15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

  • 15/12/17 | Le point sur la tuberculose bovine en Dordogne

    Lire

    La campagne de prophylaxie 2017-2018 de la tuberculose bovine a débuté en avance avec un nouveau mode de dépistage qui donne des résultats encourageants. Il s’agit d’un procédé à la fois plus efficace mais aussi plus contraignant, car nécessitant une bonne contention des bovins. Depuis le début novembre, 106 dossiers de prophylaxie ont été traités et 5 élevages ont présenté des résultats positifs. Le nombre de foyers de tuberculose pour 2017 est toujours de 28 élevages, dont 8 ont fait l’objet d’un abattage total et 20 d’un abattage sélectif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Les Jeunesses Hitlériennes au Centre Jean Moulin

23/10/2007 |

Les Jeunesses Hitlériennes au Centre Jean Moulin

"De Nuremberg à Oradour: Les Jeunesses Hitlériennes". Tel est l'intitulé de la nouvelle exposition présentée au centre Jean Moulin a Bordeaux. Créée en partenariat avec le Centre de la Mémoire d'Oradour-sur-Glane et le Centre de documentation de Nuremberg, elle dévoile l'endoctrinement et l'embrigadement de jeunes allemands dans la période du régime nazi au sein de la "Hitlerjugend" ainsi que les conséquences de cet endoctrinement à travers les crimes de la seconde guerre mondiale.

Selon le souhait de Hitler qui voulait une jeunesse "violente, dominatrice, courageuse et cruelle", les Jeunesses Hitlériennes - Hitlerjugend - sont mises en place dès 1926. Ce qui était à l'origine le mouvement de jeunes du parti national-socialiste est vite devenu, avec l'arrivée de Hitler au pouvoir en 1933, la première force représentative de la jeunesse allemande. Sa position est encore renforcée après la délégalisation d'autres associations de jeunes ainsi que l'adhésion obligatoire instaurée en 1939. Les enfants, à partir de l'âge de 10 ans apprennent à incarner l'idéal de "l'homme nouveau". Séparés de leurs proches, ils sont formés dans l'esprit de l'idéologie du parti, afin de servir au mieux l'Etat ainsi que l'armée.

"L'exposition s'interroge non seulement sur les fondements de cet endoctrinement, mais veut aussi attirer l'attention sur les atrocités qui se cachent derrière." explique Christian Block, responsable du Centre Jean Moulin. Cette double mission se traduit déjà par l'intitulé de l'exposition. Nuremberg, coeur de manifestation idéologique du national-socialisme d'un côté et Oradour, le symbole des massacres nazi, de l'autre. L'univers d'une enfance soumise au dictat du régime nous est présentée à travers l'histoire de Paul Beyer, le "produit" d'une formation idéologique exemplaire. On observe facilement une fascination et un dévouement sans limites que ce soit dans les lettres adressées à ses parents, signées toujours avec un "Heil Hitler", ou son enthousiasme de défendre Nuremberg, où il laissera finalement sa vie.

Des bourreaux aux visages d'anges

Plusieurs documents, photos, objets et films témoignent tout au long de l'exposition de cette tragédie humaine qu'ont été les effets de l'expérience "Hitlerjugend", sans parler de la deuxième guerre mondiale. Certains sont particulièrement frappants. Par exemple une série de dix photos d'identité d'adolescents. D'un premier coup d'oeil ils ont tous l'aire d'être camarades de classe. En regardant de plus près par contre, cinq d'entre eux sont en uniformes. Les cinq autres, en gamelles de prisonnier, s'avèrent victimes des cinq premiers dans les camps de concentration. Une autre photo montre un soldat allemand exécuter une femme avec un enfant. On dirait qu'on en a vu des pareilles. Mais c'est seulement qu'on on apprend que celle-ci faisait partie d'un concours organisé par les soldats intitulé "le moment de la mort en photo", que tout bascule. "C'est ici que se pose le problème de jugement. On se demande comment ces enfants à priori innocents, ces "anges", ont pu être capables de choses pareilles?" souligne M. Block.

Il ne faut tout de même pas croire que tous les jeunes allemands de l'époque ont suivi le même chemin. C'est ce qu'essaie de démontrer l'exposition en nous faisant découvrir les histoires inconnues d'une résistance au sein de l'Allemagne nazie. Les multiples mouvements de jeunes (Navajos, Swing boys) en sont le meilleur exemple. L'exposition n'a pas manqué non plus de clin d'oeil envers la réalité française de ce temps là. Il s'avère que le régime Vichy ne fut guère épargné par le militantisme prohitlérien chez les jeunes français.

Comprendre pour éviter

L'exposition n'est quand même pas là pour donner des réponses, ni pour juger. "On n'est pas ici pour excuser les choses, mais pour expliquer ce que nous voulons éviter aux générations futures" souligne Hans Christian Taubrich, directeur du Centre de documentation de Nuremberg. "Le but est de comprendre afin d'éviter pour que cela ne se reproduise" avoue de son côté M. Block. Il ne reste qu'espérer que l'humanité sera capable d'en tirer la leçon. Cependant, lorsqu'on jette un dernier regard sur l'un des paneaux de l'exposition, on apprend que toujours plus de 300 000 enfants sont engagés dans des conflits militaires dans le monde entier. Dans de telles circonstances il est vraiment difficile de prévoir un futur en rose.

Piotr Czarzasty

De Nuremberg à Oradour : les jeunesses hitlériennes au Centre Jean Moulin, 48 rue Vital Carles à Bordeaux jusqu'au 9 décembre 2007 du mardi au dimanche de 14h a 18h. Entrée libre

Partager sur Facebook
Vu par vous
531
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
SAVIN | 14/11/2007

Entre les "fanatiques" convaincus et les "résistants", il y a tous les parents qui sous la pression sociale, afin de permettre à leurs enfants l'accès à des pratiques séduisantes, ont laissés faire.
HITLER, via les Hitlerjungend, a fait de chaque enfant un "commissaire politique" familial.
HITLER, ancêtre de Pol Pott mais avant tout contemporain des "Croix de Feu"... françaises! Merci de l'équilibre de la présentation.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !