Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/18 : L'interdiction de pêche et consommation des moules du bassin d’Arcachon a été levée ce 21 juin par le préfet de Gironde. Dans le banc d’Arguin et les passes, le taux de présence de toxines lipophiles a baissé mais ne permet pas de lever l'interdiction

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/06/18 | Viticulture: de nouvelles mesures de soutien

    Lire

    L'INAO, a décidé d'augmenter le niveau du volume complémentaire individuel à 20% maximum du rendement du cahier des charges et de faire évoluer de 30 à 50% le plafond cumulé de réserve sur 3 ans. Une manière de renforcer la résilience des exploitations face aux aléas climatiques et à leur récurrence, en jouant un rôle équivalent à celui d’une assurance récolte. Ainsi, les volumes complémentaires cumulés pourront être revendiqués en appellation d’origine en cas de récolte déficitaire. La structure a aussi donné un avis favorable à la demande d’expérimentation pour les vins liquoreux (Monbazillac, Sauternes et Barsac).

  • 22/06/18 | Le pont Simone Veil ne sera pas au rendez-vous de 2020

    Lire

    D'un commun accord, la Métropole et la société Fayat chargée du chantier annoncent une «divergence d’ordre technique et juridique», sur les conditions d’exécution des batardeaux (enceintes de travail permettant de construire les piles du pont) dans la Garonne. Fayat considère que davantage de protections sont nécessaires face à la force du courant et à un sol de mauvaise qualité, ce que réfute le cabinet d'études conseil de la Métropole. Un médiateur va donc être missionné pour donner son avis au plus tard fin 2018. Résultat: le pont sera livré avec 1 à 3 ans de retard et un possible surcoût de 18M€.

  • 22/06/18 | Un transport en commun en site propre sur le Nord Bassin

    Lire

    Dans le cadre de la concertation ouverte sur le Projet de Déplacements Durables du Nord Bassin, un atelier de travail dédié aux solutions de transport en commun en site propre est organisé lundi 25 juin au centre d'animation de Lanton. Objectif : échanger sur l’opportunité de la mise en œuvre d'un tel mode de transport entre Arès et Biganos, en présence des experts associatifs et bureaux d’études spécialisés. Ouvert à tous sur inscription en envoyant un mail à : contact-pddnb@gironde.fr

  • 22/06/18 | Charentes : de nouvelles plantations viticoles autorisées

    Lire

    Suite à son AG de juin, le Conseil viticole du bassin "Charentes-Cognac" a fait le point sur les demandes d’autorisation de plantations nouvelles en 2018. Elles ont dépassé les limitations fixées. Chaque demandeur de ces secteurs se verra donc attribuer une surface minimale dans la limite de la surface demandée. A savoir : 48 ares pour l’AOC Cognac ; 3 ares pour l’AOC pineau des Charentes ; 13 ares pour l’IGP charentais ; 59 ares pour les demandes de vins sans IG (VSIG).

  • 21/06/18 | Le kaolin au secours de la vigne contre la cicadelle des grillures

    Lire

    Agri Synergie, spécialiste des solutions alternatives dans les domaines de la fertilisation et du bio contrôle, annonce au-côté de la société Soka (productrice de kaolin) la création d'un produit homologué par l'ANSES, pouvant remplacer les produits phytos sur la cicadelle des grillures de la vigne. Créant une barrière minérale physique blanche, l’action est à la fois visuelle, modifiant la teinte du végétal rendant l’identification par le ravageur difficile, et mécanique, gênant les arrêts des parasites. Naturel et utilisable en Bio, ce produit est présenté aux viticulteurs lors d'une conférence le 27 juin au Château Olivier à Léognan (18h30).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Les Jeunesses Hitlériennes au Centre Jean Moulin

23/10/2007 |

Les Jeunesses Hitlériennes au Centre Jean Moulin

"De Nuremberg à Oradour: Les Jeunesses Hitlériennes". Tel est l'intitulé de la nouvelle exposition présentée au centre Jean Moulin a Bordeaux. Créée en partenariat avec le Centre de la Mémoire d'Oradour-sur-Glane et le Centre de documentation de Nuremberg, elle dévoile l'endoctrinement et l'embrigadement de jeunes allemands dans la période du régime nazi au sein de la "Hitlerjugend" ainsi que les conséquences de cet endoctrinement à travers les crimes de la seconde guerre mondiale.

Selon le souhait de Hitler qui voulait une jeunesse "violente, dominatrice, courageuse et cruelle", les Jeunesses Hitlériennes - Hitlerjugend - sont mises en place dès 1926. Ce qui était à l'origine le mouvement de jeunes du parti national-socialiste est vite devenu, avec l'arrivée de Hitler au pouvoir en 1933, la première force représentative de la jeunesse allemande. Sa position est encore renforcée après la délégalisation d'autres associations de jeunes ainsi que l'adhésion obligatoire instaurée en 1939. Les enfants, à partir de l'âge de 10 ans apprennent à incarner l'idéal de "l'homme nouveau". Séparés de leurs proches, ils sont formés dans l'esprit de l'idéologie du parti, afin de servir au mieux l'Etat ainsi que l'armée.

"L'exposition s'interroge non seulement sur les fondements de cet endoctrinement, mais veut aussi attirer l'attention sur les atrocités qui se cachent derrière." explique Christian Block, responsable du Centre Jean Moulin. Cette double mission se traduit déjà par l'intitulé de l'exposition. Nuremberg, coeur de manifestation idéologique du national-socialisme d'un côté et Oradour, le symbole des massacres nazi, de l'autre. L'univers d'une enfance soumise au dictat du régime nous est présentée à travers l'histoire de Paul Beyer, le "produit" d'une formation idéologique exemplaire. On observe facilement une fascination et un dévouement sans limites que ce soit dans les lettres adressées à ses parents, signées toujours avec un "Heil Hitler", ou son enthousiasme de défendre Nuremberg, où il laissera finalement sa vie.

Des bourreaux aux visages d'anges

Plusieurs documents, photos, objets et films témoignent tout au long de l'exposition de cette tragédie humaine qu'ont été les effets de l'expérience "Hitlerjugend", sans parler de la deuxième guerre mondiale. Certains sont particulièrement frappants. Par exemple une série de dix photos d'identité d'adolescents. D'un premier coup d'oeil ils ont tous l'aire d'être camarades de classe. En regardant de plus près par contre, cinq d'entre eux sont en uniformes. Les cinq autres, en gamelles de prisonnier, s'avèrent victimes des cinq premiers dans les camps de concentration. Une autre photo montre un soldat allemand exécuter une femme avec un enfant. On dirait qu'on en a vu des pareilles. Mais c'est seulement qu'on on apprend que celle-ci faisait partie d'un concours organisé par les soldats intitulé "le moment de la mort en photo", que tout bascule. "C'est ici que se pose le problème de jugement. On se demande comment ces enfants à priori innocents, ces "anges", ont pu être capables de choses pareilles?" souligne M. Block.

Il ne faut tout de même pas croire que tous les jeunes allemands de l'époque ont suivi le même chemin. C'est ce qu'essaie de démontrer l'exposition en nous faisant découvrir les histoires inconnues d'une résistance au sein de l'Allemagne nazie. Les multiples mouvements de jeunes (Navajos, Swing boys) en sont le meilleur exemple. L'exposition n'a pas manqué non plus de clin d'oeil envers la réalité française de ce temps là. Il s'avère que le régime Vichy ne fut guère épargné par le militantisme prohitlérien chez les jeunes français.

Comprendre pour éviter

L'exposition n'est quand même pas là pour donner des réponses, ni pour juger. "On n'est pas ici pour excuser les choses, mais pour expliquer ce que nous voulons éviter aux générations futures" souligne Hans Christian Taubrich, directeur du Centre de documentation de Nuremberg. "Le but est de comprendre afin d'éviter pour que cela ne se reproduise" avoue de son côté M. Block. Il ne reste qu'espérer que l'humanité sera capable d'en tirer la leçon. Cependant, lorsqu'on jette un dernier regard sur l'un des paneaux de l'exposition, on apprend que toujours plus de 300 000 enfants sont engagés dans des conflits militaires dans le monde entier. Dans de telles circonstances il est vraiment difficile de prévoir un futur en rose.

Piotr Czarzasty

De Nuremberg à Oradour : les jeunesses hitlériennes au Centre Jean Moulin, 48 rue Vital Carles à Bordeaux jusqu'au 9 décembre 2007 du mardi au dimanche de 14h a 18h. Entrée libre

Partager sur Facebook
Vu par vous
606
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
SAVIN | 14/11/2007

Entre les "fanatiques" convaincus et les "résistants", il y a tous les parents qui sous la pression sociale, afin de permettre à leurs enfants l'accès à des pratiques séduisantes, ont laissés faire.
HITLER, via les Hitlerjungend, a fait de chaque enfant un "commissaire politique" familial.
HITLER, ancêtre de Pol Pott mais avant tout contemporain des "Croix de Feu"... françaises! Merci de l'équilibre de la présentation.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !