Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/01/19 : Le lanceur de poids bordelais Jean-Luc Mastromauro a battu le record de France des moins de 50 ans. Il a réalisé 17m19 à Fronton le 13 janvier, améliorant ainsi son propre record de France, établi une semaine plus tôt avec 16m90.

16/01/19 : Dans le cadre du dispositif "Permis de Jardiner" et à l'initiative du collectif Pau Sud, la rue Jacques Terrier sera revégétalisée. La Maison du Jardinier organise le 18 janvier de 14h à 17h une après-midi de plantation participatif.

15/01/19 : le Préfet de la Dordogne a désigné le sous-préfet de Nontron, Frédéric Roussel, référent départemental pour le grand débat national. Il est joignable à l'adresse : pref-granddebat@dordogne.gouv.fr. Plus d'infos : www.granddebat.fr

15/01/19 : Solène Ndama, licenciée au Bordeaux Athlé commence bien la saison. La jeune athlète bordelaise (20ans) réalise la meilleure performance mondiale de la saison au pentathlon (5 épreuves) en salle à Clermont-Ferrand.

14/01/19 : Didier Lallement, préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la Gironde, a nommé Thierry Suquet, secrétaire général de la préfecture de la Gironde, comme référent pour le Grand Débat National en Gironde.

13/01/19 : Emmanuel Macron dans sa lettre aux Français: Faut-il reconnaître le vote blanc? Faut-il rendre le vote obligatoire? Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques

12/01/19 : GJ.La préfecture de Gironde a fait le point suivant à 19h45: 6000 manifestants, 35 interpellations, pas de blessé du côté des forces de l'ordre, des vitrines et du mobiliers urbains dégradés ainsi que des poubelles brûlées.Dernières dispersions en cours"

11/01/19 : Manifestations du samedi 12 janvier. Alain Juppé, maire de Bordeaux, en accord avec le Préfet, a décidé de fermer les lieux publics. L'opération de parking gratuit sur la place des Quinconces est reconduite ce dimanche 13 janvier.

10/01/19 : Avec 6,8 millions de passagers et + 9,3% de hausse de trafic, l'Aéroport de Bordeaux conclut une 9ème année de croissance consécutive. En gagnant 576.000 voyageurs supplémentaires, 2018 représente la meilleure année sur la plateforme bordelaise.

10/01/19 : Pour la période des soldes, le réseau des bus de l'agglomération d'Agen fait voyager en illimité sur l’Agglo pour 1,20€ (au lieu de 2,50€). Offre valable les samedis 12, 19 et 26 janvier 2019.

10/01/19 : Fermeture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation en raison de travaux, du jeudi 10 janv 21h au vendredi 11 janv à 6h. Des déviations seront mises en place par la rocade intérieure et la rocade extérieure, via le pont F. Mitterrand.

09/01/19 : Bernard Giraudel, patron charismatique du Vieux Logis, le restaurant étoilé de Trémolat en Dordogne, est décédé ce mercredi. Il a trouvé la mort sur les routes de Dordogne, à l'âge de 93 ans. Il a fait un arrêt cardiaque au volant de sa voiture.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/01/19 | 150 postes à pourvoir à l'aéroport !

    Lire

    Pôle Emploi et l’aéroport de Bordeaux-Mérignac organisent un job dating inédit en partenariat avec la Ville de Mérignac le 31 janvier prochain. 150 postes seront à pourvoir immédiatement autour d’une vingtaine de métiers allant de l’agent d’exploitation au steward, en passant par l’agent de sûreté ou l’agent de piste. L'occasion, CV en main, de rencontrer directement toutes les entreprises de l’aéroport qui recrutent sur terre ou dans les airs ! Commerces, restaurants, loueurs de véhicules, compagnies aériennes, etc. Infos et détails des postes à pourvoir sur : www.pole-emploi.fr

  • 16/01/19 | Le Raid Saint-Martin : volume 2

    Lire

    Le département de la Vienne et le Stade Poitevin Triathlon organisent les 21 et 22 juin 2019 le 2ème Raid Saint-Martin. Cette épreuve sportive, labellisée, festive et culturelle permet de découvrir le 4ème chemin de randonnée lié à Saint-Martin en Touraine et Poitou. Deux formules XL (150km) seront proposées pour cette édition 2019 et un raid de 90 km. Les équipes s’inscriront par 2,3 ou 4 et pourront profiter d’étapes de course à pied, run and bike, VT canoë et course d’orientation.

  • 16/01/19 | Pyrénnées : partenariat Altibus-Air'Py

    Lire

    Présents actuellement au salon Grand Ski à Chambéry, le gestionnaire de l'aéroport Pau-Pyrénées et Altibus en ont profité pour signer un partenariat qui permet de relier par navette l'aéroport Palois à 18 stations de ski des Pyrénées. Ainsi, Altibus s'implante pour la première fois dans les Pyrénées! Les navettes sont proposées au tarif de 15€ l'aller simple, en correspondance avec les vols de Paris Orly, Brest, Caen, Lille et Strasbourg.

  • 16/01/19 | Dartess et Inno'vin main dans la main

    Lire

    Le leader français du conditionnement et de la logistique des vins et spiritueux, Dartess, souhaite devenir un acteur de l'innovation. En rejoignant le cluster INNO'VIN, qui rassemble plus de 150 acteurs viti/vinicoles en Nouvelle-Aquitaine, Dartess met ainsi l'innovation au cœur de son développement, afin de mieux prendre le virage digital. Ce rassemblement d'acteurs de l'innovation permet de s'associer avec des startups, entreprises ou organismes de recherche et mener des expérience concrètes

  • 16/01/19 | La Nouvelle-Aquitaine consommatrice de glyphosate

    Lire

    Alors qu'un sujet d'Envoyé Spécial y est consacré cette semaine, une étude récente enquête réalisée par France Info sur le glyphosate. Trois départements de Nouvelle-Aquitaine figurent dans les territoires où l'herbicide s'est le plus vendu en 2017 : la Charente-Maritime (271 tonnes), la Charente (270,1 tonnes) et la Gironde (248,9 tonnes). Selon cette enquête, qui se base sur les données de l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris), 2017 "représente la troisième année où le produit s'est le plus vendu en dix ans".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Marcher, penser, échanger : retour sur les Reclusiennes de Sainte-Foy-La-Grande 

15/07/2015 | "En marche !" : pour 5 jours de festival,la petite ville de Gironde a accueilli les visiteurs sur le thème des migrations, des balades et du nomadisme.

Reclusiennes 2015

Du 8 au 12 juillet, la petite ville de Sainte-Foy-La-Grande a accueilli la 3ème édition des Reclusiennes. Confidentiel à l'origine, le « festival de la pensée », créé en 2013 autour de la figure du géographe Élisée Reclus, prend aujourd'hui son envol. Pour quelques jours, universitaires, artistes, musiciens et restaurateurs ont investi le centre historique de la bastide pour une série de conférences et d'animations, de jour comme de nuit. Thème : la marche, qu'elle soit philosophie, loisir, migration ou protestation politique. Retour sur les festivités avec Marc Sahraoui, porteur du projet.

Assis en bord de rivière sur un banc de la terrasse François Mitterrand, Marc Sahraoui, sociologue de formation et élément moteur des Reclusiennes, reprend la genèse du festival.

« Aujourd'hui, chaque ville semble avoir son événement, un moment fédérateur dans lequel la population se retrouve petit à petit. Libourne a son Fest'art, Marmande Garorock... Sainte-Foy n'avait rien de tel ; il y a trois ans on s'est dit « pourquoi ne pas le créer ? » ». Difficile, cependant, de trouver une formule qui marche sans trop copier les voisins. La musique, les arts de la rue sont déjà mis à l'honneur dans d'autres villes du département – et dans des villes plus grandes, qui plus est. Les organisateurs ont donc cherché ailleurs.


Reclusiennes 2015

 

« On a voulu être un peu plus originaux, alors on a cherché dans l'identité propre de Sainte-Foy… c'est-à-dire les personnes célèbres. Jean-Lacouture disait qu'en France, le plus petit confetti sur lequel on pouvait trouver autant de personnes célèbres, c'était Sainte-Foy-La-Grande.» Étonnamment, la bastide a la particularité d'avoir vu naître un nombre impressionnant de penseurs et d'intellectuels. Pauline Kergomard, fondatrice de l'école maternelle en France, y a passé son enfance. Même chose pour l'historien de l'art Elie Faure, l'anatomiste Paul Broca - qui découvrit en son temps le centre de la parole dans le cerveau - ou encore les géographes et journalistes Onésime et Élie Reclus.

C'est finalement leur frère, Élisée, que les organisateurs choisissent de mettre à l'honneur « C'est le plus connu. C'est aussi un aventurier, un penseur engagé et un auteur qui portait des valeurs d'écologie, de connaissance et d'égalité sociale qui nous tiennent à coeur » Géographe et penseur de l'anarchie, il est à l'origine d'une multitude d'écrits dont la variété des sujets inspire les organisateurs. "Ce qui est pratique avec Elisée Reclus, c'est qu'il a ouvert tellement de portes, on a des thèmes tout trouvés pour les cinquante ans à venir » plaisante Marc Sahraoui. Au thème du vote, dans la veine de la pensée politique de Reclus, succède celui du sol et de l'environnement, avec une 2ème édition intitulée « Les Gardiens de la Terre ». Aujourd'hui, c'est la marche qui est retenue comme fil conducteur.

 

Reclusiennes 2015

A la croisée des chemins Le festival joue la carte du mélange : « Une bastide, c'est par essence un lieu de rencontres. Symboliquement, c'est très fort : Sainte-Foy, c'est une ville-monde, une ville de mélange. Ce sont les voyages, les migrations qui l'ont créée».  Le programme cherche avant tout l'ouverture « Aujourd'hui, les chercheurs ont envie et besoin de montrer le résultat de leurs recherches. Et ils viennent gratuitement pour cela. Ils arrivent avec une volonté d'échanger, non seulement entre chercheurs, mais aussi avec le public qu'ils ont en face d'eux"

 

Reclusiennes 2015

"On fait le choix d'inviter, en plus des chercheurs, des associations et des intervenants à titre privé, qui peuvent leur renvoyer la balle, animer le débat.  C'est comme ça qu'on crée un dialogue, et qu'on fait avancer sa pensée. Ce qu'on voit apparaître dans le off, les repas, les moments passés ensemble, c'est la construction de nouveaux objets d'études, de nouvelles perspectives. Ces croisements sont très utiles ».

 

Reclusiennes 2015

 -L'association Halem sensibilise le public à la question du nomadisme et de l'habitat léger.

En parallèle aux conférences et ateliers qui rassemblent les universitaires, d'autres événements proposent aux visiteurs de se retrouver différemment. L'édition 2015 s'est ouverte mercredi dernier sur un atelier collaboratif. Au terme d'une après-midi de cuisine animée par des volontaires, un repas gratuit a été offert aux visiteurs sur les grandes tables installées au Jardin Public. A la tombée de la nuit, le saxophoniste François Corneloup et son collectif de jazz bordelais ont pris le relais, pour faire danser et chanter ensemble ceux qui, en temps normal, se croisent sans penser à s'adresser la parole.

 

Reclusiennes 2015

- Bal populaire au Jardin Public.

Du début à la fin, l'art et la culture sont présents. Des expositions de dessins, sculptures, photographies habillent les lieux de conférences, à l'image des planches de BD de Christophe Dabitch, auteur d'Immigrants – Etre Là – Le Captivé et prix Coup de Coeur des Reclusiennes 2015. Des spectacles de danse, de théâtre, et un mini-festival punk ponctuent les interventions des chercheurs.

 

Reclusiennes 2015

 - Changement d'ambiance : le punk nantais de Justin(e) vient clore une journée d'ateliers et de débats.

Le dimanche soir, le cinéma La Brèche a reçu le réalisateur Laurent Hasse pour une discussion autour de son documentaire « Le Bonheur, Terre Promise ». En plein hiver, armé de sa boussole et d'une petite caméra, il traverse la France en ligne droite, le long du méridien de Paris. Des Pyrénées à Dunkerque, il filme visages et paysages, à la recherche d'une vraie rencontre avec ceux qui acceptent de l'accueillir, et d'une certaine paix intérieure.

 

Reclusiennes 2015

 

Le dernier jour est le moment d'un retour sur le territoire « C'est devenu un rituel » sourit Marc Sahraoui. A pied, à vélo, en canoë ou en calèche, les participants ont été invités à longer ensemble les bords de la rivière pour partager un pique-nique de clôture à deux pas de la Dordogne. L'occasion aussi de lire quelques textes d'Elie Faure – la culture n'est jamais loin.

 

Reclusiennes 2015

Un peu d'audace, beaucoup de travailLes temps sont durs pour le tissu associatif français ; durs aussi pour la culture. Dans le cas des Reclusiennes, chaque euro compte. Le festival s'appuie sur l'implication très forte de ses bénévoles, et sur un budget minutieusement étudié. La gratuité de la majorité des conférences et des expositions, considérée comme essentielle, n'est compensée que par les repas, boissons et produits dérivés proposés aux visiteurs. Malgré tout, le festival survit, et grandit.

 Après trois éditions, les méthodes se rodent, et la réputation se fait. « Aujourd'hui », raconte Marc Sahraoui, «  les géographes ont leur moment de rencontre nationale, avec le festival de Saint Dié, dans les Vosges. Les historiens se retrouvent pour les Rendez-vous de l'Histoire de Blois. Mais les sciences humaines, elles, n'ont pas vraiment de lieu pour se rassembler. On s'est demandé pourquoi on ne jouerait pas cette carte – avec beaucoup d'ambition, donc –, et on s'est adressés aux différents laboratoires de sciences sociales. On leur a proposé de venir réfléchir avec nous, chaque année, autour d'un thème commun. Ca semble marcher : la première année, on a eu 5 au 6 laboratoires, l'année suivante, une dizaine... Et aujourd'hui, on accueille 20 labos, non seulement de France, mais aussi de Suisse, d'Italie, du Sénégal, d'Angleterre »

 

Reclusiennes 2015

Les organisateurs ne comptent pas s'arrêter là. Boostée par la participation de « célébrités » - comme Claude Villers ou le philosophe et généticien Axel Kahn, qui présentait cette année son livre Pensées en marchant – la croissance du festival n'est qu'un début « En gardant les mêmes piliers, on espère réussir un jour à multiplier par 4 le volume des conférenciers. Notre but, c'est de faire des Reclusiennes un moment de rencontre qui trouve sa place dans l'agenda des chercheurs »

Faire revivre la ville Avec les Reclusiennes, Sainte Foy fait le pari d'un renouveau. Créer de toutes pièces une manifestation ambitieuse, loin des métropoles, de leur vie culturelle et de leurs Universités, est un choix risqué, sinon un peu fou. Qui, après tout, connaît Sainte-Foy-La-Grande et son histoire ? Ville ou village ? Avec ses 2300 habitants, la bastide reste dans l'entre-deux.

 

Reclusiennes 2015

 « On voulait un ancrage local fort, faire vivre la ville, la rendre visible" appuie Marc Sahraoui. "On se demande toujours comment faire participer la population. Ça a particulièrement bien marché cette année avec les jeunes d'Unis-Cité".  Il y a quelques mois déjà, une équipe de quatre volontaires du service civique a traversé la ville, magnétophone à la main, pour recueillir les mémoires de migrations des foyens. "On a cherché à échanger avec les gens, et à comprendre l'histoire de leur famille : comment ils sont arrivés à Sainte-Foy, d'où, à quel siècle et pourquoi ?"

Le projet a ceci d'actuel qu'il pose la question du devenir des petits centres-villes, à l'heure où centres commerciaux et zones pavillonnaires fleurissent un peu partout. Quelle vie dans les communes ? Quel avenir pour les petits commerces, les animations de quartier et les lieux publics ? Avec les Reclusiennes, les organisateurs tentent de ramener dans la cité désertée ceux qui s'y rencontraient autrefois. Histoire de montrer aux plus sceptiques qu'un vivre ensemble est toujours possible.

 

Reclusiennes 2015
 
- Le food truck Ô Resto Show sert chaque soir les festivaliers.

Joséphine Duteuil
Par Joséphine Duteuil

Crédit Photo : Joséphine Duteuil

Partager sur Facebook
Vu par vous
4154
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
MAINGUET | 15/07/2015

STE FOY ON L 'AIME ET ON LE SOUTIENT

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !