation. "J'ai du beaucoup travailler, car je ne savais pas lire les notes. Je suis plutôt fière de mes progrès en solfège ces dernières années. Quant à cette semaine passée en Dordogne, cela restera une très belle expérience, y compris sur le plan humain. Samedi la chanteuse interprétera un motet de Bach. 

Hugo Santos, est aussi un des élèves de Maryse Castets  à Bordeaux. "C'est ma deuxième participation à l'Académie, l'an passé, je n'avais pas suivi l'intégralité de la semaine. J'étais arrivé en cours. "Maryse est très exigeante sur la technique, mais elle est aussi très humaine. Personnellement, elle a contribué il y a quelques années, à ce que je poursuive dans cette voie, à un moment où j'ai beaucoup douté. Cela fait quatre ans que nous travaillons ensemble à Bordeaux. Quant à L'Académie, c'est une réelle opportunité de progresser. Cette année, le niveau autour des compositions de Bach est effectivement très relevé, car il y a beaucoup d'harmonie et les oeuvres de Bach sont considérées  parmi les oeuvres vocales les plus abouties, explique le jeune homme âgé de 24 ans, originaire de Lalinde en Dordogne. 

  

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
8493
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 4 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !