23/09/22 : La compagnie aérienne des capitales régionales européennes Volotéa enregistre une progression de 24% du nombre de ses vols par rapport à l'an dernier. A Bordeaux, 195 000 passagers ont été transportés entre juin et août soit une hausse de 27%.

19/09/22 : Dans le cadre d'Octobre rose, la Chambre de métiers et de l’artisanat de Nouvelle-Aquitaine et les Chambres départementales se mobilisent au côté de la Ligue contre le cancer. 250 agents sont inscrits à différentes courses organisées dans la région.

16/09/22 : L’incendie dans le secteur de Saumos est fixé depuis jeudi après-midi. La surface brûlée est réévaluée à 3400 hectares. Les personnes n'habitant pas sur les zones brûlées, 1700 sur plus de 1800 évacuées, ont pu regagner leur domicile.

15/09/22 : L'incendie de Saumos n'a pas progressé dans la nuit de mercredi à jeudi stagnant à plus 3700 ha. En raison d'une très faible visibilité due aux fumées et au brouillard, la préfecture appelle les automobilistes du secteur à la prudence.

14/09/22 : A Saumos, le feu a légèrement progressé cette nuit et dans la matinée, portant la surface totale brûlée à plus de 3600 ha. Jusqu’à 1000 pompiers sont mobilisés au plus fort de la journée ainsi que 6 Canadairs, 3 Dash et 2 hélicos bombardiers d’eau

14/09/22 : L'incendie dans le secteur de Saumos, a continué de progresser dans la journée détruisant plus de 3200 ha. 900 pompiers sont engagés dans ce combat contre le brasier qui a nécessité l'évacuation de 840 personnes et la fermeture de plusieurs routes.+ d'info

13/09/22 : Sur le secteur de Saumos (33), l'incendie démarré hier après-midi a parcouru 1 300 ha cette nuit. Les 340 pompiers déjà engagés vont être rejoints par des renforts d’autres départements. 2 Canadairs, 1 Dash et 3 hélicos bombardiers d’eau interviennent

06/09/22 : L'alerte "baïnes" est confirmé ces 6 et 7 septembre sur le littoral néo-aquitain. En Charente-Maritime, 5 communes sont particulièrement ciblées : Le-Grand-Village-Plage, Saint-Georges-d’Oléron, Saint-Trojan-les-Bains, La Tremblade et Les Mathes.

01/09/22 : Eric Spitz, préfet des Pyrénées-Atlantiques est nommé ce 1er septembre haut-commissaire de la République en Polynésie française. Il est arrivé à Pau en janvier 2019, notamment pour préparer le G7 qui s'est réuni en août 2019 à Biarritz.

31/08/22 : La première rentrée scolaire de l’Institut de formation d’auxiliaires de puériculture (IFAP) a lieu ce mercredi 31 août à l'hôpital Garderose à Libourne. 23 places supplémentaires sont ainsi créées par la région pour accéder à cette formation.

26/08/22 : Le niveau de ressource en eau reste faible en Pyrénées-Atlantiques. 95 communes de l'agglomération Pays basque passent en situation de crise. L'arrosage des terrains de sport et golfs est limité à deux fois par semaine, et interdit par ailleurs.

25/08/22 : En cette année jacquaire 2022, le Département des Pyrénées-Atlantiques et plusieurs associations locales proposent un cycle de huit ciné-débats. Entrée libre et gratuite. Ouverture avec le film « Rosy » au cinéma Le Méliès à Pau, lundi 29 août à 20h30.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/09/22 | L'usine Magna de Blanquefort vendue à un groupe industriel allemand

    Lire

    La section syndicale CGT de l'usine Magna Powertrain (ex Ford) de Blanquefort (Gironde) annonce que la direction a indiqué ce vendredi 23 septembre en réunion extraordinaire du CSE, la vente de l'usine à Mutares, un groupe industriel allemand spécialisé dans le rachat d'entreprises en difficulté. "Ce rachat prend effet au 1er janvier prochain et laisse peu de temps pour agir pour notre avenir" déplore le syndicat qui n'a pas d'autre information. Un nouveau CSE extraordinaire est prévu le 29 septembre.

  • 23/09/22 | Un salon du bien être ce week-end à Périgueux

    Lire

    La 9e édition du salon du bien être, est organisée à la Filature de l'Isle de Périgueux, samedi 24 et dimanche 25 septembre de 10 h à 19 h. Quatre-vingt professionnels pratiquant le yoga, le coaching, la relaxation, la réflexologie sont attendus. Cet événement est dédié aux thérapies brèves et médecines naturelles. Dix-huit conférences et une quarantaine de séances seront proposées pour tester les différentes techniques. Entrée : 4 euros, gratuit pour les moins de 18 ans et les personnes à mobilité réduite.

  • 23/09/22 | Une aide régionale pour la Flow vélo

    Lire

    La Région accompagne les territoires dans la réalisation des aménagements cyclables longues distances favorisant la pratique d'itinérance. Au sein du schéma régional des véloroutes, V92 - Flowvélo est un itinéraire reliant sur 290 km l'Ile d'Aix (17) à Thiviers (24). Sur la section Javerlhac - Nontron (24), le tracé proposé prévoit de réutiliser l'emprise de l'ancienne voie ferrée. Ainsi, sur les 11 km de cette section, 9 km pourront être aménagés en voie verte et permettront de se connecter à la Charente. Ce projet est financé par la Région à hauteur de 247 356,75 euros.

  • 23/09/22 | La CdC La Rochefoucauld Porte du Périgord se végétalise

    Lire

    Afin de préserver et restaurer la biodiversité du territoire, la Communauté de communes La Rochefoucauld Porte du Périgord et ses 27 communes membres vont implanter dans les communes des semences fleuries de la marque « végétal d’origine locale ». Des actions de végétalisation vont aussi être entreprises sur les emprises publiques avec la plantation de haies bocagères ou fruitiers. Des plantations vont être réalisées enfin dans les trouées existantes le long de la Coulée d’Oc, afin d'assurer la continuité écologique de cette voie verte de 21 km.

  • 22/09/22 | Smurfit Kappa va mener des travaux pour son efficacité énergétique

    Lire

    Le groupe Smurfit Kappa, leader mondial dans la fabrication de papier pour emballage, va mener des travaux portant sur la consommation d'énergie fossile de son site de Biganos. En effet, malgré un approvisionnement énergétique d'origine biomasse en très grande majorité (l’entreprise utilise comme matière première les sous-produits de la forêt d'Aquitaine), une consommation importante en gaz naturel demeure dans le four à chaux du site.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Limoges : les dons des particuliers sortent des réserves du Musée de la résistance

22/03/2022 | Dans son accordéon, « Tatave » avait caché les tracts de l’appel du 18 juin 40

Dans son accordéon, « Tatave » avait caché les tracts de l’appel du 18 juin 40

L’exposition « Les dons sortent des réserves » présentée au Musée de la résistance jusqu’au 18 avril résonne comme un télescopage avec l’actualité. Pour les dix ans de cet espace muséographique situé 7 rue Neuve Saint-Etienne, la Ville de Limoges a choisi de dévoiler 250 objets offerts par des particuliers ou des descendants de résistants qui évoquent les deux guerres mondiales. Qu’ils soient anodins ou marquants de ces périodes, chacun raconte une histoire.

En parcourant cette exposition, les visiteurs vont véritablement toucher du doigt l’histoire en replongeant au coeur des deux conflits mondiaux du siècle dernier. Chaque année, des familles poussent les portes du Musée de la résistance pour faire don d’un objet découvert parfois fortuitement au fond d’un tiroir, dans un grenier ou une maison de famille. Quelques 500 donateurs en dix ans ont effectué cette démarche amplifiée après l’appel aux dons lancé en 2014 pour le centenaire de la grande guerre. Une première exposition avait été organisée en 2017 pour les cinq ans du musée.

« En moyenne, nous recevons cinquante dons par an précise Agnès Peyronnet, la chargée de communication. Chaque objet est inventorié, conservé et restauré si nécessaire pour qu’il reste une trace. L’esprit de conservation et de transmission de la mémoire est très important même pour un objet qui peut sembler sans importance à une famille. »

 

 Antoine d’Albis a offert cette table sur laquelle a été négociée la reddition du Général Gleiniger le 21 août 1944Antoine d’Albis a offert cette table sur laquelle a été négociée la reddition du Général Gleiniger le 21 août 1944

Une table liée à la libération de Limoges

La table carrée trône au milieu de la seconde salle d’exposition, une table entrée dans l’histoire le 21 août 1944, jour de la reddition du Général Gleiniger dont la garnison occupait Limoges. Il aura fallu deux jours de négociations pour qu’il capitule évitant un bain de sang. Cette table a été offerte par les fils de Jean d’Albis.

« Mon père avait été désigné pour négocier la reddition de la garnison allemande parce qu’il était suisse donc neutre dans cette guerre raconte Antoine d’Albis, son fils, les négociations se sont déroulées autour de cette table dans notre maison, la Villa Jouxtens, située 34 rue Saint-Lazare. Je m’en souviens bien même si j’étais enfant. Ils avaient bu du champagne après. »

Cette table Louis-Philippe a ensuite été déplacée en Dordogne dans la maison de son frère Tristan qui ne s’en servait plus depuis les années soixante-dix. « Du temps de mes grand-parents, on se retrouvait à une vingtaine autour de cette table pour fêter Noël puise-t-il dans ses souvenirs, elle avait été fabriquée par mon arrière-grand père avec les arbres de sa propriété. » Son frère voulait en faire don au musée. « Je ne pensais pas que le musée la prendrait, je suis reconnaissant qu’il l’ait acceptée car c’est une table historique même si nous ne la trouvons pas jolie...». Les chaises en mauvais état ont été données mais une restauration sera nécessaire.

Des objets qui nous renvoient à des heures sombres

D’autres objets relatent le quotidien des Français au cours de ces deux guerres. Ils sont présentés chronologiquement :  la première guerre mondiale, l’Allemagne nazie, les combats de mai 1940, les prisonniers, le régime de Vichy, la vie quotidienne, la déportation, la résistance et la libération, une exposition complétée de biographies de résistants et résistantes. 

 Ce tricycle de 1944 était utilisé par les soldats amputés.Ce tricycle de 1944 était utilisé par les soldats amputés.

 

Parmi ces dizaines d’objets, on découvre un récepteur-radio utilisé par Pierre Versavaud, un résistant de l’armée secrète à Châlus mais aussi une radio anglaise « Station Master » A92 et sa notice utilisée pour recevoir des messages morses ou encore une ronéo Gestetner pour imprimer clandestinement les tracts de la résistance. Un tricycle « Poirier » daté de 1944 servait aux soldats amputés. Un certificat délivré en 1950 atteste que Maxime Lenoir né en 1919 avait appartenu aux FFI du 6 juin 1944 (jour du débarquement !) au 21 août 1944 servant sous les ordres du colonel Guingouin.

Une assiette en porcelaine arborant l’insigne nazi de la « Svastika » au dos a été récupérée en Allemagne par un soldat français à la fin de la guerre. Une boucle de ceinturon allemand ornée d’un casque et de l’inscription « Der Stahlhelm » (casque en acier) évoque le nom d’une association paramilitaire qui regroupait des combattants allemands de la 1ère guerre, désarmée en 1935 par Hitler.

Une médaille des justes avait été délivrée en 1979 à une professeur d’allemand Hélène Durand qui avait sauvé des juifs. Dans son accordéon Maugein frères, Gustave Marchives dit « Tatave », un cuisinier charentais engagé dans la marine en 1939, cacha des tracts de l’appel du 18 juin. Un voyage dans l’histoire pour ne pas oublier l’engagement de ces hommes et femmes.

Billet exposition et collection permanente : 5€, tarif réduit : 3€ (sur justificatif), gratuit 1er dimanche du mois. Ouvert tous les jours sauf mardi de 9h30 à 17h, dimanche 13h30 à 17h.

Corinne Mérigaud
Par Corinne Mérigaud

Crédit Photo : Corinne Merigaud

Partager sur Facebook
Vu par vous
9171
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !