Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Librairie Mollat ou la révolution numérique tranquille

29/06/2015 | On peut être une des plus anciennes librairies de France, et surfer avec aisance sur la révolution numérique, exemple avec la libraire Mollat créée en 1896.

Denis Mollat, en grand témoin de la soirée organisée par la Compagnie Fiduciaire et Bordeaux French tech au Haillan

« Comment réussir sa révolution numérique ?» ; tel était le thème d'une soirée organisée le 22 juin dernier en partenariat entre Bordeaux French Tech et la Compagnie Fiduciaire. Pour y répondre, Denis Mollat est venu témoigner des outils et stratégies mis en œuvre au sein du secteur traditionnel de la librairie, souvent perçu comme très déstabilisé par les outils numériques. Une intervention justement à contre-courant de cette idée, puisque la librairie bordelaise Mollat, plus grande librairie indépendante de France, et son équipe de libraires a parfaitement intégré le numérique à son quotidien. Une révolution tranquille en quelque sorte qui s'apprête à prendre un nouveau tournant à l'occasion des 120 ans de la librairie bordelaise.

Parce qu'il faut bien mettre les choses à plat, Denis Mollat l'affirme tout-de-go en début d'intervention : « le livre numérique avec 1% du marché français n'existe pas. » Et pour l'instant les deux acteurs principaux, Amazone et Apple, ne jouant qu'avec pour l'un la liseuse Kindle et pour l'autre l'I-pad, « le système est fermé ». Dressant un rapide état du marché, « les librairies de notre taille vont bien, c'est plus dur pour les plus petites » admet volontiers Denis Mollat. La raison est quasi arithmétique : « sur un catalogue français de 350 000 références, nous en proposons 180 000 ». Difficile de s'aligner pour les plus petits acteurs. Mais pour tous, « globalement, quand la consommation a baissé, le livre lui a résisté », observe Denis Mollat.
Parmi un des éléments forts qui distinguent Mollat, d'autres espaces de ventes de livres comme la FNAC ou Cultura, « qui s'en sortent bien également », c'est tout simplement le nombre de libraires. « Ils représentent 3% de la masse salariale dans un Carrefour, 6% à la FNAC et 20% chez nous... Un libraire c'est un service ; or 65% des clients cherchent un rapport social dans une librairie. »

"55 libraires curieux et ouverts d'esprit"Une « ambiance librairie », recréée au delà des murs du commerce de la rue Vital-Carles, grâce aux réseaux sociaux de tout ordre : Facebook, Twitter, mais aussi Youtube, Daily motion ou Vimeo côté vidéo ou encore Pinterest et Instagram pour les images. Des réseaux bien occupés qu'une série de photos originales prises par les libraires eux-même, s'est même vu récompensée du prix « meilleur Instagram » par le Magasine LSA Actualité, « à notre grande surprise », confie Denis Mollat. Des libraires investis qui y sont pour beaucoup dans le succès numérique de la librairie bordelaise, ne cesse de répéter leur patron. « J'ai 55 libraires curieux et ouverts d'esprit. Je n'ai jamais imposé quoi que se soit. Sur les réseaux sociaux, les formations se sont faites sur le volontariat, tout comme sur la réalisation de vidéos. Curiosité et formations ce sont les deux éléments forts chez nous. »
Mais bien avant cette intégration du numérique, concernant les vidéos d'interviews d'auteurs ou d'extrait de conférences, Denis Mollat a eu le nez fin. La création de la salle dédiée aux rencontres organisées par la librairie date de 1984. « Nous avons fait des enregistrements aléatoires des conférences depuis 1990, et les pod-cast ont démarrée suite au déménagement d'un ami en Egypte et à qui les rencontres culturelles de Mollat manquaient... » Désormais, grâce à l'ensemble des réseaux, les vidéos signées Mollat font entre 300 et 400 vues par jour, à tel point que la librairie s'est déjà vue rémunérée par You tube, sur les royalties des publicités... ! Là encore, le résultat d'un succès innattendu et non prémédité, pour Denis Mollat. Le succès de ces vidéos amenènent même régulièrement les libraires et le service de communication de la librairie à produre des images pour d'autres structures ou événements. « Nous faisons ça gratuitement, mais ça permet de véhiculer le nom de Mollat dans le monde entier... »
En outre, pour Denis Mollat, « le livre n'est pas isolé de la culture ». Une vision aussi mise aussi oeuvre dans  la stratégie numérique de la libraire à travers la création du site internet station-ausone.com, qu'elle édite en véritable portail de la culture à Bordeaux et en Aquitaine.

2016: une refonte totaleMais des trois sites actuels : mollat.com, station-ausone.com et mollatpro.com, la libraire va profiter de ses 120 bougies soufflées en 2016 pour une refonte totale en un site unique. Du nouveau sur la toile qui va intégrer un magazine culturel réalisé par des pigistes externes, explique le libraire. Quant à la technologie employée, « le futur site va aussi se pencher sur le Big data, confie Denis Mollat, à la fois pour proposer un meilleur service à nos internautes, mais aussi à destination des éditeurs pour lesquels les informations venues des lecteurs sont précieuses, notamment pour la production de livres lourds, qui représentent des investissements importants. »
Un renouveau sur la toile qui ne se fera pas sans lien avec " la vie réélle" puisque la librairie va également proposer une grande salle, rue de la Vieille Tour, pour fournir des outils image et musique à de jeunes créateurs. « Ce sera notre manière de participer au développement de la culture en général. Un mécénat par l'outil en quelques sorte. »
Au total, à l'heure actuelle, pour la librairie qui cultive le lien de proximité entre le numérique et le lieu physique, le numérique apparaît bien plus comme un outil de notoriété. Et pour cause, les ventes sur le site internet représentent actuellement 4% du chiffre d'affaires de l'entreprise.
A Mollat, la révolution numérique n'en est sans doute qu'à ses débuts, d'autant que son dirigeant, qui est aussi le Président du Cercle de la librairie, a redit son engouement pour l'application « Readium ». Celle-ci pourrait bien à terme venir sévèrement concurrencer Amazon et Apple, proposant une application « open source », donc sans outils dédiés nécessaires, pour la lecture de livres numériques. Les tablettes prendront-elles bientôt leur place dans les rayonnages de la librairie bordelaise ? On ne serait plus à une surprise près de la part de la vieille dame...

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
7456
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !