Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

10/12/18 : Mobilisation mardi matin dès 9h00 aux trois péages autoroutiers du Lot-et-Garonne orchestrée par la Coordination rurale 47 pour protester contre les taxes "Trop de taxes tue l'agriculture et les agriculteurs!" dixit la CR47.

10/12/18 : Charente-Maritime : au vue du contexte social actuel, le séminaire filière Fruits & Légumes de Nouvelle Aquitaine Propulso, qui devait se tenir les 11 et 12 décembre à Saintes est annulé. Une prochaine date devrait bientôt être fixée.

09/12/18 : La Rochelle : selon l'association Info Trafic 17, le dépôt pétrolier de La Pallice est bloqué ce soir par près de 200 personnes.

09/12/18 : Charente-Maritime : Annick Baillou a été nommée inspectrice d’académie-directrice académique des services de l’éducation nationale (IA-DASEN) de la Charente-Maritime. Elle succède à Gilles Grosdemange qui a fait valoir ses droits à la retraite.

09/12/18 : Samedi vers 23 heures, Jacqueline Dubois, députée du Sarladais a découvert sa voiture en feu, ainsi que celle de son mari, garées dans la rue devant son domicile de Vézac. L'élue a reçu de nombreux soutiens de la classe politique de tous bords.

09/12/18 : la manifestation des gilets jaunes d'abord pacifique à Bordeaux a dégénéré au milieu de l'après-midi lorsqu'une centaine de casseurs, ont jeté des projectiles divers sur les forces de l'ordre. Scènes de guérilla urbaine et dégradations ont suivi

08/12/18 : Forte participation à Bordeaux pour la Marche pour le climat: de l'ordre de 6 à 7000 personnes

08/12/18 : La Rochelle sera présente au Nautic de Paris du 8 au 16 décembre, stand G2 Hall 1, sous la bannière La Rochelle Force Océan. Elle y présentera ses différents événements sportifs comme la Minit Transat, dont les inscriptions sont désormais ouvertes.

07/12/18 : Rochefort : Véritable institution rochefortaise, l'ancien cinéma Alhambra devenu un studio de post-production de films et de musique inauguré au printemps dernier, organise une porte ouverte avec visite de ses locaux ce samedi de 14h à 19h. Gratuit.

07/12/18 : La Cité du Vin vient de recevoir 3 nouvelles récompenses de la part des professionnels de l'œnotourisme. Un International Best of Wine Tourism et 2 Iter Vitis awards "pour son action innovante et audacieuse en matière d'œnotourisme".

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 10/12/18 | Hashtag d’Argent pour Limoges

    Lire

    Très présente sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat et Linkedin) et avec plus de 67 000 abonnés, la Ville de Limoges a obtenu un « Hashtag » d’argent pour son engagement sur les réseaux sociaux pour communiquer avec ses administrés dans la catégorie « grandes villes de + 100 000 habitants ». Ce trophée, remis par l’Observatoire SocialMedia, récompense les territoires les plus agiles sur les réseaux.

  • 10/12/18 | Talents des Cités: les lauréats néo-aquitains

    Lire

    En Nouvelle-Aquitaine, Talents des Cités 2018 a distingué 3 créateurs d'entreprise dans les quartiers prioritaires de la Ville : Grégory Pédeboscq (Dax), et son food truck «La Cantoche», qui propose en partenariat avec des producteurs locaux sandwichs, burgers, salades et soupes originales ; Victor Du Peloux (Bordeaux) et son atelier bois coworking «La Planche» pour artisans, concepteurs et grand public, et Salomé Arenas (Pau), co-fondatrice de Monsieur Bernard, marque de vêtements et accessoires 100% plastique recyclé dont une partie est récoltée dans la Mer Méditerranée! Les lauréats nationaux seront connus fin janvier

  • 10/12/18 | Corrèze: la chambre d'agriculture dénonce la présence de L-214 dans les écoles

    Lire

    Réunie en session plénière le 26 novembre dernier, la Chambre d’Agriculture de la Corrèze demande à l’État, la Région, au Département et aux Maires l’interdiction immédiate de diffusion, dans toutes les écoles du département, des informations anti-viande de l’association L-214 éducation mais aussi de confier aux seuls organismes habilités et neutres à diffuser dans les écoles des informations justes sur l’alimentation et les produits agricoles.

  • 09/12/18 | Gilets jaunes : des violences à Bordeaux

    Lire

    Ce samedi à Bordeaux, de violents affrontements se sont déroulés en marge de la manifestation des gilets jaunes dès la fin d'une marche (ayant rassemblé environ 5000 personnes) vers l'hôtel de ville, en milieu d'après-midi. Dans un communiqué tardif, la préfecture évoque des "dégradations de bien publics (notamment des feux de barricades), de vitrines commerciales, de mobiliers urbains". Les services de police ont interpellé 44 personnes. 26 blessés sont à déplorer, dont un jeune manifestant ayant perdu sa main en voulant renvoyer une grenade lacrymogène.

  • 07/12/18 | «Signalement Voie Publique» le nouveau service de proximité de la Ville de Lormont

    Lire

    Déployé par la municipalité début novembre sous l’acronyme SVP, il vise à améliorer le signalement des dysfonctionnements ou anomalies au sein des espaces publics (propreté, stationnement abusif, éclairage défectueux). A bord d’un véhicule sérigraphié «Signalement Voie Publique» et du numéro de téléphone créé pour l’occasion (0633146911), deux agents circulent du lundi matin au samedi soir dans la commune. Ils doivent s’assurer et faire preuve de vigilance quant à la bonne tenue de la voirie, du mobilier urbain, de la chaussée ou des éclairages publics.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Mai 68, et alors ? Cap Sciences ouvre le débat

28/01/2008 |

tds2008

26 janvier 2008. Presque 40 ans après les événements de Mai 68. Une dizaine d'experts sont réunis autour d'une table ronde pour revenir à ce grand tournant de l'histoire française contemporaine. Des représentants de l'enseignement supérieur, des syndicats, des animateurs culturels, tous témoins de ces temps mouvementés, sont venus nous en parler ; partager leurs souvenirs et expériences, donner enfin leur avis sur Mai 68, avec 40 ans de recul... et celà dans un lieu particulier, prêtant aux souvenirs, la Base sous-marine de Bordeaux.

« Les chemins de mai », rencontre/débat organisée à l'initiative de Cap Sciences en coopération avec Sciences Po Bordeaux, s'inscrit dans le programme de la saison culturelle du Théâtre de la Science. Ce projet, intitulé « Mai 68, et alors? », propose pendant ces quelques mois qui nous séparent de l'anniversaire de Mai 68, plusieurs rencontres, débats, concerts et expostitions consacrés à ces événements. La table ronde, tenue à la Base sous-marine nous en a offert un regard assez divers. Un regard sous des angles différents, aussi bien politique, économique, social que culturel.

« La censure a voulu ainsi »

L'introduction de Jean Petaux, politologue à Sciences Po Bordeaux, sous forme d'enregistrement audiovisuel, avait pour but de donner un ton au débat; en y apportant un panorama du contexte politique, social et culturel de l'époque. Ce n'a pas été malheureusement le cas, par défaut de qualité satisfaisante de diffusion de l'enregistrement. Des problèmes techniques semblaient d'ailleurs hanter les organisateurs toute la journée, au point que Alain Jeannel, animateur du débat, fit remarquer d'un air ironique que: « La censure a voulu ainsi. »

Mai 68 sous trois dimensions

On a pu néanmoins discerner quelques propos de la présentation de M. Petaux. Il y parle de « trois volets », sous lesquels il faudrait analyser le phénomène de mai 68. Tout d'abord le volet culturel et générationnel qui nous dévoile une première génération de l'après guerre dans un « processus de construction ». Cette génération veut s'affranchir de la génération des parents. C'est la volonté de rupture. Ensuite c'est le mouvechemins de maiment de protestation contre la guerre au Vietnam. Enfin, mai 68 remet en cause le mode de la société de consommation et les valeurs qui l'accompagnent.

Une fille en pantalon, c'est provocateur

Christiane Restier, maître de conférences en Sciences Politiques à Sciences Po Bordeaux, se méfie tout de même d'une explication, « un peu facile », à travers le conflit de générations. Elle souligne, entre autres, le manque d'application de la loi de mixité dans les établissements scolaires: « Je suivais des cours en classe prépa, dans un lycée pour garçons ; lorsque je suis arrivée en pantalon une fois, le directeur m'a reproché d'être provocatrice en s'habillant ainsi. », « C'était le temps où, si on sortait en soirée, on y allait toujours accompagnée par notre mère. » se souvient de son côté une représentante de la CGT.

Mai 68 n'est sont tout de même pas un mouvement d'émancipation culturelle uniquement: « Ce sont des acquis sociaux, des droits syndicaux, le fait qu'on puisse prendre maintenant librement la parole, dire ce qui nous plaît pas, formuler des revendications allant jusqu'au « contenu » du travail. » remarque une autre membre de la CGT. Mai 68 c'est aussi l'émergence d'une « solidarité étudiante » comme le souligne C. Restier. Les Comités Vietnam furent les premiers à manifester massivement dans la rue, après avoir vu plusieurs de leus amis incarcérés.

Mais 68 et la guerre d'Algérie

Il ne faut pas oublier « l'imbrication importante des mouvements étudiants et ouvriers » rappelle Michel Cabannes, maître de conférences à l'Université Montesquieu Bordeaux 4. Une volonté de s'affranchir de l'autorité, d'un rapport perçu comme une servitude, s'émanciper. Alain Jeannel essaie de retrouver des raisons objectives à un phénomène, qui fut pour lui, très personnel. Du point de vue de sa génération (quelques trente ans à l'époque), les raisons d'une « explosion révolutionnaire » furent celles des « ... traumatismes de la guerre d'Algérie, de répressions d'ouvriers, de conditions sociales difficiles, enfin d'une enfance parsemée de souvenirs de bombardements, d'exécutions, de déportations. »

The Beatles sont de retour... à la Base sous-marine

Le débat a été clôturé dans une ambiance musicale des années 60/70 avec tout d'abord, un bref récapitulatif des chansons et artistes les plus populaires en France ces années là, signé Jean François Brieu. Des années qui ont vu donc, s'entremêler trois styles différents: la musique traditionnelle avec Yves Montand et sa « Bicyclette », Léo Ferret, les Frères Jacques ; la musique populaire dans les voix de Claude François, Johnny Halliday ou Jules Leclerc et pour terminer, la pop music avec les Rolling Stones, Jimmy Hendrix, Jim Morrison et son groupe The Doors et bien d'autres. En fin de soirée, le groupe français de rock « The Rabeats » a plongé le public dans l'ambiance des années 60, en chantant les plus grands tubes des Beatles.

Piotr Czarzasty

infos pratiques:
Pour les détails de la saison 2007/8 du Théâtre de la Science:
www.cap-sciences.net
tél. 05 56 01 07 07

Partager sur Facebook
Vu par vous
406
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !